Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2015 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
BÉBÉ "SAPIENS" : UN ABORD TRANSDISCIPLINAIRE

ÉVOLUTION, ÉPIGÉNÈSE, ENVIRONNEMENT, FUTURS ...

DU VENDREDI 11 SEPTEMBRE (19 H) AU VENDREDI 18 SEPTEMBRE (14 H) 2015

DIRECTION : Françoise CAHEN, Drina CANDILIS, Michel DUGNAT

ARGUMENT :

L’Homo sapiens est la seule espèce de primate à avoir complexifié autant son intervention sur sa progéniture. Les comportements de coopération parentale chez les bonobos sont instructifs et les récents bouleversements dans les connaissances en paléoanthropologie font imaginer l’importance que les soins aux petits de l’espèce humaine ont permise.

Sur le socle des méthodes de soins des sociétés anciennes, les sociétés actuelles ont construit avec la révolution technologique une nouvelle façon de faire vivre la descendance des humains. Au moment où les progrès fulgurants de la procréatique interrogent les modes de parenté et leurs métamorphoses, les perspectives radicalement nouvelles ouvertes par l’épigénétique balaient les anciennes réponses aux vieilles questions de l’inné et de l’acquis et ouvrent de passionnantes questions d’éthique.

Les valeurs implicites ou explicites d’une société sont mises au travail par la place qui est faite à la génération suivante et le "bébé" apparaît comme un possible analyseur des contradictions actuelles et des interrogations sur le futur dans lequel vivront nos descendants de l'anthropocène.

Vous pouvez retrouver, sous certaines conditions, l'ensemble des enregistrements vidéo des conférences présentées durant ce colloque, sur le site internet suivant: www.colloque-tv.com

Des résumés vidéo, pour chaque demi-journée, sont disponibles gratuitement en ligne. Vous pouvez les visionner en cliquant sur les liens correspondants dans le calendrier définitif ci-dessous.
Colloque TV

CALENDRIER DÉFINITIF :

Vendredi 11 septembre
Après-midi: [Résumé de la journée en vidéo]
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Samedi 12 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
Du sens moral du bébé au "goût d'être mère" (Animateur: Jacques DAYAN)
Jean DECETY: Les fondements naturels de la morale: la contribution des neurosciences développementales
Drina CANDILIS: "Le goût d'être mère". Ce que les femmes en situation de handicap abordant la maternité nous apprennent sur toutes les autres mères

Après-midi: [Résumé de l'après-midi en vidéo]
Le bébé de l'obstétricien, du procréatien, du néonatologue et du psychanalyste (Animatrice: Miri KEREN)
Jean-François GUÉRIN: L'AMP (Assistance médicale à la procréation) et son cortège de questions éthiques
Marc DOMMERGUES: L'enfant avant la naissance: un point de vue de professionnel de santé
François FARGES: Une clinique du fœtus
Sylviane GIAMPINO: Porter les "bébé sapiens" dans les discours publics: transmettre, interpeller, s’interroger...

Soirée:
Jumeaux, Images présentées par:
François FARGES: Échographie fœtale de jumeaux
Joëlle ROCHETTE-GUGLIELMI: Bébés jumelles en milieu naturel


Dimanche 13 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
Procréatique et épigénétique (Animateur: Michel DUGNAT)
Annick HAREL-BELLAN: Au-dessus de la génétique, l'épigénétique
René FRYDMAN: Les conceptions inattendues des enfants très attendus

Après-midi: [Résumé de l'après-midi en vidéo]
Varia (Animatrice: Chantal ZAOUCHE-GAUDRON)
Colette CHILAND: Le bébé et la différence des sexes
Natacha COLLOMB: Prendre un enfant et l'élever: comment fabrique-t-on des bébés chez les T'ai Dam du Nord-Laos?
Pierre JOUANNET: L'embryon cet inconnu
Jean DECETY: Les fondements naturels de la morale: la contribution des neurosciences développementales (suite)

Vernissage de l'exposition "Illustrations" de Raouf KARRAY

Soirée:
Drina CANDILIS: Le bébé dans la littérature


Lundi 14 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
De l'histoire à la sociologie (Animatrice: Drina CANDILIS)
Jacques GÉLIS: Une autre manière d'être au monde
Dominique MEMMI: Un "retour" de la chair autour des bébés?

Vernissage de l'exposition de photographies de Valérie WINCKLER

Après-midi: [Résumé de l'après-midi en vidéo]
Avant le terme de la naissance (Animateur: Ouriel ROSENBLUM)
Paul CESBRON: Mais comment dit-on fœtus en humain?
Delphine MITANCHEZ: Quand le nouveau-né est malade: accompagner et prendre soin
Christine DAVOUDIAN: La grossesse à l'épreuve de l'errance et l'invisibilité
François EDOUARD: Dès la grossesse, soutenir la parentalité: rôle des TISF dans la prise en compte en période périnatale

Soirée:
Simone KORFF-SAUSSE: Du bébé dans l'art


Mardi 15 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
Psychanalyse et cognitions (Animateur: Denis MELLIER)
François JOUEN: Épigenèse probabiliste et développement

Après-midi:
Poursuite de la discussion avec François JOUEN
DÉTENTE

Soirée:
Carte blanche à Pierre-Jérôme ADJEDJ, Amandine THIRIET et Juliana VAMOS


Mercredi 16 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
(Af)filiations (Animatrice: Marina DOUZON-BERNAL)
Maya GRATIER: Du sentiment d'appartenance à l’apprentissage culturel: intersubjectivité, signatures et styles
Gérard NEYRAND: Le bébé et les affiliations: une dynamique évolutive

Après-midi: [Résumé de l'après-midi en vidéo]
L'environnement sociétal du bébé (Animatrice: Gisèle APTER)
Anne-Laure SUTTER: Soins psychiques en période périnatale: quelle politique?
Paule HERSCHKORN BARNU: Naître SDF: expérience du réseau SOLIPAM
Marc JUSTON: Le bébé dans la séparation familiale
Michel DUGNAT: Pour une "Alliance santé mentale périnatale maternelle" en France

Soirée:
Un bébé au cinéma
Film Corps étranger, en présence de la réalisatrice Sophie BREDIER


Jeudi 17 septembre
Matin: [Résumé de la matinée en vidéo]
Politiques de la périnatalité (Animatrice: Ghada HATEM)
Françoise MOLÉNAT: Faut-il craindre ou souhaiter un regard politique sur la naissance? Les leçons d'une décennie d'effort collectif
Bernard TOPUZ: Quelle politique de santé publique pour l'accueil du nouveau-né?

Après-midi: [Résumé de l'après-midi en vidéo]
Le bébé à l'heure du numérique (Animatrice: Sophie MARINOPOULOS)
Sylvain MISSONNIER: Vertus et vertiges de l'e-fœtus/bébé
Fabrice LESAGE & Sylvie SÉGURET: Imagerie médicale: doutes, croyances et certitudes chez les pédiatres réanimateurs
Serge TISSERON: Les bébés et les écrans

Soirée:
Marika MOISSEEFF: Du bébé vampire au bébé zombie ou l’évolution récente du rapport mère-enfant dans le cinéma d’horreur (avec projections d'extraits de films)


Vendredi 18 septembre
Matin:
Futurs du bébé, bébés du futur (Animatrice: Colette CHILAND)
Olivier PUTOIS: Remarques épistémologiques, perspectives convergentes et divergentes, et points d'interrogation
Daniel LENOIR (directeur national de la Caisse d'Allocations Familiales)

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Drina CANDILIS: "Le goût d'être mère". Ce que les femmes en situation de handicap abordant la maternité nous apprennent sur toutes les autres mères

À partir d'une clinique singulière: l'écoute des futures mères ou mères en situation de handicap (moteur ou sensoriel), nous voulons dégager combien la maternité représente l'espoir de reprendre le fil de la vie mais aussi de courir le risque que cette ambition ne conduise à l'échec, ce qui, selon nous, rejoint la clinique plus générale de la maternité.

Publications
Edith Thoueille, Drina Candilis-Huisman et Michel Soulé (2006), "La maternité des femmes aveugles, du désir d’enfant au bébé réel", Psychiatrie de l’enfant, XXXXI, 2, 285-348.
Drina Candilis-Huisman, Edith Thoueille, Martine Vermillard (2006), "Passation transcrite de l’échelle de Brazelton à l’usage des mères handicapées visuelles et de toutes les autres mères", Devenir, vol. l4, n°18, 315-332.
Drina candilis-Huisman (2013), "Le regard n’est pas que vision, pulsion scopique et pulsion d’attachement dans les dyades mère aveugle/bébé voyant", in Actes du colloque d’Hommage à Julian de Ajuriaguerra, Collège de France, Paris, Ed. du Papyrus.
Drina candilis-Huisman (2013), "Peut-on parler d’une culture du handicap?", in Famille, culture et handicap, SIICLHA / Eres.
Drina Candilis-Huisman (2015), "Un enfant à tout prix? Maternité et handicap", in Le Bébé dans sa famille, sous la dir. de Denis Mellier, Paris, Dunod.


Paul CESBRON: Mais comment dit-on fœtus en humain?
Si le bébé est bien une personne, être de relation qui nous en apprend plus que d'autres, qu'en est-il de celle ou celui que professionnellement l'on nomme "fœtus"? Individu, absolument singulier et cependant sans visage ni parole, dépendant et autonome, mystérieux et envahissant, troublant séducteur et merveilleusement inquiétant. Elle ou il est celle ou celui qui nous fait découvrir les prodiges de l'altérité.

Colette CHILAND: Le bébé et la différence des sexes
Les "bébélogues" semblent n’avoir pas eu d’intérêt sur ce que pouvait être la différence entre un bébé garçon et un bébé fille. The baby est un neutre en anglais. Le bébé, est-il un neutre dans son vécu? L’est-il dans les interactions qu’il suscite? Toute différence vient-elle du statut (le genre) que la société lui attribue et qu’il accepte ou refuse? Bref le sexe est-il une réalité biologique importante qu’on veut dénier?

Colette Chiland est professeur honoraire de psychologie clinique de l’Université Paris Descartes, Psychiatre, Psychanalyste.
Bibliographie
Lézine I., Robin M., Cortial C. (1975), "Observations sur le couple mère-enfant au cours des premières expériences alimentaires", La Psychiatrie de l'Enfant, 18, 1, pp. 75-147.
Rajon A.-M. (1998), "La naissance de l'identité dans le cas des ambiguïtés sexuelles", La Psychiatrie de l'enfant, 41, 1, 5-35.
Chiland C. (2013), "Dialogue entre Genre et Sexe", Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 61, 201–204 (http://dx.doi.org/10.1016/j.neurenf.2013.04.004).
Chiland C. (2013), "Utilité d’un glossaire pour clarifier les problèmes concernant le genre et l’homosexualité", PSN. Psychiatre, Sciences humaines, Neurosciences [en ligne]. Nouvelle série, vol. 11, n°4, 4e trimestre 2013, Paris, Éditions Matériologiques, p. 7-20.


Natacha COLLOMB: Prendre un enfant et l'élever: comment fabrique-t-on des bébés chez les T'ai Dam du Nord-Laos?
Dans cette société rurale du nord Laos pratiquant le culte aux ancêtres de la patrilignée, on ne conçoit pas une vie sans enfant, en particulier, mais pas seulement, sans fils. Mais "prendre un enfant (ao luk) et en prendre soin (liang) pour qu’il grandisse", comme disent les villageois, ne va pas toujours de soi: "Il faut du temps et de la chance". Nous examinerons ici les multiples techniques, indissociablement rituelles et sociales, que mobilisent les T’ai Dam, dans des situations ordinaires ou plus complexes, pour concevoir, ou, si cela se révèle impossible, se procurer, garder en bonne santé et élever des enfants (liang) qui atteindront l’âge adulte et pourront à leur tour prendre soin (liang) de leurs parents vieillissants et leur rendre un culte (liang) après leur mort.

Anthropologue, Natacha Collomb travaille depuis 1996 sur un même village de riziculteurs appartenant à un groupe minoritaire t’ai non bouddhisé, les T’ai Dam. Ses recherches portent depuis leur origine sur la petite enfance et, plus particulièrement, sur l’apprentissage des savoirs sociaux, corporels et techniques. Plus récemment, elle a recentré ses recherches sur des questions relatives à la parenté comme expérience vécue.
Publications
Sous presse, "Transforming Transmission. Knowledge and identity at risk in a context of social and economic mutations in a T’ai Dam village of Northern Laos", in Marine Carrin, Harald Tambs-Lyche et Dominique Blanc (eds), Transfer of Knowledge and Children agency: Reconstructing the Paradigm of Socialization, Delhi, Primus.
Septembre 2014, "Introduction", Moussons, n°23: "Savoirs appris, savoirs réfléchis".
2013, "Jouer dans les marges: pratiques enfantines de jeux rituels chez les T’ai Dam du Nord Laos", in Enfances - Pratiques, croyances et inventions, Michèle Coquet et Claude Macherel (éds.), CNRS Éditions.
2011, "Ce que le cœur sert à penser. Fondements corporels de la cognition, des émotions et de la personnalité chez les T’ai Dam du Nord Laos", L’Homme, n°197 (Janv.-Mars 2011), p. 25-40.
2010, "Nourrir la vie: éthique de la relation de soin chez les T’ai Dam du Nord Laos. Une étude de la notion polysémique de liang", Moussons, n°15, 2010-1, p. 55-71.
2010, "Des techniques qui font des femmes. Les activités textiles et leur apprentissage chez les T’ai Dam du Nord Laos", in Actes du colloque "Enfance et cultures, regard des sciences humaines et sociales", Sylvie Octobre et Régine Sirota (dir), en ligne: http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/collomb.pdf, Paris.
2006, "Publication de vidéos", en collaboration avec le Centre de documentation multimédia, sous la supervision d’Alain Epelboin (Usm 0104-Umr Cnrs), Canal U: http://www.canal-u.tv/auteurs/collomb_natacha/videos#element_2.
2006, "Apprendre en mangeant: les enfants et l’alimentation à Ban Nakham, village t’ai dam du Nord Laos", 12 pages, OCHA (http://www.lemangeur-ocha.com/).

Christine DAVOUDIAN: La grossesse à l'épreuve de l'errance et l'invisibilité
Je cherche à protéger mon futur bébé mais qui me protègera?, Hadidjata
Nous rencontrons de plus en plus fréquemment dans nos lieux de soins, des femmes enceintes qui, à la suite de parcours migratoires chaotiques, vont se  confronter à leur arrivée à une extrême précarité sociale. Elles se retrouvent ici dépourvues de toutes affiliations sociales ou communautaires. Il s'agit souvent de femmes venues seules à la suite de processus de ruptures diverses, dessinant alors de nouvelles figures de la migration féminine loin du modèle classique du regroupement familial. Migration émancipatrice pour certaines mais couteuses ou survie quand les départs font suite à des événements à fort potentiel traumatique. Nous aurons à nous interroger sur les effets des déliaisons survenues là-bas et perdurant ici, dans ce moment de vulnérabilité psychique propre à la maternité. Il nous appartiendra de penser cette clinique dans ses incidences subjectives et symboliques, mais aussi de nous interroger sur les propositions de soins spécifiques  dans ce contexte hautement pathogène. Quelles enveloppes autour de la future mère pour lui permettre de porter le fœtus? Qu'est-ce qui pourrait faire inscription dans ce contexte d'errance et déliaisons? Les professionnels du prénatal (et périnatal) auront alors à inventer des modes d'accueil et des dispositifs à la hauteur des enjeux. Toutefois dans le contexte socio-politique actuel, nos propositions peuvent se trouver mises à mal et venir se heurter à une butée du réel, laquelle menace aussi d'abîmer les professionnels.

Christine Davoudian est médecin PMI Protection Maternelle. Psychothérapeute.
Auteure de deux ouvrages (collectifs) sous sa direction: Mère et bébés sans-papiers. Une clinique à l'épreuve de l'errance et la visibilité, Coll. "1001BB", Ères 2012 et La grossesse clinique hors norme, Coll. "1001BB", Ères 2014.
Auteure de trois films  pour la formation des professionnels autours des thèmes de la maternité, précarité et exclusion.


Jean DECETY: Les fondements naturels de la morale: la contribution des neurosciences développementales
La dernière décennie a vu une explosion de recherches empiriques pluridisciplinaire dans le domaine de la morale. Les biologistes et les anthropologues montrent que la moralité est un produit de l’évolution qui est apparu pour faciliter la coopération et les interactions entre individus au sein des groupes sociaux, et ce à travers l’ensemble des cultures. Les expériences ingénieuses des psychologues du développement indiquent que certains des éléments qui sous-tendent la morale étaient en place beaucoup plus tôt que nous le pensions, avant l’acquisition du langage et de la théorie de l’esprit. Les neurobiologistes cartographient les circuits du cerveau impliqués dans la prise de décision morale et identifient le rôle modulateur de neuro-hormones comme l’ocytocine et la sérotonine. Enfin, les cliniciens examinent comment des modifications dans la chimie du cerveau ou dans la connectivité entre régions cérébrales provoquent des changements dramatiques dans la cognition et le comportement moral comme dans le cas de la psychopathie. Dans cette conférence, je commencerai par donner un aperçu relativement complet des connaissances théoriques actuelles sur le cerveau moral. Puis je focaliserai sur des études neuro-développementales chez le bébé et le jeune enfant réalisées dans mon laboratoire qui examinent la contribution de mécanismes automatiques et contrôlés dans les évaluations morales et leurs relations avec la générosité considérée comme un proxy du comportement moral.

Jean Decety, docteur en neuroscience, est professeur de psychologie et de psychiatrie à l’Université de Chicago. Il dirige la  Child Neurosuite, le Social Cognitive Neuroscience Laboratory et le Brain Research Imaging Center – University of Chicago Medicine. Spécialiste des neurosciences sociales, ses recherches se focalisent sur le développement de l'empathie, du jugement moral, de la sensibilité à la justice, ainsi que d'autres domaines liés à la façon dont nous pensons et agissons dans des situations sociales. Son travail a produit de nouvelles connaissances sur les bases neurobiologiques des processus socio-émotionnels et cognitifs impliqués dans la cognition sociale, dans le développement affectif des enfants et des adultes ainsi que chez les psychopathes criminels incarcérés. Ses travaux utilisent une approche multidimensionnelle (des gènes aux comportements), incluant l'imagerie cérébrale (IRM fonctionnelle, EEG haute densité) et les techniques de suivi du regard.
(Lab web page: www.scnl.org // Child Neurosuite: www.childneurosuite.org)
Publications
The Moral Brain: A Multidisciplinary Perspective (2015), J. Decety and Thalia Wheatley (Eds), Cambridge: MIT Press.
New Frontiers in Social Neuroscience (2014), J. Decety and Y. Christen (Eds), New York: Springer.
Sélection d’articles
Cowell, J. M., & Decety, J. (2014), "The neuroscience of implicit moral evaluation and its relation to generosity in early childhood", Current Biology, 25, 93-97.
Cheng, Y., Chen, C., & Decety, J. (2014), "An EEG/ERP investigation of the development of empathy during early childhood", Developmental Cognitive Neuroscience, 10, 160-169.
Decety, J., & Cowell, J. M. (2014), "The complex relation between morality and empathy", Trends in Cognitive Sciences, 18(7), 337-339.
Yoder, K. J., & Decety, J. (2014), "The good, the bad, and the just: Justice sensitivity predicts neural response during moral evaluation of actions performed by others", The Journal of Neuroscience, 34(12), 4161-4166.
Decety, J., & Howard L. (2013), "The role of affect in the neurodevelopment of morality", Child Development Perspectives, 7, 49-54.
Decety, J., & Cacioppo, S. (2012), "The speed of morality: a high-density electrical neuroimaging study", Journal of Neurophysiology, 108, 3068-3072.


Marc DOMMERGUES: L'enfant avant la naissance: un point de vue de professionnel de santé
La fécondation, la grossesse, la naissance sont des phénomènes très différents selon le point de vue de l’observateur. À titre personnel, nous sommes tous concernés dans notre histoire la plus intime, en tant qu’enfants, que parents, que non-parents, qu’apparentés. En tant que citoyen, ces questions nous touchent car d’elles dépendent en partie le renouvellement de notre communauté ou sa perte. Nous pouvons aussi contempler la naissance d’un œil philosophique, religieux, esthétique... Mais qu’en est-il des professionnels de santé? Je me propose de livrer la vision d’un gynécologue obstétricien — plus familier avec les situations ou la mère ou l’enfant sont malades qu’avec celles ou tout va bien — pour l’éprouver à l’aune de l’expérience des autres participants. Avant la fécondation, cette vision se détourne du désir d’enfant pour se porter sur le projet de grossesse. Au cours de la grossesse, elle se focalise sur une mission de dépistage des risques de morbidité et de mortalité pour la mère et l’enfant, afin de mettre en œuvre des stratégies de prévention. L’échographie est au cœur de ces dépistages. À la naissance, appelé par la Sage-Femme pour des situations dites dystociques, l’accoucheur "regarde avec ses mains", et doit agir vite. Mais est-ce si simple? Comment prendre en compte l’histoire individuelle d’une femme ou d’un couple dans un projet de grossesse risqué, du fait d’un antécédent familial ou d’une maladie maternelle? Comment voir et dire les choses à l’échographie sans détruire le processus complexe des représentations maternelles? Comment rassurer dans les situations urgentes de la naissance, ou aider dans l’affliction de la perte d’un enfant? Comment prétendre échapper à l’émerveillement que provoque l’apparition d’un nouveau-né? Comment ne pas s’interroger sur son avenir après le retour à la maison? À l’occasion d’exemples concrets, nous débattrons ensemble de ces questions.

Marc Dommergues est professeur de gynécologie obstétrique à l’Université Paris 6 et gynécologue accoucheur à l’hôpital Pitié Salpêtrière. Ses pôles d’intérêts sont: dépistage et diagnostic prénatal / maladies maternelles associées à la grossesse / impact des troubles somatiques périnatals sur les interactions mère-enfant.
Bibliographie
Viaux-Savelon S, Dommergues M, Rosenblum O, Bodeau N, Aidane E, Philippon O, et al., "Prenatal ultrasound screening: false positive soft markers may alter maternal representations and mother-infant interaction", PLoS One, 2012.
Viaux-Savelon S, Dommergues M,  Cohen D, "Dépistage échographique anténatal des anomalies mineures de bon pronostic: impact émotionnel, représentations parentales et relation mère–enfant", Rev. Méd. Périnat, 2014, 6:199-206.

François FARGES: Une clinique du fœtus
À côté de l’approche médicale échographique largement développée depuis 30 ans, notre intervention témoigne d’un autre regard porté sur les interactions précoces in utero, ce qui ouvre le champ à une "clinique du fœtus". Cela à partir de 2 films échographiques. Le premier, unique dans la littérature médicale, "Le fœtus au ballon", questionne la réaction du fœtus à un objet étranger dans son espace. Le second, "L’un et l’autre",  poursuit la réflexion autour des relations observées entre jumeaux. Ces films permettent de poser  des questions inédites quant à la vie fœtale, en particulier sur la "genèse de la relation d’objet" et l’inscription de ces expériences précoces.

Docteur François Farges est diplômé en Echographie Gynéco-Obstétricale, Anciennement à l'Hôpital Saint-Antoine, il est attaché à l'Hôpital des Diaconesses (Gynécologue - Obstrétricien).
Bibliographie
Herbinet E., Busnel M.-C., L’aube des sens, Stock, 1993.
Farges F., Farges N., Paroles d’échographiste, film primé au festival médical d’Amiens et aux entretiens de Bichat, 1994.
Farges F., Groupe ECHO, "D’une certaine pratique de l’échographie obstétricale", Linguistique et Psychanalyse, Colloque de Cerisy,  In Press, p. 197-199, 2001 (réédition Hermann Editeurs, 2013).
Farges F., Groupe ECHO,  Film Les jumeaux, Journée d’étude de l’ALI et Espace Analytique, "Le bébé et la pulsion", 2005.
Farges F., Groupe ECHO, "Le fœtus au ballon: contribution à l’étude du passage du fœtus au nourrisson", Cahiers de Préaut, n°4, L’Harmattan, 2007.
Golse B., Soule M., Bergeret J., Anthropologie du fœtus, Dunod, 2006.
Korff-Sausse S., "Le bilinguisme psychique: une approche contemporaine de la psychanalyse", Revue Belge de psychanalyse, 2011.
Missonnier S., "L’échographie obstétricale: un rituel séculier d’initiation à la parentalité?", in Ecoute voir... L’échographie de la grossesse, érès, 1999.
Piontelli A., From fetus to child, an observational and psychoanalytic study, Londres-New York, Tavistock/Routledge, 1992.


Jacques GÉLIS: Une autre manière d'être au monde
Les sociétés européennes à dominante rurale, portent sur le très jeune enfant, au moins jusqu’au début du XIXe siècle, un regard qui diffère profondément du nôtre. Loin d’être indifférentes à son sort, elles s’en préoccupent mais pas selon les mêmes logiques qu’aujourd’hui. Et cela pour plusieurs raisons. Le corps de l’enfant à sa naissance est considéré comme non achevé; il est complété, façonné pour le rendre conforme aux canons de la société dans laquelle il sera élevé. Mais l’originalité du regard que portent ces sociétés sur l’enfant s’explique avant tout par l’imaginaire de la vie et de la succession des générations qui est le leur: corps individuel et corps du lignage (ou de la famille) sont considérés comme étroitement liés, l’individu n’acquérant jamais sa pleine autonomie. À partir de la Renaissance, d’autres logiques sont à l’œuvre qui vont progressivement contribuer à faire émerger une autre conscience de la vie et du corps et à conférer à l’enfant une nouvelle place dans la symbolique de la famille.

Jacques Gélis est professeur émérite à l’Université de Paris 8 Saint-Denis. Historien anthropologue, il s’est particulièrement intéressé à la naissance dans les sociétés d’Europe occidentale, pour restituer les conditions des couches et l’accueil de l’enfant en milieu traditionnel. Il a travaillé également sur les causes et les conditions de la médicalisation de la naissance, sur les raisons profondes du passage à l’accoucheur. Le cas de l’enfant mort-né, et le problème soulevé alors par la destinée de l’âme et du corps l’ont amené à explorer le gros dossier des "sanctuaires à répit" et à éclaircir la question des signes de mort et des signes de vie pour l’art médical du XVIIIe siècle. Depuis une dizaine d’années, il consacre ses recherches à la restitution des comportements corporels aux siècles passés.
Publications
Entrer dans la vie, naissances et enfance dans la France traditionnelle, avec Mireille Laget et Marie-France Morel, Gallimard-Archives, 1978.
Accoucheur de campagne sous le roi-soleil; le traité d’accouchement de Guillaume Mauquest de la Motte, Toulouse, Privat, 1979, rééd. Paris, Imago, 1979.
L’Arbre et le fruit; la naissance dans l’occident moderne, XVIe-XIXe siècles, Paris, Fayard, 1984.
La Sage-femme ou le médecin; une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.
"Le Corps, l’Église et le sacré", Histoire du corps. Tome 1: De la Renaissance aux Lumières, sous la direction de Georges Vigarello, Paris, Seuil, 2005.
Les Enfants des limbes; parents et mort-nés dans l’Europe chrétienne, Paris, Audibert, 2006.
La Plus belle histoire de la naissance, avec Henri Atlan, René Frydman et Karine Lou Matignon, Paris, R. Laffont, 2013.


Sylviane GIAMPINO: Porter les "bébé sapiens" dans les discours publics: transmettre, interpeller, s’interroger...
Que les spécialistes de l'enfance contribuent à la transmission des connaissances sur l'enfant via les media est une nécessité. L'exercice est encore plus délicat quand il s'agit de la psychologie des relations entre le bébé et ceux qui l'entourent. Et cela se complique encore lorsque les psychanalystes se voient convoqués par les media, les professionnels ou les pouvoirs publics comme "experts" pour répondre des évolutions de la famille ou de la société sur le développement et la personnalité des enfants. Un autre cadre d'expression publique des psychanalystes et psychologues cliniciens est celui de l'exercice d'une citoyenneté qui vient sur la scène politique porter quelques combats. Dès qu'il parle en public, le psychanalyste opère une rotation de posture. D'attentionnelle et singulière celle-là devient intentionnelle et généralisante, quand bien même il s'agirait d'y défendre la singularité et la liberté des parcours de chaque enfant et de chaque famille. De l'intime confidentiel pour le sujet, la parole est alors portée "à la cantonade". Portée dans l'air du temps, elle contribuera à confirmer les attendus de l'époque ou à en contrarier les ronronnements. Dans tous les cas, c'est une prise de risque et de responsabilité dans la création de nouvelles représentations collectives des enfants ou de récupération idéologique, de levée de résistances à la discipline. S'adresse alors au psychanalyste la nécessité de penser cet exercice avec la même prudence et les mêmes "garde-fous" que les autres aspects de sa pratique. Mais la nécessaire mise au travail et le temps de l'élaboration s'accommodent mal des temporalités de la diffusion qui affectionne les effets d'image et les narcissismes éloquants. Comment instruire des spécificités de la petite enfance, soutenir un approfondissement sur l'éducation, l'accueil, les soins sans répondre à l'appel de normativité sociale? Comment alerter sur les dérives, informer, inviter à penser sans  alimenter les discours prédictifs, prescriptifs et culpabilisants sur l'avenir des enfants? Nous posons que les spécialistes doivent relever le défi de porter avec soin vers la société le psychisme singulier des bébés, pour que son l'humanité soit saisie au  pluriel des intelligences nécessaires pour le laisser grandir.

Sylviane Giampino est psychanalyste et psychologue à Paris. Elle mène conjointement son travail clinique avec des activités d'études, de diffusion des connaissances et d'engagement associatifs: conférences, formations professionnelles, enseignement, publications, présence institutionnelle, travail de transmission et de vulgarisation des connaissances par une présence régulière et raisonnée dans les media. Dès le début de son activité professionnelle, elle a exercé en psychiatrie et dans les services d'éducation spécialisée et sur les secteurs sociaux les plus défavorisés. Elle s’est orientée ensuite vers la prévention via les secteurs de protection et prévention en petite enfance, et l'accompagnement de la parentalité. Elle est actuellement chargée de piloter une mission sur les modes d'accueil et la formation des professionnels de la petite enfance par le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et du droit des femmes.
Publications
Les mères qui travaillent sont-elles coupables?, Albin-Michel, collection "Questions de parents", 2000, reed. 2007.
Nos enfants sous haute surveillance, Évaluations, dépistages, médicaments..., avec C.Vidal, préface d'Axel Kahn, Albin-Michel, 2009.
Y a-t-il encore une petite enfance? Le bébé à corps et à cœur, Ed. Eres, 2013 (collectif).
À l'écoute des bébés et de ceux qui les entourent, avec D. Delouvin et D. R. Armangol, Eres, 2006 (collectif).
"Jeunes couples-jeunes parents", Informations sociales, CNAF, n°132, juin 2006 (collectif).
L’encyclopédie de la vie des familles: les psy en parlent, dir. M. Vaillant et A. Morris, ed La Martinière, 2004 (conseil scientifique).
Video et accueil des jeunes enfants, avec G. Appel, Eres, 2002 (collectif).
"Les modes d’accueil du jeune enfant", Informations Sociales, CNAF, mai 2002.
"P.M.I. Actualité", Informations sociales, CNAF, n°10, 1991.
Auteure de nombreux articles: https://fr.wikipedia.org/wiki/Sylviane_Giampino


Maya GRATIER: Du sentiment d'appartenance à l’apprentissage culturel: intersubjectivité, signatures et styles
Cette présentation portera sur les origines du développement culturel chez le bébé au cours de la première année de vie. Je présenterai des travaux de recherche récents suggérant que le bébé manifeste assez tôt une préférence pour les personnes de sa communauté culturelle et j’explorerai les possibles marqueurs d’appartenance culturelle pour le nourrisson. Je proposerai qu’avant de comprendre le monde culturel dans lequel il vit, le bébé y participe et le ressent à travers ses interactions sociales. Les ressentis culturels émanent d’un désir d’appartenance exprimé par le nourrisson et soutenu par un "parentage intuitif". L’apprentissage culturel dont fait preuve le bébé à la fin de la première année ne provient peut-être pas tant d’une compétence socio-cognitive émergente que d’une histoire sentimentale partagée par le bébé et ses proches à travers des styles interactifs élaborés ensemble. L’intérêt de mieux comprendre les fondements sociaux et affectifs très précoces du sentiment d’appartenance sera discuté.

Bibliographie
Gratier, M. (2003), "Expressive timing and interactional synchrony between mothers and infants: Cultural similarities, cultural differences, and the immigration experience", Cognitive Development, 18(4), 533-554.
Gratier, M., & Trevarthen, C. (2008), "Musical narrative and motives for culture in mother-infant vocal interaction", Journal of Consciousness Studies, 15(10), 122.
Kinzler, K. D., Dupoux, E., & Spelke, E. S. (2007), "The native language of social cognition", Proceedings of the National Academy of Sciences, 104(30), 12577-12580.
Trevarthen, C. (1988), "Universal co-operative motives: How infants begin to know the language and culture of their parents", In G. Jahoda and I.M. Lewis (Eds.), Acquiring Culture: Ethnographic Perspectives on Cognitive Development, London: Croom Helm, 37-90.
Tomasello, M., Kruger, A. C., & Ratner, H. H. (1993), "Cultural learning", Behavioral and brain sciences, 16(03), 495-511.


Annick HAREL-BELLAN: Au dessus de la génétique, l'épigénétique
Cette communication introduira le concept d’épigénétique, en décrira les multiples facettes, donnera, de manière très simple, les bases des mécanismes mis en jeu au niveau moléculaire et, enfin, donnera des exemples de l’importance de ce phénomène, notamment au cours du développement.

Annick Harel-Bellan est biologiste, DRCE au CNRS. L’équipe travaille depuis de nombreuses années sur ce qu’on appelle le contrôle du destin cellulaire, c’est-à-dire les mécanismes qui orientent une cellule individuellement vers un destin donné, assurant ainsi un développement harmonieux de l’embryon, et l’équilibre ou homéostasie des tissus chez l’adulte. L’équipe s’est concentrée sur les aspects épigénétiques de ces contrôles.

Pierre JOUANNET: L'embryon, cet inconnu
De tout temps, l’embryon a été l’objet de représentations et d’interprétations qui relevaient de l’idéologie, du mythe ou de l’imaginaire. Tout a changé depuis que l’embryon peut être créé, analysé, congelé, conservé et éventuellement modifié au laboratoire sous le regard de l’humanité. Malgré les succès de la fécondation in-vitro (FIV), nous sommes encore très ignorants des phénomènes cellulaires, moléculaires, géniques et épigénétiques qui assurent le développement harmonieux des embryons à court terme. Il en résulte que moins de 10 %  des embryons conçus par FIV conduisent à la naissance d’un enfant. Mais les dérèglements se produisant pendant la première semaine du développement embryonnaire pourraient avoir aussi des effets à beaucoup plus long terme se manifestant par l’apparition de pathologies chez l’enfant et chez l’adulte. La recherche est nécessaire, mais son principe même est parfois refusé au nom de la protection de l’embryon considéré comme une "personne fragile et intouchable". La question pourrait-elle être abordée d’une autre manière? Ne pourrait-on reconnaître à l’embryon une existence propre, une valeur spécifique? Pas celles accordées à une personne, la probabilité pour qu’il devienne une personne étant très faible, mais celles correspondant à une existence et des conditions particulières. L’avenir de l’embryon qui vit dans un laboratoire dépend du projet parental de ses géniteurs et du contexte dans lequel il est placé. Cet embryon pourrait être pensé comme de l’humain faisant l’objet d’une valeur qui lui est propre et sur lequel pourraient être aussi faites des recherches quand c’est nécessaire, quand c’est souhaitable, quand c’est accepté par les personnes concernées comme cela est possible à tous les autres âges de la vie. Cette recherche ne devrait être entreprise qu’avec tout le respect qui est dû à l’embryon comme on respecte l’humain, qu’il soit vivant ou mort, à tous les âges de la vie.

Pierre Jouannet est professeur émérite à l’Université Paris Descartes, ancien responsable du laboratoire de Biologie de la Reproduction à l’hôpital Cochin (Paris), membre du Comité d’éthique de l’INSERM et de l’Académie Nationale de Médecine.
Publications
"État de la recherche sur l’embryon humain et propositions", Note du comité d’éthique de l’Inserm, 2014.
(http://www.ethique.inserm.fr/qu-est-ce-que-l-inserm/l-ethique-a-l-inserm/avis-du-comite-d-ethique)
Jouannet P., Paley-Vincent C., L’embryon, le fœtus, l’enfant, Assistance Médicale à la procréation (AMP) et lois de bioéthique, ESKA, Paris, 2009.

François JOUEN: Épigenèse probabiliste et développement
Dans un premier temps, cette présentation essaiera de montrer comment les conceptions que nous avons du développement se sont profondément modifiées ces dernières décennies en passant d'une approche linéaire à celle d'un développement conçu comme un système complexe. En se fondant sur les travaux issus de l’embryogenèse, cette présentation tentera ensuite de défendre une approche épigénétique, axée autour de trois notions fondamentales à partir desquelles les conduites cognitives vont prendre forme: la variabilité, la redondance et la sélection. L'hypothèse défendue est que les mécanismes épigénétiques mis en œuvre dans la constitution prénatale de la neuro-anatomie sont de même nature que ceux qui sont mis en œuvre, après la naissance, lors de la construction des structures élémentaires de la cognition précoce.

De 1981 à 2000, François Jouen a été chargé de recherches au CNRS et a étudié le développement du système vestibulaire chez l’homme. Il a rejoint l’EPHE comme Directeur d’Études en 2001. Il assure la co-direction du laboratoire de Cognitions Humaine et Artificielle, unité commune EPHE/Paris8. Le cadre général des travaux développés à l'EPHE depuis 2001 est celui de l’épigénèse probabiliste. Dans cette perspective, François Jouen étudie le développement du système nerveux central comme une réorganisation permanente d’un système complexe auto-organisé qui répond aux modifications de ses composants biologiques internes (la maturation neuroanatomique) et aux modifications liées à des contraintes environnementales qui lui sont extérieures. Ce type d’approche fait appel à la simulation et à la modélisation informatique.
Bibliographie
Edelman, G.M. (1992), Biologie de la conscience, Paris, Odile Jacob.
Gottlieb, G. (2002), "On the epigenetic evolution of species-specific perception: the developmental manifold concept", Cognitive Development, 96, 1–14.
Hadders-Algra, M. (2002), "Variability in infant motor behavior: A hallmark of the healthy nervous system", Infant Behavior Development, 155, 1–19.
Jouen, F. & Molina, M. (2007), Naissance et connaissance: la cognition néonatale, Liège, Mardaga.


Marc JUSTON: Le bébé dans la séparation familiale
La loi du 4 mars 2002 sur l'autorité parentale consacre l'égalité des droits et des devoirs de chacun des parents dans l'intérêt supérieur de l'enfant. Le Juge aux affaires familiales est principalement le Juge de la séparation et du divorce des couples qui ont des enfants. L'on constate que 40 % des séparations concernent des enfants de moins de 5 ans, que nombre de parents se séparent alors qu'ils n'ont pratiquement jamais vécu ensemble avec l'enfant, que 15 % des enfants sont en résidence alternée paritaire ou non, que la question de la résidence alternée  pour des enfants de moins de 5 ans est d'une actualité criante, que 37 % des séparations sont conflictuelles, et qu'il existe une augmentation des conflits de couples avec rupture partielle ou totale de contact de l'un des parents avec l'enfant souvent bébé. Au regard de cette situation, et portée par la croyance très forte que les familles ont les capacités de prendre leur vie et leur séparation en mains, il est temps que les pouvoirs publics investissent dans la prévention, par la voie de la pédagogie et de la médiation familiale, dans la perspective de la protection  de l'enfant bébé. Dans l'intérêt du très jeune enfant, les professionnels de la justice familiale doivent promouvoir une nouvelle culture judiciaire: de l'apaisement des séparations, du dialogue parental, du respect mutuel et de l'échange, de l'autorité parentale reconnue et respectée par les parents, des droits de l'enfant reconnus et respectés et de l'équilibre des pouvoirs au sein des familles.

Fabrice LESAGE & Sylvie SÉGURET: Imagerie médicale: doutes, croyances et certitudes chez les pédiatres réanimateurs
Tous les jours en réanimation pédiatrique des décisions de limitation ou arrêt des traitements sont prises dans le cadre de la loi Leonetti. Elles ont un rôle déterminant sur la probabilité de survie ou de décès de l’enfant. Ces décisions sont quasiment toujours étayées par de l’imagerie médicale. Parfois même les images seront les seules données probantes pour se faire une idée du pronostic et soutenir la discussion. Quelle est la part de nos doutes, de nos croyances, et de nos certitudes face à cette représentation numérique du bébé? Comment entendre et respecter ces interrogations tout en ménageant les défenses indispensables pour l’exercice du métier de soignant?

Fabrice Lesage est pédiatre réanimateur praticien hospitalier, responsable de l’UF Réanimation, Service de Réanimation Médico-Chirurgicale Pédiatrique, CHU Necker Enfants Malades, Paris.
Publications
Oualha M., Gatterre P., Boddaert N., Dupic L., De Saint Blanquat L., Hubert P., Lesage F., Desguerre I., "Early diffusion-weighted magnetic resonance imaging in children after cardiac arrest may provide valuable prognostic information on clinical outcome", Intensive Care Med, 2013, Jul; 39(7): 1306-12.
De Saint Blanquat L., Cremer R., Elie C., Lesage F., Dupic L., Hubert P. (pour le Groupe francophone de réanimation et urgences pédiatriques (GFRUP)), "French law related to patient's rights and end of life: pediatric intensive care unit's health professionals' opinions", Arch Pediatr, 2014, Jan; 21(1): 34-43.
Lesage F., Séguret S., "Soignants de Réanimation: machines, cauchemars et rires de soin", L’art d’accompagner les bébés, ARIP, Eres, 2014, p. 169 à 178.
Lesage F., Séguret S., Dupic L., Oualha M., De Saint Blanquat L., Hubert P., Améliorer la qualité des entretiens familiaux en réanimation pédiatrique et néonatale: rôle d’une réflexion de groupe, 41e congrès de la Société de Réanimation de Langue Française, Paris 2013.


Sylvie Séguret est psychologue clinicienne, dédiée à l’équipe soignante du service de réanimation pédiatrique médico-chirurgicale et Unité de Soins Continus. Consultations parents/bébés, Service de Pédopsychiatrie, Hôpital Necker, APHP.
Publications
Séguret S., Hubert P., Golse B., "Analyse des pratiques en réanimation pédiatrique. Travail d’une psychologue dédiée à l’équipe soignante", La psychiatrie de l’enfant, Vol. 55, PUF, p. 575-605, 2012/2.
Séguret S., "Du côté des soignants", Dossier Clepsydre: Enjeux cliniques en réanimation néonatale et pédiatrique, Carnet Psy, n°175, p. 45-47, novembre 2013.

Lesage F., Séguret S., "Soignants de Réanimation: machines, cauchemars et rires de soin", L’art d’accompagner les bébés, ARIP, Eres, 2014, p. 169 à 178.
"La pédopsychiatrie de liaison, L’Hôpital Necker au quotidien", B. Golse, P. Canouï, S. Séguret (sous la direction de), La vie de l’enfant, Eres, 2012.
"Le consentement éclairé en périnatalité et en pédiatrie", (sous la direction de), La vie de l’enfant, Eres, 2004.
Golse B., Séguret S., Mokhtari M., Bébés en réanimation, Odile Jacob, 2002.

Denis MELLIER
Denis Mellier est professeur de Psychologie clinique et psychopathologie à l'Université de Franche-Comté et psychothérapeute à Lyon. Il conduit des formations à l’observation du bébé selon Esther Bick et des analyses institutionnelles. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier sur "La vie psychique du bébé" aux éditions Dunod. Il est co-secrétaire avec M. Dugnat de la WAIMH francophone et vice-président de la SFPPG (Société Française de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe).

Dominique MEMMI: Un "retour" de la chair autour des bébés?
Après avoir exhorté les pères à couper le cordon ombilical, on a ré-incité les mères à allaiter, puis valorisé le contact peau à peau avec leur nouveau-né, et certains les invitent à présent à contempler leur placenta. Désormais, les parents d’un enfant mort-né sont encouragés à le toucher et à en accepter une photographie. Ainsi s’opère, autour de la naissance (et de la mort), depuis une vingtaine d’années et dans la plupart des pays occidentaux, une focalisation sur le corps — du père, de la mère, du bébé — comme support de l’identité et du lien. Quelle inquiétude sous-tend ces conceptions que les professionnels du psychisme, du soin et du funéraire sont souvent les premiers à mettre en pratique? Comment la chair a-t-elle été ré-investie d’effets psychiques censés resserrer des liens vécus comme trop lâches et fortifier des identités éprouvées comme trop flottantes? Il y a là un tournant idéologique et culturel.

Sylvain MISSONNIER: Vertus et vertiges de l'e-fœtus/bébé
Avec l’usage inflationniste des écrans, la réalité virtuelle est au cœur de notre quotidien à tous les âges. Dans cette décinaison post-moderne d’Homo virtualis, l’immersion parentale avant la naissance dans le diagnostic anténatal joue en ce sens un rôle fondateur. Emblématiquement, la rencontre échographique avec l’enfant virtuel inaugure une longue série de relations humaines médiatisées par des machines à communiquer... pour le meilleur et pour le pire ! À la croisée des processus de parentalité prénatale et du naître humain, les jalons d’une véritable "relation d’objet virtuelle" sont posés pour explorer cliniquement ces mutations ontologiques à l’aube de la vie. Le récit d’une intervention psychothérapique à la maternité dans ce contexte donne l’occasion d’étudier le dynamisme en plein et en creux d’une relation d’objet virtuelle singulière. Enfin, au-delà de ce seul contexte périnatal initial, les relations d’objet virtuelles sont envisagées — tout au long de la vie — comme un axe majeur d’une psycho(patho)logie contemporaine.

Sylvain Missonnier est psychanalyste SPP. Professeur de psychologie clinique de la périnatalité à l’Université Paris Descartes Sorbonne Paris Cité, il dirige le laboratoire PCPP (EA 4056). Il est aussi directeur de la collection "La vie de l’enfant" chez Érès, co-président de la WAIMH francophone et membre fondateur de l’Institut du virtuel Seine Ouest (www.rap5.org).
Publications
Missonnier, S. (2009), Devenir parent, naître humain. La diagonale du virtuel, Paris, PUF.
Soulé, M., Gourand, L., Missonnier, S., Soubieux, M.J. (2011), L’échographie de la grossesse. Promesses et vertiges, Toulouse, Érès.
"E-baby, le bébé virtuel", Spirale, n°60, 2011/4.
Missonnier S. (dir.), Blazy M., Boige N., Presme N., Tagawa O. (2012), Manuel de psychologie clinique de la périnatalité, Paris, Masson.
Vlachopoulou X., Missonnier S. (2015), Psychologie des écrans, Paris, PUF.


Delphine MITANCHEZ: Quand le nouveau-né est malade: accompagner et prendre soin
Lorsque le nouveau-né s’annonce prématurément ou malformé, l’information bienveillante et empathique des parents est indispensable. La technicité et le savoir-faire qui sont déployés autour de l’enfant, doivent être accompagnés d’une prise en charge humanisante, ce que permettent les soins de développement. Quelles prises en charge, pour quel enfant et quelle attention particulière apporter pour rendre ce moment acceptable?

Gérard NEYRAND: Le bébé et les affiliations: une dynamique évolutive
Si pour le sens commun le bébé semble se constituer comme tel à sa naissance et se définir progressivement tout au long de ses apprentissages, les cliniciens et les sociologues savent bien qu'il n'en est rien. Le bébé préexiste à sa naissance, tout d'abord par le sens que ses (futurs) parents lui ont donné bien avant qu'il ne naisse, mais aussi parce qu'il se trouve d'emblée pris dans un réseau de significations et de liens qui participent tout autant de son environnement immédiat que de l'environnement plus large que constituent sa société et la culture qui la caractérise. Deux processus spécifiques le constituent en sujet humain: la socialisation, le fait qu'il est produit dès avant sa naissance et continuellement ensuite comme un animal social, autrement dit un humain; et l'affiliation, le fait qu'il est propulsé d'entrée de jeu dans un processus ininterrompu de création et reproduction de liens spécifiques — et qui vont le spécifier — aux membres de son entourage proche, tout autant qu'aux groupes et à la société auxquels il appartient déjà. Si l'affiliation et la socialisation sont centrales pour spécifier ce petit animal en tant qu'humain, cela positionne le bébé au centre d'une double dette, une dette de vie, qu'il aura à acquitter tant à l'égard de ceux qui — biologiquement et socialement — lui ont donné la vie, ses parents, qu'à l'égard du cadre social et des institutions qui l'ont accueilli et lui ont fait bénéficier de ses structures, historiquement et culturellement construites bien avant lui... Nous essaierons d'appréhender tout ce qui fait la force de ces processus, universaux et spécifiques en même temps à chaque situation.

Gérard Neyrand est sociologue, professeur à l'Université Paul Sabatier, Toulouse 3, membre du PRISSMH-SOI, responsable du Laboratoire associatif CIMERSS.
Publications
Neyrand Gérard, L'enfant, la mère et la question du père. Un bilan critique de l'évolution des savoirs sur la petite enfance, Paris, PUF, 2000 (3e édition, 2011).
Neyrand Gérard (dir.), "Devenir parent", Revue Sciences de l'Homme et sociétés, n°81, octobre 2005.
Neyrand Gérard, Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Toulouse, érès, 2001
Neyrand Gérard, "Prendre soin, une préoccupation humaine à contenu politique", in Dugnat Michel (dir.), Soigner, prendre soin en périnatalité, Toulouse, érès, 2013, p. 23-29.
Neyrand Gérard, "La reconfiguration de la socialisation précoce. De la coéducation à la cosocialisation", Dialogue, n°200, 2013.
Neyrand Gérard, "Le rapport parent-enfant à la croisée des chemins: un renouvellement des façons de voir et d'intervenir", Traité de l'éducation familiale, sous la direction de Geneviève Bergonnier-Dupuy, Paul Durning, Hélène Join-Lambert, Paris Dunod, 2013.
Neyrand Gérard, Mekboul Sahra, Corps Sexué de l'enfant et normes sociales. La normativité corporelle en société néolibérale, Toulouse, érès, 2014.
Bibliographie
Bydlowski Monique, La dette de vie: itinéraire psychanalytique de la maternité, Paris, PUF, 1997.
Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.
Le Gall Didier, Bettahay Yamina (dir.), La pluriparentalité, Paris, PUF, 2001.
Martin Claude (dir.), "Être un bon parent", une injonction contemporaine, Rennes, Presses de l'EHESP, 2014.


Olivier PUTOIS: Remarques épistémologiques, perspectives convergentes et divergentes, et points d'interrogation
Dans cette intervention, qu'on aura nourrie de tout le travail en amont des participant.e.s, on reviendra sur les grandes articulations épistémologiques qui auront été sollicitées lors des échanges de la semaine, afin d'esquisser les pistes qu'elles préfigurent, aussi bien intra- qu'interdisciplinaires, et en étant sensible à leurs implications sociales et politiques. On examinera dans quelle mesure ces pistes sont convergentes et/ou divergentes, et enfin quelles sont les questions qui apparaissent les plus centrales.

Olivier Putois est ancien élève de l'École Normale Supérieure de Lyon Lettres-Sciences Humaines, agrégé et docteur en philosophie. Psychologue clinicien et psychanalyste, il effectue actuellement des recherches (cliniques et théoriques) sur la transmission intergénérationnelle de l'identité à l'interface entre psychanalyse, biologie et philosophie, en tant que chercheur post-doctorant senior (rattaché au Centre de Recherches Psychanalyse, Médecine et Société EA 3522 et à l'Unité Épigénétique et Destin Cellulaire UMR 7216), dans le cadre du LabEx "Who am I?". Déterminants de l'identité, de la molécule à l'individu hébergé par l'Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité.

Serge TISSERON: Les bébés et les écrans
Quelle relation un bébé établit-il avec un écran de télévision? Quelles conséquences cela a-t-il sur son développement psycho-affectif, la construction de ses repères spatialisés et de ses repères temporels? Est-il possible d’en mesurer les conséquences à long terme? Et qu’en est-il de la tablette tactile? Si la réduction du temps d’écran s’impose à tout âge, est-elle suffisante à elle seule pour permettre à l’enfant d’entrer dans de bonnes conditions dans les mondes numériques? De la même façon qu’il existe des repères d’âge pour l’introduction des laitages, des légumes et des viandes dans l’alimentation d’un enfant, il est possible de concevoir une diététique des écrans. C’est le but des balises "3-6-9-12" callée sur quatre âges essentiels du développement de l’enfant: 3 ans, 6 ans, 9 ans et 12 ans. Elles peuvent guider à la fois les parents et les institutions prenant en charge les très jeunes enfants.

Serge Tisseron est psychiatre, docteur en psychologie, Habilité à Diriger des Recherches à l'Université Paris VII Denis Diderot. Après avoir travaillé sur les traumatismes et leurs répercussions sur plusieurs générations, il travaille actuellement sur nos relations aux technologies numériques. Il a publié une trentaine d'essais personnels et de nombreux articles scientifiques. Ses livres sont traduits dans onze langues. Il reçu le 6 novembre à Washington un Award de la FOSI (Family Online Safety Institute), "For Outstanding Achievement" pour l’ensemble de ses travaux sur la famille, les enfants et Internet, et en particulier pour la campagne "3-6-9-12" et le site "memoiredescatastrophes.org". Il a été co-rédacteur de l’Avis de l’Académie des sciences, sur "L’enfant et les écrans". Il est fréquemment sollicité comme expert par les différents ministères.
Site: sergetisseron.com
Publications
Un psy au cinéma, Paris, Belin, 2013.
3-6-9-12, Apprivoiser les écrans et grandir
, érès, 2013.
Fragments d’une psychanalyse empathique, Paris, Albin Michel, 2013.
Rêver, fantasmer, virtualiser, du virtuel psychique au virtuel numérique, Paris, Dunod, 2012.
Les secrets de famille, Paris, PUF, 2011.
L’empathie au cœur du jeu social, Paris, Albin Michel, 2010.
Le jeu des 3 figures en classes maternelles, Paris, Fabert, 2010.
Les dangers de la télé pour les bébés, Toulouse, Erès, 2008.
Qui a peur des jeux vidéo?, Paris, Albin Michel (avec Isabelle Gravillon), 2008.
Virtuel, mon amour. Penser, aimer, souffrir, à l’ère des nouvelles technologies, Paris, Albin Michel, 2008.


Bernard TOPUZ: Quelle politique de santé publique pour l'accueil du nouveau-né?
Les politiques publiques se doivent de réduire mortalité, maladies, handicap, maltraitance du jeune enfant. Quels sont les outils de cette approche préventive? Quels en sont les résultats? Comment développer plus de bien-traitance dans les suites de la naissance?

Bibliographie
Protection de l’enfance et de l’adolescence: encyclopédie pratique, sous la direction de JP Rosenczveig, ed. Weka.
L’enfant et l’adolescent: un enjeu de société, une priorité du système de santé, sous la direction de D. Sommelet, ed. La documentation française.
Pédiatrie, A. Bourillon et G. Benoist, ed. Elsevier Masson.
Petite enfance et psychopathologie, A. Guedeney, ed. Elsevier Masson.
L’enfant et l’adolescent à l’hôpital, règles et recommandations applicables aux mineurs, M. Dupont et C. Rey-Salmon, ed. Presses de l’EHESP.
Maltraitance chez l’enfant, C. Rey-Salmon et C. Adamsbaum, ed. Prat.
La bien-traitance envers l’enfant: des racines et des ailes, D. Rapoport, ed. Belin.
Traité de santé publique, F. Bourdillon et coll., ed. Flammarion.
Les droits de l’enfant, F. Dekeuwer-Defossez, éd. PUF, "Que sais-je?".
Quelle PMI demain?, sous la direction de P. Suesser, ed. Eres.
À l’écoute des bébés et de ceux qui les entourent, sous la direction de S. Giampino, ed. Eres.
Mères et bébés sans-papiers, sous la direction de C. Davoudian, ed. Eres.
Le guide du bébé, B. Topuz, ed. Librio.




Film Corps étranger, en présence de la réalisatrice Sophie BREDIER
Née en Corée du Sud puis adoptée à quatre ans et demi par une famille française, Sophie Bredier — personnage et auteure du film — s’interroge au moment de sa grossesse. Cet événement la bouleverse sur son identité intime et sociale. Comment transmettre des gênes, une histoire quand on ne connaît rien de ses origines et qu’on s’est construit avec un "corps étranger"? Mais l’essentiel n’est-il pas de trouver les mots pour les transmettre à son enfant?
Dans ce film, Sophie Bredier a tenté de décliner la notion de "corps étranger" en convoquant des situations qui l'abordent de manière concrète. Par la forme donnée à ce projet, elle a recherché une fluidité dans un parcours qui n'est ni chronologique ni linéaire, mais mental — un état de flottement intérieur auquel il fallait donner un visage et un sens pour s'en délivrer. Tout en arpentant un territoire très intime et en sondant la spécificité de son histoire, elle a cherché, non pas ce qui la différenciait ou la séparait des autres, mais les questions communes que l'on se pose au moment où l'on attend un enfant: la quête des origines, l'évocation de sa propre naissance mais aussi ses peurs. Elle s'est aussi mise à revivre les années passées en France à travers tous les éléments tangibles qui lui restent mais aussi les rares objets personnels ramenés de Corée du Sud et qui sont fondateurs de son histoire. À travers ces allers-retours entre le passé et le présent, elle a cherché à exprimer combien on est renvoyé à sa propre enfance au moment de devenir parent. Après Nos Traces silencieuses (1998) et Séparées (2001), co-réalisés avec Myriam Aziza, qui évoquaient les souffrances du passé, Corps étranger (2004) est le dernier volet d’une quête personnelle sur l’identité.

Filmographie (outre les films précédemment cités)
2014, ORPHELINS DE LA PATRIE, Documentaire de création 68’, Produit par Seconde vague - Paul Saadoun, Co-production France 3, Diffusion 10 octobre 2014.
2012, MON BEAU MIROIR, Documentaire de création 75’, Produit par AGAT FILMS - Muriel Meynard, En co-production France 2 (Case Infrarouge), Diffusion le 15 mai 2013.
2011, LA TETE DE MES PARENTS, Documentaire de création 66’, Produit par AGAT FILMS - Muriel Meynard, En co-production France 2 (Case Infrarouge), Diffusion le 4 septembre 2012.
2009, ELIE ET NOUS, Documentaire de création 69’, Produit par AGAT FILMS - Muriel Meynard, Obtention de l’avance CNC Court-métrage, En Compétition internationale au Cinéma du Réel 2010 - Paris, Comptoir du Doc, Rennes 2011, Sélection 2010 de CulturesFrance Cinéma, Rencontres de Melionnec, 2012.
2008, LA ROBE DU SOIR, Long métrage de fiction de Myriam Aziza, Co-écriture du scénario, Avance sur recettes avant réalisation CNC, Production: 1001 Production, Sortie nationale: 24 février 2010, Festivals de Namur, New directors new films à New York, BAFICI à Buenos Aires, Sanfic au Chili...
2007, FEMMES ASIATIQUES, FEMMES FANTASMES, Documentaire, couleurs, 80mn, Produit par EX NIHILO par Marie Balducchi et ARTE, Diffusion le 21 février 2008 sur ARTE dans "Documentaire culturel".


Avec le soutien de l'ARIP
(Association pour la Recherche et l'(In)formation en Périnatalité)