Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
Flyer LA RÉFORME EN SPECTACLES

PROTESTANTISME ET THÉÂTRE EN NORMANDIE
ET EN EUROPE AU XVIe SIÈCLE

Mise à jour
03/04/2018
Cliquer pour suivre ce colloque sur Facebook

DU MERCREDI 30 MAI (19 H) AU DIMANCHE 3 JUIN (14 H) 2018

( colloque de 4 jours )

DIRECTION : Charlotte BOUTEILLE-MEISTER, Emmanuel BURON, Fabien CAVAILLÉ, Estelle DOUDET, Denis HÜE

ARGUMENT :

La Réforme a bouleversé la vie de l’Europe au XVIe siècle, incitant les citoyens à soutenir ou bien à combattre la nouvelle religion. La Normandie, terre de protestantisme, s’est alors imposée comme une interface majeure entre les pays germaniques, l’Angleterre, la Suisse et les Pays-Bas. La région était aussi l’un des principaux centres du théâtre en français. De 1520 à 1580, le théâtre normand a connu une production exceptionnellement riche, trop méconnue aujourd’hui.

En ouverture des commémorations des 500 ans de la Réforme, ce colloque a pour objectif de mettre au jour les interactions peu connues entre débats religieux et rayonnement des arts de la scène. Il étudiera la manière dont le protestantisme a suscité des débats dont l’intensité et la violence ont transformé le théâtre, qui était alors le media à l’audience la plus large.

La manifestation associe à un volet scientifique international et interdisciplinaire une résidence-création dirigée par le metteur en scène Michel Cerda. Elle explorera des pièces pro- et anti-protestantes du XVIe siècle. Le public est également invité à participer à une exposition-performance sur le théâtre en Normandie conçue en partenariat avec le collège de Cerisy, et à deux débats qui questionneront les relations entre les spectacles et le scandale, et le rôle des arts face aux mutations religieuses de nos sociétés.

CALENDRIER PROVISOIRE :

Mercredi 30 mai
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Jeudi 31 mai
Matin:
Charlotte BOUTEILLE-MEISTER, Fabien CAVAILLÉ, Estelle DOUDET, Denis HÜE & Tiphaine KARSENTI: Introduction et présentation des différents volets du colloque

Représentation théâtrale et milieux réformés
Jelle KOOPMANS: Acteurs protestants - auteurs protestants - représentations protestantes?

Écritures théâtrales et Réforme
Marie-Madeleine FRAGONARD: Formes pré-théâtrales: dialogues polémiques et adaptations dialoguées
Charlotte BOUTEILLE-MEISTER: La personnification allégorique dans le théâtre à l’époque de la Réforme: entre plaisir scénique et efficacité polémique

Après-midi:
Les relectures de la Saint-Barthélemy
Ruth STAWARZ-LUGINBÜHL: La Famine de Jean de La Taille (1573): une lecture dramatique du massacre de la Saint-Barthélemy
Annie NOBLESSE-ROCHER: La Saint-Barthélemy théosophique du dramaturge Louis Sébastien Mercier

Violence des/sur les images: iconoclasme et représentation blasphématoire (XVIe-XXIe siècle), débat avec Christian BIET, François LECERCLE et Isabelle SAINT-MARTIN

Éclairage sur le travail théâtral en cours, avec Fabien CAVAILLÉ & Tiphaine KARSENTI (Observation et analyse de la résidence-laboratoire du metteur en scène Michel Cerda), Marie BOUHAÏK-GIRONÈS et Mario LONGTIN

Soirée:
La religion comme spectacle: médiatisation de l’expérience pentecôtiste, avec Damien MOTTIER


Vendredi 1er juin
Matin:
Un théâtre réformé à Rouen?
Luc DAIREAUX: La Réforme en Normandie au XVIe siècle: genèse, dynamiques et spectre social
Denis HÜE: Pierre Du Val et le théâtre mystique à Rouen
Estelle DOUDET: Scènes polémiques du recueil de Rouen
Mario LONGTIN: Écrire entre les lignes: lire les didascalies du manuscrit "BnF fr. 24341"

Après-midi:
Exposition-performance avec les collégiens de Cerisy

Éclairage sur le travail théâtral en cours

Soirée:
Ce que les guerres de religion ont à nous dire aujourd’hui, débat avec Jean-Marie LE GALL


Samedi 2 juin
Matin:
Circulation et diffusion des stratégies persuasives
Klaus RIDDER: La persécution comme menace dans le théâtre de la Réforme
Carlotta POSTH: L'apologie de la vraie foi dans L'Antéchrist de Lucerne (1549)
Richard HILLMAN: Le théâtre protestant continental en Angleterre

Après-midi:
Espaces de réprésentation: ville, cour, collèges
Katell LAVÉANT: Culture joyeuse et Réforme: les Conards face aux Protestants rouennais
Éric SYSSAU: Les protestants sur la scène du collège de Navarre (Paris, 1533-1572)

Forum des projets


Dimanche 3 juin
Matin:
Conclusions
Création théâtrale, sous la direction de Michel CERDA, suivie d'un débat

Après-midi:
DÉPARTS


EXPOSITION :

"Le théâtre à Rouen au XVIe siècle", posters réalisés sous la direction de Denis HÜE, Mario LONGTIN et Estelle DOUDET — Conception graphique et réalisation: Marielle DEVLAEMINCK

RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Charlotte BOUTEILLE-MEISTER: La personnification allégorique dans le théâtre à l’époque de la Réforme: entre plaisir scénique et efficacité polémique

Un trait caractéristique du théâtre du XVIe siècle se revendiquant de la religion protestante est son recours constant à la personnification allégorique. Selon une bigarrure assumée, les "tragédies", "comédies" et autres "jeux moraux" (E. Doudet) de la période, traitant de l’actualité de conflits religieux, mettent en scène des entreparleurs de statuts très différents, mais dont l’identification par le public nécessite une forme de lecture allégorique: notions abstraites ou institutions incarnées dans des personnages (Justice, l’Église), personnages bibliques mis en scène dans leur existence non historique (Christ, Luc), éléments de la psyché humaine acquérant une autonomie corporelle sur la scène (Conscience) ou encore personnages-fonctions ou personnages-types renvoyant au contexte historique de la représentation ou à l’existence quotidienne des spectateurs (le Pape, le Marchand). Cette communication cherchera à montrer que le choix de ce personnel dramatique, à la fois hybride et unifié par le processus de reconnaissance qu’il exige du spectateur, est consubstantiel à la dimension pédagogique et polémique de ce théâtre, ainsi qu’à sa visée persuasive. Dans ce théâtre de combat, la personnification allégorique, figure extrêmement labile, alliant clarification des enjeux théologiques abstraits et dégradation jouissive des ennemis par l’incarnation satirique, se présente en effet comme un dispositif rhétorique et visuel particulièrement adapté pour adresser au public une leçon pour le temps présent.

Charlotte Bouteille-Meister est maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris Nanterre. Sa thèse, portant sur la représentation du présent dans le théâtre d’actualité d’expression française à l’époque de conflits religieux (1555-1629), sera publiée prochainement chez Classiques Garnier. Ses travaux portent sur le théâtre polémique au temps des guerres de religion en Europe et sur la représentation de la violence et des conflits au théâtre. Elle développe également une réflexion sur la mémoire des traumatismes, à la fois dans le théâtre du XVIe siècle et sur la scène contemporaine.

Luc DAIREAUX: La Réforme en Normandie au XVIe siècle: genèse, dynamiques et spectre social

La communication reviendra sur les origines et le développement de la Réforme protestante au XVIe siècle à la lumière des travaux historiographiques les plus récents. On s’attardera d’abord sur la précocité et l’ampleur des mouvements hétérodoxes en Normandie, mouvements apparus dès les années 1520. On insistera sur la transition complexe qui conduit à l’épanouissement d’un protestantisme de type calviniste. C’est au tournant des années 1550 et 1560 que des Églises réformées sont "dressées" autour de pasteurs et consistoires. L’apogée numérique de la Réforme prend rapidement fin avec le début des guerres de Religion (1562) et les secousses de la seconde moitié du XVIe siècle. La Normandie protestante touche un large spectre social, des élites nobiliaires, il est vrai de plus en plus réticentes, jusqu’aux artisans, et s’épanouit dans les milieux urbains (avec quelques bastions comme Alençon, Saint-Lô, Caen, Rouen ou Dieppe) comme dans les campagnes (Bocage et pays de Caux).

Luc Daireaux, professeur agrégé et docteur en histoire, chercheur associé au laboratoire HisTeMé ("Histoire, territoires, mémoires", ex-CRHQ) de l’Université Caen Normandie.
Publication:
"Réduire les huguenots". Protestants et pouvoirs en Normandie au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2018.


Estelle DOUDET: Scènes polémiques du recueil de Rouen

Le recueil de Rouen, qui conserve 74 brèves pièces rouennaises produites au cours du XVIe siècle, est la plus ample et la plus complexe des anthologies qui ont sauvegardé l’ancien patrimoine théâtral français. Or de nombreux textes copiés dans ce manuscrit ne sont ni des spectacles divertissants ni des pièces spirituelles; ils révèlent au contraire la richesse d’un théâtre engagé dans l’actualité et dominé par la polémique. Qui ont été les individus ou les groupes responsables de telles mises en scène? Quelles étaient les cibles de leurs attaques? Ces dernières ont-elles influencé une opinion publique rouennaise déstabilisée par l’expansion rapide du protestantisme en Normandie? Cette contribution explore le recueil théâtral de Rouen comme un champ de bataille à la fois esthétique et idéologique où se confrontent différentes manières de parler et de donner à voir la Réforme, de la satire amusée à l’appel au meurtre des hérétiques.

Professeur de langue et de littérature française du Moyen Âge à l’Université Grenoble Alpes et membre junior de l’Institut Universitaire de France, Estelle Doudet est spécialiste de la communication publique et du développement des médias dans les régions de langue française au seuil de la modernité. Elle a consacré plusieurs livres aux écritures d’actualité et à l’histoire des spectacles aux XIVe-XVIe siècles, dont Poétique de George Chastelain (Champion, 2005) et Moralités et jeux moraux, le théâtre allégorique en français (Garnier, 2018), et s’intéresse en particulier à la culture spectaculaire normande.

Marie-Madeleine FRAGONARD: Formes pré-théâtrales: dialogues polémiques et adaptations dialoguées

L'éducation aux formes théâtrales susceptibles de servir à la propagande religieuse passe aussi par la maîtrise du dialogue, dans son usage scolaire comme dans l'usage des libelles polémiques, un autre système éditorial qui prend son essor avec la Réforme et le passage intensif par l'imprimerie. D'une part, les débats réservés aux petits groupes de clercs sont ainsi soumis à la lecture d'un public certes lettré (l'usage du latin perdure), mais de tous âges et international. D'autre part, le déchiffrage des arguments appuyés sur l'Écriture Sainte est facilité par le découpage de la Bible en scènes et dialogues, tel que le pratique Sébastien Castellion à l'usage des étudiants. Les échanges inter-génériques et le passage constant d'un type de langage à l'autre (des formes familières au vocabulaire théologique) d'une histoire à l'autre (biblique, moderne, allégorique) font l'apprentissage de l'interprétation polysémique des scènes.

Marie-Madeleine Fragonard, professeur émérite de l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, est l'auteur d'ouvrages et d'articles sur les auteurs contemporains des Guerres de Religion, et les intersections entre littérature religieuse et politique.
Publications de colloques sur ces thèmes:
Avec J. Berchtold, La mémoire des Guerres de religion I. La concurrence des genres historiques (XVIe-XVIIIe), Droz, 2007 et La mémoire des guerres de religion II. Enjeux religieux, enjeux politiques (1740-1830), Droz, 2009.
Avec Christian Biet, "Théâtre, arts, violence", colloque Paris 3/Paris10 octobre 2009, Littératures classiques, n°73, automne 2010, appuyé sur la publication (Co-éd. C. Biet, et alii), Tragédies et récits de martyres, XVI-XVIIe, Paris, Garnier, 2009.


Richard HILLMAN: Le théâtre protestant continental en Angleterre

À part quelques rares cas de représentations documentées, la présence du théâtre protestant continental en Angleterre est plutôt présumée que démontrée. Cette communication se propose de tracer l’impact sur le théâtre anglais de deux pièces protestantes, Mercator seu Judicium (1540), une tragédie néo-latine par Thomas Kirchmeyer (alias Thomas Naogeorgus) et la Tragique-comédie françoise de l’homme justifié par la Foi (1554) par Henri de Barran, L’analyse sera effectuée en deux temps. D’abord sera examinée l’influence des deux pièces sur plusieurs polémiques anti-catholiques anglaises sous forme dramatique datant de la deuxième moitié du XVIe siècle. Puis sera pris en compte leur contribution au théâtre public de la période élisabéthaine tardive, y compris à des œuvres de Christopher Marlowe et William Shakespeare.

Professeur émérite de littérature anglaise à l’Université François-Rabelais de Tours et au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Richard Hillman a publié sept monographies et de nombreux articles sur le théâtre de la Renaissance. Ses recherches ont porté récemment surtout sur les liens entre l’Angleterre et la France. Il a également publié la traduction en anglais de sept pièces françaises de la Renaissance et de l’âge baroque.

Jelle KOOPMANS: Acteurs protestants - auteurs protestants - représentations protestantes?

Les rapports entre le théâtre et le protestantisme se conjuguent selon trois axes, qui seront illustrés à partir de documents historiques. D’abord il y a les hommes de théâtre qui s’engagent dans la lutte religieuse: qui sont-ils et que peut-on savoir à leur sujet? En second lieu, il y a les auteurs de pièces militantes (dont un grand nombre ne nous est pas parvenu pour des raisons évidentes), mais qui ont eu maille à partir avec la justice. Finalement, les documents d’archives nous parlent de beaucoup de représentations militantes dont il n’existe souvent pas de traces textuelles. Les documents historiques nous montrent parfois une bien autre image que celle que présente l’histoire théâtrale — ce qui n’est pas sans évoquer des questions de méthode.

Jelle Koopmans enseigne la littérature française à l’Université d’Amsterdam. Il est l’auteur d’un nombre important d’éditions de textes et d’études sur les théâtre des XVe et XVIe siècles. En 2011, il a publié les farces du Recueil de Florence; en 2014, le premier volume du Recueil des sotties françaises (en collaboration avec Marie Bouhaïk-Gironès et Katell Lavéant) a vu le jour.

Katell LAVÉANT: Culture joyeuse et Réforme: les Conards face aux Protestants rouennais
L’abbaye joyeuse des Conards fut active à Rouen tout au long du XVIe siècle. Elle organisait ses festivités théâtrales en particulier au moment du Carnaval, lors du Mardi Gras. En 1562, alors que les Protestants contrôlaient la ville, ces festivités, d’habitude tolérées par les autorités, furent interdites. L’abbé des Conards répliqua en faisant publier chez un éditeur parisien un texte défendant leur utilité, ainsi que l’existence même de l’abbaye. C’est ce discours, inédit et jamais étudié à ce jour, que cette intervention explorera, pour analyser les arguments et la rhétorique mis en place par l’abbé pour souligner l’importance sociale des pratiques joyeuses, face à la désapprobation des Protestants. En étudiant également le reste de la production imprimée conarde, ainsi que les sources d’archives portant sur les festivités de l’abbaye, on comprend mieux la dynamique des échanges à Rouen entre autorités et groupes religieux d’une part, et groupes issus de la culture festive d’autre part.

Katell Lavéant est professeur associée en littérature française à l’Université d’Utrecht (https://www.uu.nl/staff/KLaveant). Ses recherches portent sur le théâtre en français ainsi que sur les rapports entre milieux théâtraux et Réforme. Elle a notamment publié Un théâtre des frontières. La culture dramatique dans les provinces du Nord aux XVe et XVIe siècles (Orléans, 2011). Elle dirige actuellement un projet de recherche sur la culture joyeuse et la parodie en France et aux Pays-Bas (XIIIe-XVIIe s.), subventionné la NWO (Organisation néerlandaise pour la recherche scientifique).
Sélection d’articles sur ce sujet:
"Le Diable à ses suppôts. Le mandement joyeux réinvesti par la polémique religieuse pendant la Réforme", M. Bouhaïk-Gironès e.a. (dir.), Usages et stratégies polémiques en Europe (XIVe-premier XVIIe siècles), Berlin, Peter Lang Verlag, 2016, pp. 89-104.
"Une scène incontrôlable? L’encadrement juridique des pratiques théâtrales à Lille et dans sa région à l’époque de la Réforme", Tangence, 104 (2014), pp. 11-26.
"Une pièce de théâtre peut-elle être un prêche? Le sermon dans une pièce protestante et sa représentation (1533-1563)", M. Bouhaïk-Gironès & M. A. Polo de Beaulieu (dir.), Prédication et performance du XIIe au XVIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013, pp. 251-272.


Mario LONGTIN: Écrire entre les lignes: lire les didascalies du manuscrit "BnF fr. 24341"
Le manuscrit "BnF fr. 24341" a été compilé par un certain Jehan LeHucher, Amirale de Robec, entre 1570 et 1589. Le codex contient plus de 74 pièces de théâtre classées selon que le texte dramatique requiert un, deux, trois, quatre, cinq, six ou sept personnages. Peu de chercheurs se sont intéressés aux indications scéniques que le manuscrit, aux allures de répertoire, contient. Pourtant, toutes ces petites phrases glissées entre deux vers recèlent des trésors d’information sur la mise en scène du théâtre à Rouen pendant les guerres de religion. Au détour d’un vers, un chien revêtu d’une cape entre en scène, un personnage monte sur une échelle pour mieux houspiller le public, ou encore de jeunes garçons interprétant des personnages féminins chantent en choeur un hymne parodique. C’est le "métatexte" du recueil de théâtre de Rouen ("BnF fr. 24341") qui nous retiendra dans cette communication. Cette exploration des didascalies du manuscrit nous permettra d’éclairer la mise en scène du théâtre à Rouen durant la deuxième moitié de la Renaissance. Nous voudrions également faciliter le travail des praticiens du théâtre qui, aujourd’hui, voudraient s’essayer à monter des pièces tirées du recueil de Rouen.

Mario Longtin, professeur de littérature médiévale et historien du théâtre, a publié de nombreux articles sur les farces et les mystères. Il prépare actuellement l’édition des farces du manuscrit "BnF fr. 24341" dans le cadre du projet Rouen XVI qu’il co-dirige avec Estelle Doudet. Il a reçu des fonds de l’Université Western pour mener à bien le projet intitulé "Jehan LeHucher: un copiste de théâtre rouennais à la Renaissance". Également praticien du théâtre, il compte plusieurs spectacles à son actif, dont des mises en scène de farces. Il dirige la revue de théâtre Research on Medieval and Renaissance Drama (ROMARD).
Bibliographie:
(avec Estelle Doudet) Le recueil de Rouen et le patrimoine spectaculaire rouennais au XVIe siècle, Presses Universitaires de Rouen et du Havre [à paraître].
"La farce comme on l’a voulue. Le savant et l’attrait de la diégèse", in Le Savant dans les lettres, éd. Valérie Cangemi, Alain Corbellari, Ursula Bähler, PUR, Rennes, 2014, pp. 247-59.
"Dessine-moi un mouton, ou la petite musique de l’ancienne farce française", in Le médiéval sur la scène contemporaine, éd. Michèle Gally et Marie-Claude Hubert, Presses Universitaires de Provence, "Senefiance", 2014, pp. 229-36.
"La farce du Cuvier vue avec les lunettes du clerc", in Le Jeu et l’Accessoire. Mélanges en l’honneur du professeur Michel Rousse, éd Marie Bouhaïk-Gironès, Denis Hüe et Jelle Koopmans, Paris, Garnier, 2011, "Série Civilisation médiévale, n°1", pp. 51-71.


Annie NOBLESSE-ROCHER: La Saint-Barthélemy théosophique du dramaturge Louis Sébastien Mercier
Louis Sébastien Mercier offrit au théâtre le premier drame moral du genre: Jean Hennuyer, évêque de Lizieux (1772). La pièce, créée à l’occasion du bicentenaire de la Saint-Barthélemy, met en scène le sauvetage des huguenots de la ville de Lisieux par l’évêque Jean Hennuyer, un fait inauthentique — c’est l’inverse qui se produisit en réalité — mais qui connut deux siècles d’heureuse fortune. C’est à Louis Pierre Anquetil et à L'Esprit de la Ligue que Mercier emprunte l’anecdote du sauvetage des calvinistes de Lisieux par l’évêque de la ville, quand les héros sont des bourgeois de la nouvelle société révolutionnaire et girondine et l’évêque un vénérable théosophe, comme l’était Mercier lui-même, chargé de dénoncer l’absolutisme royal.

Annie Noblesse-Rocher, professeure des universités, est spécialiste de l’histoire de l’exégèse médiévale et réformée au XVIe s. Elle est la créatrice de la troupe de théâtre universitaire "L’Éternel éphémère".
Publications:
Sermons de Guerric d’Igny, abbé cistercien du XIIe s. (Paris, Cerf, 2005).
Les Hébraïsants chrétiens au XVIe s. (Genève, Droz, 2018).
La Bible de 1500-1535
(Paris, EPHE, 2018), en collaboration avec Gilbert Dahan.
Est-il vrai et crédible que les juifs tuent les enfants chrétiens?,
avec Matthias Morgenstern, première traduction française du traité de l’hébraïsant Andreas Osiander (1540).

Carlotta POSTH: L'apologie de la vraie foi dans L'Antéchrist de Lucerne (1549)
En 1549, on représente à Lucerne un jeu de l’Antéchrist et du Jugement Dernier: un thème traditionnel dans une période mouvementée pour la Confédération. Contrairement aux pièces anticatholiques qui nous sont parvenues de cette époque, le jeu eschatologique évite presque complètement la polémique confessionnelle ouverte. Jusqu’ici, les recherches se sont concentrées sur les aspects confessionnels au sein de la seconde partie, le Jugement Dernier, qui contient, par exemple, l’apparition d’un moine augustin damné, que ses paroles identifient au réformateur Martin Luther. En revanche, cette communication se propose d’analyser les stratégies théâtrales employées pour défendre la foi catholique dans la première partie du jeu, L’Antéchrist de Lucerne. La mise en scène attira un grand public constitué de catholiques aussi bien que de "ceux de la nouvelle religion", et permit ainsi de stabiliser l’identité collective des citadins comme catholiques et d’influencer ceux qui venaient des villes réformées.

Carlotta Posth est chercheuse à l’Université de Tübingen, où elle travaille au sein du SFB 923, un projet de recherche financé par la DFG (German Research Association) qui se consacre au thème des "ordres menacés". Dans sa thèse, elle adopte une perspective comparative pour analyser des jeux germanophones et francophones du XIVe au XVIe siècle. Elle a publé l'article "Krisenbewältigung im spätmittelalterlichen Schauspiel: Elias und Enoch als eschatologische Heldenfiguren", helden. heroes. héros. E-Journal zu Kulturen des Heroischen 5,1 (2017): HeldInnen und Katastrophen – Heroes and Catastrophes. 21-29.

Klaus RIDDER: La persécution comme menace dans le théâtre de la Réforme
L'appel au concile général à Mantoue, en 1537, par le pape Paul III, était vécu par les protestants comme une grave menace. Dans les pays germanophones a été alors produit une multitude de textes, y compris des jeux aussi bien catholiques que  protestants, abordant la question hussite et le procès de Jean Hus au concile de Constance en 1415. Le drame latin intitulé "Pammachius" de Thomas Kirchmeyer (Naogeorg) appartient à ce contexte. La persécution politico-religieuse des personnes qui pensaient autrement constitue l'idée directrice de cette œuvre influente dans laquelle toute déviance religieuse est poursuivie et détruite sans pitié par le pape, un suppôt du diable. La communication analysera le scénario de la persécution politico-religieuse dans le théâtre allemand, latin et français de la Réforme.

Chaire d'Études Germaniques (langue et littérature du Moyen Âge) au Département allemand de l'Université de Tübingen — axes de recherche: théâtre du moyen âge; récits brefs; romans courtois.
Publications:
"Aux confins du vers et de la prose: Prêcheurs et Fous dans les jeux allemands et français du Moyen Âge", in C. Croizy-Naquet; M. Szkilnik (éds.), Rencontres du vers et de la prose: conscience poétique et mise en texte, 2017 [zus. mit D. Smith].
"From Festival to Revolt. Carnival Theater during the Late Middle Ages and Early Reformation as a Threat to Urban Order", in C. Dietl, C. Schanze, G. Ehrstine (éds.), Power and Violence in Medieval and Early Modern Theater, 2014 [zus. mit B. von Lüpke, R. Nöcker].


Ruth STAWARZ-LUGINBÜHL:
La Famine de Jean de La Taille (1573): une lecture dramatique du massacre de la Saint-Barthélemy
La seconde tragédie de Jean de La Taille est-elle bien une réponse protestante à la Saint-Barthélemy et à ses suites militaires, en dépit d’indices externes suggérant une datation antérieure? Si certains éléments du texte, jusque-là négligés par la critique, permettent de répondre par l’affirmative, il n’en reste pas moins que la pièce demeure d’une grande complexité sur le plan idéologique, la distinguant nettement des tragédies réformées antérieures, plus militantes. Afin de mieux cerner la spécificité de la position de La Taille et de son approche dramaturgique (et, en l’occurrence, tragique), cette communication propose une relecture  de La Famine à la lumière de la production pamphlétaire de l’époque.

Ruth Stawarz-Luginbühl, auteure d’une thèse de doctorat consacrée aux tragédies françaises d’inspiration réformée au XVIe siècle (Un Théâtre de l’épreuve. Tragédies huguenotes en marge des guerres de religion en France, 1550-1573, Genève, Droz, 2012), collabore actuellement à deux projets éditoriaux financés par le Fonds national suisse, portant respectivement sur les Carmina de Michel de L’Hospital (dir. L. Petris/P. Galland, Université de Neuchâtel) et sur des sermons inédits de Calvin (dir. M. Grandjean, Université de Genève).

Éric SYSSAU: Les protestants sur la scène du collège de Navarre (Paris, 1533-1572)
Une pratique assidue du théâtre, souvent ancrée dans l’actualité, rythmait la vie des collèges parisiens dès avant les progrès de la Réforme. Témoignages et textes de représentations avérées permettent précisément pour l’un de ces établissements, le catholique et royal collège de Navarre, d’esquisser l’image des protestants que pouvaient véhiculer par ce moyen professeurs et élèves au cœur des tensions du XVIe siècle. Un riche matériau — le compte rendu épistolaire du scandale né d’une satire jouée contre Marguerite de Navarre et le prédicateur Gérard Roussel en 1533; la tragédie consacrée en 1557 par le rouennais Abel Souris à l’accablante et toute récente défaite de Saint-Quentin; le récit d’une quadruple mise en scène de la Saint-Barthélemy, applaudie en 1572 à peine le massacre perpétré — fera ainsi tour à tour voir les disciples de Luther et Calvin en Furies, idolâtres, prétendants indélicats, monstres, Moabites ou intrigants.

Archiviste chargé des fonds anciens aux Archives départementales de l’Isère, Éric Syssau a soutenu en 2010 une thèse de doctorat consacrée à l’édition, à la traduction et au commentaire de deux tragédies latines issues du collège de Navarre (1557-1558).
Il a contribué à plusieurs colloques (actes parus ou à paraître) consacrés au Théâtre de l’Envie (1315-1640) (Metz, 2006), à Tobie sur la scène européenne à la Renaissance (Metz, 2013) et au Théâtre néo-latin en France (1500-1630) (Dijon, 2015).


RÉSIDENCE ET EXPO-PERFORMANCE :

Marie BOUHAÏK-GIRONÈS
Chargée de recherche au CNRS (Centre Roland Mousnier, Paris-Sorbonne), Marie Bouhaïk-Gironès, spécialiste de l’histoire sociale et économique des spectacles, travaille actuellement sur les mystères des XVe et XVIe siècles. Elle collabore par ailleurs régulièrement au Festival de la correspondance de Grignan.

Fabien CAVAILLÉ & Tiphaine KARSENTI: Observation et analyse de la résidence-laboratoire du metteur en scène Michel Cerda

La résidence-laboratoire, qui réunira sous la direction de Michel Cerda des étudiants en théâtre ou en lettres issus des universités partenaires du colloque (notamment Grenoble, Nanterre, Caen), se déroulera sous le regard de quelques chercheurs qui analyseront les expérimentations menées dans le cadre de ces ateliers conçus comme le prolongement de la recherche historique et théorique exposée dans les interventions du colloque. Il s’agira de formuler ce que le plateau révèle ou met en question de l’efficacité à la fois théâtrale et militante de ces textes, d’éprouver par l’expérience des hypothèses de recherche sur le fonctionnement de ce théâtre, et d’interroger l’accessibilité et la portée contemporaines de ces textes très fortement inscrits dans un contexte historique.

Fabien Cavaillé est maître de conférences en études théâtrales à l’Université de Caen Normandie. Ses recherches portent sur le théâtre de ville entre la fin du XVIe et le premier tiers du XVIIe siècles (Alexandre Hardy et le théâtre de ville français au début du XVIIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2016) ainsi que sur les mises en scène contemporaines du répertoire baroque. Avec ses étudiants, il aborde les textes anciens en confrontant analyse dramaturgique et expérience sensible par la mise en voix et en espace.

Tiphaine Karsenti est maître de conférences en études théâtrales à l’Université Paris-Nanterre. Ses recherches portent sur les dramaturgies politiques dans le corpus dramatique français de la première modernité (Le Mythe de Troie dans le théâtre français, 1562-1715, Champion, 2012). Avec ses étudiants de master, elle a mené une série d’ateliers-laboratoires visant à rendre compte des enjeux de textes dramatiques anciens à l’aide d’expérimentations pratiques et numériques.


Michel CERDA
Metteur en scène, je serai chargé d¹accompagner par des petits spectacles, lectures ou autres formes qui pourraient surgir pendant le séjour, le colloque "La Réforme en spectacles".
Assisté d'une équipe d'étudiants/acteurs et de professeurs de Nanterre et de Caen, nous mettrons en place des ateliers de jeu dans différents espaces et tenterons par des extraits de pièces de théâtre de l¹époque et des improvisations plus actuelles de re-mettre en débat les questions suscitées alors.
Pour ou contre la réforme?
Une restitution du travail aura lieu le dernier jour du colloque.

Michel Cerda met en scène des pièces de théâtre depuis 1986. Depuis, il aime jouer avec les autres comme avec lui-même c’est pourquoi il se diversifie en tant que metteur en scène et mène des collaborations artistiques en travaillant avec des compagnies de cirque, de danse, de magie et de marionnettes. Il s’intéresse également à la formation de l’acteur et est intervenu notamment au TNS, au Centre National des Arts du Cirque à Châlons-en- Champagne et à la Femis. Il a enseigné au Département des arts du spectacle de l’Université Paris Ouest-Nanterre La Défense et enseigne aujourd’hui à l’Université Aix/Marseille.
Dernières créations:
Et pourtant ce silence ne pouvait être vide, de Jean Magnan, crée le 8 octobre 2008 au TNS.
La source des saints de Synge en 2017 au Studio-Théâtre de Vitry et à La Commune à Aubervilliers CDN. Reprise en 2019.


Marielle DEVLAEMINCK: Le théâtre à Rouen au XVIe siècle

Il m'a été proposé d'assurer le commissariat de l’exposition "Le théâtre à Rouen au XVIe siècle" qui consistera en la mise en scène, sur des panneaux d’information, de documents concernant le protestantisme et le milieu des arts du spectacle au XVIe siècle dans la région. Ces documents concerneront, par exemple, les manifestations spectaculaires ayant créé la discorde au XVIe siècle en raison des tensions liées à la Réforme ou le recueil de Rouen.

Doctorante contractuelle en littérature médiévale à l’Université Grenoble-Alpes sous la direction d’Estelle Doudet, rattachée à l’UMR Litt&Arts, Marielle Devlaeminck travaille à une thèse intitulée "Publicques Theatres", pour une étude esthétique, historique et sociale des premiers théâtres politiques en français (XVe-XVIe siècles).

Avec le soutien
de l’Institut universitaire de France
de l'Université Grenoble Alpes,
de l'Université Paris Nanterre,
de l'Université de Caen Normandie (LASLAR, MRSH,
OUEN)
et de l'Université de Rennes 2