Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
LA PSYCHANALYSE : ANATOMIE DE SA MODERNITÉ

( À PARTIR DES TRAVAUX DE LAURENCE KAHN )
Mise à jour
19/02/2018


DU VENDREDI 13 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 20 JUILLET (14 H) 2018

( colloque de 7 jours )

DIRECTION : Odile BOMBARDE, Catherine MATHA, Françoise NEAU

Avec la participation de Laurence KAHN

ARGUMENT :

Depuis plusieurs décennies, nombre de psychanalystes somment la psychanalyse de remanier ses théories et ses pratiques, pour affronter de nouvelles pathologies et, disent-ils, mieux soulager la souffrance contemporaine. Selon eux, cette évolution de la psychanalyse, gage de modernisation, d’ouverture et de progrès, serait la condition de sa survie: consensus oblige, elle imposerait entre autres de renoncer à la métapsychologie, jugée abstraite et dépassée et, avec elle, à toute visée scientifique, au profit du relativisme théorique, de l’empiricité de la clinique et de l’empathie du thérapeute — loin des scandales du sexuel et de la conflictualité psychique. Quels sont les enjeux et les effets d’une telle psychanalyse, "révisée" disait Adorno dès 1946? Que reste-t-il aujourd’hui de l’inconvenance, de la subversion et du mordant de la découverte freudienne? Et que reste-t-il des outils théoriques permettant aux analystes de penser non seulement les butées individuelles de la cruauté et de la tyrannie internes, mais aussi les créations culturelles et leurs destins religieux et politiques?

Ce colloque, qui réunira des psychanalystes, des philosophes, des anthropologues, des historiens, des linguistes, des traducteurs, ainsi que toute personne intéressée par ces questions, permettra d’échanger à partir des travaux menés par Laurence Kahn[1] depuis 1975, en sa présence.

[1] Derniers ouvrages parus: Le psychanalyste apathique et le patient post-moderne, éd. de l’Olivier, 2014 ("Penser/rêver");
Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse
, Puf, mars 2018 ("Petite bibliothèque de psychanalyse").


COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

Les déclinaisons du mythe
* Patrice BIDOU: Les déclinaisons mythiques de l'inutilisable: une théorie amazonienne de l'évolution
* Ellen CORIN: L'actualité du mythe et sa mise en abîme
* Paul DENIS: Œdipe créateur des mythes originaires
* Patrick MÉROT: Les mythes en héritage

La psychanalyse et les enfants
* Viviane ABEL PROT: L'unité de la psychanalyse
* Aline COHEN DE LARA: Quelques considérations actuelles sur "Les petites choses. Enfants du Coteau, temps de guerre" (L. Kahn, in Penser/rêver, n°14, 2011)
* Jocelyne MALOSTO: Le psychanalyste et l’enfant: entre le Charybde de la désexualisation et le Scylla de la resexualisation
* Sylvain MISSONNIER: Le mouvement aux commencements: une petite maison virtuelle de l’âme?

L'écoute et la méthode de l'analyste
* André BEETSCHEN: Disséquer la conviction
* Pierre-Henri CASTEL: Laurence Kahn, l'esprit de Freud, et l'ennemi à l'intérieur de la psychanalyse
* Catherine CHABERT: L'écoute et la surdité
* Françoise COBLENCE: La forme et l'affect

Quel genre de sexe?
* Vincent BOURSEUL: Das endliche und das unendliche Geschlecht (le sexe avec fin et sans fin)
* Jean-Yves TAMET: Changer de sexe, attribuer un sexe: questions actuelles, mais sont-elles nouvelles?

L'usage de la parole
* Laurent DANON-BOILEAU: L’aphasie bavarde
* Pierre-Emmanuel DAUZAT: "Si je suis ici, alors tout est ici" (Sukkah 53 a): fécondité des contre-sens [texte lu]
* Corinne ENAUDEAU: L'usure de la parole
* Dominique SCARFONE: Entre aphasie et apathie

Les destins de la psychanalyse: après-guerre et post-modernité
* Jean-François CHIANTARETTO: Survivre/penser: l'écriture de Kertézs pour le psychanalyste
* Patrick GUYOMARD: Destins de la psychanalyse
* Udo HOCH: Bénédiction et malédiction du pluralisme en psychanalyse
* Jacob ROGOZINSKI: Titre non communiqué

RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Viviane ABEL PROT: L'unité de la psychanalyse
"La psychanalyse et les enfants" est un intitulé qui a le mérite de ne pas attribuer aux enfants la place d’un complément du nom et ainsi de ne pas délimiter une clinique spécifique. Car la psychanalyse ne peut être compartimentée: nos constructions théoriques et cliniques, quelle que soit la situation, s’adossent à la métapsychologie freudienne tout en se nourrissant de nos diverses expériences transférentielles. Une consultation familiale permet d’explorer ce va et vient entre la théorie et la pratique, rendu possible par l’unité de la psychanalyse.

André BEETSCHEN: Disséquer la conviction
Obtenir la conviction du patient, Freud ne cessera de le souhaiter tout au long de son œuvre. Mais ce souhait se dirait-il aujourd’hui de la même façon quand le discours scientifique impose l’empire de la preuve, quand s’étend le territoire de la croyance et quand s’est modifiée, dans le travail analytique, une activité de construction porteuse de l’espoir d’atteindre la vérité historique? Ainsi faut-il voir dans la conviction un être de métissage: produite, d’un côté, par l’hallucinatoire de l’Agieren, du fantasme et du rêve, elle est, d'un autre côté, le témoin affirmé de l’expérience singulière du transfert, au risque de l’illusion et de l’aliénation. Elle invite donc à être mise en fragments dans notre travail d’écoute.

André Beetschen est psychiatre de formation, psychanalyste formateur à l’Association Psychanalytique de France dont il a été le Président et aujourd’hui le Secrétaire scientifique. Auteur de nombreux articles dans diverses revues de psychanalyse, il s’intéresse entre autres à la question de la conviction en psychanalyse.
Trois articles en relation avec ce thème:
"De la conviction dans la situation analytique", Revue Belge de Psychanalyse, n°65, 2014.
"Un accomplissement dans la pensée", Association Psychanalytique de France, PUF, 2015.
"Ruptures et sexualité infantile: la condition du fantasme", Bulletin de la Fédération Européenne de Psychanalyse, bulletin 68, 2014.


Patrice BIDOU: Les déclinaisons mythiques de l'inutilisable: une théorie amazonienne de l'évolution
Le mythe n’a sans doute rien à nous apprendre du fond pulsionnel inconscient qui anime les individus que la psychanalyse n’ait déjà mis au jour. En revanche, ce qui fait sa singularité est la façon dont l’histoire racontée achemine ce fond ou noyau pulsionnel vers son site d’action, l’âme des hommes et des femmes de la société où le mythe est en œuvre. Dans un mythe des Indiens tatuyo d’Amazonie colombienne, l’acheminement est scandé par la déclinaison des formes de l’"inutilisable", jusqu’à venir buter, in fine, sur son socle biologique, et être rejeté de la terre fréquentée des humains.

Bibliographie:
"Des animaux imparfaits: une théorie infantile de l'origine", Nouvelle Revue de psychanalyse, n°46, 1992.
"La mythologie clivée", L'Homme, n°127-128, 1993.
"Découper la chose en morceaux (Interpréter en Amazonie)", Le fait de l'analyse, n°4. 1998.
"Des fantômes et des hommes", L'Homme, n°149,
"Anthropologie psychanalytique", 1999.
Le mythe de Tapir chamane. Essai d’anthropologie psychanalytique, Éditions Odile Jacob, 2001.
"La mère incestueuse et la création mythique", APF / Annuel 2007.


Pierre-Henri CASTEL: Laurence Kahn, l'esprit de Freud, et l'ennemi à l'intérieur de la psychanalyse
Dans L'écoute de l'analyste: de l'acte à la forme, Laurence Kahn développe de façon impressionnante une métapsychologie qui fait une part décisive et surtout originale à la dimension économique et quantitative en psychanalyse, en insistant sur la différence clinique que fait cette métapsychologie et en montrant comment, à sa lumière, on doit relire le rêve, l'association libre, le transfert ou le symptôme. Cette communication se propose de caractériser la philosophie de l'esprit de cette entreprise, tant explicite qu'implicite, et de mettre en lumière ses points critiques, sinon litigieux, en prolongeant sa démarche hautement conceptuelle et réflexive. Puis, elle tentera d'évaluer le défi que cette métapsychologie lance à certaines idées post-kleiniennes et bioniennes contemporaines qui prétendent se passer, pour l'essentiel, de l'économique et du quantitatif, là encore en soulignant l'impact clinique de ce choix.

Pierre-Henri Castel est directeur de recherche au CNRS (EHESS, Institut Marcel Mauss, philosophe et historien des sciences, et psychanalyste, membre de l'Association lacanienne internationale.
Il a participé aux récentes traductions de James S. Grotstein (Un rayon d'intense obscurité: ce que Bion a légué à la psychanalyse, Ithaque 2016), ainsi que de Christopher Bollas (Hystérie, Ithaque 2017). "Une hirondelle ne fait pas le printemps", postface à la réédition du Cas Paramord: obsession et contrainte psychique, aujourd'hui (Ithaque 2016), résume son programme de recherche.


Catherine CHABERT: L'écoute et la surdité
À partir des travaux de Laurence Kahn et avec en toile de fond une œuvre littéraire et cinématographique (Portrait de femme d’Henry James, porté au cinéma par Jane Campion), je m’attacherai à des formes particulières de l’écoute de l’analyste et à leurs dérives. L’entente, et ce qu’elle peut vouloir dire de l’accord, de l’harmonie, de la compréhension mutuelle, peut sombrer dans une séduction complaisante voire dans une complicité trompeuse. La surdité, dont on oublie trop qu’elle est nécessairement présente et parfois utile, peut se pervertir dans des excès qui dénient le droit d’existence de la parole et du désir de l’autre. De quelles manières, le transfert se laisse-t-il emporter dans ces dérivations? de quelles manières est-t-il susceptible de les traiter? Ce sont ces mises à l’épreuve à la fois courantes et compliquées que nous tenterons d’approcher.

Catherine Chabert, psychanalyste, membre titulaire de l’Association Psychanalytique de France, est professeur émérite en Psychopathologie Clinique, à l’Université Paris-Descartes. Elle a co-dirigé avec J.-C. Rolland les Libres cahiers pour la psychanalyse (InPress). Elle publie dans différentes revues de psychopathologie et de psychanalyse. Elle a contribué à plusieurs ouvrages collectifs dans la "Petite Bibliothèque de Psychanalyse" et chez Dunod, où elle a dirigé la collection "Psychopathologie et psychanalyse" et le Traité de Psychopathologie clinique.
Publications:
Féminin mélancolique, PUF, 2003.
L’amour de la différence, PUF, 2011.
La jeune fille et le psychanalyste, Dunod, 2015.
Maintenant il faut se quitter, "Petite Bibliothèque de psychanalyse", PUF, 2017.


Jean-François CHIANTARETTO: Survivre/penser: l'écriture de Kertézs pour le psychanalyste
Freud invente la psychanalyse en l’écrivant: sans doute vaudrait-il mieux dire que l’écriture constitue pour lui un lieu pour penser, c’est-à-dire pour penser le pensable à partir de sa résistance et qu’il trouve ce pensable dans la confrontation intime aux "sciences connexes" et aux textes dits littéraires. Historienne et helléniste de formation, Laurence Kahn poursuit cette confrontation intime, au cœur de la métapsychologie freudienne. Sa critique fondamentale de la narrativité trouve avec Imre Kertész un étayage aussi précis qu’indispensable, au-delà de l’opposition récit/discours. Kertész, en témoignant de son impossibilité à investir le leurre autobiographique après Auschwitz, témoigne de la perte de légitimité testimoniale du récit de soi. Une perte de légitimité qui ouvre une question: "comment la lancinante liquidation des humains par eux-mêmes a-t-elle anéanti la haine?".

Éléments bibliographiques:
Jean-François Chiantaretto, "L’interlocution interne du psychanalyste", in J.-F. Chiantaretto, C. Matha, F. Neau (dir.), L’écriture du psychanalyste, Colloque de Cerisy (2016), Paris, Hermann, 2018.
Jean-François Chiantaretto, Trouver en soi la force d’exister. Clinique et écriture, Paris, Campagne Première, 2011.
Laurence Kahn, "Le héros négatif", in J. André, I. Bernateau (dir.), Les territoires de la haine, Paris, PUF, 2014.
Laurence Kahn, "Tout naturellement", Libres cahiers pour la psychanalyse, n°24, 2011/2.


Françoise COBLENCE: La forme et l'affect
Dans L’écoute de l’analyste, de l’acte à la forme, Laurence Kahn interroge "les embûches de l’affect". Cette communication se propose d’interroger dans cette ligne la nature de l’affect. L’affect ment-il? Quel est son pouvoir de conviction, dans l’œuvre et dans la cure? Dans quelle mesure la prise en compte d’une forme esthétique peut-elle contribuer à qualifier l’affect et renseigner sur sa nature, au-delà d’une considération purement économique?

Françoise Coblence est professeur émérite d’esthétique (Université de Picardie) et psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Paris, directrice de la Revue française de psychanalyse.
Publications:
Elle a publié Le dandysme, obligation d’incertitude, Les attraits du visible et contribué à des ouvrages collectifs dans la "Petite bibliothèque de psychanalyse", notamment Vie et mort des affects (Puf).

Aline COHEN DE LARA: Quelques considérations actuelles sur "Les petites choses. Enfants du Coteau, temps de guerre" (L. Kahn, in Penser/rêver, n°14, 2011)
Dans un entretien de la revue Penser/rêver consacrée à L’inadaptation des enfants et de quelques autres, Laurence Kahn évoque la clinique singulière qui a été la sienne auprès de "cas très difficiles d’enfants", qualifiés par certains d’inadaptés, voire de "candidats à la psychopathie", présentant des manifestations de la tendance antisociale. S’ils n’étaient pas à proprement parler des "enfants de temps de guerre", elle fait cependant le lien avec les "enfants sans familles", ceux des Nurseries de la Hampstead Clinique d’Anna Freud et avec les observations par Winnicott d’enfants dans la guerre qui sont "des échos de ce que Freud abordait et étudiait dans "Actuelles sur la guerre et la mort" — le côté "actualité" de la guerre". Dans un autre texte percutant, paru dans le numéro de la Revue française de psychanalyse consacré à Pourquoi la guerre?, elle montre La lutte à mort qui opposait entre 1928 et 1939 des analystes allemands et autrichiens confrontés à la montée et au triomphe du nazisme, lutte pour la défense des idées, contre leur détournement au profit d’une "purification de la psychanalyse", lutte entre Mein Kampf et la dictature de la raison, contribuant à l’émergence des prémisses de l’Ego Psychology, (...) qui cherche à donner la préséance au moi et à ses facultés de juger le réel, contre le "délire de masse". À partir d’une expérience clinique commune auprès de ces enfants du Coteau, l'on se propose de mettre en perspective ces deux textes qui abordent des questions essentielles autour de la nécessité vitale de tenir compte de la tension conflictuelle entre toute puissance pulsionnelle et dictature de la raison, subtil équilibre indispensable et précaire, plus que jamais actuel, engageant notre responsabilité individuelle et collective.
Bibliographie:
L. Kahn, 2008, "Les petites choses. Enfants du Coteau, temps de guerre", in Penser/rêver, n°14, automne 2008.
L. Kahn, 2016, "La lutte à mort", in Pourquoi la guerre?, Revue Française de Psychanalyse, Paris, PUF. Mars 2016.


Aline Cohen de Lara, professeur de psychologie Université Paris 13-SPC, est psychanalyste, membre de la SPP et du comité de rédaction de la Revue française de psychanalyse.
Publications:
"Sentiment de persécution et intériorisation du surmoi", in Persécutions, dir. André J., Petite bibliothèque de psychanalyse, Paris PUF, 2018.
"Accueil ou écueil de la destructivité chez l’enfant et ses liens avec le sentiment inconscient de culpabilité, Un texte, des analystes, Autour de "L’enfant mal accueilli et sa pulsion de mort" de S. Ferenczi", Le coq héron, 224, Mars 2016, 44-50.
"Argument Pourquoi la guerre?", Revue Française de Psychanalyse, Paris, PUF, n°1, Mars 2016, Cohen de Lara A., Servant B.
"Évitement de la langue, évitement des affects", in Vie et mort des affects, dir. André J., Petite bibliothèque de psychanalyse, Paris PUF, 2016.
"Supporter la destructivité", in La destructivité chez l’enfant, dir. Cohen de Lara A., Danon Boileau L., Monographies et Débats de Psychanalyse, Paris, PUF, 2014, 147-162.
"Cohen de Lara A., Chagnon J.Y., Les pathologies de l’agir chez l’enfant: Approche clinique et projective, Psycho Sup, Dunod, 2012.


Ellen CORIN: L'actualité du mythe et sa mise en abîme
L’idée de mythe évoque une histoire qui raconterait l’origine des choses. Pourtant, pas plus que le fantasme, le mythe ne se laisse réduire à un récit qui se prêterait à analyse. Il se présente plutôt comme un objet asymptotique, horizon d’une série de variantes dans lesquelles la pensée interprétante trace ses multiples parcours. Au cœur du mythe, comme dans le fantasme, il y a un inconnu (un réel?) inconnaissable dont on peut penser qu’il impulse le devenir et la mouvance des productions à travers lesquelles le mythe se manifeste. L’argument exploré ici est que le mythe en tant qu’objet asymptotique est un véritable attracteur d’interprétations mais aussi une ressource de forces interprétantes qui ont le pouvoir de déstabiliser ce que nous pensons savoir ou le pouvoir de déporter les chemins que nous traçons dans la connaissance de la vie psychique. De la même façon que Malamoud invite les spécialistes des religions à développer une sensibilité psychanalytique, il s’agirait de développer une "sensibilité anthropologique"; de chercher à identifier des points de passage et d’y reconnaître, selon ses termes, "une parole qui s’ajuste, en quelque manière, à celle qu’énonce la théorie psychanalytique", mais aussi la déplace. La portée heuristique de cette perspective sera envisagée à partir d’exemples empruntés aux mythes hindous et africains. On explorera aussi l’esquisse de formes mythiques dans le monde contemporain.
 
Bibliographie:
De Heusch, Luc, 1972, Le roi ivre ou l’origine de l’État, Gallimard.
Huston, Nancy, 2009, Jocaste reine, Actes Sud.
Kahn Laurence, 2005, Faire parler de destin, Klincksieck.
Kahn, Laurence, 2012, L’écoute de l’analyste, De l’acte à la forme.
Malamoud, Charles, 2005, La féminité de la parole, Albin Michel.
Zaltzman, Nathalie, 2003, "Le point aveugle de l’énigme", Topique, 84, 201-206.


Paul DENIS: Œdipe créateur des mythes originaires

Wladimir Propp se demandait si les contes, racontés de génération en génération, n’étaient pas ce qui restait d’antiques religions de l’humanité. La correspondance entre nombre de mythes et les fantasmes originaires tels que Freud en a décrit l’action dans l’inconscient, invite à s’interroger sur le rôle réciproque de ces deux registres, l’un culturel, l’autre fantasmatique, auto-organisé dans le jeu du désir et des représentations. Action réciproque entre éléments culturels et création par l’esprit de fantasmes organisateurs. Quelle est "l’action de la forme" fantasmatique sur la forme mythique et réciproquement? Le champ œdipien circonscrit par l’interdit de l’inceste est le lieu du développement des théories sexuelles infantiles, des fantasmes et de leur éventuelle mythification tant dans le registre intime que dans l’espace des échanges narratifs.

Paul Denis, membre titulaire de la Société psychanalytique de Paris, a dirigé la Revue française de psychanalyse et  appartenu au comité de rédaction de La psychiatrie de l’enfant. Il est codirecteur de la collection "Le fil rouge" aux Presses universitaires de France. Il a publié de nombreux articles et livres.
Publications:
Sigmund Freud 1905-1920, PUF, 2000.
Emprise et satisfaction, les deux formants de la pulsion, PUF, 2002.
Rives et dérives du contre-transfert, PUF, 2010.
Les phobies, PUF,  "Que sais-je?", 2011.
De l’exaltation, PUF, 2013.
Le narcissisme,  PUF,
"Que sais-je?", 2015.
Œdipe médecin, PUF 2017.

Patrick GUYOMARD: Destins de la psychanalyse

S’adapter pour survivre: un étrange destin pour la psychanalyse. S’adapter à qui? à quoi? À quel malaise?  N’est-ce pas davantage pour les psychanalystes un recul, un refus et une dérobade face au transfert et à ces "puissances infernales" que leur pratique convoque?

Jocelyne MALOSTO: Le psychanalyste et l’enfant: entre le Charybde de la désexualisation et le Scylla de la resexualisation
Depuis que Freud les a fermement associées dès 1905 dans les trois essais, la sexualité n’est plus un antonyme de l’enfance. La sexualité, toujours et déjà là, se trouve inévitablement convoquée voire exaltée sous toutes ses formes dans la psychanalyse avec l’enfant, depuis les manifestations sexuelles les plus observables jusqu’aux linéaments fantasmatiques les moins accessibles bien qu’opérants. Et la cure avec l’enfant, qui n’est pas que de paroles, mais qui est aussi de transfert et d’acting transférentiels peut mettre en difficulté l’enfant comme le psychanalyste. L’analyse avec l’enfant est une navigation délicate entre deux écueils, celui de l’évitement de la sexualité au profit de la promotion d’une thérapie du moi jusqu’à la narrativité et celui d’une exacerbation pulsionnelle difficile à élaborer. En m’appuyant sur la clinique, j’essaierai d’explorer le chemin de crête sur lequel circule l’analyste aux prises avec l’enfant et sa sexualité.

Publications:
"Les éducables", Penser/rêver, n°14, "L’inadaptation des enfants et de quelques autres", automne 2008, Ed. L’Olivier.
"Je t’expliquerai quand tu seras petit", Penser/rêver, n°17, "A quoi servent les enfants", printemps 2010, Ed. L’Olivier.
"Comment l’enfant parle de sexualité dans la cure", Champ Psy, "Le corps sexuel de l’enfant", 2012/1, n°61, pp. 35-49.
"Les enfants seraient-ils homophobes?", Penser/rêver, n°24, "Façons de tuer son père et d’épouser sa mère, quand on est l’enfant d’un couple homoparental", automne 2013, Ed. L’Olivier.
"L’atteinte du sexuel infantile dans la cure d’enfant", Revue française de psychanalyse, 2015/5, Vol. 79.


Dominique SCARFONE: Entre aphasie et apathie
Si l’on tient compte de l’inconscient comme concernant essentiellement l’infantia, c’est-à-dire une aphasie psychique que l’analyse est vouée à surmonter en partie par un certain usage de la parole, alors le problème de l’engouement contemporain pour une certaine empathie surgit avec plus de netteté. Comment en effet ne pas voir dans la promotion de l’empathie au rang de méthode, une reconduction de l’affect sans paroles et une négligence d’une caractéristique essentielle de celui-ci: ses nombreux possibles déplacements. Ce constat élémentaire n’est pas une affaire de doctrine, mais s’appuie sur la découverte et la théorisation des processus inconscients coextensifs à toute pratique de l’inconscient. Pratique qu’il s’agit de préserver du pragmatisme vulgaire — tant dénoncé par Adorno — en s’appuyant sur une pratique théorique conséquente avec la nature même de l’objet de la psychanalyse.

Dominique Scarfone est psychiatre, psychanalyste, professeur honoraire à l’Université de Montréal et analyste-formateur à l’Institut de formation de la Société psychanalytique de Montréal (Société canadienne de psychanalyse).
Publications:
Jean Laplanche, Paris, PUF, "Psychanalystes d’aujourd’hui", 1997.
Oublier Freud? Mémoire pour la psychanalyse, Montréal, Boréal, 1999.
Quartiers aux rues sans nom, Paris, Éditions de l’Olivier, collection "penser/rêver", 2012.
The Unpast. The Actual Unconscious, New York, The Unconscious in Translation, 2015.


Jean-Yves TAMET: Changer de sexe, attribuer un sexe: questions actuelles, mais sont-elles nouvelles?
Comment comprendre que des souhaits de changer de sexe soient formulés actuellement, avec une fréquence insistante, par certains adolescents, voire par des enfants? Un état de crise, un souhait de changer impérieux autant que timide, s’installe sans que les jeunes gens puissent inscrire leurs mots dans une réflexion; l’exigence de la transformation bloque l’installation de toute élaboration. Parents d’abord, cliniciens ensuite sont désemparés; étonnés et surpris, en quête de modèles, ils se tournent souvent vers les informations que propose l'outil de la modernité, internet, qui offre des perspectives opératoires avec une tendance, plus ou moins discrète, au prosélytisme. L’affaire devient contagieuse ! Le praticien qui accueille ces demandes, pour peu qu’il soit analyste, peut se sentir au début situé en arrière garde et pourtant la théorie analytique ne semble pas obsolète ni l’écoute qu’elle sous-tend.

BIBLIOGRAPHIE :

Ouvrages en français de Laurence Kahn
Ce que le nazisme a fait à la psychanalyse, Puf, mars 2018 ("Petite bibliothèque de psychanalyse").
Le psychanalyste apathique et le patient postmoderne, éd. de l’Olivier, 2014 ("Penser/rêver").
L’écoute de l’analyste: de l’acte à la forme, Puf, 2012 ("Fil rouge").
Faire parler le destin, Klincksieck, 2005 ("Méridiens").
Cures d’enfance, Gallimard, 2004 ("Connaissance de l’inconscient, Tracés").
Fiction et vérité freudiennes: entretiens avec Michel Enaudeau, 
Balland, 2004.
Sigmund Freud. Volume 2: 1897-1904, Puf, 2000 ("Psychanalystes d’aujourd’hui").
La petite maison de l’âme, Gallimard, 1993 ("Connaissance de l’inconscient").
Hermès passe: ou les ambiguïtés de la communication, Maspéro, 1978 ("Textes à l’appui").

Avec le soutien de l'Université Paris-Descartes
et de l'Université Paris 13