Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
Flyer LES DISCOURS MEURTRIERS AUJOURD'HUI
Mise à jour
04/09/2018
Cliquer pour suivre ce colloque sur Facebook

DU LUNDI 23 JUILLET (19 H) AU LUNDI 30 JUILLET (14 H) 2018

DIRECTION : Laurence AUBRY, Gabriela PATIÑO-LAKATOS, Béatrice TURPIN

ARGUMENT :

Face aux phénomènes actuels de violence, une tendance manifeste porte à considérer les discours comme un épiphénomène, voire à en disqualifier la valeur. Poursuivant la démarche inaugurée avec le colloque Le langage totalitaire d'hier à aujourd'hui. En hommage à Victor Klemperer (Cerisy, 2010), l’on se proposera, à l’inverse, d’en étudier la dimension mortifère et d’interroger ce qui fonde l’efficacité des appels au meurtre. En effet le discours n’est pas un registre séparé des actes, ni des réalités historiques, sociales, politiques, économiques et subjectives.

Pour le montrer, ce nouveau colloque abordera cette dimension proprement discursive par l’exploration de différents champs de la communication. Il appréhendera les discours djihadistes contemporains en les situant dans leurs contextes géopolitiques, compte tenu de l’impact des nouveaux médias et des idéologies, mais aussi en les envisageant parmi d’autres phénomènes de violence sociale. Les discours destructeurs seront confrontés aux entreprises qui y résistent ou en fondent la critique par l’analyse anthropologique ou communicationnelle, la création littéraire et artistique, l’approche psychanalytique. Avec Victor Klemperer comme fil rouge des discussions, la rencontre suivra la trame du "religieux" sous ses différentes formes, dans un dialogue entre des intervenants venus de plusieurs horizons culturels, géographiques et disciplinaires et toutes les personnes qui se montreront intéressées par ces phénomènes sociétaux majeurs.

CALENDRIER DÉFINITIF :

Lundi 23 juillet
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 24 juillet
Matin:
Laurence AUBRY, Gabriela PATIÑO-LAKATOS & Béatrice TURPIN: Introduction générale
Paola PAISSA: Le "visage de la France": que se cache-t-il derrière cette formule de l’après-janvier 2015?

Après-midi:
Gilbert DIATKINE: Idéologie et violence
Mathieu TERRIER: Mémoire meurtrie et discours meurtrier: jihâd et apocalypse dans le shi’isme imamite


Mercredi 25 juillet
Matin:
Luis Miguel CAMARGO GOMEZ: Le discours intime des institutions médicales et de secours face aux violences dans les villes colombiennes
Sophie JEHEL: Adhésion aux images meurtrières, adhésion aux discours meurtriers. Analyse de la réception par les adolescents des images violentes, sexuelles et haineuses diffusées en contexte médiatique néolibéral

Après-midi:
Dominique BOURDIN: Idéalisation et diabolisation dans les discours meurtriers
Yana GRINSHPUN: Les nouveaux médias d’information et les vieux procédés de manipulation

Soirée:
Sabine OLEWKOWIEZ CANN: Aller Retour. Voyages dans le temps...: autour d'un livre


Jeudi 26 juillet
Matin:
Laure WESTPHAL: Le discours jihadiste et sa dialectique de vengeance et sacrifice
Laurence AUBRY: Les discours meurtriers aujourd’hui: quelle séduction?!

Après-midi:
DÉTENTE


Vendredi 27 juillet
Matin:
Maéva CLÉMENT & Éric SANGAR: L’engagement violent féminin: contournements discursifs sous le nazisme et sous l’État Islamique [enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l'Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]
Karine ROUQUET-BRUTIN & Suzanne MULLER: Partir étudier ailleurs, passer une frontière, trouver une langue

Après-midi:
Nolwenn LORENZI BAILLY: Discours de radicalisation: manipulation et tensions identitaires
Augustin EMANE: Les controverses autour des chants en Afrique du Sud. Entre incitation au meurtre et liberté d’expression, un passé qui ne passe pas


Samedi 28 juillet
Matin:
Gabriela PATIÑO-LAKATOS: Les fonctions de l’image et du discours dans les montages mythiques des actes meurtriers

Après-midi:
Béatrice TURPIN: Discours meurtriers et discours totalitaires. En en suivant la trame...
Hasna HUSSEIN: Daëch, langue du IVe Reich?


Dimanche 29 juillet
Matin:
Fred HAILON: La pensée figée ou la "comédie macabre" du discours
Ghyslain LÉVY: On tue quelque chose ou des paradoxes meurtriers

Après-midi:
Ugo RUIZ: Tuer au nom de valeurs démocratiques: une étude du discours du 16 novembre 2015 du Président François Hollande
Noëlle DIEBOLD: "On a rien vu": voir, prévoir, prévenir pour protéger


Lundi 30 juillet
Matin:
Conclusion générale

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Laurence AUBRY: Les discours meurtriers aujourd’hui: quelle séduction?!
Cette intervention interrogera, à partir de Victor Klemperer et avec les outils de la psychanalyse, la séduction des discours meurtriers aujourd’hui, puis les formes des contre discours qui y répondent ou s’y opposent, depuis  la littérature ou le cinéma.

Laurence Aubry, maître de conférences en langue et littérature française à l’Université de Perpignan, est psychologue clinicienne, psychanalyste praticienne inscrite à l’Institut psychanalytique de Paris. Auteur d’une thèse sur la langue poétique de Jules Supervielle, elle a travaillé sur le style dans la littérature moderne et contemporaine, puis sur le langage, l’écriture et la psychanalyse. Elle a co-dirigé avec Beatrice Turpin le colloque Le langage totalitaire d’hier à aujourd’hui. En hommage à Victor Klemperer, accueilli par le Centre Culturel International de Cerisy en août 2010.
Publications:
"Paradoxalité de la langue et travail d’écriture", in L. Aubry, B. Turpin (dir.), Victor Klemperer. Repenser le langage totalitaire, Colloque de Cerisy, Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 135-150.
"Victor Klemperer, une résistance au langage totalitaire", in S. Lepastier (dir.), L’Incommunication, Paris, CNRS Éditions, "Les Essentiels d'Hermès", p. 105-126.
"In lingua veritas: la langue comme crédo ou comme "balancier"", Revue Française de Psychanalyse, "Mensonge", 79-1, mars 2015, p. 42-54.
"D’une perversion de l’autorité dans le langage: ces langues qui coupent la pensée", Topique, "L’autorité dans la cité", 133, décembre 2015, p. 65-79.


Dominique BOURDIN: Idéalisation et diabolisation, ressorts rhétoriques et psychiques dans les discours meurtriers
De Saint Just à Daech, en passant par les nazis, les khmers rouges ou la radio des mille collines au Rwanda, prolifèrent  les discours meurtriers diabolisant l’adversaire — à moins qu’ils n’aient pu le réduire à de la vermine et l’exclure de la communauté humaine. La valorisation inverse de sa propre cause, l’exaltation de sa visée révolutionnaire ou nationaliste, ou encore la sacralisation des enjeux du combat, vont en même temps donner aux discours meurtriers une caution "morale" paradoxale. Nous essaierons de rendre compte de ces fonctionnements idéalisants où se conjoignent un simplisme destructeur et une puissante suggestive impressionnante.

Dominique Bourdin est agrégée de philosophie, psychanalyste (SPP), docteur en psychopathologie fondamentale.
Principales publications:
La psychanalyse de Freud à aujourd’hui, Bréal, 2000 (2007).
Commentaire du Projet de paix perpétuelle de Kant, Bréal, 2002.
"La rage d’exister", revue Empan, 2008.
"L’idéal et l’idéalisation dans la pensée freudienne", in Les idéaux, PUF, 2010.
"Le meurtre du semblable", Carnet Psy, 2016.

Luis Miguel CAMARGO GOMEZ: Le discours intime des institutions médicales et de secours face aux violences dans les villes colombiennes
En temps de violence collective ou de guerre, l’individu est confronté à des épreuves particulières, ne serait-ce qu’en réaction à la présence massive de la mort. Le cas colombien en est un exemple contemporain. Cette communication entend dévoiler le discours d’un tiers reconnu bien que défaillant face à la violence et la terreur. La parole des médecins d’urgences, des médecins légistes, des secouristes et des pompiers, qui ont dû faire face à l’escalade des violences dans les villes colombiennes dans les années 1980 et 1990, est à la lisière du récit individuel et collectif. Il permet ainsi de lire les spécificités du discours meurtrier qui ont été rendues audibles grâce aux maints travaux des sciences sociales, politiques et historiques menés en Colombie. Ce travail prétend également apporter des éléments de réflexion concernant la sensibilité contemporaine à la violence, en introduisant la notion de "tiers médiateur".

Luis Miguel Camargo Gomez est psychologue (Universidad del Valle, Colombie et Université Paris Descartes) et chercheur en sciences sociales (EHESS). Doctorant en Études politiques à l’EHESS, il fait actuellement une mission d’expertise sur la prévention des violences urbaines en Amérique Latine et Caraïbes pour l’IRD-AFD.
Bibliographie sélective:
Revue La Clé des Langues (Lyon, ENS Lyon / DGESCO): "Secourir et guérir: voir autrement la violence dans les villes colombiennes? Années 1980 et 1990".


Maéva CLÉMENT & Éric SANGAR: L’engagement violent féminin: contournements discursifs sous le nazisme et sous l’État Islamique
Comment les femmes engagées dans les univers idéologiques fondés sur la violence hyper-masculine justifient-elles leur participation active?
Cette communication visera à comprendre l’interaction discursive entre idéologies meurtrières patriarcales et l’engagement de femmes voulant affirmer leur autonomie d’action sans pour autant mettre en question les fondements de ces idéologies. Il s’agira d’explorer les stratégies de contournement discursif qui sont structurées, d’une part, par les ambitions et identités individuelles et collectives de ces femmes, et d’autre part par les fenêtres d’opportunités crées par les besoins pratiques et les contradictions internes au sein de ces contextes totalitaires.
Après avoir expliqué pourquoi les discours de légitimation de la violence tendent à la valorisation de l’hyper-masculinité — et donc vers une marginalisation des femmes en tant qu’auteures de violence au sein de ces univers — notre contribution compare deux contextes idéologiques concrets: l’univers nazi et celui de l’Etat Islamique. Nous chercherons à reconstruire l’engagement féminin violent dans ces univers en recroisant (i) le positionnement officiel des institutions concernant le rôle des femmes, avec (ii) l’évolution des pratiques concrètes des femmes qui se sont engagées dans la violence politique, et avec (iii) les justifications discursives que celles-ci apportent à leurs engagements l’intérieur de ces univers.

Maéva Clément est chercheure et assistante d’enseignement à l’Institut de politique internationale de l’Université Helmut-Schmidt d’Hambourg. Ses recherches portent sur les émotions collectives et le rapport à la violence politique. Elle s’intéresse aux organisations islamistes en Europe occidentale et leurs visions politiques à l’international. Ses travaux allient science politique, psychologie sociale, sociologie et littérature. Spécialisée dans l’analyse discursive et narrative, elle a récemment coédité un ouvrage collectif sur les approches méthodologiques dans l’étude des émotions en relations internationales.
Bibliographie sélective:
2018, Researching Emotions in International Relations: Methodological Perspectives on the Emotional Turn, London/New York, Palgrave (avec Éric Sangar).
2017, "The "Hero-Protector Narrative": Manufacturing Emotional Consent for the Use of Force", Political Psychology 38(6), 991-1008 (avec Thomas Lindemann et Éric Sangar).
2014, "Al-Muhajiroun in the United Kingdom: The Role of International Non-Recognition in Heightened Radicalization Dynamics", Global Discourse 4(4), 428-443.


Éric Sangar, chargé de recherches FNRS à l'Université de Namur, est chercheur associé au Centre Émile Durkheim de Sciences Po Bordeaux. Actuellement, il travaille sur le rôle des ONG dans les discours médiatiques autour des conflits armés, sur les stratégies de la mobilisation émotionnelle dans la justification de la violence et sur l'impact des conflits mémoriels au sein des sociétés sur les politiques étrangères. Sa thèse, publiée en 2013, portait sur les usages des expériences historiques par les armées britannique et allemande pendant la guerre en Afghanistan entre 2001 et 2012.
Site personnel: https://directory.unamur.be/staff/esangar
Bibliographie sélective:
2018, Researching Emotions in International Relations: Methodological Perspectives on the Emotional Turn, London/New York, Palgrave (avec Maéva Clément).
2017, "How do non-governmental organizations influence media coverage of conflict? The case of the Syrian conflict, 2011–2014", Media, War & Conflict (online first publication) [en ligne].
2015, "Défendre Duffer’s Drift: l’influence de la mémoire collective et du régime d’historicité sur le choix des enseignements historiques en temps de crise", Temporalités (21) [en ligne].
2013, Historical Experience: Burden or Bonus in Today’s Wars? The British Army and the Bundeswehr in Afghanistan, Freiburg, Rombach.


Gilbert DIATKINE: Idéologie et violence
L’idéologie des discours meurtriers contemporains frappe par son caractère rudimentaire. C’est vrai de l’idéologie de l’État Islamique comme de celle des suprématistes blancs aux États-Unis. Or cette idéologie rencontre souvent l’adhésion de personnes réalistes, très ancrées dans la réalité pratique, et à qui habituellement on ne fait pas croire n’importe quoi. Mon hypothèse est que la croyance dans la vérité du discours meurtrier repose sur la production de quelques faits tangibles de la réalité quotidienne produits par les propagandistes de l’idéologie. Cette réussite des idéologies s’ancre dans les premières expériences de la relation du très jeune enfant avec sa mère et avec l’image du père que celle-ci donne à voir à l’enfant.

Né en 1940. Gilbert Diatkine est médecin, ancien interne des hôpitaux de Paris, psychiatre au Centre Psychothérapique "Le Coteau" de Vitry-sur-Seine de 1968 à 1998. Psychanalyste, Président de la Société Psychanalytique de Paris de 1993 à 1995, Secrétaire de l’enseignement de l’Institut de Psychanalyse de Paris de 2001 à 2004, Directeur Associé pour la formation de l’Institut de Psychanalyse Han Groen-Prakken pour l’Europe de l’Est de 2001 à 2014.
Publications:
Diatkine G. (2015), "Une fois pour toutes", in Le meurtre fondateur. L’acte psychique par excellence, sous la direction de B. Chervet, "Monographies et débats de psychanalyse", PUF, Paris, 189p.
Diatkine G. (2016), "La dictature de la raison", Rev. Fr. Psychanal, 1/2016, 54-64.
Diatkine G. (2016), "L’énigme du sadisme", Rev. Fr. Psychanal, 3/2016, 733-740.
Diatkine G. (2017), "Les théories psychanalytiques de l’idéologie", Bulletin du Groupe Toulousain de la Société Psychanalytique de Paris, 25 mars 2017, 33-43.


Augustin EMANE: Les controverses autour des chants en Afrique du Sud. Entre incitation au meurtre et liberté d’expression, un passé qui ne passe pas
Thina Sizwe (Nous la Nation africaine) et d’autres chansons de l’ANC comme Dubula ibhunu (Tue les Boers) constitueront le fil conducteur de notre propos dans un contexte post-apartheid où ces chansons sont au cœur de bien des débats (Jacob Zuma les reprend souvent en public) voire des procès avec comme vedette principale un ancien responsable de l’ANC, Julius Malema. Pour les uns, cette chanson est une incitation au meurtre ni plus ni moins. Pour les autres, il n’en est rien, il s’agit d’une partie du patrimoine culturel et historique du peuple africain. L’interdire, ce serait nier le passé. Cette chanson nous permet par ailleurs de nous interroger sur ce que l’on va considérer comme relevant du registre du meurtre ou non. Pour une partie de la population, les Blancs en l’occurrence, c’est une négation de leur qualité de ressortissants de ce pays. Pour les autres, c’est une dénonciation des injustices du passé.

Augustin Emane, juriste, est maître de conférences à la faculté de droit de l'Université de Nantes. Il y enseigne le droit social et le droit civil. Ses travaux portent sur le droit du travail, la protection sociale et l'accès aux soins ainsi que sur les transferts des modèles juridiques occidentaux dans les pays africains et leurs représentations.
Bibliographie sélective:
Docteur Schweitzer, une icône africaine, Paris, Fayard 2013.
"Les limites du poncif de la tradition dans l’application du droit en Afrique: l’exemple des relations de travail au Gabon", in De l’esprit du droit africain, Mélanges en l’honneur de Paul Gérard Pougoué, Rueil Malmaison, Wolters Kluwer, 2014.
"Langues africaines (Gabon): Nature, corps, danse, loi, vérité, État, Religion, contrat, société", in Pierre Legendre (éd.), Le tour du monde des concepts, Paris, Fayard, 2013.


Yana GRINSHPUN: Les nouveaux médias d’information et les vieux procédés de manipulation
De nos jours, c'est essentiellement par le discours médiatique, et surtout par le discours médiatique "alternatif", véhiculé par de nombreux médias électroniques que le lecteur moyen se forge des opinions et des certitudes sur les événements du monde. Le récit médiatique construit le présent sous un certain angle, choisi en fonction de l’idéologie dominante, du positionnement politique des rédacteurs en chef ou des enjeux économiques des propriétaires des organes médiatiques. Dans cette communication, nous proposons d'analyser un ensemble de procédés discursifs utilisés par les divers médias francophones en ligne qui aboutissent à formater la vision du conflit israélo-palestinien, en suggérant une vision dichotomique du réel par la fabrication d’entités dotées de propriétés essentialisantes: Israël comme entité "puissante" et "maléfique" et la Palestine comme entité "opprimée" et "souffrante". Nous problématiserons donc la question suivante: ce genre de présentation ne risque-t-il pas de favoriser et/ou de justifier le recours à des actes de violence contre ceux qui seront désignés comme les "bourreaux"?

Yana Grinshpun est Maître de Conférences à l'Université  Paris III - Sorbonne Nouvelle et membre de l'équipe Clesthia. Elle s'intéresse particulièrement au fonctionnement des discours médiatiques et à leur interaction avec les constructions idéologiques contemporaines.

Fred HAILON: La pensée figée ou la "comédie macabre" du discours
Selon H. Arendt, dans La vie de l’esprit. La pensée (1981), le phénomène du mal, dont le nazisme fut un des puissants instigateurs et des représentants, doit être associé au "manque de pensée", au "langage bourré de clichés" (ibid., 19). Le mal est lié au langage figé dans la pensée et à une pensée figée dans le langage. Ce double déficit cognitif, cet "avarisme cognitif", a conduit l’humanité à une "comédie macabre" (ibid.). Les manques faits à la pensée passent par du réitérable à l’envi tant la forme de la pensée et le sens langagier semblent prédéfinis et extraits de toute événementialisation. Ces manques sont une paresse de l’esprit qui masque la réalité et finalement la défait. [...] Ainsi, nous nous proposons d’étudier des discours qui conduisent à une réplication idéologique. Cette réplication est celle d’une altérité indépassable mettant en scène une impossible vie sociale, sous couvert de discours de haine. Nous nous appuierons sur un corpus hétérogène qui prend en compte des commentaires d’internautes, de la période de mi 2015 à fin 2016 et qui fait état du démantèlement des camps de Calais dit la "jungle".

Chercheur associé du Laboratoire Praxiling (UMR CNRS 5267), Fred Hailon est membre de l’Observatoire des pratiques médiatiques (OPME) de l’Université de Montpellier, auteur de Idéologie par voix/e de presse, de L’Ordre idéologique et de Étude(s) de cognition politique, parus respectivement en 2011, 2014 et 2017 chez L’Harmattan. Il est par ailleurs co-éditeur de travaux scientifiques sur le "Discours politique identitaire".

Hasna HUSSEIN: Daëch, langue du IVe Reich?
L’analyse de discours des productions médiatiques de Daesh (magazines, bulletins d’information, "chants rituels", images et vidéos de propagande) disponibles sur internet en trois langues (français, arabe et anglais) révèle le recours à une langue spécifique semblable à celle utilisée par le IIIe Reich. De la même manière que la novlangue allemande fabriquée par le IIIe Reich révèle le contenu de l’idéologie nazie comme l’a montré Victor Klemperer (LTI. La langue du IIIe Reich, 1975), le langage dont Daesh fait usage devrait pouvoir révéler les fondements  de son idéologie meurtrière. (Ré)inventer une langue, en créant des mots, en modifiant leur sens initial, ou encore en empruntant à la langue ordinaire des expressions qui deviendront des slogans constitue une méthode et une tactique pour ces idéologies démagogiques. Ainsi, cette contribution s’intéressera à l’étude des catégories communes (ou spécifiques) aux idéologies et lexiques daeshien et nazi.

Hasna Hussein est sociologue des médias et du genre. Auteure du carnet de recherche Contre-discours radical (https://cdradical.hypotheses.org). Assistante de recherche du projet PRACTICIES (H2020) sur la prévention de la radicalisation, Université de Toulouse Jean Jaurès.

Sophie JEHEL: L’adhésion aux discours meurtriers. Analyse de la réception par les adolescents des images violentes, sexuelles et haineuses diffusées en contexte médiatique néolibéral
Dans le cadre d’une enquête sur la réception des images violentes, sexuelles et haineuses (VSH) auprès de deux cent adolescents, issus de milieux sociaux et scolaires différenciés (suivis par la PJJ ou scolarisés dans le cadre de l’Éducation nationale), la diffusion de discours meurtriers ou promouvant la violence se révéle très présente dans les vidéos consultées sur internet. Ces images suscitent quatre types de stratégies: l’indifférence, l’évitement, l’adhésion, l’autonomie. Dans l’adhésion, la possibilité de parler des images, d’élaborer leur signification est comme bloquée. L’enquête a permis d’identifier des contextes sociaux plus propices à l’adhésion aux discours meurtriers et à des formes de légitimation. Les caractéristiques de l’univers médiatique des adolescents, traversé par l’imaginaire néolibéral de compétition généralisée, le sentiment d’un monde anomique, seront également convoquées comme des facteurs de déstabilisation et d’adhésion aux discours les plus violents.

Sophie Jehel est maîtresse de conférences à l’Université Paris 8, en sciences de l’information et de la communication. Ses recherches portent principalement sur les pratiques médiatiques et numériques des enfants et adolescents. Dans la mesure où les jeunes représentent une "cible" privilégiée des industries médiatiques, ces recherches constituent une porte d’entrée sur la compréhension de leur fonctionnement et de leur impact sur la société. La recherche conduite entre 2015 et 2017 sur la réception des images violentes, sexuelles et haineuses, a été menée avec une équipe de psychologues cliniciens conduite par Patricia Attigui, avec une méthodologie interdisciplinaire sociologique et psychologique. La mise en contexte de la réception des discours violents dans les pratiques médiatiques ordinaires des adolescents donnent des clés d’interprétation des phénomènes de radicalisation cognitive.
Publications:
Jehel, S. (2017), Les adolescents face aux images violentes, sexuelles et haineuses: stratégies, vulnérabilités, remédiations. Comprendre le rôle des images dans la construction identitaire et les vulnérabilités de certains jeunes (2 vol.), Rapport de recherche, Mission de recherche Droit et Justice, Paris, (prochainement en ligne).
Jehel S. (à paraître 2018), "Stéréotypie, stigmatisation et bouc émissaire au cœur des dispositifs médiatiques contemporains. L’exemple de TPMP", in Casanova R. (dir.), Contours théoriques du bouc-émissaire, PUS.
Jehel S., Corroy L. (dir.) (2016), Stéréotypes, discriminations et éducation aux médias, L’Harmattan, 250p.


Ghyslain LÉVY: On tue quelque chose ou des paradoxes meurtriers
Les langages meurtriers ne sont pas réservés aux idéologies d’États, de groupes ou de sociétés dans leur forme post-totalitaire. L’environnement familial peut constituer le lieu d’un tel déchaînement de la langue quand elle devient folle dans ses paradoxes meurtriers. Peut-on tuer quelque chose? Dans quelle réalité humaine un tel énoncé peut-il prendre sens? Au niveau de l’ensemble, j’interrogerai les situations dans lesquelles la sphère familiale devient le terrain privilégié où s’exercent les effets d’une idéologie fondée sur l’appel au meurtre. Contrairement à ce qui se passe dans le djihadisme actuel quand il s’adresse à un individu qu’il s’agit de "sortir" de son environnement familial pour en faire un combattant dédié à la Cause, lors du génocide rwandais, les appels au meurtre dans les détournements sémantiques de la langue s’adressaient à l’espace familial et à ses avoisinants. Cette singularité du "cas" rwandais fera ici l’objet de quelques hypothèses dont la fonction performative de la langue, et l’auto-emprise partagée par le groupe familial dans sa participation aux idéologies meurtrières.

Ghyslain Lévy est psychiatre et psychanalyste, membre du Quatrième Groupe. Directeur du séminaire sur "Le Mal" (à Paris). A co-dirigé le colloque "L’Algérie, traversées" à Cerisy en juillet 2017. Auteur de nombreux articles et livres.
Publications récentes:
L’ivresse du pire, Campagne première, 2010.
Le don de l’ombre, Campagne Première, 2014.


Nolwenn LORENZI BAILLY: Discours de radicalisation: manipulation et tensions identitaires
Dans le cadre du projet européen H2020 Practicies, Partnership Against The Radicalization online of Youths Subjects mené par Séraphin Alava, qui a pour objectif d’agir contre les discours de radicalisation et d’embrigadement, nous[1] avons entrepris de définir les discours de haine, d’embrigadement et/ou de propagande, en questionnant plusieurs types de discours, qu’ils soient dits de haine, donc primaires, qu’ils proviennent de discours "tout venant" ou encore qu’ils circulent, à travers les médias notamment. Un rapport semble se dessiner entre haine, idéologie et tensions identitaires. Cette communication, axée sur les éventuels liens entre discours de radicalisation, discours de manipulation et discours de haine, s’appuyera sur des discours de manipulation collectés auprès de détenus radicalisés ou soupçonnés de radicalisation. Elle proposera une réflexion plurielle autour des effets argumentatifs et pathémiques qui opèrent une manipulation discursive du sujet.
[1] Claudine Moïse, Samuel Vernet et moi-même avons été associés à ce projet en tant que chercheur.e.s en sciences du langage et avons constitué une équipe de recherche internationale, "Draine: haine et rupture sociale, discours et performativité", composée d’analystes du discours, de sociolinguistes et de chercheur.e.s en sciences de l’éducation, centrée plus largement sur la caractérisation des discours de haine.

Publications:
Bailly Lorenzi Nolwenn et Vernet Samuel, à paraître, "Images du terroriste au cœur de récits journalistiques post-attentats", Mots, n°118, "Discours post-attentats".
Bailly Lorenzi Nolwenn, à paraître, "Tensions identitaires et discours de radicalisation", Introduction du panel Discours de haine et d’embrigadement et manipulation du sujet, Actes du Congrès du Réseau Francophone de Sociolinguistique, Identités, conflits et interventions d’ordre sociolinguistique.
Bailly Lorenzi Nolwenn et Romain Christina, à paraître, "Interactions verbales d’embrigadement: jeux d’ethos et violence verbale fulgurante", panel Discours de haine et d’embrigadement et manipulation du sujet, Actes du Congrès du Réseau Francophone de Sociolinguistique, Identités, conflits et interventions d’ordre sociolinguistique.


Sabine OLEWKOWIEZ CANN: Aller Retour. Voyages dans le temps...: autour d'un livre
C’est le début des années trente. Herschl quitte la Pologne. Il pense trouver en France une vie conforme à ses idéaux. Il se marie, s’engage auprès des mouvements de Résistance. On dit qu’il a disparu. On dit que tout est faux. Une voix, pourtant, s’adresse à cet inconnu.
Nous engagerons à notre tour un dialogue avec l’auteure de Aller Retour. Voyages dans le temps... (L’Harmattan, 2014), étrange récit polyphonique dans lequel Sabine Olewkowiecz Cann construit en l'écrivant, entre le roman, les mémoires et l’Histoire, une possible rencontre avec son père.

Sabine Olewkowiecz Cann est psychanalyste, membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris. Auteur de nombreux articles de psychanalyse, Aller Retour. Voyages dans le temps... est son premier roman.

Paola PAISSA: Le "visage de la France": que se cache-t-il derrière cette formule de l’après-janvier 2015?
Notre corpus d’analyse est constitué des discours d’hommage et de commémoration des victimes des attentats de janvier, novembre 2015 et juillet 2016. Ces discours questionnent l’ethos et l’identité collectifs des Français et présentent une polarisation accentuée des instances énonciatives, le "nous" s’opposant avec force aux "vous/eux/ils" des responsables des actes de violence. Nous observerons notamment le réinvestissement sémantique qui est fait de quelques mots résumant les valeurs éthiques et identitaires de la France et de l’Occident entier (fraternité, solidarité, démocratie, liberté, éducation, etc.). Lourdement chargés de mémoire discursive, ces mots jouent le rôle de véritables piliers argumentatifs, car ils aimantent les discours de commémoration à plusieurs titres: avant tout, parce qu’ils participent à la rhétorique de la polarisation "nous - vous/eux" (cf. la liberté vs la servitude; l’éducation vs l’ignorance) et, en deuxième lieu, parce qu’ils sont pris dans des dispositifs rhétoriques jouant sur le cumul et l’effet de martèlement (anaphores, énumérations, etc.).  Le recours à des tournures à forte saillance argumentative témoigne ainsi de la volonté de récupérer, dans le cadre d’une "rhétorique ensembliste", certains mots d’ordre ou mots drapeau, y compris ceux qui sont potentiellement diviseurs (tels que la laïcité et la tolérance).

Paola Paissa, professeur de linguistique française à l’Université de Turin, s’occupe de rhétorique figurale, ainsi que d’analyse du discours littéraire et politique. Ses travaux portent sur les discours de la presse (contemporaine ou remontant à l’époque de la guerre d’Algérie), où elle observe le rôle argumentatif de certaines figures et d’autres procédés rhétoriques (euphémismes, hyperboles, antithèses, exemples historiques, déonomastiques, etc.).
Publications:
2011, "Pour (ne pas) noyer le poisson: la litote en tant que marqueur métadiscursif et indice d'un 'sentiment rhétorique spontané'", in Horak A. (éd.), La Litote. Hommage à Marc Bonhomme, Bern, Peter Lang,  pp.197-221.
2012, "La gradualité de l'euphémisme: analyse d'un corpus de presse à la fin de la guerre d'Algérie", in Bonhomme M., De La Torre M. & Horak A. (éd.), Études pragmatico-discursives sur l'euphémisme. Estudios pragmático-discursivos sobre el eufemismo, Frankfurt am Main, Peter Lang, pp.175-192.
2013, "Le silence sur la torture pendant la guerre d'Algérie. Analyse d'un corpus de presse française (1957 et 2000)", Mots. Les langages du politique, 103, pp.39-54 (en ligne).
2014, (avec Amossy R. & Krieg-Planque A. [éd.]), La formule en discours: perspectives argumentatives et culturelles, Repères Dorif, 5 (en ligne).
2015, "L’hyperbole, une "figure dérivée" par excellence: revue des procédés rhétoriques d’hyperbolisation", Travaux Neuchâtelois de linguistique (Tranel), 61-62, pp. 25-41.
2015,  "Antithèse et contextualisation: le débat sur la torture pendant la guerre d’Algérie (analyse d’un corpus de presse écrite, avril-décembre 1957)", in L. Gaudin-Bordes L. & Salvan G., Étudier les figures en contexte: quels enjeux?, Pratiques, 165-166 (en ligne).

2016, "L’exemple historique dans le discours – enjeux actuels d’un procédé classique", Argumentation & Analyse du discours, vol. 16, pp. 1-11 (en ligne).
2016, "Exemple historique et argumentation: autour de la reconnaissance du massacre du 17 octobre 1961", Argumentation & Analyse du Discours, vol. 16, pp. 1-15 (en ligne).
2016,  "L’adjectif berlusconien dans la presse française. Une illustration de l’emploi métaphorique d’un dérivé du nom propre en discours", Mots. Les langages du politique, vol. 110, pp. 155-170 (en ligne).
2016, (avec Druetta R.), "Vous avez dit publicité sexiste? Stéréotypes et interprétation au second degré: le cas SMEREP 2013", Publif@rum, vol. 26, pp. 1-12 (en ligne).

2017, "Le nom propre de seuil en seuil: les emplois discursifs des adjectifs en -ien dérivés du nom propre d’hommes politiques", in Laurent N. et Reggiani C. (éd.), Seuils du nom propre, Limoges, Lambert Lucas, pp. 155-170.
(à paraître) "Majorité silencieuse: une formule à fondement présuppositionnel dans les campagnes présidentielles françaises de 2007 et 2012", in Biglari A. & Bonhomme M. (éd.), La présupposition entre théorisation et mise en discours, Paris, Classiques Garnier.

Quelques références bibliographiques:
Amossy R. (éd.), 1999, Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos, Lausanne, Delachaux et Niestlé.
Amossy R. & Koren R. (éd.), 2009, Rhétorique et argumentation. Argumentation & Analyse du discours, 2.
Bonhomme M., 2005, Pragmatique des figures du discours, Paris, Champion.
Calas F., Fromilhague C., Garagnon A.-M. & Susini L. (éd.), 2012, Les Figures à l’épreuve du discours, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.
Charaudeau P., 2005, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert.
Krieg-Planque A., 2012, Analyser les discours institutionnels, Paris, Colin.
Maingueneau D., 1991, L’analyse du discours. Introduction aux lectures de l’archive, Paris, Hachette.
Maingueneau D., 2002, "Problèmes d'ethos", Pratiques, 113-114.
Orkibi E., 2008, "Ethos collectif et Rhétorique de polarisation: le discours des étudiants en France pendant la guerre d’Algérie", Argumentation et Analyse du Discours, 1, 2008.
Rabatel A. (éd.), 2008, "Figures et point de vue", Langue française, 160.
Salvan G. (éd.), 2013, "Figures et contexte(s)", Le Discours et la langue, t. 4.2.
Wodak R. & Auer-Borea G. (éds), 2009, Justice and Memory. Confronting traumatic pasts. An international comparison, Wien, Passagen Verlag.


Gabriela PATIÑO-LAKATOS: Les fonctions de l’image et du discours dans les montages mythiques des actes meurtriers
Cette intervention se concentrera sur les usages et les fonctions des images dans la construction des mythologies contemporaines qui légitiment le meurtre, et peuvent, sous certains conditions, aboutir à des actes violents. Nous analyserons ces imageries selon les rapports sémiotiques et sémantiques qu’elles entretiennent avec le discours. Aussi, avancerons-nous quelques considérations sur la manière dont ces montages faits d’images et de discours incitent potentiellement le sujet à adopter des comportements violents en lui permettant de s’identifier à des imagos idéalisées ou de se projeter dans des scènes représentées. Trois types de corpus différents (magazines, séries de télévision et vidéos) seront mis en série pour analyser la manière dont ils (1) rendent visible le meurtre; (2) s’articulent à un discours; (3) représentent le sujet engagé dans l’acte violent.

Gabriela Patiño-Lakatos est psychologue clinicienne et docteur en sciences de l’éducation. Ses recherches sur les rapports entre systèmes sémiotiques, techniques instrumentales et processus de subjectivation sont rattachées aux laboratoires Cultura y desarrollo humano (Universidad del Valle, Colombie), CIRCEFT (Université Paris 8) et CRPMS (Université Paris 7-Diderot).
Bibliographie sélective:
"Dimension pragmatique de la métaphore: discours politique, référence et monde", in L. Aubry, B. Turpin (dir.), Victor Klemperer. Repenser le langage totalitaire, colloque de Cerisy, Paris, CNRS Éditions, 2012.
"La religion, ou Pourquoi les hommes éprouvent-ils l’irrépressible besoin de créer des êtres de surnature?" (coécrit avec D.-R. Dufour), in Religion: Le retour? Entre violence, marché et politique, Revue du M.A.U.S.S., n°49, 1er semestre 2017.
"Economía psíquica de la caricatura política: Retórica del sujeto y lazo social", Revue internationale de psychanalyse Desde el jardín de Freud, n°17, Universidad Nacional, Colombie, juin 2017.


Karine ROUQUET-BRUTIN & Suzanne MULLER: Partir étudier ailleurs, passer une frontière, trouver une langue
Je souhaite aborder la démarche des étudiants étrangers venus poursuivre leur recherche en France, et donc contraints de produire les résultats dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle. Ces jeunes gens se saisissent de l’institution universitaire et de la langue du pays élu (ou trouvé) pour la recherche afin d'y déposer et y inscrire un questionnement qui n’aurait peut-être pas pu être abordé dans leur pays d’origine. Passer une frontière, trouver une langue peut ouvrir le passage à la représentation de ce qui ne pourrait être dit ou même pensé dans les limites de son pays et de sa communauté et, pour nombre d’entre eux, permettre ou révéler l’exploration et l’élaboration de situations de violences politiques ainsi que de traumatismes historiques. C’est sur le fond des guerres, des dictatures et des génocides que s’édifient bien des recherches. Le pays, la langue et la culture de l’autre peuvent servir d’outils ou d’appuis pour échapper aux discours meurtriers, mettre en perspective le pays d’origine, penser ce qui était inaccessible, oblitéré, escamoté, interroger ce qu’on ne savait pas connaître, formuler ce qu’on ne voyait pas dans les limites trop étroites d’un pays, d’une communauté ou d’une famille.

Karine Rouquet-Brutin, docteur de l’Université Paris-Diderot, enseigne dans le Centre de Formation des Doctorants aux Initiatives Professionnelles, Paris Diderot Sorbonne Cité. Anciennement affectée par l’université Paris-Diderot à l’accueil pédagogique des étudiants au Bureau d’Aide Psychologique Universitaire-Pascal et dans l’antenne de ce BAPU à la Cité Internationale Universitaire de Paris, elle est formatrice aux médiations de l’écriture et du théâtre dans le Centre d’Étude de l’Expression de l’Hôpital Sainte-Anne. Elle est l'auteure de L’alchimie thérapeutique de la lecture. Des larmes au lire (Paris: L’Harmattan, 2000), et de nombreux articles de recherche.

Ugo RUIZ: Tuer au nom de valeurs démocratiques
La contribution portera sur "la figure de l’ennemi" telle qu’elle est présentée dans la "guerre contre le terrorisme". On montrera que, dans ce contexte, l’ennemi prend les traits d’une menace extérieure qu’on peut éliminer sans se soucier de respecter le droit dans certaines zones du globe. Or, il peut également prendre les traits d’une menace intérieure, puisque des terroristes sont aussi présents sur le territoire français, où ils sont alors protégés par le droit qui s’applique aux citoyens. Notre corpus d’analyse inclura des discours d’hommes politiques français, ainsi que des articles publiés sur les sites d’information du Monde et du Figaro à certains moments clés de la "guerre contre le terrorisme". Ce corpus permettra de se demander si les appels guerriers relayés par les médias n’aboutissent pas, comme dans des régimes totalitaires, à une forme de propagande, dans la mesure où ils concentrent l’inquiétude de l’opinion publique, qui se trouve ainsi dans l’incapacité de prendre de la distance par rapport aux événements et aux choix politiques qui les motivent.

Maître de conférences à l’Université de Göteborg (Suède), Ugo Ruiz mène ses recherches dans le domaine de l’analyse du discours et des sciences de l’information et de la communication. Ses travaux ont pour objet la question du pouvoir et de la construction du savoir à travers les notions d’identité collective, de propagande et d’univers de croyance.

Mathieu TERRIER: Mémoire meurtrie et discours meurtrier: jihâd et apocalypse dans le shi’isme imamite
Les études sur le jihâd en islam se basent généralement sur le seul point de vue du sunnisme majoritaire; cette communication fera entendre la voix des pères du shi’isme imamite, le principal courant minoritaire de l’islam et la première cible du jihâdisme actuel. Les douze imams (630-941), guides temporels et spirituels de ces shi’ites, sont les vaincus de l’histoire des débuts de l’islam. Après le massacre du troisième Husayn, avec famille et partisans, ses descendants et successeurs adoptèrent une position quiétiste et développèrent un enseignement ésotérique. De nombreuses traditions qui leur sont attribuées racontent qu’un Rédempteur viendra, à la fin des temps, "couvrir la terre de justice comme elle l’était d’injustice" au prix d’une guerre sans merci, sacrosainte et ultraviolente, qui vengera tous les crimes subis par les amis de Dieu. Nous chercherons à éclairer la nature et les fonctions de ce discours, littéralement meurtrier mais paradoxalement inoffensif, dans l’histoire des shi’ites et de l’islam.

Mathieu Terrier est islamologue, chargé de recherche au CNRS, spécialiste de l’ésotérisme et de la philosophie dans le shi’isme imamite. Il a enseigné vingt ans la philosophie en France, au Moyen-Orient et au Maghreb. Docteur de l’École Pratique des Hautes Études en 2014, il a publié sa thèse en 2016 sous le titre Histoire de la sagesse et philosophie shi’ite. L’Aimé des cœurs de Quṭb al-Din Akevari (Éditions du Cerf, coll. "Islam, nouvelles approches"), ainsi que de nombreux articles dans des revues scientifiques.

Béatrice TURPIN: Discours meurtriers et discours totalitaires. En en suivant la trame...
Dans son ouvrage-témoignage, L’élimination, Rithy Panh s’interroge sur la véracité du lien posé entre le génocide khmer et le bouddhisme. Il souligne alors la superficialité de cette interprétation en ajoutant de manière ironique: " plutôt s’intéresser aux variantes du bouddhisme qu’à l’universalité de ce crime de masse " (2011: 245). Nous nous interrogerons ici sur cette " universalité " à partir de l’étude de discours médiatiques ou de propagande et de récits ou documentaires mettant en scène acteurs et victimes de massacres de masse[*]. Nous tenterons ainsi de discerner si l’on peut déterminer des éléments de discours communs en appui et accompagnement des crimes perpétrés à l’époque contemporaine, du génocide des Juifs et des Tsiganes à celui des Khmers et des Tutsis que nous situerons également dans leurs contextes économiques et politiques. Nous confronterons par ailleurs ces discours aux discours djihadistes contemporains. Faute d’une possibilité de réponse totalisante, il s’agira ici finalement d’essayer de trouver un élément de compréhension parmi les autres communications de ce colloque.

[*] Principalement: Victor Klemperer, LTI La langue du 3e Reich, Agora, 2013; Rithy Panh, La machine khmère rouge, Flammarion, 2003 & L’élimination, Grasset et Fasquelle, 2011; Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie, Seuil, 2000 & Une saison de machettes, Seuil, 2003. En ce qui concerne la filmographie: Claude Lanzmann, Shoah, 1985; Rithy Panh, S21. La machine de mort khmère rouge, 2004; Anne Aghion, Mon voisin, mon tueur, 2009.

Béatrice Turpin, maîtresse de conférences en sciences du langage à l’Université de Cergy-Pontoise, est chercheuse au laboratoire "Lexiques, Discours, Dictionnaires" de cette même université. Elle a codirigé ,avec Laurence Aubry, le colloque de Cerisy en 2010: Le langage totalitaire d’hier à aujourd’hui. En hommage à Victor Klemperer (qui a donné lieu à une publication en 2012 aux Éditions du CNRS).
Bibliographie sélective:
"Sémiotique du langage totalitaire ", in Victor Klemperer. Repenser le langage totalitaire (éd. L. Aubry, B. Turpin), CNRS Éditions, Paris, 2012.
"Le langage totalitaire au prisme de l’analyse de discours", in Un hommage à Jean Peytard (éd. S. Borg, I. Machado, M. Soria), Synergie Monde, Gerflint, AUF, 2013.
" Inducteurs normatifs et discrimination. Les Tsiganes dans les journaux du début du XXe siècle ", in Cahiers internationaux de sociolinguistique, n°3 (éd. G. Legeden), L’Harmattan, Paris, 2013.
"A discriminação dos ciganos na imprensa francesa do inicio do ségulo XXI" (trad. C. L. de Brito et A. S. Chaves), in Representações do outro (éd. G. Lara et R. Limberti), Autêntica, Belo Horizonte, 2016.
" L’implicite dans la circulation des discours. L’idéologie et ses marques ", in Textes et discours en confrontation dans l’espace européen (éd. D. Ablali, G. Achard-Bayle, S. Reboul et M. Temmar), Peter Lang, 2018.


Laure WESTPHAL: Le discours jihadiste et sa dialectique de vengeance et sacrifice
Plus encore qu'Al-Qaida, Daech utilise un discours qui subvertit le texte coranique, n'appelant pas simplement au jihad, à la guerre sainte, mais au suicide, qui est proscrit par l'islam. Ce discours est construit notamment sur l'idée qu'à l'humiliation du peuple musulman, liée aux guerres anciennes et récentes au Moyen-Orient, à sa stigmatisation en Occident, doit répondre une vengeance proportionnelle. Mourir en martyr n'est pas moins nécessaire au moudjahidin, au combattant, pour gagner l'estime d'Allah et entrer au paradis. Or, près de 40% des candidats occidentaux au jihad sont des convertis. Cette intervention propose de partir d'une pratique clinique avec de jeunes radicalisés et de témoignages de journalistes présents en zone de guerre, pour explorer la façon dont le discours islamiste radical parvient à exploiter sur le plan subjectif un vécu préalable de préjudice et de haine. Ensuite, nous éclairerons la façon dont l'idéologie islamiste radicale donne à celui qui considère avoir été un mécréant la possibilité de réparer les préjudices singulier et collectif, tout en se construisant une néo-filiation, dans l'espoir d'obtenir une reconnaissance symbolique.

Laure Westphal est chercheure associée au CRPMS (Centre de Recherches en Psychanalyse, Médecine et Sociétés), chargée d'enseignement au département de psychanalyse de l'IHSS (Institut des Humanités, Sciences et Sociétés) et membre du CERT (Centre d'Études des Radicalisations et leurs Traitements), à l'Université Paris 7 Diderot. Elle est aussi psychologue clinicienne à l’hôpital Maison Blanche (Paris).
Publications:
"L’insu des passions politico-religieuses", dans Passionnément, à la folie, sous la dir. de Laure Westphal et Bruno Vincent, Inpress, Paris, À paraître en 2018.
"L'absorption de l'ambivalence à l'égard du père par l'idéologie islamiste radicale", à paraître dans la revue Cliniques Méditerranéennes.
"Clinique de la radicalisation", co-écrit avec Therry Lamote, dans Les fanatismes aujourd’hui. Enjeux cliniques des nouvelles radicalités, sous la dir. de Romuald Hamon et Yohann Trichet. Eres. Toulouse, À paraître en 2018.
"De l'automatisme mental à l'automatisme en politique: la radicalisation", co-écrit avec Yorgos Dimitriadis, à paraître en 2018, dans la revue Recherches en Psychanalyse.
"La résorption de la dissociation psychotique par la solution perverse", dans L'évolution psychiatrique, n°81, 2016.


BIBLIOGRAPHIE :

ANGENOT Marc, "La rhétorique de la qualification et les controverses d’étiquetage", Argumentation et Analyse du Discours [en ligne], 13, 2014.
ANGENOT Marc, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique, Paris, Mille et Une Nuits, 2008.
ARCHETTI Cristina, "Terrorism, Communication and the New Media in the Digital Age", Perspectives on Terrorism [en ligne], 9/1, Universiteit Leiden, 2015.
ARENDT Hannah, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal, trad. A. Guérin, Paris, Gallimard, 1966, coll. "Folio", 1991.
ATHENS Loonie H., The Creation of Dangerous Violent Criminals, Champaign, University of Illinois Press, 1992.
AUBRY Laurence, "In lingua veritas. La langue comme crédo ou comme balancier", Revue française de psychanalyse, vol. 79, n°1, 2015, pp. 42-54.
AUBRY Laurence, "D’une perversion de l’autorité dans le langage. Ces langues qui coupent la pensée", Topique, n°133, 2015, pp. 65-79.
AUBRY Laurence, TURPIN Béatrice, Victor Klemperer. Repenser le langage totalitaire, colloque de Cerisy, CNRS éditions, Paris, 2012.
BALIBAR Étienne, Violence et civilité: Wellek Library Lectures et autres essais de philosophie politique, Paris, Editions Galilée, 2010.
BENICHOU David, KHOSROKHAVAR Farhad, MIGAUX Philippe, Le jihadisme, Plon, 2015.
BENSLAMA Fethi, La psychanalyse à l’épreuve de l’Islam, Paris, Aubier, 2003.
BENSLAMA Fethi, Un furieux désir de sacrifice. Le surmusulman, Paris, Le Seuil, 2016.
BENSLAMA Fethi, KHOSROKHAVAR Farhad, Le Jihadisme des femmes. Pour-quoi ont-elles choisi Daech?, Paris, Le Seuil, 2017.
BERTRAND Michèle, "Le djihadisme à l’adolescence", Adolescence, n°99, 2017, pp. 135-147.
BERTRAND Michèle, "Le théologico-politique aujourd’hui", Topique, n°133, 2015, p. 107-114.

BLANCHET Philippe, Les mots piégés de la politique, "Petite encyclopédie critique", éd. Textuel, Paris, 2017.
BOUDON Raymond, Le juste et le vrai, Paris, Fayard, 1995.
BOURDIN Dominique, "Enjeux de l’idéalisation religieuse à l’adolescence", Adolescence, n°86, 2014, pp. 835-851.
BOURDIN Dominique, "De la rage d’exister à la rage de tuer. Quelques notations partielles", Aspasia, Psychanalyse dans la cité [en ligne], 30 mai 2016.
BOURDIN Dominique, "Le meurtre du semblable: quelques notations partielles", Le Carnet PSY, n°203, 2017, pp. 31-36.
BRETON Philippe, La parole manipulée, Paris, La Découverte, "Poche", 2000.
CANETTI Elias, Masse et puissance, Tel, Gallimard, 1966 [Hamburg, Claussen Verlag, 1960].
CASTAREDE Marie-France, DOCK Samuel, Le nouveau malaise dans la civilisation, Paris, Plon, 2015.
CHARAUDEAU Patrick, Les médias et l'information, Bruxelles, de Boeck, 2011.
CHAUVET Évelyne, DANON BOILEAU Laurent (éd.), Psychanalyse et terrorisme: l’effroi peut-il s’élaborer?, Paris, Presses Universitaires de France, 2017.
DANBLON Emmanuelle, La fonction persuasive, Paris, A. Colin, 2005.
DELEPLACE, M. (éd.), Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité, Presses Universitaires du Septentrion, 2009.
DELESTRE Antoine, LEVY Clara, L’esprit du totalitarisme, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2016.
DEWITTE Jacques, Le Pouvoir de la langue et la liberté de l’esprit, essai sur la résistance au langage totalitaire, Paris, Michalon, 2007.
DIATKINE Gilbert, "La dictature de la raison", Revue française de psychanalyse, vol. 80, n°1, 2016, pp. 54-64.
DIATKINE Gilbert, "L’énigme du sadisme", Revue française de psychanalyse, vol. 80, n°3, 2016, pp. 733-740.
DOURY Marianne, Argumentation. Analyser textes et discours, Paris, A. Colin, 2016.
EL DIFRAOUI Abdelasiem, Al-Qaida par l'image. La prophétie du martyre, Paris, Presses Universitaires de France, 2013.
FAIRCLOUGH Norman, Analyzing Discourse. Textual Analysis for Social Research, London, Routledge, 2003.
FAYE Jean-Pierre, Le langage meurtrier, Hermann, 1996.
FAYE Jean-Pierre, Introduction aux langages totalitaires, Hermann, 2003.
FREUD Sigmund, Totem et tabou, Paris, Payot [1913], 2001.
FREUD Sigmund, L’avenir d’une illusion, Paris, PUF [1927], 2004.
FREUD Sigmund, Malaise dans la civilisation, Paris, Payot [1930], 2010.
GAUCHET Marcel, L’avènement de la démocratie. A l’épreuve des totalitarismes, Paris, Gallimard, 2010.
KAHN Laurence, Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse, Puf, 2018.
KHOSROKHAVAR Farhad, Les Nouveaux Martyrs d’Allah, Paris, Flammarion, 2002.
KHOSROKHAVAR Farhad, Radicalisation, Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2014.
KLEMPERER Victor, LTI, la langue du Troisième Reich. Carnets d'un philologue, Paris, Albin Michel, coll. "Bibliothèque Idées" [1947], 1996.
KOREN Roselyne, AMOSSY Ruth (éds.), Après Perelman: quelles politiques pour les nouvelles rhétoriques?, L’Harmattan, 2002.

KRISTEVA Julia, Pouvoir de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Éditions du Seuil, 1980.
KRISTEVA Julia, Cet incroyable besoin de croire, Paris, Bayard, 2017.
L’HEUILLET, Hélène, Tu haïras ton prochain comme toi-même, Paris, Albin Michel, 2017.
HALLDEN Philip, "What is Arab Islamic Rhetoric? Rethinking the history of Muslim oratory art and homiletics", International Journal of Middle East Studies, 37, 2005.
LECERCLE Jean-Jacques, La violence du langage, Paris, PUF, 1996.
LEGENDRE Pierre, Jouir du pouvoir, Paris, Minuit, 1976.
MERTON, Robert K., "War and the crisis of language", in GINSBERG Robert, The Critique of War: Contemporary Phisolophical Explorations, Chicago, H. Regnery Company (en ligne), 1969.
MONDZAIN Marie-José, L'image peut-elle tuer?, Montrouge, Bayard Culture, 2015.
MONDZAIN Marie-José, Confiscation: des mots, des images et du temps, Paris, Les Liens qui libèrent, 2017.
MOURAD Suleiman, La mosaïque de l’islam. Entretien sur le Coran et le djihadisme avec Perry Anderson, Paris, Fayard, Institut d’Études Avancées de Nantes, 2016.
OLEWKOWIEZ-CANN Sabine, Aller Retour. Voyages dans le temps... Roman, Paris, L’Harmattan, 2014.
PANH Rithy, L’élimination, éd. Grasset & Fasquelle, 2011.
RICHARD François, L’actuel malaise dans la culture, Paris, Éditions de l’Olivier, 2011.
RICHARD François, "Le surmoi perverti", Revue Française de Psychanalyse, vol. 81, n°2, 2017, pp. 338-350.
ROGOZINSKI Jacob, Djihadisme: le retour du sacrifice, Paris, Desclée de Brouwer, 2017.
SALAZAR Philippe-Joseph, Paroles Armées. Comprendre et combattre la propagande terroriste, Paris, Lemieux Éditeur, 2015.
SANSAL Boualem, Gouverner au nom d’Allah, Paris, "Folio", Gallimard, 2013.
SEMELIN Jacques, Purifier et détruire, Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Seuil, 2005.
STRENGER Carlo, Le Mépris civilisé, Paris, Belfond, 2016.
TRAVERSO Enzo, Le totalitarisme, Le XXe siècle en débat, Seuil, "Points", 2001.
TCHAKHOTINE Serge, Le viol des foules par la propagande politique, "Tel", Gallimard, 1952.
TODOROV Tzvetan, Le siècle des totalitarismes, Paris, "Bouquins", Laffont, 2010.
WEIMANN Gabriel, New terrorism and new media, Washington D.C., Wilson Center (en ligne), 2014.


Avec le soutien
des Universités de Cergy-Pontoise et de Perpignan