Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2017 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
Flyer ESPACES ET LITTÉRATURES DES AMÉRIQUES :

MUTATION, COMPLÉMENTARITÉ, PARTAGE
Mise à jour
09/03/2017


DU SAMEDI 24 JUIN (19 H) AU SAMEDI 1er JUILLET (14 H) 2017

(colloque de 7 jours)

DIRECTION : Zilá BERND, Patrick IMBERT, Rita OLIVIERI-GODET

ARGUMENT :

Ce colloque explorera les relations littéraires inter/transaméricaines en interrogeant les constructions imaginaires qui fondent et réinventent les territoires des Amériques. La perspective comparatiste entend mettre en rapport les productions romanesques actuelles du continent américain pour examiner, en fonction de ses lieux emblématiques, les figurations des rapports humains.

L’enjeu est de comparer les multiples expressions de l’espace continental en analysant les modalités de renouvellement des mythes, des narrativités et des perspectives menant à la reconfiguration de cet espace. Puisant dans un corpus de romans caractéristiques, la réflexion sera structurée autour des cinq axes suivants: la traversée de frontières mouvantes et perméables; l'expérience d'espaces lointains, voire extrêmes; les dynamiques des métropoles avec leurs zones d'hybridation et/ou d'exclusion; les différentes formes de transmission de la mémoire générationnelle; les conflits culturels, économiques, sociaux et politiques.

Faisant intervenir des universitaires, des critiques et des écrivains sensibles aux reconfigurations spatiales en rapport avec les mobilités (trans)culturelles dans les littératures des Amériques, ce colloque, en dépassant le cadre de chacune des littératures nationales, entend également apporter une contribution théorique et épistémique aux études des relations littéraires inter/transaméricaines. Au-delà des spécialistes, les lecteurs de ces littératures seront invités à élargir les débats qui vont suivre les communications, les tables rondes ou les témoignages d'écrivains.

CALENDRIER PROVISOIRE :

Samedi 24 juin
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Dimanche 25 juin
Matin:
Jean-François CÔTÉ: Guevara et Kerouac: avatars du récit de voyage dans la redécouverte des Amériques
Néstor PONCE: Écrire est lire avec les yeux ouverts (Témoignage)

Après-midi:
Ivete Lara Camargos WALTY: Langage Brésil - langage américain: de quoi s’agit-il?
Rogério LIMA: Bernardo Carvalho et Jorge Volpi: l'espace de l'éthique et de la mémoire dans les récits brésilien et mexicain contemporains
Bernard ANDRÈS: Québec-Amériques: une littérature, fille de l’humour

Soirée:
Lecture de textes, par Néstor PONCE


Lundi 26 juin
Matin:
Patrick IMBERT: Causalité, temporalité et hasard dans les fictions des Amériques: fragments de révoltes narratives
Naomi FONTAINE: Le regard neuf ou Être né Innu aujourd’hui dans une société québécoise dominante (Témoignage)

Après-midi:
Rita OLIVIERI-GODET: Espace et relations autochtones/allochtones dans les littératures brésilienne et québécoise
Brigitte THIÉRION: Peuples autochtones en milieu urbain: du mythe à la réalité, un processus de désintégration dans Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel et Habitante irreal de Paulo Scott
Soraya LANI: Pour une lecture "hétérotemporelle" de la fiction amérindienne brésilienne et québécoise: L'ourse bleue, de Virginia Pésémapéo Bordeleau et Todas as coisas são pequenas, de Daniel Munduruku

Soirée:
Lecture de textes, par Naomi FONTAINE


Mardi 27 juin
Matin:
Bertrand WESTPHAL: Cartographies (peut-être) fictionnelles des espaces latino-américains - ou comment tracer d’autres mondes possibles
Márcio SOUZA: Réécriture de Autant en emporte le vent, ou l’invention de l’Amazonie brésilienne (Témoignage)

Après-midi:
Adina BALINT: Représentations de déplacements et traversées de frontières dans la littérature canadienne francophone d’aujourd’hui
Alberto DA SILVA: Les représentations de la ville de Recife entre littérature et cinéma
Thierry GOATER: "I was an accumulator, a hoarder. I trespassed everywhere and thieved constantly": politique et poétique de l’espace dans The Underpainter de Jane Urquhart

Soirée:
Lecture de textes, par Márcio SOUZA


Mercredi 28 juin
Matin:
DÉTENTE

Après-midi:
Bayeux et la mémoire du monde médiévale
Visite de la cité médiévale de Bayeux et de son musée (Tapisserie de Bayeux)


Jeudi 29 juin
Matin:
Zilá BERND: Les romans de l´antériorité: partage et transmission intergénérationnelle dans la fiction actuelle des Antilles et du Brésil
Euridice FIGUEIREDO: Brésil et Antilles: la littérature comme archive de l’esclavage

Après-midi:
José Luís JOBIM DE SALLES FONSECA: Espaces de la mémoire dans Silviano Santiago, Chico Buarque, Godofredo de Oliveira Neto et William Faulkner
Maria Zilda Ferreira CURY: Mémoires de la dictature, héritage familial et exil
Andrea Saad HOSSNE: La "mémoire-dune": récit, histoire et déplacement dans Ainda estou aqui ("Je suis encore là") de Marcelo Rubens Paiva

Espaces mémoriaux, table ronde réunissant les intervenants de la journée


Vendredi 30 juin
Matin:
Françoise DUBOSQUET LAIRYS: Jordi Soler, un catalan d’outre-mer ou une écriture atlantique
Licia Soares DE SOUZA: Figures spatiales de Montréal dans une perspective de géopoétique urbaine

Après-midi:
Mireille GARCIA: Du régional à l’universel: identité territoriale et topologie de l’espace dans l’œuvre de Luiz Ruffato
Wilton BARROSO FILHO: Carlos Fuentes: choix esthétique et configuration de l’espace créatif
Ilana HEINEBERG: Confins, mobilité et mémoire dans le "road novel" de la Pampa Todos nós adorávamos caubóis, de Carol Bensimon


Samedi 1er juillet
Matin:
Bilan du colloque et échange avec les participants

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Bernard ANDRÈS: Québec-Amériques: une littérature, fille de l’humour
Alors que les études sur l’humour au Québec portent essentiellement sur les XXe et XXIe siècles, cette communication abordera la période antérieure (XVIIe-XXe s.) sous l’angle de l’humour et des humeurs contrariées, les Lettres québécoises dans le contexte des Amériques. Qu’il s’agisse de la France, de l’Angleterre, de l’Espagne ou du Portugal, la colonisation européenne s’est exercée dans la violence physique et symbolique. Elle a aussi suscité dans les collectivités nouvelles de sains réflexes de révolte, via l’humour, la parodie et la satire. Le XXe siècle s’en fera l’écho dans des relectures facétieuses du passé, à la façon de Garcia Marquez dans Cien años de Soledad (1967), ou de João Ubaldo Ribeiro dans Viva o povo brasileiro (1984). Au Québec, on observe ces modes de résilience de la colonisation française au Régime anglais. En témoignent les premières manifestations culturelles en Nouvelle-France, autant chez les colons que chez les Amérindiens confrontés à l’évangélisation. Ce sont d’abord des manifestations orales (jurons, charivaris, chansons), puis écrites (correspondances privées), enfin imprimées (journaux, pamphlets, théâtre). Oral ou écrit, cet esprit frondeur se rit de tout et de rien, au désespoir des autorités religieuses, militaires et administratives. Pour le peuple, puis pour les élites éclairées, c’est une habile façon de déjouer la censure. Sous toutes ses formes, l’humour instaure une distance critique dans l’appréhension des faits. Il suscite une complicité avec le rieur et le libère de ses entraves. Mécanisme de défense contre la souffrance, le rire ou le sourire ont un effet cathartique chez l’individu. Mais l’humour agit aussi sur les mentalités collectives et sur l’identitaire. En se moquant de l’Autre, le créole canadien se forge lui-même un Soi. Plus ou moins "ensauvagé" aux yeux des autorités coloniales, ce nouveau phénotype du Canadien prend son envol à la fin du XVIIIe siècle dans le journal, la brochure, la parodie, la comédie, la satire ou l’utopie. Quand il provoque ce rire libérateur, l’humoriste joue un rôle social déterminant. Au XIXe siècle, il passe alors de simple blagueur ou d’amuseur public au statut d’"auteur": il fait pleinement œuvre littéraire. Dans ce panorama de l’esprit québécois, allant de la Nouvelle-France à la guerre de 1914-1918, je ferai l’hypothèse d’une "littérature, fille de l’humour".

Bernard Andrès est professeur émérite au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal.
Publications
Bernard Andrès, Histoires littéraires des Canadiens au XVIIIe siècle, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2012.
Bernard Andrès, Mythes et sociétés des Amériques, Montréal, Québec Amérique, 2007 [En collaboration avec Gérard Bouchard].
Bernard Andrès, La Conquête des Lettres au Québec: 1759-1799 (2007).
Page personnelle: www.bernard-andres.com


Wilton BARROSO FILHO: Carlos Fuentes: choix esthétique et configuration de l’espace créatif
Les deux romans de l’écrivain mexicain Carlos Fuentes, La muerte de Artemio Cruz (paru pour la première fois en 1962) et Federico en su balcón (publié peu de temps après sa mort en 2012) représentent des moments différents de sa carrière. Cette communication analyse la régularité des constructions imaginaires entre les deux romans. Elle examine le choix esthétique de l’auteur et met en relief la réinvention pratiquée dans ses territoires de création et d’analyse. Les figurations des rapports humains des deux personnages, Artemio et Federico, sont analysées dans une perspective comparatiste pour parler du jeu qui leur donne des expressions humaines, situées dans leur espace imaginaire. En outre, l’étude de l’espace créatif chez Fuentes conduit à une archéologie de l’intimité du texte qui fait émerger l’identité littéraire et les transformations qu’il fait subir au processus narratif de ses romans, dévoilant ainsi la reconfiguration de son espace imaginatif.

Wilton Barroso Filho est professeur à l'université de Brasilia – UNB.
Publications
Wilton Barroso, "Lectores y escritores: un estudio sobre las relaciones intelectuales entre Carlos Fuentes y Milan Kundera", Texto Crítico (Nueva época), ISSN 0185-0830, México: Universidad Veracruzana, 2014, pp. 59-69.
Wilton Barroso e Maria Veralice Barroso, "Epistemologia do Romance: uma proposta metodológica possível para a análise do romance literário", Literatura e Filosofia, CAPES, São Paulo: Delphos, 2015, pp. 15-56.
Wilton Barroso, "No balcão com Carlos Fuentes: a ontologia de um escritor jornalista", Imprensa, História e o jornalista escritor, Fundação Casa de Rui Barbosa, Rio de Janeiro (à paraître).


Zilá BERND: Les romans de l´antériorité: partage et transmission intergénérationnelle dans la fiction actuelle des Antilles et du Brésil
Cette communication analyse la mémoire inter- et trans-générationnelle telle qu’elle se présente dans le roman d’André Schwarz-Bart, La Mulâtresse Solitude (1972), ainsi que le dialogue établi avec L´Ancêtre en Solitude de Simone et André Schwarz-Bart (2015). Elle souligne le rôle des femmes marronnes qui transmettent de génération en génération le legs de la quête de liberté dans la Caraïbe francophone. Ces romans font l’objet d’une étude comparatiste avec Um defeito de cor (2010) de l’écrivaine brésilienne Ana Maria Gonçalves, qui dévoile les activités de la première esclave marronne au Brésil, Luísa Mahin — une figure aux dimensions mythiques au même titre que la mulâtresse Solitude. Deux types de transmission sont mis en avant: celui où les descendants se sentent les héritiers véritables de leurs ancêtres, celui où apparaît le malaise de l’héritier problématique (Demanze, 2008).

Zilá Bernd est docteur ès-lettres de l´Université de São Paulo et professeur titulaire du Programme de post-graduation en Lettres de l´Université Fédérale du Rio Grande do Sul et du Programme de Post-Graduation en Mémoire sociale et biens culturels du Centre Universitaire La Salle/Canoas (Brésil). Chercheur senior du CNPq (Conseil national de développement scientifique et technologique), elle a présidé le Conseil international d´études canadiennes (2003-2005) et l´Association brésilienne d´études canadiennes (1999-2001). Elle a été rédactrice de la Revue Interfaces Brasil/Canada. En 2009 elle a reçu le Prix du Gouverneur Général en études canadiennes.
Publications
Zilá Bernd (dir.), Dicionário de figuras e mitos literários das Américas, Tomo editorial, 2007.
Zilá Bernd (dir.), Dicionário das Mobilidades culturais; percursos americanos, Literalis, 2010.
Zilá Bernd, Por uma estética dos vestígios memoriais; releitura da literatura contemporânea das Américas a partir dos rastros, Belo Horizonte, Fino traço, 2013.
Zilá Bernd & Norah Dei-Cas Giraldi (dir.), Glossaire des mobilités culturelles, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2014, Collection "Trans-Atlantico Literaturas", 8.
Patrick Imbert & Zilá Bernd (dir.), Envisager les rencontres transculturelles Brésil-Canada, Québec, Presses de l´Université Laval, 2015.
Zilá Bernd, Américanité et mobilités transculturelles, Québec, Presses de l´Université Laval, 2009, Collection "Américana".


Jean-François CÔTÉ: Guevara et Kerouac: avatars du récit de voyage dans la redécouverte des Amériques
Le récit de voyage peut être dit fondateur dans l’histoire de la "découverte" des Amériques. Mais depuis les XVe et XVIe siècles qui en fournissent les premières ébauches, jusqu’aux récits de la fin du XVIIIe siècle qui viennent compléter les visions européennes de cette "découverte" du Nouveau Monde, et à ceux du XIXe qui entreprennent la série des appropriations "nationales" des récits de découverte dans les nouvelles circonscriptions politiques, toute une tradition de récits de voyage a fourni aux Amériques une mise en relations et en représentations de ces nouveaux territoires et espaces. Le XXe siècle, toutefois, apporte une toute nouvelle perspective dans le récit de voyage, tel qu’on le trouve en particulier chez Guevara et Kerouac. Les Diarios de motocicleta et On the Road proposent en effet ni plus ni moins qu’une redécouverte des Amériques, dans la nouvelle version du récit de voyage qu’ils inaugurent. Cette communication portera attention à la manière selon laquelle le chronotope du récit de voyage prend forme dans le contexte contemporain, avec les exemples de Guevara et de Kerouac, en s'interrogeant sur les nouvelles représentations des Amériques qui en sont issues.

Jean-François Côté est professeur à l'université du Québec à Montréal.
Publications
J.F. Côté, George Herbert Mead’s Concept of Society: A Theoretical Reconstruction, Boulder, Co., Paradigm Publishers, 2015.
J.F. Côté (ed.), The Function of Contemporary Travel Narratives in the French, Anglo, and Latin Americas: Mixing and Expanding Cultural Identity, Lewiston, N.Y., Mellen Press, 2011.
J.F. Côté & F. Lesemann (dir.), La construction des Amériques aujourd’hui. Regards croisés, transnationaux et transdisciplinaires, Montréal, Presses de l’Université du Québec, 2009.
J.F Côté & E. Tremblay, Le nouveau récit des frontières dans les Amériques, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005.


Maria Zilda Ferreira CURY: Mémoires de la dictature, héritage familial et exil
Cette communication mettra l'accent sur certains récits contemporains qui transforment en fiction la mémoire des dictatures du Brésil et de l'Argentine en les reliant à l'héritage familial et à l'exil. Il s'agit de  récits faits sur le mode de l'autofiction, qui se présentent comme une forme de résistance à l'oubli et comme un moyen de recadrer l'héritage familial. Des concepts tels que trauma, dépassement, témoignage, deuil et héritage, seront opérationnels pour la lecture de ces récits.

Maria Zilda Ferreira Cury, professeur à l'Universidade Federal de Minas Gerais et CNPq-Brésil, est docteur en Littérature brésilienne.
Publications
"Des écrivains latino-américains et la tradition: Machado de Assis, Jorge Luis Borges et Ricardo Piglia", in Besse, Maria Graciete (org.), Cultures lusophones et hispanophones: penser la relation, Paris, Indigo, 2010.
"Mémoires du présent: apories de la littérature contemporaine", in Interfaces Brasil/Canada, v.15, n°1, 2015 (pp. 111-126).
"Récits d'immigrants", Quadrant, n°18, Montpellier, Centre de Recherche en Littérature de Langue Portugaise, Université Paul-Valéry, 2002.


Alberto DA SILVA: Les représentations de la ville de Recife entre littérature et cinéma
Depuis le début des années 2000, les espaces urbains brésiliens ont connu de profondes transformations. Des changements importants liés, entre autres facteurs, à la nouvelle place du Brésil dans le contexte international, en tant que pays émergent, mais également à une croissance économique qui a rendu possible davantage de mobilité sociale, sans aucun précédent dans l’histoire du pays. Ces transformations ont inspiré plusieurs œuvres littéraires et cinématographiques qui proposent d’autres regards et représentations des villes brésiliennes, en particulier celles du Nord-Est du pays, qui restent cantonnées dans un imaginaire rural, lié à l’aridité du Sertão; un espace qui, à une époque antérieure, a représenté un symbole de l’identité nationale. Dans cette communication, l'on s'intéressera à la ville de Recife à travers les romans de Ronaldo Correia de Brito et Raimundo Carreiro, ainsi qu’à travers plusieurs films réalisés par des cinéastes d’une nouvelle génération qui propose d’autres regards sur la capitale de l’État du Pernambouc. Notre travail représente moins une analyse traditionnelle des relations entre littérature et cinéma, qu’une proposition de croisement des points de vue de ces deux artistes sur la ville dans une perspective "géocritique": un autre et nouvel outil théorique pour repenser les représentations des espaces.

Publications
DA SILVA, Alberto, Genre et dictature dans cinéma brésilien. Les films d’Ana Carolina et Arnaldo Jabor, Paris, Éditions Hispaniques, 2016.
DA SILVA, Alberto, "Praia do Futuro, de nouvelles perspectives pour le cinéma de Karim Aïnouz?", in Iberic@l, Revue d’études ibériques et ibéro-américaines, n°9 - Printemps 2016, Paris, pp. 1-9.
DA SILVA, Alberto, "Un regard ‘géocritique’ sur la ville de Recife, entre littérature et cinéma", in Interfaces Brasil/Canadá. Canoas, v. 15, n°2, 2015, p. 180-193 (en ligne).
DA SILVA, Alberto, "Leila Diniz: as imagens e representações de gênero da mídia brasileira dos anos da ditadura", in DA SILVA, Alberto; DE FREITAS, Anamaria Gonçalves; BORGES, Fabricia Teixeira & NAVARRO BARRETO, Raylane Andreza Dias, Caledoscópios: por entre imagens, gêneros, educações e histórias / Kaléidoscopes: au croisement entre images, genre, éducations et histoires, Recife, Editora UFPE, 2015, pp. 309-320.
DA SILVA, Alberto, "Représentations de genre et psychanalyse dans le cinéma brésilien de la fin de la dictature", in Savoirs et clinique. Revue de psychanalyse, n°17, "Transferts cinéphiles. Le cinéma latino-américain et la psychanalyse", 2014, pp. 161-169.


Françoise DUBOSQUET LAIRYS: Jordi Soler, un catalan d’outre-mer ou une écriture atlantique
Jordi Soler naît en 1963 et grandit au Mexique, dans l'état de Veracruz, au sein d'une plantation de café fondée par une poignée de républicains catalans qui ont fui la répression franquiste. C'est là qu'il grandit auprès de son grand-père, entre trois cultures, la catalane, la mexicaine et l'espagnole: "Mexicain en Espagne et Espagnol au Mexique, une étrangeté que je traîne depuis toujours — dit-il — et qui est pour le résumer en quelques mots, une mutilation de guerre". C'est à cette quête d'identité, celle d'un narrateur, double de l'auteur, qu'il dédie sa trilogie: La guerra perdida (2012), composée de trois romans (Los rojos de ultramar, La última hora del último día et La Fiesta del oso). Trois romans qui mêlent la fiction et le réel, et qui, tel un puzzle fait de souvenirs d'enfance, de photos et du journal d'un grand-père aujourd'hui disparu, avec encore la figure mythique d'un grand-oncle musicien dont la trace s'est perdue entre l'Espagne et la France lors de la déroute républicaine, tentent de recomposer un passé, un héritage occulté. L'écriture de Jordi Soler propose une réflexion intime d'une rare intensité sur ce que les mots portent de nos cultures, de nos mémoires et de nos failles. Il ne s'agit pas de magnifier le passé ou d'une nouvelle apologie des perdants de l'Histoire, mais d'une quête de vérité, de la reconstitution d'une histoire familiale qui s'inscrit sur deux continents, d'identité plurielle, dont il va tenter de définir les traits dans le miroir trop longtemps voilé de l'histoire familiale.

Françoise Dubosquet Lairys est professeur ERIMIT à l'Université Rennes 2.
Publications
(dir.) Les failles de la mémoire. Théâtre, cinéma, poésie et roman: les mots contre l'oubli, col. "Interférences", PUR, Rennes, 2016.
(dir.) "Invitación al viaje", Revista internacional DIGILEC, Universidad da Coruña, vol. 1, n°1 (2014), ISSN 2386-6691, pp. 124-138.
(dir.) "Las tres fidelidades de Antonio Gala", Antonio Gala, eterno y de cristal, Junta de Andalucia, Consejeria de cultura, Sevilla, 2016, pp. 181-189.


Naomi FONTAINE: Le regard neuf ou Être né Innu aujourd’hui dans une société québécoise dominante
Comment fait-on lorsque les préjugés sont assimilés par la communauté qui les subit? Comment se défait-on d’une pensée généralisée répandue par la société dominante qui accule les Premières Nations dans une position au mieux de victimes, au pire d’état d’infériorité lié à la naissance? Au lieu de Nègres, nous avons été appelés Indiens. Comme eux, nous sommes nés dans un pays que nous avons construit ; dont l’histoire identitaire ne saurait exister à l’extérieur du métissage des idées. Et comme eux, nous avons été dévalorisés, vendus à petits prix. Être victime de l’Histoire ou représenter la dégénérescence d’une société : voilà les choix qui s’offrent aujourd’hui à nous qui sommes nés Autochtones dans un pays colonisé. Il faut beaucoup de courage, d’imaginaire, d’introspection, pour l’adolescent qui a grandi dans le système des réserves, s’il désire trouver son chemin en dehors de ces préjugés. Le renversement extrême est la voie dangereuse: du silence à la colère, l’écriture émerge comme tentative d’affirmation, voire de combat. Kuessipan, c’est le moment où on choisit de nommer soi-même sa réalité, lorsque le regard de l’autre ne suffit plus. Tenter de définir ce système restreignant par l’expérience vécue de l’enseignement dans une communauté nordique du Québec et par l’éclosion d’une parole en écriture. Explorer les portes de sortie véritables qui ne sont pas contre tout risque. Essayer, du moins, de poser un regard neuf sur une image longtemps stigmatisée.

Mireille GARCIA: Du régional à l’universel: identité territoriale et topologie de l’espace dans l’œuvre de Luiz Ruffato
L’interrogation sur les constructions identitaires et leur rapport au territoire va de pair avec le débat sur les bouleversements engendrés par la postmodernité. En effet, loin de signifier uniquement le décor de l’intrigue donnée à lire, la dimension spatiale dans le récit littéraire contribue indirectement à forger des connexions entre les lieux et l’état d’esprit des personnages, l’histoire collective, le temps, l’imaginaire ou encore la mémoire. Par là même, la configuration spatiale sert à spécifier les enjeux du roman et à programmer symboliquement la destinée des personnages, ainsi que leur relation au monde et à l’Autre. Aussi, qu’il soit imaginé, construit ou reconstruit, figuré ou configuré, représenté ou interprété, l’espace littéraire occupe une place de choix dans la fiction: autant d’enjeux et d’aspects de l’espace que les romans Eles eram muitos cavalos (2002) et De mim já nem se lembra (2016) du romancier brésilien Luiz Ruffato mettent en lumière. Dans sa figuration de l’espace, Ruffato procède à l’intégration d’éléments de l’histoire collective, de la mémoire populaire et de l’héritage culturel. Il élabore sa propre conception du territoire, en évoque la diversité et la densité. Soigneusement construits, lieux et espace sont omniprésents: transformés en témoins et reflet de la trame, ils jouent un rôle actif au centre de la diégèse. Cette communication se propose d’analyser de quelle manière le romancier construit son univers fictionnel à partir des déplacements de l’espace régional à l’espace universel et urbain de la mégalopole de São Paulo, décrivant le passage brutal d’une société agraire à une société post-industrielle de personnages qui transitent dans un monde de violence et de désespoir. Il s’agit de comprendre la façon dont l’auteur interroge les processus de mondialisation et de globalisation par le biais du territoire, de l’espace régional et de l’espace urbain et par la mise en scène des phénomènes actuels de la société brésilienne.

Mireille Garcia, titulaire d’un doctorat en littérature contemporaine brésilienne, est membre de l’Équipe de Recherche Interlangue: Mémoires, Identités, Territoires (ERIMIT) de l’Université Rennes 2. Sa thèse, soutenue en 2014, portait sur la problématique de l’identité, de la mémoire et de l’espace dans l’œuvre du romancier Milton Hatoum. Elle a obtenu le prix de thèse 2015 attribué par l’Institut des Amériques.
Publications
Mireille Garcia, "Historicité de l'espace dans l'œuvre de Milton Hatoum", in OLIVIERI-GODET Rita (dir.), Cartographies littéraires du Brésil actuel. Espaces, acteurs et mouvements sociaux, Bruxelles, Peter Lang, 2016 (pp. 265-274).
Mireille Garcia, "Espaço e construção identitária na obra de Milton Hatoum: uma Manaus polimorfa e simbólica", in Passages de Paris (APEB-Fr), édition n°8, 2013 (Revue Scientifique de l'Association des Chercheurs et Étudiants Brésiliens de France) [en ligne].
Mireille Garcia, "Mamma, son tanto felice de Luiz Ruffato: da canção do exílio ao canto do inferno", in Amerika, n°13 ("Migrations et productions artistiques dans les Amériques") [en ligne].


Thierry GOATER: "I was an accumulator, a hoarder. I trespassed everywhere and thieved constantly": politique et poétique de l’espace dans The Underpainter de Jane Urquhart
Le spatial turn a montré comment la notion d’espace structure aussi bien la construction du savoir que la création artistique. Plusieurs décennies après Gaston Bachelard et Mikhaïl Bakhtine, cette évolution épistémologique redonne à la notion d’espace toute l’importance qu’elle avait perdue dans la théorie littéraire. Des approches telles que la géographie littéraire, la géocritique ou l’écocritique, souvent en convergence avec les études postcoloniales, ont ainsi conduit à prendre conscience du rôle primordial de l’espace et de la géographie dans les littératures américaines, la littérature canadienne de langue anglaise en particulier. Romancière, nouvelliste et poète, Jane Urquhart met, avec la mémoire, l’espace au cœur de son œuvre. Dans The Underpainter, roman publié en 1997, le narrateur est un peintre américain âgé qui vit reclus dans la maison de sa ville natale dans l’Etat de New York. Il se remémore sa vie passée, son enfance à Rochester, les personnes qui l’ont marqué, ses va-et-vient pendant vingt ans entre la ville de New York où il passait l’hiver et Davenport, Port Arthur et Silver Islet sur les rives Nord des lacs Ontario et Supérieur où il séjournait l’été. C’est aussi pour lui l’occasion d’exprimer sa conception de l’art et son incapacité maladive à nouer de solides relations humaines. À travers les destins croisés des personnages, le récit évoque les rapports ambivalents entre le Canada, les États-Unis voisins et la lointaine mais omniprésente Europe dans un contexte de colonisation, d’exploitation minière et de Première Guerre mondiale. Cette communication se propose de montrer comment le roman de Jane Urquhart met en œuvre une politique et une poétique de l’espace représentant et de l’espace représenté, qui invite à réfléchir sur l’histoire et l’identité canadiennes, la création artistique et, bien au-delà, la condition humaine.

Thierry Goater est maître de conférences, ACE-Université Rennes 2.
Publications
Thierry Goater & Elise Ouvrard (ed.), L’engagement dans les romans féminins de la Grande-Bretagne des XVIIIe et XIXe siècles, Presses Universitaires de Rennes, 2012.
Thierry Goater, "'Paint not the thing, but the effect it produces': The Power of Impressions in Far from the Madding Crowd", FATHOM [Online], 3 | 2016, Online since 30 April 2016.
Thierry Goater, "An 'Uncanny Revel': The Poetics and Politics of the Grotesque in Thomas Hardy’s The Mayor of Casterbridge", in Hervouet-Farrar, Isabelle and Vega-Ritter, Max (ed.), The Grotesque in the Fiction of Charles Dickens and Other 19th-century European Novelists, Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2014, p. 133-149.


Ilana HEINEBERG: Confins, mobilité et mémoire dans le "road novel" de la Pampa Todos nós adorávamos caubóis, de Carol Bensimon
Dans ce deuxième roman de Carol Bensimon, publié en 2013, la narratrice Cora retrouve après une longue séparation son ancienne amie Julia à Porto Alegre. Toutes deux se donnent rendez-vous dans cette ville après un séjour à l’étranger, respectivement à Paris et à Montréal, pour accomplir l’ancien projet d’un long voyage en voiture. Cora dévoile leur histoire d’amour en même temps que, dans le présent narratif, les jeunes femmes se déplacent à travers les confins du Rio Grande do Sul, à l’extrême sud du Brésil, et essaient de finir ou de reprendre leur relation. Le voyage se fait de manière improvisée, en traversant des villages de la colonisation italienne, la Pampa et même une ville fantôme. Dans cette communication, nous analyserons les rapports entre ce décor rempli de vide et d’histoire, et l’impasse de la relation amoureuse des protagonistes. Nous nous attacherons également à montrer le rôle de la mobilité et de l’errance dans la construction de l’intrigue de ce "road novel" ainsi que l’importance du point de vue étranger de ces outsiders revenues dans leur contrée. Enfin, à partir de l’expérience de Julia au Canada, nous  donnerons à  notre analyse une dimension comparatiste, établissant un dialogue entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud autour de la perception spatiale du personnage qui transite entre les deux cultures.

Ilana Heineberg est maître de conférences à l'Université Bordeaux Montaigne.
Publications
Ilana Heineberg, "La judéité dans Diário da queda, de Michel Laub: la Shoah, les rites et la transmission", in Olivieri-Godet Rita (org.), Cartographies littéraires du Brésil actuel, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2016.
Ilana Heineberg, "La fiction comme outil de réécriture de l’Histoire dans les romans brésiliens En Liberté et Neuf nuits", in Magni Stefano (dir.), La réécriture de l’Histoire dans les romans de la Postmodernité, Aix-en-Provence/Marseille, Presses Universitaire de Provence, 2015.
Ilana Heineberg, "Le roman comme supplément à la mémoire: les stratégies postmodernes de la métafiction historiographique Em Liberdade, de Silviano Santiago, in Dubosquet Françoise Lairys (dir.), Les failles de la mémoire. Théâtre, cinéma, poésie et roman: les mots contre l'oubli, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016.


Andrea Saad HOSSNE: La "mémoire-dune": récit, histoire et déplacement dans Ainda estou aqui ("Je suis encore là") de Marcelo Rubens Paiva
Cette communication aborde la mémoire spatialisée sous la perspective des catégories de l’espace, en particulier le déplacement et l’étrangeté, à partir des études sur les relations entre récit, mémoire et histoire. Dans le roman, le narrateur déclare: "La mémoire n’est pas seulement une pierre entaillée de hiéroglyphes, une histoire racontée. La mémoire ressemble aux dunes de sable, aux grains mouvants qui passent d’une partie à l’autre, prennent des formes différentes, sont emportés par le vent" (p. 117). Cette image spatialisée de la mémoire, espace composé intrinsèquement par le mouvement et le temps, met au diapason la (re)construction de deux mémoires menacées de disparition et d’oubli: l’histoire récente du Brésil après le coup d’État militaire de 1964, et l’histoire de la famille Paiva, une famille connue au Brésil et à l’étranger après l'enlèvement, la torture et le meurtre de l’ancien député Rubens Paiva par la terreur d’État, instaurée pendant la dictature qui a suivi le coup d´État. Cette reconstruction est dirigée par une sorte de double dépérissement: celui du père du narrateur, quasiment mort des suites de tortures très violentes et qui, selon des témoins, répétait à voix basse son nom;  celui, en écho, de la voix de la mère du narrateur, septuagénaire au stade III de la maladie d’Alzheimer. Pendant qu’elle tenait son petit-fils dans les bras, elle répétait à son fils: "je suis encore là", devenu le titre du roman écrit par Marcelo Rubens Paiva, le narrateur et le fils de Rubens Paiva. Cette image de la "mémoire-dune" qui  se déplace et se reconstruit poursuit la famille là où elle a vécu, où elle a presque été défaite, où elle a pu se refaire, où elle a fait face au monde. Vergers, rues, plages, villes, maisons provisoires, ambassades, installations militaires, tribunaux: les déplacements spatiaux refont le temps, l’histoire. En somme, la spatialisation d’une douleur et d’une résistance peut-être héraclitéenne: la durée et la permanence au sein d’un perpétuel changement.

Andrea Saad Hossne est professeur à l'Université de São Paulo, Brésil.
Publications
Andrea S. Hossne et Rita Olivieri-Godet (dir.), La littérature brésilienne contemporaine (de 1970 à nos jours), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.
Andrea S. Hossne, Bovarismo e romance. Madame Bovary e Lady Oracle, São Paulo, Ateliê Editorial, 2000.
Andrea S. Hossne, "Degradação e acumulação: considerações sobre algumas obras de Luiz Ruffato", in HARRISON, Marguerite Itamar, Uma cidade em camadas. Ensaios sobre o romance Eles eram muitos cavalos, de Luiz Ruffato, Vinhedo, SP, Editora Horizonte, 2007.


José Luís JOBIM DE SALLES FONSECA: Espaces de la mémoire dans Silviano Santiago, Chico Buarque, Godofredo de Oliveira Neto et William Faulkner
Dans l’œuvre de Machado de Assis (1839-1908), l’appropriation créative d’éléments issus d’autres auteurs ne se limite pas  à une répétition de ce qui existait déjà en Europe; au contraire, elle engendre la création de textes littéraires différents des textes et des auteurs lus. Deux romans récents utilisent comme référence l’œuvre de Machado pour des formes de récits à caractère mémorialiste: Heranças (2008) de Silviano Santiago, et Quand je sortirai d’ici (2009) de Chico Buarque. Mais là aussi, la référence acquiert une nouvelle signification en fonction d’éléments autres que ceux de l’univers machadien, d’un travail sur des mémoires fictionnelles. À l’époque de la publication du livre de Chico Buarque, la critique a souligné son rapport avec Machado. Quant à Silviano Santiago, il revendique pour son livre "l’idée du bilan d’une vie, dont le thème est proposé et traité par des œuvres qui me fascinent, des œuvres aussi variées que les Mémoires posthumes de Brás Cubas de Machado de Assis, et le Roi Lear de Shakespeare, dans sa version originale et dans ses diverses adaptations". Plus récemment encore, Godofredo de Oliveira Neto a repris Dom Casmurro dans son livre Ilusão e mentira (2014). Cette communication portera sur les espaces de la mémoire chez Santiago, Buarque et Oliveira Neto, des auteurs qui font l’inventaire de différentes formes de transmission générationnelle dans un dialogue avec le mémorialisme machadien. Dans un second temps, ces expériences narratives seront comparées au mémorialisme de William Faulkner (The Sound and the Fury, 1929).

José Luis Jobim est professeur à l'Universidade Federal Fluminense de Rio de Janeiro, CNPq-Brésil.
Publications
José Luís Jobim, "From Europe to Latin American", Journal of World Literature, v. 1, p. 52-62, 2016.
José Luís Jobim, "Literary and Cultural Circulation: Machado de Assis and Théodule Armand Ribot", European Review, v. 23, p. 406-420, 2015.
José Luís Jobim (Org.), Maria Elizabeth Chaves de Mello (Org.); O. Kleiman (Org.), O diálogo Europa-Brasil na obra de Machado de Assis / Le dialogue Europe-Brésil dans l´oeuvre de Machado de Assis. 1. ed. Niterói / Paris: Editora da UFF / Sorbonne Nouvelle, 2015. Édition bilingue (portugais-français).


Soraya LANI: Pour une lecture "hétérotemporelle" de la fiction amérindienne brésilienne et québécoise: L'Ourse bleue, de Virginia Pésémapéo Bordeleau et Todas as coisas são pequenas, de Daniel Munduruku
Au sein des Amériques, la littérature amérindienne s'inscrit dans un mouvement global d'affirmation des identités plurielles où la voix amérindienne acquiert le droit à l'énonciation littéraire. Cependant, l'éveil de cette conscience subalterne n'a pas suivi la même progression dans l'espace américain. Au Canada, en 1969, la publication du Livre Blanc, portant sur la politique indigène du gouvernement, a été le déclencheur d'une littérature autochtone écrite en français alors qu'au Brésil une littérature collective écrite en portugais n'a pu prendre forme qu'à partir des années 1990, et ce grâce aux programmes gouvernementaux de soutien à l'autodétermination des peuples indigènes prescrits dans la Constitution de 1988. Étant donné ce décalage temporel et le contexte spécifique de l'émergence de ces deux littératures, nous nous proposons d'établir une lecture comparatiste à partir d'une étude des romans L'Ourse bleue, de l'écrivaine québécoise Virginia Pésémapéo Bordeleau, publié en 2007, et Todas as coisas são pequenas, de l'écrivain brésilien Daniel Munduruku, publié en 2008. Il s'agira d'analyser, d'une part, comment ces deux écrivains articulent des catégories spatio-temporelles hétéroclites, et, d'autre part, d'évaluer les degrés d'hybridité culturelle issus de l'expérience de l'altérité à laquelle se livrent leurs personnages.

Soraya Lani est maître de conférences de portugais, spécialité Brésil, à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, et membre permanent de l'Équipe d'Accueil CELEC. Dans une thèse intitulée L'Hybridité dans l'œuvre de l'écrivain brésilien Moacyr Scliar (1937-2011): judéité, imaginaire et représentations, elle s'attache à étudier les mécanismes de l'univers hybride de l'écrivain. Pour la thématique amérindienne, c'est à travers l'étude de l'altérité indigène présente dans l'œuvre de Scliar qu'elle s'intéresse au rapprochement des littératures indianistes contemporaines et des littératures autochtones. Sur la question, elle a publié les articles suivants: "Quelle place pour les chamans dans le Brésil contemporain? Représentations d’une spiritualité en crise dans quelques fictions de Moacyr Scliar"; "Uma imigração judaica permeada por centauros, índios cavaleiros e índios a pé; Leitura do romance ‘O Centauro no jardim’ de Moacyr Scliar"; "La Mémoire et l’imaginaire utopique. Une lecture de l’œuvre ‘Sa Majesté des Indiens’ de l’écrivain juif brésilien Moacyr Scliar".

Rogério LIMA: Bernardo Carvalho et Jorge Volpi: l'espace de l'éthique et de la mémoire dans les récits brésilien et mexicain contemporains
Cette communication analyse le récit fictionnel contemporain à travers deux ouvrages d’origine brésilienne et mexicaine: Reprodução, de Bernardo Carvalho et Memorial del engaño, de Jorge Volpi. Elle vise à établir les relations entre la littérature, la mémoire et l’éthique économique dans l’espace de la fiction latino-américaine contemporaine.

Rogério Lima est professeur à l'Universidade de Brasília ai Brésil.
Publications
Rogério Lima, "A vocação fantasma dos navios: Subjetividade e espaço urbano no romance de Ronaldo Costa Fernandes", Romance Quarterly, v. 63, p. 200-208, 2016.
Rogério Lima, R. C. Fernandes (Org.), O Imaginário da Cidade, Ed. Brasília - DF/São Paulo: Editora Universidade de Brasília/Imprensa Oficial, 2000.
Rogério Lima, "L'œuvre de Guimarães Rosa au cinéma", in Rita Olivieri-Godet et Luciana Wrege-Rassier (Org.), João Guimarães Rosa mémoire et imaginaire du sertão-monde, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012, p. 327-334.


Rita OLIVIERI-GODET: Espace et relations autochtones/allochtones dans les littératures brésilienne et québécoise
Cette communication interrogera le rôle de l’espace dans les figurations des relations autochtones/ allochtones dans la production littéraire contemporaine brésilienne et québécoise et, plus particulièrement, les aspects liés à l’enjeu-mémoire et à la topologie imaginaire du continent américain, en explorant un corpus composé d’une quinzaine d’ouvrages. Il s’agira d’examiner les rapports que les textes littéraires établissent avec le réel lorsqu’ils s’approprient les dimensions sociales, politiques, symboliques et ontologiques de l’espace des Amériques (celui du Brésil et du Québec) et les déplacements qu’ils opèrent dans les idées reçues des communautés imaginaires nationales. Comment les récits projettent-ils les relations autochtones/allochtones dans le passé, le présent et l’avenir? Face à la mobilité des Amérindiens résultant du redécoupage et de la réorganisation territoriaux qui leur ont été imposés (des grands espaces des confins aux espaces confinés — comme ceux des réserves et des quartiers pauvres dans des villes; des territoires traditionnels aux "non-lieux" tels les campements en bord de route), comment la production littéraire envisage-t-elle le devenir de ces relations et la cohabitation interethnique? On se penchera également sur la contribution des auteurs amérindiens à la reconfiguration de l’espace des Amériques.

Rita Olivieri-Godet est professeur, ERIMIT-Université Rennes 2; membre senior de l’Institut Universitaire de France.
Publications
Rita Olivieri-Godet, L’altérité amérindienne dans la fiction contemporaine des Amériques. Brésil, Argentine, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2015.
Rita Olivieri-Godet, "Entre forêt et ville: le roman contemporain brésilien et le non-lieu des Amérindiens", Rita Olivieri-Godet (dir.), Cartographies littéraires du Brésil actuel: espaces, acteurs et mouvements sociaux, Bruxelles, Peter Lang, 2016, p. 299-311.
Rita Olivieri-Godet, "Topologie imaginaire des Amériques: les confins", in IDMHAND, F. et alii, Les Amériques au fil du devenir. Écritures de l’altérité, frontières mouvantes, Bruxelles, Peter Lang, 2016, p. 107-119.


Néstor PONCE: Écrire est lire avec les yeux ouverts
Cette communication présentera le parcours de mon œuvre littéraire à partir d’une réflexion sur le traitement de l’espace. La notion d’espace frontalier s'u manifeste de deux manières: d’une part, à partir de la localisation des textes dans des espaces-limite, dans des zones perméables, poreuses, de dialogue et d’affrontement; d’autre part, à travers une recherche textuelle qui essaie de briser et de mettre en dialogue les genres littéraires. Beaucoup de textes se déroulent dans des espaces de confins, la Pampa (le roman Una vaca ya pronto serás, le récit Sous la pierre mouvante), des zones perdues du Nord ou de la côte Atlantique de l’Argentine. D’autres écrits, en revanche, ont comme espace de prédilection les zones urbaines, en particulier Buenos Aires et La Plata, où se situe l’action, au XIX siècle, de La bête des diagonales, mais aussi dans mes deux derniers romans, Toda la ceguera del mundo et El lado bestia de la vida. Dans ces deux cas, les narrations sont une sorte d’invitation au voyage (Argentine, Mexique, Canaries, États-Unis) au fil de l’enquête policière. Ils parlent d’hybridation, d’exclusion, d’altérité. La mémoire joue un rôle important dans tous mes textes. Le recueil de poésie Désapparences est un parcours douloureux des camps de concentration dans tout le pays, sous la dictature militaire (1976-1983); des romans comme El intérprete ou La Bête des diagonales tentent de comprendre les origines de l’Argentine moderne. Il s'agit de montrer les contours d’un espace de révolte, d’un territoire où les conflits, les luttes, les résistances, font partie du quotidien. C’est le défi que j’assume: mettre tous ces univers en paroles.

Néstor Ponce est professeur, ERIMIT-Université Rennes 2, écrivain argentin invité. Né à La Plata (Argentine) en 1955, il est l'auteur de huit romans et recueils de nouvelles, trois livres de poésie et une dizaine d'essais, publiés en Argentine, en Allemagne, au Chili, à Cuba, en Colombie, en Espagne, en France, au Mexique. En 2013, il a été nommé chevalier des Arts et des Lettres de la République française. Cette même année, son recueil Desapariencia no engaña fut sélectionné par le ministère de l'Éducation d'Argentine pour être distribué gratuitement dans tous les écoles et bibliothèques publiques du pays (www.nestorponce.com).
Publications
Néstor Ponce, La Bête des diagonales (La bestia de las diagonales, trad. par François-Michel Durazzo), Marseille, André Dimanche éditeur, 2006.
Néstor Ponce, Sous la pierre mouvante (Tandil, el jadeo, trad. par Claude Bleton, photographies de Pablo Añeli), Manosque, Le bec en l’air, 2010.
Néstor Ponce, Désapparences / Desapariencia no engaña (éd. Bilingue français/espagnol, trad. Monique Roumette, ill. Guillermo Núñez), Brest, Les Hauts-Fonds, 2013.
Néstor Ponce, La Parole sans limites (La palabra sin límites), trad. par Monique Roumette, Brest, Les Hauts-Fonds (sous presse).


Brigitte THIÉRION: Peuples autochtones en milieu urbain: du mythe à la réalité, un processus de désintégration dans Nirliit de Juliana Léveillé-Trudel et Habitante irreal de Paulo Scott
Dans cette communication, nous nous attacherons à la manière dont la fiction contemporaine aborde certaines des problématiques soulevées par les dynamiques urbaines. Il s’agira en particulier d’analyser l’espace urbain dans sa dimension humaine, comme espace d’intégration ou d’exclusion des populations autochtones au Québec et au Brésil. Deux aires géographiques seront évoquées: le Nunavick, situé dans la région du Nord-du-Québec et le Rio Grande do Sul, situé au Sud du Brésil, avec un accent particulier sur les métropoles de Salluit et de Porto Alegre, puis dans une moindre mesure São Paulo. Notre analyse portera sur deux romans: Nirliit (2015) de Juliana Léveillé-Trudel et Habitante Irreal (2014) de Paulo Scott. Le premier retrace le destin d’Eva et de son fils Elijah, le second évoque le destin de Maína et de son fils Donato. Dans une perspective comparatiste, nous chercherons à rapprocher les destinées de ces deux femmes, trop tôt disparues, et de leurs fils pour dégager des éléments de réflexion sur la manière dont ces romans, ancrés dans la modernité, remettent en cause les représentations traditionnelles de l’espace associé aux populations autochtones; sur les répercussions dans l’imaginaire des déplacements de ces populations; sur les transformations sociales et culturelles induites par l’espace urbain et les dynamiques d’exclusion, d’intégration, de négociation, de revendication qui intègrent une réflexion plus vaste sur la cohabitation des peuples et des cultures dans les Amériques.

Brigitte Thiérion enseigne la littérature brésilienne à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Apèrs avoir présenté en 2010 une thèse intitulée: "Regards sur l’Amazonie: Fiction Histoire Identité dans l’œuvre de Márcio Souza", elle poursuit une recherche centrée sur l’Amazonie, ses représentations dans la littérature et ses peuples. Elle s’attache à développer une approche comparatiste destinée à analyser les problématiques amérindiennes et autochtones dans une perspective continentale selon un axe: Brésil / Québec. La réflexion sur le territoire est au cœur des problématiques abordées.
Publications liées à la thématique du colloque
"Québec, Brésil, terres d’asile: aborder l’Amérique dans les romans Ru de Kim Thúy et Amerika de Sérgio Kokis", in Revista Interfaces, Brasil/Canadá, 2015.
Émergence d’une littérature autochtone au Brésil: Daniel Munduruku un écrivain aux multiples facettes,  2016, PUL (à paraître).
"Dialogues mythiques et poétiques: espaces symboliques de la réconciliation chez R. Mestokoscho et J. Désy, et J. de J. Paes Loureiro", 2016, Interfaces, Brasil/Canadá (à paraître).


Ivete Lara Camargos WALTY: Langage Brésil - langage américain: de quoi s’agit-il?
Cette communication s'interroge sur la critique américaine des langues latines et sur leurs productions, toujours marquées par la question identitaire. À la fin d’une conférence sur l’usage de la parole formatrice dans l’histoire de la culture brésilienne, Silviano Santiago (2014) a incité haut et fort le sujet brésilien et la nation à occuper un "siège dans l’assemblée plénière de la planète": "Il devient urgent de donner une position à l’insertion du langage-Brésil dans le contexte universel [...]". Parmi les nombreuses questions qu’un tel appel suscite, celle qui est contenue dans l’appropriation des paroles d’Oiticica par Silviano Santiago se distingue: comment se définit ou se détermine le langage-Brésil? Quels lieux de parole le composent? Et dans le contexte plus vaste de l’Amérique latine et du Québec, quelles énonciations se regroupent sous le label d’américanité? Le territoire énonciatif brésilien y serait-il inclus?

Ivete Lara Camargos Walty est professeur, PUC-Minas, Minas Gerais et CNPq-Brésil.
Publications
Ivete Walty, "Textuality and territoriality in Brazilian oral discourse", in Valdés Mario J. & Kadir Djelal (éd.), Literary Cultures of Latin America: a comparative history, New York, Oxford  University Press, 2004, pp. 504-512.
Ivete Walty, "Journaux de rue: espaces entrecroisés", in Gin Pascal & Moser Walter (dir), Mobilités culturelles: Regards croisés Brésil / Canada, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2011, pp. 79-100.
Ivete Walty, "Le récit brésilien contemporain: des anthologies et des tendances.", in Olivieri-Godet Rita (dir), Cartographies littéraires du Brésil actuel. Espaces, auteurs et mouvements sociaux, Bruxelles, P.I.E Peter Lang, 2016, pp. 25-40.


Bertrand WESTPHAL: Cartographies (peut-être) fictionnelles des espaces latino-américains - ou comment tracer d’autres mondes possibles
Il est plusieurs manières d’aborder l’espace latino-américain. L’une consiste à recourir à la métaphore cartographique, fort présente dans les arts visuels depuis, par exemple, que Joaquín Torres García, peintre et écrivain uruguayen, a dessiné une América invertida en 1943, bien avant, d’une part, la célèbre McArthur's Universal Corrective Map of the World australienne, qui date de 1979, et juste après, d’autre part, que les Collèges de Cartographes borgésiens eurent envisagé une carte de l’Empire à l’échelle un sur un. Ces dernières années, le support cartographique n’a cessé d’enflammer l’imagination de nombreux artistes, tout particulièrement dans les aires culturelles latino-américaines. Parmi eux, on compte, entre bien d’autres, Jorge Macchi, Guillermo Kuitca en Argentine, Eduardo Abaroa et Francis Alÿs au Mexique, où le discours de la frontière est forcément très présent, ou encore, au Brésil, Rosana Ricalde, qui conçoit des cartes à mi-chemin du visuel et du textuel. Hiérarchies symboliques révoquées en doute (nord vs. sud), frontières rendues absurdes, lignes gommées ou déviées par le geste artistique... la cage des méridiens est faite pour être ouverte, tout du moins dans les mondes possibles que décrivent artistes visuels et romanciers. Car ces derniers ne sont pas en reste: de Borges à Ricardo Piglia, Guillermo Gómez-Peña ou Valeria Luiselli, le chemin n’est pas si long. Les arts latino-américains sont en pleine effervescence et, pour notre plus grand plaisir, leur cartographie nous aide à mieux nous égarer.

Bertrand Westphal est professeur de littérature comparée à l'Université de Limoges, où il dirige l'équipe de recherche "Espaces Humains et Interactions Culturelles". Il est l'initiateur de la géocritique, présentée par Robert Tally comme "a new critical practice suitable for understanding our spatial condition today". Il a publié de nombreux ouvrages sur la géocritique, la littérature autrichienne, méditerranéenne (L’Œil de la Méditerranée, Aube, 2005) et la théorie du roman. Son approche est interdisciplinaire, et il collabore régulièrement avec desdesigners, des architectes et des géographes.
Publications
La cage des méridiens. Le roman et l’art contemporain face à la globalisation, Paris, Minuit, coll. "Paradoxe", March 2016, 272 p.
Le Monde plausible. Lieu, espace, carte, Paris, Minuit, coll. "Paradoxe", October 2011, 256 p.
A Plausible World, trad. Amy Wells, New York, Palgrave Macmillan, December 2013.
Un mundo plausible, trad. Domingo Pujante, P.U. Valencia, forthcoming.
Austro-fictions. Une géographie de l’intime, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, coll. "Études Autrichiennes", May 2010, 192 p.
La Géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Minuit, coll. "Paradoxe", September 2007, 278 p.
Geocriticism. Real and Fictional Spaces, trad. Robert Tally, New York, Palgrave Macmillan, May 2011, 192 p.
Geocritica. Reale, finzione, spazio, trad. Lorenzo Flabbi, Rome, Armando Editore, 2009, coll. "Trame", 240 p.
L’œil de la Méditerranée. Une odyssée littéraire, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, May 2005, 399 p.
Roman et Évangile, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2002, 402 p.


BIBLIOGRAPHIE :

AINSA, Fernando, Del topos al logos, Propuestas de geopoética, Frankfurt, Iberoamericana/Vervuert, 2006.
ANDRES, Bernard & BERND, Zilá (dir.), L’identitaire et le littéraire dans les Amériques, Montréal, Éditions Nota Bene, 1999.
ASSMANN, Jan, La mémoire culturelle, Paris, Flammarion, 2010 (Trad. Diane Meur).
ASSMANN, Aleida, Espaços de recordação: formas e transformações da memória cultural, Campinas, Editora UNICAMP, 2011 (Trad. Paulo Soethe (coord.)).
AUGÉ, Marc, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Seuil, 1992.
BERND, Zilá, Américanité et mobilités transculturelles, Québec, Presses de l´Université Laval, Collection "Américana", 2009.
BERND, Zilá & DEI CAS-GIRALDI, Norah, Glossaire des mobilités culturelles, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, Collection "TransAtlantico", n°8, 2014.
BERND, Zilá, Por uma estética dos vestígios memoriais; releitura das literaturas das Américas, Belo Horizonte, Fino traço, 2013.
BOUCHARD, Gérard & ANDRES, Bernard, Mythes et sociétés des Amériques, Montréal, Éditions Québec Amérique, 2007.
BOUVET, Rachel & WHITE, Kenneth (dir.), Le nouveau territoire. L’exploration géopoétique de l’espace, Montréal, Figura/UQAM, 2008.
BOUVET, Rachel & CAMUS, Audrey, Topographies romanesques, Rennes, PUR, 2011.
CAUQUELIN, Anne, L’invention du paysage, Paris, PUF, 2000.
COTE, Jean-François & TREMBLAY, Emmanuelle (dir.), Les nouveaux récits des frontières des Amériques, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2005.
COTE, Jean-François, LESEMANN, Frédéric & CUCCIOLETA, Donald, Le grand récit des Amériques. Polyphonies et identités culturelles dans le contexte de la continentalisation, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2001.
COLLOT, Michel, La pensée-paysage, Arles, Actes Sud/ENSP, 2011.
CHARTIER, Daniel, "Au Nord et au large. Représentation du Nord et formes narratives", in CHARTIER, Daniel, BOUCHARD, Joë; NADEAU, Amélie (dir.), Problématiques de l’imaginaire du Nord, Montréal, Figura/UQAM, 2004, p. 9-26.
CURY, Maria Zilda, RAVETTI, Graciela & AVILA, Myriam (dir.), Topografias da cultura. Representação, espaço e memória, Belo Horizonte, Editora UFMG, 2011.
DE SOUZA, Licia Soares, Utopies américaines au Québec et au Brésil, Québec, PUL, 2004.
DUBOSQUET LARYS, Françoise (dir.), Les failles de la mémoire. Théâtre, cinéma, poésie et roman: les mots contre l'oubli, Rennes, PUR, 2016.
FIGUEIREDO Eurídice, Representações de etnicidade: perspectivas interamericanas de literatura e cultura, Rio de Janeiro, 7Letras, 2010.
GERVAIS, Bertrand & HORVATH, Christina (dir.), Écrire la ville, Montréal, Figura/UQAM, 2005.
IDMHAND, Fatiha & alii, Les Amériques au fil du devenir; écritures de l´altérité, frontières mouvantes, P.I.E. Peter Lang, 2016, Collection "TransAtlantico", n°12.
IMBERT, Patrick (dir.), Le transculturel et les littératures des Amériques, Ottawa, Université d’Ottawa, 2012.
IMBERT, Patrick, Les Amériques transculturelles; les stéréotypes du jeu à somme nulle, Québec, Presses de l´Université Laval, Collection "Américana", 2013.
IMBERT, Patrick & BERND, Zilá (éds), Envisager les rencontres transculturelles Brésil-Canada, Québec, Presses de l´Université Laval, Collection "Américana", 2015.
OLIVIERI-GODET, Rita (dir.), Cartographies littéraires du Brésil actuel: espaces, acteurs et mouvements sociaux, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2016.
OLIVIERI-GODET, Rita, L’altérité amérindienne dans la fiction contemporaine des Amériques, Brésil Argentine, Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2015.
OLIVIERI-GODET, Rita, "Topologie imaginaire des Amériques: les confins", in IDMHAND, Fatiha, BRAILLON-CHANTRAINE, Cécile, SAVIN, Ada & AJI, Hélène (dir), Les Amériques au fil du devenir. Écritures de l’altérité, frontières mouvantes, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2016, p. 107-119.
PONCE Néstor (éd.), La représentation de l’espace dans le roman hispano-américain. Los pasos perdidos de Alejo Carpentier, La vorágine de José Eustasio Rivera, Nantes, Éditons du Temps, 2002.
PONCE Néstor (éd. et préface), Le Discours autoritaire en Amérique latine de 1970 à nos jours, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.
ROBIN, Régine, Le Roman mémoriel, Montréal, le Préambule, Collection "L´Univers des discours", 1989.
SOUZA, Márcio, História da Amazônia, Manaus, Valer, 2009.
WESTPHAL, Bertrand, La géocritique. Réel, fiction, espace, Paris, Les Éditions de Minuit, 2007.
WESTPHAL, Bertrand, Le monde plausible. Espace, lieu, carte, Paris, Les Éditions de Minuit, 2011.

Avec le soutien
de l'Institut universitaire de France,
de l'ERIMIT - EA 4327 (Université Rennes 2)

et du GIS Institut des Amériques de Rennes

Institut Universitaire de France
ERIMIT - EA 4327 (Université Rennes 2)
GIS Institut des Amériques de Rennes