Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche





*
Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
VALÈRE NOVARINA :
LES QUATRE SENS DE L'ÉCRITURE
Mise à jour
20/11/2017


DU VENDREDI 10 AOÛT (19 H) AU VENDREDI 17 AOÛT (14 H) 2018

( colloque de 7 jours )

DIRECTION : Marion CHÉNETIER-ALEV, Sandrine LE PORS, Fabrice THUMEREL

Avec la participation de Valère NOVARINA

ARGUMENT :

"Très longtemps il m’a semblé que tout devait atteindre quatre sens: chaque phrase, chaque réplique, chaque scène de l’Écriture — et y compris mon nom (et y compris mes initiales !)"[1], peut-on lire dans le dernier essai de Valère Novarina, Voix négative précisément. Quels sont les quatre sens possibles de VN: Voie Négative, Voix Négative, Via Novarina, Viande Niée?... Si les pistes ne manquent pas, il convient cependant de s’interroger sur la valeur herméneutique, poétique et critique d’une telle approche: en quoi cette voie onomastique constitue-t-elle un mode opératoire pertinent pour aborder l’œuvre? Comment saisir la quatressence d’une œuvre particulière ou de l’œuvre dans son intégralité (lecture littérale, allégorique, morale et anagogique[2])? Dans quelle mesure l’écriture novarinienne doit-elle être rattachée à la scène de l’Écriture et comment comprendre cette expression dans toutes ses dimensions?

Par ailleurs, ces quatre sens de l’écriture renvoient-ils à quatre points cardinaux qui détermineraient un territoire novarinien? Sont-ils à mettre en relation avec les "quatre langues nourricières"[3] qu’évoque l’écrivain (le hongrois, le dialecte franco-provençal, l’italien valsésian et le latin)? Avec diverses autres langues / langues autres? Peut-on les relier à cette quatrième personne du singulier dont se revendique l’auteur[4]? En quoi cette quatressence scripturale invite-t-elle à explorer les voies poétiques, dramatiques/dramaturgiques, picturales et musicales — mais aussi philosophiques, théologiques? Faut-il donc excéder le quatre?

Tels sont quelques-uns des enjeux que se propose d’approfondir ce premier colloque de Cerisy consacré à l’œuvre d’un écrivain, dramaturge et peintre d’ores et déjà considéré comme un classique de la modernité. Ont répondu présents la plupart des principaux spécialistes et interlocuteurs de Valère Novarina: écrivains, philosophes, traducteurs, universitaires, comédiens et metteurs en scène. C’est dire que, en présence de l’auteur qui interviendra de diverses façons — notamment par des lectures —, seront développés de multiples domaines: théâtre, poésie, philosophie, dramaturgie, peinture, théorie, traduction, culture et langues de l’antiquité, histoire des idées... Pour le plus grand plaisir des passionnés, qu’ils soient professionnels ou amateurs éclairés.

[1] Valère Novarina, Voix négative, P.O.L, 2017, p. 40.
[2] Dans cette même page, Novarina nomme "sens à l’arraché" ce sens anagogique qui est un "sursens".
[3] Cf. ibid., p. 36-47.
[4] Cf. La Quatrième Personne du singulier, P.O.L, 2012.


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Isabelle BABIN: Valère Novarina: l'"entendement par le toucher"
* Philippe BARTHELET: Apologie du renard
* Marco BASCHERA: Comment faut-il lire les textes théâtraux de Valère Novarina?
* Kerstin BEYERLEIN: Le quatrième état du texte de théâtre
* Constantin BOBAS: Valère Novarina, hypothèses pour une écriture synesthésique d'origine lointaine
* Francis COHEN: Ethnographie du stade d’action dans le théâtre novarinien
* Louis DIEUZAYDE: À l’écoute des animaux
* Olivier DUBOUCLEZ: "Un vide est au milieu du langage". Novarina et le sens de la prière
* Marie GARRÉ: Voix et dispositifs marionnettiques dans l’écriture de Novarina
* Annie GAY: Entrée dans l'impossible "avec l'acteur comme objet de désir"
* Céline HERSANT: "Espace, es-tu là?": cartographie des territoires novariniens
* Inhye HONG: "Sentiment inconnu": la porte ouverte sur les catharsis
* Nathalie KOBLE: "Jouer avec Adam". L'origine projetée de la parole novarienne
* Angela LEITE LOPES: Traduire, penser, jouer — Valère Novarina et son vivier des langues
* Thierry MARÉ: Valère Novarina, avec et sans Japon
* Marie-José MONDZAIN: Scènes de colère
* Laure NÉE: Novarina — L'intranquillité
* Rafaëlle PIGNON: De la cour d'honneur à la cour d'école: la poétique novarinienne
* Didier PLASSARD: La figure marionnettique dans l'écriture novarinienne
* Christine RAMAT: Les bouffonneries macabres dans le théâtre de Novarina: un comique rédempteur
* Enikö SEPSI: Le rituel kénotique dans les travaux de Novarina
* Robin SEVESTRE: Le tétracorde novarinien
* Jean-Luc STEINMETZ: Un Novarina d'avant le déluge
* Patrick SUTER: Valère Novarina: une écriture frontalière
* Amador VEGA: Quatre modes de l'esprit: une lecture hermétique de Novarina
* Leopold von VERSCHUER: Traduire les listes

TABLES RONDES :

* La mise en scène de L'Opérette imaginaire, animée par Marion CHÉNETIER-ALEV & Sandrine LE PORS, avec Valère NOVARINA, Claude BUCHVALDZsófia RIDEG et Enikö SEPSI
* Le devenir-marionnettes des figures novariniennes, animée par Marion CHÉNETIER-ALEV & Sandrine LE PORS, avec Valère NOVARINA, Claude BUCHVALD, Leopold von VERSCHUER, Marie GARRÉ, ...

SOIRÉES :

* Une petite forme théâtrale: "Homo automaticus", le monologue d’Adramélech par Leopold von VERSCHUER
* Projection du film Ce dont on ne peut parler, c’est cela qu’il faut dire (Raphaël O’Byrne, coproduction Arte, 2002)
* Soirée poétique et musicale: un choix de textes et de chansons extraits de l’œuvre de Valère Novarina seront lus par l’auteur lui-même et si possible une comédienne (Claire Sermonne ou Agnès Sourdillon), et accompagnés musicalement par un musicien (Christian Paccoud ou Mathias Lévy)
* Soirée poétique: extraits de "Pour Louis de Funès" ou de L’Homme hors de lui mis en voix et en espace par Dominique Pinon ou le "Discours aux animaux" par André Marcon
* Projection de la captation d’un spectacle (Le Vrai Sang, probablement)...

AUTRES ACTIVITÉS :

* Exposition Novarina commentée (une sélection de dessins et de photographies des spectacles...)
* Écoutes en continu des textes de Novarina (créations pour la radio, dont Le Théâtre des Oreilles...)

RÉSUMÉS :

Inhye HONG: "Sentiment inconnu": la porte ouverte sur les catharsis
Si la catharsis est l’apanage de la tragédie classique, l’œuvre de Valère Novarina qui contredit la poétique aristotélicienne serait la dernière à accueillir ce "soulagement mêlé de plaisir"[1]. Cependant, comme témoignent de nombreux spectateurs, le travail de Novarina nous procure une joie semblable, presque purifiante: il s’agit d’une "joie incompréhensible"[2] dont l’origine ne se discerne que très difficilement d’un sentiment d’être délivré de quelque chose d’inidentifiable ou d’un "sentiment inconnu"[3] selon Novarina. Notre intérêt part de cette analogie entre la catharsis et le sentiment inconnu novarinien. Si le dernier résulte d’un autre processus cathartique qui prend pour le "matériau cathartique"[4] la parole, ne serait-il pas un lieu d’accueil pour plusieurs catharsis? En s’intéressant notamment à la dimension poéticomédicale de la catharsis par la parole, on tentera, dans cet exposé, d’amener la conciliation entre la catharsis classique et le théâtre dédramatique de Novarina.
[1] ARISTOTE, Politique VIII, 1342a 14-15, tr. AUBONNET Jean, Les Belles Lettres, Paris, 1989, p. 47-48.
[2] NOVARINA Valère, L’Opérette imaginaire, P.O.L., Paris, 1998, p. 96.
[3] ibid., p. 97.
[4] NAUGRETTE Catherine, "Du cathartique dans le théâtre contemporain", in Littérature et thérapeutique des passions, DARMON Jean-Charles (dir.), Hermann, Paris, 2011, p. 174.


Inhye Hong est doctorante en littératures françaises à l’Université Paris-Sorbonne. Sa thèse intitulée La Catharsis par la parole dans l’œuvre de Valère Novarina est en préparation depuis novembre 2014, sous la direction de Michel Murat (Université Paris-sorbonne/ENS) et Marion Chénetier-Alev (Université Tours). Elle a participé au colloque "La Catharsis aujourd’hui" (Fondation des Treilles, 2015) et au colloque International d’Étude Francophones Timişoara "silence(s)" (Roumanie, 2017).

BIBLIOGRAPHIE :

Des œuvres utopiques pour aller très loin
Le Drame de la vie, Paris, P.O.L, 1984 ; rééd. "Poésie/Gallimard", préface de Philippe Sollers, 2003.
Le Discours aux animaux, Paris, P.O.L, 1987.
Théâtre [L'Atelier volant, Le Babil des classes dangereuses, Le Monologue d'Adramélech, La Lutte des morts, Falstafe], Paris, P.O.L, 1989.
Je suis, Paris, P.O.L, 1991.
La Chair de l'homme, Paris, P.O.L, 1995.

Sept œuvres pour la scène
Le Jardin de reconnaissance, Paris, P.O.L, 1997.
L'Opérette imaginaire, Paris, P.O.L, 1998.
L'Origine rouge, Paris, P.O.L, 2000.
La Scène, Paris, P.O.L, 2003.
L'Acte inconnu, Paris, P.O.L, 2007.
Le Vrai sang, Paris, P.O.L, 2011.
Le Vivier des noms, Paris, P.O.L, 2015.

Sept essais par Valère Novarina
Le Théâtre des paroles, Paris, P.O.L, 1989.
Devant la parole, Paris, P.O.L, 1999.
Lumières du corps, Paris, P.O.L, 2006.
L'Envers de l'esprit, Paris, P.O.L, 2009.
La Quatrième Personne du singulier, Paris, P.O.L, 2012.
Observez les logaèdres !, Paris, P.O.L, 2014.
Voie négative, Paris, P.O.L, 2017.

Deux entretiens avec Valère Novarina
Paysage parlé (avec Olivier Dubouclez), Chatou, Les Éditions de la transparence, 2011.
L'Organe du langage, c'est la main (avec Marion Chénetier-Alev), Paris, Argol, 2013.

Sept dossiers et ouvrages consacrés à Valère Novarina
TXT, n°12, Paris, Christian Bourgois, 1980, p. 3-49.
Valère Novarina. Théâtres du verbe, Alain Berset (dir.), Paris, Corti, "Les Essais", 2001.
Europe, n°880-881, Paris, août-septembre 2002, p. 3-178.
Le Théâtre de Valère Novarina. Une scène de délivrance, Louis Dieuzayde (dir.), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2004.
La Voix de Valère Novarina, Pierre Jourde (dir.), Paris, L'Harmattan, "L’Écarlate", 2004.
Littérature, n°176: "Valère Novarina: une poétique théologique?", O. Dubouclez, É. Grossman, D. Guénoun, A. James (dir.), Paris, Larousse, décembre 2014.
Valère Novarina, Laure Née (dir.), Paris, Classiques Garnier, "Écrivains francophones d'aujourd'hui", 2015.

FILMOGRAPHIE :

L'Atelier d'écriture de Valère Novarina, film réalisé par Pascale Bouhénic, DVD, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996.
Ce dont on ne peut parler, c’est cela qu’il faut dire, film réalisé par Raphaël O'Byrne, Paris, Les Films à Lou/ARTE France, diffusion Arte, 15 novembre 2002. Rééd. dans L'Acte inconnu de Valère Novarina, coffret 2 DVD, livret élaboré par Marion Ferry, Chasseneuil-du-Poitou, SCÉRÉN/CNDP-CRDP, "Œuvres accompagnées", n°3, 2010.

SITOGRAPHIE :

On trouvera sur le site de l’auteur une bibliographie complète des publications et des manifestations de, et autour de, Valère Novarina: www.novarina.com

Avec le soutien
de l'Université d'Artois, de l'Université François-Rabelais de Tours,
de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3,
de Normandie Livre & Lecture
des Éditions P.O.L et du site Libr-critique