Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2017 : séminaire





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
LA TEXTIQUE, POUR QUOI FAIRE ?
Mise à jour
13/02/2017


DU MARDI 1er AOÛT (19 H) AU MARDI 8 AOÛT (14 H) 2017

(séminaire de 7 jours)

DIRECTION : Collectif Textique

AVERTISSEMENT :

Le présent Séminaire, qui se tient tous les ans à Cerisy depuis 1989, accueille toute personne qui, ayant une suffisante maîtrise de la langue française, s'estime requise par le sujet traité.

En effet la textique est une discipline qui se développe avec sa technicité propre, mais l'usage de son vocabulaire spécial se trouve élucidé chaque fois que l'un des participants en manifeste le souhait.

À cela, il convient d'ajouter que les deux premières séances, tenues à partir de la contribution appelée Un apercu de la textique, permettent aux nouveaux une rapide mise au clair, tandis que, un jour sur deux, l'après-midi, des séances supplétives sont consacrées à l'explication des concepts majeurs en textique.

ARGUMENT :

La textique? Une discipline nouvelle, inaugurée en 1985 au Collège International de Philosophie, visant à établir par niveaux une théorie unifiante de l’écrit accompagnée d'une théorie unifiante de l'écriture.

Sa méthode? Explorer la totalité postulée selon des ensembles conceptuels d'exhaustion échelonnée, réfutables à mesure, le cas échéant, par tout contre-exemple établi comme tel.

Ses avantages? Pour la théorie: une coordination conceptuelle de mécanismes jadis et naguère plus ou moins bien pensés, une reformulation critique de certaines notions trop admises, ainsi qu’une réévaluation concertée de phénomènes négligés, voire méconnus, et une classification réfléchie de la plupart des erreurs possibles. Pour les conséquences sur l'analyse: avec, pour base, la cardinale notion de lieu scriptuel, une attention inédite portée, notamment, sur les prétendues "broutilles". Pour les conséquences sur l'écriture: la possibilité de programmes et métaprogrammes raisonnés permettant la correction et la récriture à plusieurs. En général: une clarté et une rigueur neuves dans l'ordre des concepts.

Le thème 2017? À la suite de la disparition, en 2016, de Jean Ricardou, initiateur de la textique et animateur du Séminaire, il a paru opportun, lors de cette rencontre qui amorce une phase nouvelle, de vouer la réflexion à revenir, selon diverses manières, sur les enjeux majeurs de la discipline.

Le travail? Les contributions étant expédiées environ un mois à l’avance, chaque séance sera intégralement consacrée à leur discussion méthodique.

Les participants? Toutes celles et tous ceux qui, répondant au critère formulé plus haut ("Avertissement"), sont intrigués par le domaine ainsi balisé comme le travail dès lors permis, et qui, sachant que l'abondant vocabulaire technique se trouve en séance aussi réduit que possible, voire, s’il le faut, éclairci à mesure, désirent venir à titre de contributeurs actifs, soit chevronnés, soit nouveaux, ou d'auditeurs curieux.

Les séances? En guise d’initiation ou de révision, un retour, pendant quatre demi-journées, sur la méthode et les enjeux, prolongé par de supplémentaires séances destinées à une explication des concepts majeurs. Puis le traitement des questions annoncées à partir des observations que chacune et chacun aura eu le temps de préparer.

L'inscription? Il est souhaitable de l'accomplir au plus tôt à partir du 15 mars, et si possible avant le 15 mai (pour bénéficier du précoce envoi des écrits préparatoires).

+++

À l'intention de celles et ceux qui souhaitent, d'ores et déjà, en savoir davantage, il est loisible d'ajouter les précisions suivantes.

Sitôt, d'une part, que la textique vise à établir une théorie unifiante de l'écrit dans ses divers modes (dits phanique, grammique, iconique, symbolique), et, conjointement, une théorie unifiante de l'écriture, ce qui l'oblige à une exhaustivité contrôlée sur un domaine immense, et sitôt, d'autre part, que ses premiers efforts, comme tels, datent du milieu des années 1980, nul doute que, à l'orée du prochain séminaire, comme pour les années précédentes, se posent, quant à la mise à niveau, l'un étant celui de l'initiation et l'autre celui de la révision, deux problèmes distincts.

Le problème de l'initiation concerne les participants nouveaux qu'une curiosité intellectuelle aura porté à venir pour la première fois, car il est nécessaire, pour bien saisir la pensée textique, voire pour y concourir, d'être mis en possession, aussi soigneusement que possible, de la méthode et des enjeux.

Le problème de la révision concerne les participants habitués, voire chevronnés, car il est opportun, avant ces journées de réflexion intense, de se remettre en tête, soigneusement, les grandes perspectives du travail.

Cette initiation et cette révision se feront à partir du livre: Un aperçu de la textique par Gilles Tronchet.

Quant à la préparation: les volumes étant expédiés, avec d'autres écrits, un mois environ avant le début du séminaire, les participants auront toute la durée qu'ils s'accorderont pour en prendre, à leur guise, ce qu'on appelle habituellement connaissance.

Quant à la discussion: les deux premières journées étant réservées à de libres échanges oraux sur ces ouvrages, les participants auront tout le loisir permis par les séances pour solliciter les éclaircissements éventuellement nécessaires, voire pour énoncer, très librement, d'éventuelles objections.

BIBLIOGRAPHIE :

Il est possible, d'ores et déjà, de prendre une vue sommaire de la textique en consultant, chacun paru aux éditions Les Impressions nouvelles dans la série TEXTICA (www.lesimpressionsnouvelles.com), les trois ouvrages suivants:

Jean Ricardou, Intelligibilité structurale du trait
Jean Ricardou, Grivèlerie
Gilles Tronchet, Un aperçu de la textique

SITOGRAPHIE :

Il est non moins possible d'approcher un brin plus la textique en consultant les différentes parties du site internétique dont voici l'adresse:

http://www.textique.org

CONTRIBUTIONS :

Initiation
Gilles TRONCHET: Un aperçu de la textique

Investigation
Daniel BILOUS:
Un exemple de la capacité analytique de la textique: le mécanomatisme
Johanna GOSSART: Penser la marge
Laurent LIENART: Frontières de l'abyme
Jean-Claude RAILLON: Indexation
Michel SIRVENT: Lecture d'un logotype publicitaire
Jean-Christophe TOURNIÈRE: Applications textiques
Gilles TRONCHET: La portée de la conceptualisation textique: les exemples de la palinodation et du dialampo(épi)chorisme

Explication
Gilles TRONCHET & Amandine CYPRÈS

Invitation
Marc AVELOT: Situation de la textique en 2017
Sandra SIMMONS: Lecturabilité et notation du "mouvement"

Invention
Atelier d'écriture: reprise et renouvellement

INITIATION :

Gilles TRONCHET: Un aperçu de la textique

Proposant une simple présentation de la textique, ce volume a été publié en 2012. Il a une double visée: d'abord, fournir un historique succinct, pour montrer dans quelles conditions et selon quelles étapes la textique est apparue et s'est constituée en une discipline nouvelle; puis, offrir un exposé des principaux concepts et outils d'analyse élaborés jusqu'à présent.

Tout d'abord, comme la textique s'efforce d'établir une théorie unifiante des structures de l'écrit, il est indispensable d'expliquer la très large portée qu'elle donne à son objet, puis de préciser comment il trouve à se spécifier selon différents modes, permettant d'envisager, notamment, les particularités des caractères alphabétiques, des images et des symboles.

Ensuite, est retenu un domaine plus restreint et sans nul doute familier à tout lecteur, l'écrit représentatif relevant du mode grammique: cela correspond, quitte à simplifier un peu, aux écrits basés sur des séries de lettres, associables aux sonorités d'une langue et susceptibles, par équivalence avec d'autres séries, de faire surgir certaines idées (ainsi lorsqu'un terme s'échange avec sa définition). Il s'agit d'inventorier et d'expliciter les grandes catégories capables d'appréhender exhaustivement les structures possibles dans un écrit grammique: la textique prétend y parvenir, en l'attente d'une éventuelle démonstration contraire, susceptible de relancer la recherche.

Enfin, il a semblé utile de signaler quelques-uns des instruments analytiques servant à explorer en détail les dispositifs repérables dans un écrit représentatif, sachant que l'un des acquis majeurs de la textique consiste à distinguer, par rapport aux structures qui sont au service de la représentation, celles qui outrepassent un tel régime, en imposant leurs contraintes propres à la représentation, alors forcée de s'adapter. C'est le cas par exemple avec les rimes classiques, mais aussi avec beaucoup d'autres agencements irréductibles à la logique représentative, qui relèvent dès lors d'un régime métareprésentatif.

Il faut observer toutefois qu'un simple aperçu comme celui-ci ne saurait dispenser à propos de la textique davantage qu'une information initiale: une approche théorique plus fouillée, débouchant sur une pratique effective de la discipline, exige de bien plus amples développements.

INVESTIGATION :

Daniel BILOUS: Un exemple de la capacité analytique de la textique: le mécanomatisme

La textique se conçoit comme une discipline capable d'analyser toutes sortes d'objets. L'on se propose de vérifier cette aptitude autour d'une production particulière: un certain mécanomate inédit (ou si l'on préfère, mais un peu improprement, un "automate") intitulé "Engrenages en abyme".



Johanna GOSSART: Penser la marge


Il s’agira de conduire plus avant le questionnement, initié jadis, sur les rapports qu’entretient l’écrit pris en masse, et débarrassé dès lors de ses éventuels effets représentatifs, avec la marge alentour, rapports qui semblent eux-mêmes contraints, d’un côté, par les dimensions de la surface paginale et, de l’autre, par ce qu’il est loisible de nommer « le confort du lecteur ».



Laurent LIENART: Frontières de l'abyme

La contribution s'assigne l'objectif de préciser les frontières (ou les contours) textiques de ce que l'on appelle communément la "mise en abyme".

La réflexion prendra appui sur une nouvelle de Christian Gailly, intitulée Les Fleurs coupées, qui trouve place dans le recueil La roue paru aux éditions de Minuit.



Jean-Claude RAILLON: Indexation

La présente contribution se propose d’examiner diverses occurrences d’ortho(hyper(autothémo))textures associées au confinement qu’impose, sous l’apparence d’un cadre, l’espace assigné aux compositions en mode iconique. La textique nomme ortho(hyper(autothémo))texture la structure par laquelle ce qui est représenté se trouve désigner spécialement, et de façon correcte, tel aspect du jeu représentatif lui-même.



Michel SIRVENT: Lecture d'un logotype publicitaire

Après diverses délimitations qui en détailleront l'établissement, voici l'écrit, de variété communément nommée "logotype", qui fera l'objet d'un examen textique:



L'analyse se déroulera en trois phases.

La première portera sur l'ensemble de l'écrit, pris globalement, qui comporte la particularité de relever d'au moins deux modes distincts: le grammique et l'iconique.

La deuxième portera sur un seul élément de l'écrit: sa partie iconique, à savoir, pour le dire au plus simple, la stricte "figure" géométrique dite "triangle équilatéral".

La troisième portera sur l'ensemble de l'écrit, pris relationnellement, et analysera le rapport qu'entretient cette part iconique avec la série des lettres (la part grammique) qui l'intègre.

Ce qui permettra, en fin de parcours, de réviser la notion de "mise en abyme" à la lumière de précis concepts textiques.



Jean-Christophe TOURNIÈRE: Applications textiques


La contribution ci-dessus intitulée, qui offrira un recueil raisonné de plusieurs examens armés de théorie textique, s’efforcera d'articuler au moins trois opérations majeures.

La première consistera en une lecture critique.

Car chacun de ces examens se trouvera mettre en pratique certains outils d’analyse textique, avec, dans l’ordre de la récriture, les conséquences transformatrices que bien souvent ils génèrent.

La deuxième opération consistera en une intellection unificatrice.

Car tels examens se trouveront, mettant ainsi à l’épreuve la prétention de la textique à "unifier le divers" (titre des Séminaires 2010 et 2011), circonscrire des objets très variés (notamment une couverture de livre, un graffiti urbain, et une observation scientifique...).

La troisième consistera en une coopération interscriptuelle.

Car tel recueil se destine à recevoir, toutes censées ouvertes au perfectionnement collectif, des applications textiques établies par d’autres rédactrices et rédacteurs.



Gilles TRONCHET: La portée de la conceptualisation textique: les exemples de la palinodation et du dialampo(épi)chorisme

Il y a, dans l’élaboration d’un appareil conceptuel effectué pour la textique par Jean Ricardou, de très nombreux concepts analytiques, permettant une spécification poussée des phénomènes, ainsi qu’une quantité plus restreinte de concepts synthétiques, fournissant une généralisation qui ouvre sur des perspectives de pensée inédites. Ces concepts synthétiques possèdent une efficacité d’autant plus notable que leur application concerne souvent une foule de domaines.

En particulier, la recherche portera sur l’émergence dans la théorie de l’écrit et le rôle qu’ils y jouent, de deux concepts dont les implications se trouvent liées, la palinodation, c’est-à-dire le basculement éventuel au fil d’une analyse d’un résultat dans un autre registre, et le dialampo(épi)chorisme, c’est-à-dire la superposition de plusieurs structures ou éléments à une place apparemment unique.

L’enjeu de leur venue, qui n’est rien moins qu’un bouleversement de l’approche coutumière dans l’appréhension de l’écrit, linéaire et fixiste, semble à même de procurer un gain majeur dans la compréhension de ses fonctionnements, avec un accès à la plasticité de ses mécanismes et à la possible tabularité de ses structures.

INVITATION :

Marc AVELOT: Situation de la textique en 2017

Avec la disparition de son fondateur, Jean Ricardou, la textique se trouve à un carrefour.

Cette contribution s'efforcera de situer quelques-unes des questions qui conditionnent le futur développement de la discipline.



Sandra SIMMONS: Lecturabilité et notation du "mouvement"

Il est possible, dans certains écrits, de percevoir ou d’imaginer quelque chose comme une bousculade structurale qui ressemble à du "mouvement". Pour d’autres écrits, le mouvement est effectif, voire constitutif, qu’il soit programmé à partir de l’écrit lui-même ou bien par rapport à son environnement. La présente étude fera une mise à plat des différentiels en question afin de prendre en compte les effets communément acceptés, ou non, en tant que mouvement perceptible. Une série de réflexions sur les paramètres en jeu, ainsi que des exemples illustrant certains principes, seront accompagnés par un tableau qui résumera les grands axes de ce qui pourrait, éventuellement, former l’esquisse de la lecturabilité de ces notations spécifiques du "mouvement".