Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
THÉORIE CRITIQUE DES CRISES CONTEMPORAINES :

INVARIANTS ÉPISTÉMOLOGIQUES ET NOUVELLES PERSPECTIVES
Mise à jour
15/01/2018


DU MERCREDI 6 JUIN (19 H) AU MERCREDI 13 JUIN (14 H) 2018

( colloque de 7 jours )

DIRECTION : Frédérick LEMARCHAND, Patrick VASSORT

ARGUMENT :

Ce colloque se consacre à l’étude de la Théorie critique, non seulement du capitalisme, de la rationalité instrumentale, de la société administrée, de la culture de masse, mais aussi de la crise, généralisée et permanente qui définit si bien la société contemporaine.

L'on y abordera des thèmes multiples allant des crises technoscientifiques et écologiques jusqu’à celles de la valeur et du travail en passant par celles de la culture, de la connaissance et du politique sans limiter le champ de nos réflexions aux auteurs et aux textes les plus classiques de cette Théorie.

L'on souhaite, de la sorte, redéfinir collectivement les contours et l’avenir d’une Théorie critique indispensable au vivre ensemble, tout en en constituant un vaste panorama conceptuel et documentaire. Si la crise contemporaine concerne également la pensée, il faut veiller à ce que la crise de la pensée n’interdise pas une pensée de la crise.

COMMUNICATIONS & TABLES RONDES (suivies de débats) :

Corps, sport, processus de production et critique de la valeur
* Jean-Marie BROHM: Corps, sport et processus de production capitaliste
* Anselm JAPPE: Travail et domination
* Sport et critique radicale, table ronde avec Paul ARIÈS (Les sports mécaniques: une arme de destruction massive) et Nicolas OBLIN (Le sport: une forme historique d’esthétisation politique du transhumanisme)
* Critique de la valeur, table ronde avec Gérard BRICHE (Temps libre et travail) et Armel CAMPAGNE (Sur le passage historique de la subsomption formelle du travail au capital à sa subsomption réelle comme moteur du dérèglement climatique)

Écologie, politique, anthropocène & posthumain
* Dominique BOURG: Quelle politique pour l’écologie?
* Jean-Paul DELÉAGE: Écologie et politique
* L’écologie politique comme théorie critique (1), table ronde animée par Frédéric NAUDON avec Frédérick LEMARCHAND (Quel humanisme pour aborder le post-humain?) et Jacques TESTART (Pourquoi les sciences ne peuvent être pensées que dans les limites de la dignité humaine)
* L’écologie politique comme théorie critique (2), table ronde avec Estelle DELÉAGE (L’anthropologie comme critique de la modernité: de l’oubli des paysans à la technique) et Alain GRAS (L’écologie politique comme théorie critique)
* L’écologie politique comme théorie critique (3), table ronde avec Michelle DOBRÉ (L’écologie et l’environnement face au développement numérique) et Émilie GAILLARD (Réformer le droit: agir au nom des générations futures)

Dialectique de la Raison: technique & idéologie du progrès
* Martin JAY: La raison après son éclipse. Sur la Théorie critique tardive
* Gérard RAULET: Le débat sur la réification dans la théorie critique contemporaine
* Technique, table ronde avec Cédric BIAGINI (Technologie et emprise numérique: une domination moderne) et Christophe DAVID (La technique dans l’œuvre d’Anders: un support idéologique)
* Idéologie du progrès, progrès et philosophie sociale, table ronde avec Katia GENEL (Que faire de la radicalité de la Dialectique de la raison?) et Jan SPURK (Contre l’industrie culturelle: progrès, crise et libération)

Comment peut-on penser l’éducation après Auschwitz?
* Marc BERDET: Éducation et politique
* Orietta OMBROSI: Peut-on penser l’éducation après le crépuscule d’Auschwitz?
* Éducation - Catastrophe & Éducation - Politique (1), table ronde avec Ronan DAVID (De la différence des sexes à la domination) et Véronique NAHOUM-GRAPPE (La situation des femmes dans les camps de réfugiés)
* Éducation - Catastrophe & Éducation - Politique (2), table ronde avec Marc CHATELLIER (Entre angoisse, déni et fétichisme, la disparition de l’institution comme tiers structurant au sein de l’École) et Florent PERRIER (Théorie critique, culture, art et éducation)

Sexualisation - Sexuation - Domination & répression. Civilisation: sublimation ou répression de la sexualité?
* Gérard RABINOVITCH: Pulsions, libido et destructivité
* Roswitha SCHOLZ: Sexe, sexuation et dissociation-valeur
* Marchandisation - Virtualisation - Amour, table ronde avec Fabien LEBRUN (De la technique à la virtualisation de l’amour: une situation panoptique) et Olivier VOIROL (Évolution de la rencontre amoureuse et de l’usage des corps)
* Sexuation - Différenciation - Domination, table ronde avec Patrick BAUDRY (L’addiction à l’image pornographique) et Louise VANDELAC (Technologie, science et vie des femmes)

RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Paul ARIES
Docteur en Sciences Politiques,  politologue, ancien membre du Centre de Politologie Historique (CNRS) et de l'Association de recherche pour l'existence et la santé (Université Lyon III),  ainsi que du Groupe de recherches en épistémologie politique.
Publications:
Nos rêves ne tiennent pas dans les urnes, éloge de la démocratie participative, Villeurbanne, Golias, 2013.
Décroissance ou récession, la décroissance vue de gauche (sous la dir), Lyon, Parangon, 2012.
Le socialisme gourmand, Les empêcheurs de penser en rond, Paris, La Découverte, 2012.


Patrick BAUDRY
Professeur de sociologie à l’Université Montaigne (Bordeaux 3) et chercheur associé au Laboratoire d’anthropologie des institutions et des organisations sociales (CNRS Paris).
Publications:
L'Addiction à l'image pornographique, Paris, Le Manuscrit, 2016.
Des anthropologues face au défi du global, Cirey, Éditions Châtelet-Voltaire, 2015.
Pourquoi des soins palliatifs, Cirey, Éditions Châtelet-Voltaire, 2013.


Marc BERDET
Chercheur à l’Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, à l’Université de Potsdam et au CIERA. Il anime le réseau de recherche Anthropological Materialism.
Publications:
Le chiffonnier de Paris: Walter Benjamin et les fantasmagories, Paris, Vrin, 2015.
Walter Benjamin, la passion dialectique, Paris, Armand Colin, 2014.
Fantasmagories du capital: l'invention de la ville marchandise, Paris, Découverte-Zones, 2013.


Cédric BIAGINI
Diplômé en ingénierie mécanique, il est auteur et responsable des éditions L’Échappée, qui se sont en particulier spécialisées dans la critique de la technologie.
Publications:
Aux origines de la décroissance (avec P. Thiesset et D. Murray), Paris, l'Échappée, 2017.
Vivre la simplicité volontaire (avec P. Thiesset), Paris, l'Échappée, 2014.
L'Emprise numérique, Paris, l'Échappée, 2024.


Dominique BOURG
Professeur à l'École Polytechnique de Lausanne, il axe ses domaines de recherches sur l'éthique du développement durable, la construction sociale des risques, le principe de précaution, l'économie de fonctionnalité et la démocratie.
Publications:
L'Âge de la transition. En route pour la reconversion écologique (avec A. Kaufmann et D. Méda), colloque de Cerisy, Paris, Les Petits Matins, 2016.
Dictionnaire de la pensée écologique (avec Alain Papaux), Paris, PUF, 2015.
La Pensée écologique. Une anthologie (avec Augustin Fragnière), Paris, PUF, coll. "L'écologie en questions", 2014.


Gérard BRICHE
Professeur de philosophie et d’esthétique à l’École Nationale d’Arts de Dunkerque-Tourcoing. Membre du Groupe français de la "Nouvelle critique de la valeur".
Publications
La Grande dévalorisation: pourquoi la spéculation et la dette de l’État ne sont pas les causes de la crise (de N. Trenckel et E. Lohoff) - (Trad. sous la dir. G. Briche), Inter-éditions, 2014.
Éloge du vandalisme: comment être artiste après la fin de l'art, Gruissan, Éditions ESA-Publi.net, 2014.
"Ce qu’il reste de la politique", in Revue Lignes, n°41, ("Quête"), mai 2012-mai 2013.


Jean-Marie BROHM
Professeur en Sciences de l’Éducation, à l'Université des sciences de l'homme de Caen, puis professeur de sociologie à l’Université Montpellier IIII. Fondateur et animateur de la revue Quel Corps? (1975-1997), membre du comité de rédaction du mensuel Répertoire et directeur de publication de la revue Prétentaine.
Publications:
Ontologies du corps, Nanterre, Presse Universitaire de Paris Nanterre, 2017.
1936, Les Jeux olympiques à Berlin, Bruxelles, André Versaille Éditeur, 2008.
Le football, une peste émotionnelle: la barbarie des stades (avec Marc Perelman), Paris, Gallimard, 2006.
La tyrannie sportive. Théorie critique d’un opium du peuple, Paris, Beauchesne, 2006.


Armel CAMPAGNE
Doctorant en sociologie à l’Université de Montpellier.

Marc CHATELLIER
Professeur des Écoles spécialisé en ZEP, docteur en Sciences de l’Éducation (2000) et doctorant en philosophie (Université de Nantes), membre du Comité de rédaction de la revue Illusio.
Publications:
Freud à l’École, de la résistance des sujets aux sujets de la résistance, Lormont, Bord de l’Eau, 2017.
"La critique de la valeur comme renversement épistémologique des sociétés "dites libérales"", in Revue LESTAMP, Actes du colloque "Le mal aux limites des sciences sociales", Nantes, Juin 2016.
"Le concept de reconnaissance en sciences sociales", in Revue Pratiques, n°73 ("Subjectif objectif, l’inextricable"), Paris, mai 2016.


Christophe DAVID
Maître de conférence en esthétique de l’Université Rennes II, chercheur au Centre de d’Histoire et Critique des Arts, EA 1279.
Publications:
"Günther Anders ou la Shoah entre réalité et abstraction", in Revue Histoire de la Shoah, n°207, Mars 2017.
"Faiblesses de la démocratie. Le cas du Mexique", in Revue Tumultes, n°45, 2015.
"Fidélité de Günther Anders à l’anthropologie philosophique: de l’anthropologie négative de la fin des années 1920 à L’Obsolescence de l’homme", in Revue L'Homme et la société, n°181, 2011.


Ronan DAVID
Cadre à la Direction Régionale Jeunesse et Sport de Normandie, Docteur en sociologie de l’Université de Caen Normandie (2009), membre du Comité de Rédaction de la revue Illusio.
Publications:
Jouer Le Monde, critique de l’assimilation du sport au jeu (avec Nicolas Oblin), Lormont, Bord de l’Eau, 2017.
Simone de Beauvoir aujourd’hui, Introduction au texte traduit de R Scholz, Lormont, Bord de l’Eau, 2014.
Footafric: Coupe du monde, capitalisme et néocolonialisme (avec Patrick Vassort et Fabien Lebrun), Montreuil, L'Échappée, 2010.


Estelle DELEAGE
Agronome et maître de conférences en sociologie à l’Université de Caen Normandie. Elle est corédactrice en chef de la revue Écologie & Politique, et membre de l'équipe de Recherche Enjeux technoscientifiques et Environnementaux.
Publications:
Agricultures à l’épreuve de la modernisation, Paris, Quae, 2013.
Ravages Productivistes, Résistances Paysannes, Lormont, Bord de l'Eau, 2013.
Paysans. De la parcelle à la planète, Paris, Syllepse, 2004.


Jean-Paul DELEAGE
Professeur honoraire de l’Université d’Orléans, physicien et historien des sciences, il a enseigné à l'Université Paris 7 - Denis Diderot. Ses intérêts et ses recherches se sont focalisés sur les éléments fondamentaux, écologiques et sociologiques, de ce qu'il est désormais convenu de désigner comme la crise de l'environnement.
Publications:
Croissance, emploi et développement (sous la dir.), Paris, La Découverte, 2013.
La Biosphère, notre terre vivante, Paris, Gallimard, 2001.
Histoire de l'écologie: une science de l'homme et de la nature, Paris, La Découverte, 1991.


Michelle DOBRÉ
Professeur des universités à l’Université de Caen Normandie, sociologue. Ses recherches sont orientées vers l’écologie politique.
Publications:
La Face cachée du numérique. L’impact environnemental des nouvelles technologies (avec F. Flipo et M. Michot), Paris, L’Échappée, 2013.
Consommer autrement. La réforme écologique des modes de vie (avec S. Juan sous la dir.), Paris, L’Harmattan, 2009.


Jean-Pierre DUPUY
Polytechnicien, ingénieur des mines, philosophe, fondateur en 1982 du CREA (Centre de Recherches en épistémologie appliquée) de l'École polytechnique, professeur de philosophie à l’Université de Stanford (USA).
Publications:
La Jalousie. Une géométrie du désir, Paris, Seuil, 2016.
L'Avenir de l'économie. Sortir de l'écomystification, Paris, Flammarion, 2012.
Jean-Pierre Dupuy. Dans l'œil du cyclone (sous la direction de M. R. Anspach), colloque de Cerisy, Paris, Carnets Nord, 2008.

 
Emilie GAILLARD
Maître de conférences en droit privé, droit international de l’environnement et droits de l’homme à Sciences Po Rennes et au campus de Caen. Sa participation au sein du Tribunal International Monsanto lui permet de mettre à l’épreuve les champs légitimes du droit de manière inédite à l'épreuve de la protection de l’avenir.
Publications:
"La sécurité environnementale: une notion systémique complexe et prospective", in Revue Sécurité et environnement, Paris, juin 2015.
"D’une pensée à une pratique transgénérationnelle de la Paix: Dynamiques internationales et constitutionnelles pour les générations futures", in Revue Paix et Constitutions, Paris, Eska, 2014.
"Le patrimoine commun de l'Humanité. Trust intergénérationnel et "biens communs"", in Revue Repenser les biens communs, Paris, CNRS, 2014.


Katia GENEL
Maître de conférences en philosophie à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Membre du projet ANR/DFG CActuS (Actualité de la critique. Théorie de la société, sociologie et critique sociale en France et en Allemagne, dirigé par Gérard Raulet et Axel Honneth).
Publications:
La Dialectique de la raison, sous bénéfice d’inventaire (sous la dir.), Paris, FMSH, 2017.
"École de Francfort et freudo-marxisme: sur la pluralité des articulations entre psychanalyse et théorie de la société", in Revue Actuel Marx ("Psychanalyse, l'autre matérialisme"), Paris, PUF, 2016.
Le laboratoire de la Dialectique de la raison. Notes et fragments inédits de M. Horkheimer et T. Adorno (Trad. avec J. Christ), Paris, FMSH, 2013.


Alain GRAS
Sociologue et anthropologue, professeur émérite à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et ex-directeur du Centre d'études des techniques des connaissances et des pratiques (CETCOPRA) et responsable du parcours "techniques, environnement, sociétés" de l'option sociologie du Mastère de philosophie et société. Études de mathématiques et physique, en même temps que Sciences Politiques et Sociologie à Paris. Théoricien de l’énergie et de la technique.
Publications:
"OIL-Petite anthropologie du pétrole", B2 éditions, 2015.
Les Imaginaires de l'innovation technique, Paris, Manucius, 2012.
L'avion: le rêve, la puissance et le doute (avec G. Dubey), Paris, Publication de la Sorbonne, 2009.


Anselm JAPPE: Travail et domination
Selon la vulgate marxiste, le travail — considéré comme identique à l’éternel "métabolisme humain avec la nature" — a toujours été "dominé" par le capital, ou, pour le dire encore plus directement, les travailleurs ont été dominés par les capitalistes. Cependant, une autre lecture de Marx amène à voir que travail et capital sont deux stades de la même transformation de l’énergie humaine en valeur qui s’accumule en capital qui redevient travail. La spécificité du capitalisme ne consiste pas dans le phénomène de l’exploitation, mais dans le rôle spécifique du travail qui y constitue le lien social, au lieu d’être déterminé par d’autres formes de lien social. Une perspective d’émancipation ne peut alors consister dans l’émancipation du travail vis-à-vis du capital, mais dans le dépassement du travail lui-même et de sa double nature, abstraite et concrète. Ce qui domine vraiment la société marchande ne sont pas des personnes, mais le "sujet automate": la valorisation de la valeur à travers l’absorption de travail vivant.

Docteur en philosophie, professeur d’esthétique à l'École d'art de Frosinone et l’Université de Tours, familier des auteurs de l'École de Francfort, Anselm Jappe tente dans ses écrits de renouveler la théorie critique par une nouvelle lecture de l'œuvre de Karl Marx, au sein du courant français de la "Nouvelle critique de la valeur".
Publications:
La société autophage, Paris, La Découverte, 2017.
Crédit à mort: la décomposition du capitalisme et ses critiques, Clamecy, Éditions Lignes, 2011.
L’Avant-garde inacceptable. Réflexions sur Guy Debord, Éditions Lignes, 2004.
Les Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Éditions Denoël, 2003, rééd. La Découverte, 2017.
Guy Debord, Paris, Éditions Denoël, 2001.

Martin JAY
Professeur d'histoire à l'Université de Berkeley (USA). Ses recherches relient l'histoire à d'autres activités intellectuelles telles que la théorie critique de l'École de Francfort, la théorie sociale, la critique culturelle et l' historiographie.
Publications:
Reason After its Eclipse: On Late Critical Theory, Madison, Wi., U. of Wisconsin, 2016.
Kracauer l’Exilé, Lormont, Bord de l’eau, 2014.
Essays from the Edge: Parerga and Paralipomena, Charlottesville, Va., University of Virginia Press, 2011.


Fabien LEBRUN
Animateur socio-éducatif, docteur en sociologie de l’Université de Caen Normandie (2016) et doctorant en info-Com (Université de Bordeaux), membre du Comité de Rédaction de la revue Illusio.
Publication:
Footafric: Coupe du monde, capitalisme et néocolonialisme (avec Patrick Vassort et Ronan David), Montreuil, L'Échappée, 2010.


Frédérick LEMARCHAND
Maitre de conférences en sociologie à l’Université de Caen Normandie. Codirecteur du Pôle Risques de la Maison de la recherche en sciences humaines de Caen. Dans l’héritage de la théorie critique, il travaille depuis quinze ans sur les aspects fondamentaux des sociétés technoscientifiques (crises du nucléaire, de la vache folle, OGM...).
Publications:
"Le nucléaire, une technologie insoutenable", in Revue L'Économie Politique, n°72, Paris, 2016.
"Pour dépasser le concept de risque", in Du risque à la menace (sous la direction de D. Bourg, P.-B. Joly et A. Kaufmann), colloque de Cerisy, Paris, PUF, 2013.
Les silences de Tchernobyl (avec G. Ackerman et G. Grandazzi), Paris, Autrement, 2006.


Véronique NAHOUM-GRAPPE
Anthropologue et ethnologue, chercheur à l'EHESS et au Centre Edgar-Morin. Collaboratrice des revues Chimères et Esprit.
Publications:
Vertiges de l'ivresse. Alcool et lien social, Paris, Descartes et Cie, 2010.
Balades politiques, Paris, Les Prairies ordinaires, 2005.
Du rêve de vengeance à la haine politique, Paris, Buchet Chastel, 2003.


Nicolas OBLIN: Le sport: une forme historique d’esthétisation politique du transhumanisme
Au cours de cette communication, nous interrogerons le rapport au temps et à l’histoire entretenu par l’institution sportive. D’un côté, les mises en scènes spectaculaires organisées par les différentes instances du sport seront analysées comme des éléments importants du déchaînement d’une histoire événementielle masquant les structures profondes de la société (Hartmut Rosa). D’un autre côté, nous montrerons que les finalités de l’institution sportive, qu’il s’agisse de l’établissement des hiérarchies sportives ou de l’établissement de records sont des catalyseurs de l’idée de progrès articulée à une conception de l’histoire "inséparable de celle d’un mouvement dans un temps homogène et vide" (Walter Benjamin). Enfin, nous développerons l’idée selon laquelle ces conceptions de l’histoire et du progrès sont familières des fondements épistémiques, philosophiques et politiques du courant transhumaniste (humanité augmentée). Le sport, avant-garde du déterminisme technoscientifique, n’est, de ce point de vue, qu’une de ces institutions qui offrent aux masses l’occasion de jouir de l’anéantissement politique, culturel, esthétique des individus et des peuples.

Nicolas Oblin est docteur en sociologie de l’Université Paul Valéry Montpellier III, directeur de rédaction de la revue Illusio et enseignant spécialisé auprès de jeunes en grande difficulté scolaire. Il s’intéresse, dans le cadre de ses recherches, à l’étude de la corporéité, de l’institution sportive, ainsi qu’à celle des institutions d’éducation et de formation; en particulier aux rapports de domination et aux processus de réification qui s’y déploient.
Publications:
Sport et esthétisme nazis, préface de Patrick Vassort, Paris, L’Harmattan, 2002.
La Crise de l’Université française. Traité critique contre une politique de l’anéantissement, préface de Jean-Marie Brohm, Paris, L’Harmattan, 2005 (avec Patrick Vassort).
Sport et capitalisme de l’esprit. Sociologie politique de l’institution sportive, Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2009.
Pourquoi nier le mal sportif ?, Lormont, Le Bord de l’eau, 2015.
Jouer le monde. Critique de l’assimilation du sport au jeu, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017 (avec Ronan David).

Orietta OMBROSI
Docteur en philosophie et professeur à l'Université de Bologne. spécialiste de la pensée d’Emmanuel Levinas.
Publications:
Le crépuscule de la Raison. Benjamin, Adorno, Horkheimer et Levinas à l’épreuve de la Catastrophe, Paris, Hermann, 2007.
"Une humanité otage: penser après Auschwitz", in Pardonner l’impardonnable – Levinas et la Shoah, Colloque International, Centre Culturel Primo Levi, Gênes, 15 mai 2011.
Nietzsche et l’idéalisme allemand (direction Danielle Cohen-Levinas, Katia Hay, Leonel Ribeiro dos Santos, Carlos J. Correia), Faculté des Lettres de l’Université de Lisbonne, 17-18 mai 2012.


Florent PERRIER
Maître de conférences en esthétique et théorie de l’art à l’Université Rennes II, chercheur du centre de recherches sur les Pratiques et Théories de l'Art Contemporain.
Publications:
Walter Benjamin et Bertolt Brecht. Histoire d’une amitié (trad. de l’allemand par Philippe Ivernel), (Édition française sous la dir.), Paris, Klincksieck, coll. d’Esthétique, 2015.
Topographies de l’utopie - esquisses sur l’art, l’utopie et le politique, Paris, Payot, collection "Critique de la politique", 2015.
Walter Benjamin. Archives - Images, textes et signes, Les Archives Walter Benjamin de Berlin (Akademie der Künste), (trad. de l’allemand par Philippe Ivernel) (sous la dir.), Paris, Klincksieck, 2011.


Gérard RABINOVITCH
Philosophe et sociologue, membre du CERSES (Centre de Recherche Sens, Éthique, Société), et chercheur associé au Centre de recherche "Psychanalyse, médecine et société" de l’Université Paris 7 - Denis Diderot. Il enseigne dans plusieurs établissements universitaires français et est professeur invité à la faculté de philosophie et des sciences humaines de l’Université du Minas Gerais (Brésil).
Publications:
Somnambules et Terminators. Sur une crise civilisationnelle contemporaine, Lormont, Bord de l’eau, 2016.
Terrorisme/Résistance, d’une confusion lexicale à l’époque des sociétés de masse, Lormont, Bord de l’eau, 2014.
De la destructivité humaine, fragments sur le Béhémoth, Paris, PUF, 2009.


Gérard RAULET: Le débat sur la réification dans la théorie critique contemporaine
Dans le mouvement général de révision du marxisme orthodoxe, la publication du livre de Lukács Histoire et conscience de classe aux Éditions de Minuit a été un signe important. Elle correspond à une tendance générale à substituer le concept d’aliénation à celui, plus "basique" ou trop ouvriériste, d’exploitation et à ouvrir ainsi de nouvelles perspectives critiques à la pensée socialiste. S’interrogeant en 1998, à l’occasion du 30e anniversaire de Mai 1968, sur "les origines intellectuelles de cette révolution fondatrice [...] de notre "France contemporaine"", Daniel Lindenberg prétendra, non sans raison, qu’Histoire et conscience de classe — "livre maudit du marxisme occidental" — est "(re)devenu la bible du gauchisme" (Daniel Lindenberg, "1968 ou la brèche situationniste", Esprit, n°242, mai 1998, p. 127-140). Cette question est importante — et d’autant plus que, pour la réception de Marcuse, par exemple, elle a constitué un point de fixation idéologique et théorique. Tandis que semblait dominer la vague de l’anti-humanisme — fût-il théorique (Althusser) — un front assez large s’est créé pour défendre la validité herméneutique et même analytique du concept d’aliénation, malgré son appartenance aux écrits du "jeune Marx". J’ai moi-même engagé ma thèse d’État de cette façon, en défendant la possibilité d’un humanisme marxiste utilisant la notion d’aliénation de façon négative, pour appréhender la tendance d’une désaliénation à conquérir. Dans un contexte d’épuisement de la Théorie critique, dans lequel elle peine à maintenir une ligne émancipatrice face à l’idéologie néo-libérale, Axel Honneth a relancé le débat sur Lukács et sur la réification. C’est l’occasion de faire le point sur une catégorie épistémologique qui est et a été tout autant au cœur des crises du marxisme que de sa théorisation des crises depuis les années 1920.

Gérard Raulet, professeur d’histoire des idées allemandes à l’Université Paris-Sorbonne, est  directeur du Groupe de recherche sur la culture de Weimar (Fondation Maison des Sciences de l'Homme & UMR 8138 SIRICE). Direc teur de l'UPRES-A 8004 "Philosophie politique contemporaine" (CNRS / École Normale Supérieure de Lettres et Sciences humaines) de 1999 à 2003, il .a dirigé le programme ANR/DFG CActuS (Critique, Actualité, Société) avec Axel Honneth de 2014 à 2016.
Publications en philosophie politique contemporaine:
Critical Cosmology. Essays on Nations and Globalization, Lanham MD, Lexington Books, 2005.
La philosophie allemande depuis 1945, Paris, Armand Colin, 2006.
Republikanische Legitimität und politische Philosophie heute, Münster, 2012.
Philosophische Anthropologie. Themen und Positionen, Band 2: Philosophische Anthropologie und Politik, Nordhausen, 2013 (dir. en collaboration avec Guillaume Plas).
European Constitutionalism. Historical and Contemporary Perspectives, Bruxelles e.a., 2014 (dir. en collaboration avec Alexandre Dupeyrix).
Wissen in Bewegung.Theoriebildung unter dem Fokus von Entgrenzung und Grenzziehung (dir. en collaboration avec Sarah Schmidt), Berlin, 2014.
Bibliographie complète sur www.weimar.msh-paris.fr et sur www.irice.univ-paris1.fr

Rositha SCHOLZ
Philosophe, membre fondatrice avec Robert Kurz de la revue Krisis, puis de la revue Exit. Elle est celle qui fait passer le courant de la critique de la valeur à la critique de la dissociation-valeur.
Publications:
Simone de Beauvoir aujourd’hui, Lormont, Bord de l’Eau, 2014.
Le cauchemar de la liberté. Perspectives de la critique sociale radicale. Essais, critiques, polémiques (avec Robert Kurz et Jörg Ulrich), Manuscrits Ulmer, Blaubeuren, 2005.
Le Sexe du capitalisme. La théorie féministe et la métamorphose postmoderne du patriarcat, Horlemann, B. Unkel, 2000.


Jan SPURK
Professeur à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris-Descartes), chercheur au sein du laboratoire Philépol (Université Paris Descartes) et collaborateur à la revue Variations.
Publications:
Au-delà de la crise, Paris, Le Croquant, 2016.
Contre l'industrie culturelle. Les enjeux de la libération, Lormont, Bord de l'Eau, 2016.
Espace public et reconstruction du politique (dir. avec P.A. Chardel et B. Frelat-Kahn), Paris, Presses des Mines, 2015.


Jacques TESTART
Docteur ès Sciences, directeur de Recherche honoraire à l'INSERM. C'est grâce à ces travaux de biologiste que naît en 1982 Amandine, issue de la première fécondation in vitro en France. Préoccupé de ce qu'il estime être des dérives de nos sociétés, il s'affirme le défenseur têtu d'une science contenue dans les limites de la dignité humaine et de la démocratie réelle.
Publications:
Rêverie d'un chercheur solitaire, Montreuil, La ville brûle, 2016.
L'humanitude au pouvoir. Comment les citoyens peuvent décider du bien commun, Paris, Seuil, 2015.
Faire des enfants demain, Paris, Seuil, 2014.


Louise VANDELAC
Sociologue, professeur au département de sociologie, Université du Québec à Montréal. Chercheur en Sciences de l'environnement/écologie politique: théories et pratiques (IQUAM-Montréal).
Publications:
"Nanofood: l’étrange avenir alimentaire ou le Talon d’Achille des nanotechnologies", in Dictionnaire de la pensée écologiste, Paris, PUF, 2015.
Roofscape: ouvrir de nouveaux horizons sur un arc-en-ciel de toits, in A. Prochazka, S. Breux et C. Séguin (dir.), Québec, Presses de l'Université Laval, 2015.
Quand les SHS éclairent les enjeux écologiques et technoscientifiques. VRS: la vie de la recherche scientifique (399), Notes: SNE-SUO, SNCS, CNRS, décembre 2014.


Patrick VASSORT
Maître de conférences HDR de l'Université de Caen Normandie. Il est directeur de publication de la revue Illusio.
Publications:
Contre le capitalisme. Banalité du mal, superfluité et masse, Lormont, Le Bord de l'eau, 2013.
L'Homme superflu: Théorie politique de la crise en cours, Le Passager clandestin, 2012.
Le Sport contre la société (avec Clément Hamel et Simon Maillard), Lormont, Le Bord de l'eau, 2012.


Olivier VOIROL
Maître de Conférence à l’Université des Sciences sociales et Politiques de Lausanne, membre du laboratoire de recherche Laboratoire capitalisme, culture et sociétés (Université de Lausanne).
Publications:
"Autour d'Axel Honneth. Reconnaissance et communication", in Revue Réseaux, n°193, Paris, La Découverte, 2015.
"Luttes pour la reconnaissance", in Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de Sciences Po (P.F.N.S.P.), 2009.
"Axel Honneth et la sociologie: reconnaissance et théorie critique à l'épreuve de la recherche sociale", in La quête de reconnaissance, Paris, La Découverte, 2007.


Avec le concours de la revue Illusio,
référencée par l’
International Consortium for Critical Theorie Programs
codirigé par les Universités de Berkeley et du Northwestern