Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2014 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
LES CHEVAUX : DE L'IMAGINAIRE UNIVERSEL

AUX ENJEUX PROSPECTIFS POUR LES TERRITOIRES
Elan des jeux

DU SAMEDI 17 MAI (10 H) AU JEUDI 22 MAI (17 H) 2014

DIRECTION : Jean-Pierre AUBERT, Eric LEROY DU CARDONNOY, Céline VIAL

ARGUMENT :

Si l'hypothèse de la force de l’imaginaire du cheval à travers les âges et les civilisations (entre respect et passion, entre vénération et domination) est validée, alors les chevaux sont promis à un bel avenir.

L'imaginaire du cheval, dont témoignent les productions artistiques sous leurs formes les plus diverses (peinture, sculpture, littérature, cinéma), suscite auprès de publics variés (jeunes, femmes...) un engouement qui, loin de se démentir, se renouvelle dans la mesure où les valeurs que l’on peut associer aux chevaux (nature, vivant, sensualité, esthétique, émotion, jeu, partage, soin, ...) rencontrent certaines aspirations de la société contemporaine.

Si leurs fonctions traditionnelles (la guerre, la traction animale) se sont restreintes, leur devenir, dans une économie des loisirs, se construit autour d’une variété d’usages, allant des plus notoires (courses, sports, loisirs, spectacles...) aux plus nouveaux (cheval territorial, tourisme, équithérapie, insertion sociale...). Notre hypothèse est qu'ensemble ils peuvent contribuer à un développement plus durable des territoires.

Paradoxalement, le "monde des chevaux" ne paraît pas en mesure de faire face seul à ce nouveau contexte. En effet, structuré verticalement (sports et loisirs, courses et paris hippiques trot ou galop, traction animale, production de viande) selon des domaines qui communiquent peu entre eux, il se trouve confronté à diverses fragilités institutionnelles (moindre soutien de l’Etat, réglementations sur le bien-être animal et fiscalités européennes, concurrence internationale) et organisationnelles (petites entreprises, coût du travail, emplois précaires, métiers, formation...).

L’enjeu serait alors de relever les défis que pose une telle situation, dans une société menacée par la crise, en conciliant activité économique viable (notamment par un positionnement sur les marchés mondiaux des chevaux) et contribution sociétale dans le domaine de l’aménagement du territoire (beauté des paysages, préservation de l’environnement, activités rurales, péri-urbaines et urbaines), ainsi qu’en matière de lien social (dans le cadre de nouvelles relations homme-femme/cheval).

Admettant la permanence et l’universalité de l’imaginaire du cheval, ce colloque adoptera une approche prospective, systémique et horizontale, visant à mettre en mouvement l’ensemble des acteurs qui œuvrent et vivent autour des chevaux, avec le soutien des responsables politiques des collectivités territoriales, de l’Etat et de l’Europe, afin d’inventer de nouvelles formes de coopérations capables de donner un nouvel élan à la filière équine.

Il s’agira, à l’échelle d’une région (la Normandie par exemple), d’appréhender les enjeux (culturels, écologiques, économiques, sociaux, territoriaux) que représentent les chevaux, d’étudier comment mettre en synergie la variété des usages et des publics en faveur d’un développement durable des territoires français (activités, emplois, attractivité, maillage).

CALENDRIER DÉFINITIF :

Samedi 17 mai
JOURNÉE INTRODUCTIVE À LA MAIRIE DE TROUVILLE-SUR-MER
Matin:
Accueil par Olivier LINOT et Lydia MALLET
Présentation et démonstration de la Collecte Hippomobile à Trouville-sur-Mer

Déjeuner à Trouville à l'invitation de la ville


Après-midi:
Jean-Pierre AUBERT, Eric LEROY DU CARDONNOY & Céline VIAL: Objectifs et problématiques
Armand FRÉMONT: Le cheval en Normandie - Une esquisse territoriale
Jean-Louis GOURAUD: Le cheval dans les arts

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Dimanche 18 mai
L'imaginaire du cheval à travers les âges (animation: Eric LEROY DU CARDONNOY)
Matin:
Imaginaires d'hier
Hélène DUBOIS-AUBIN: Le cheval, compagnon ou avatar des dieux?
Marie-Louise von PLESSEN: L'histoire du carrousel, ballets et jeux équestres aux cours européennes du Baroque
Philiep BOSSIER: Le traité de Césare Fiaschi (XVIe siècle) et sa postérité en France (conférence en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de Caen)

Après-midi:
Imaginaires d'aujourd'hui
Gwenaëlle GREFE & Sylvine PICKEL CHEVALIER: Représentation et symbolisme du cheval: la révolution contemporaine interprétée à travers les arts
Eric BARATAY: Le vécu des chevaux dans la Grande Guerre
Christian Bank PEDERSEN: "Incurablement vivant", ou le cheval mort de l'histoire. Sur La chute du roi (1900-1901) de Johannes V. Jensen (1873-1950)

Soirée:
Récital "Chevauchées lyriques" en poésie et en musique, Jacques-François L'OISELEUR DES LONGCHAMPS (baryton) et Stéphanie HUMEAUX (piano)


Lundi 19 mai
La transition dans les usages des chevaux et les enjeux pour la filière équine (animation: Jean-Pierre AUBERT)
Matin:
Le renouveau des usages dans une économie des loisirs
Sylvie BRUNEL: Les nouveaux cavaliers de loisirs: tous des fils (et surtout des filles) de Crin Blanc?
Vérène CHEVALIER: La transition amateur-professionnel dans un monde du cheval soumis à l'économie des loisirs
Chloé ABELLAN: Emplois, métiers et formations dans la filière équine: état des lieux et perspectives d’avenir

Après-midi:
La transition et ses enjeux
Emmanuelle BOUR-POITRINAL: La transition du XXe siècle: 25 ans d'observation des acteurs. Des faits éclairés par des anecdotes
Romuald GLOWACKI: La santé équine (présentation de la Fondation Hippolia)
Jean-Pierre AUBERT: Les cycles de vie des chevaux au regard de l'éclatement des usages

Soirée:
Geneviève BIGOT: Parcours d'une cavalière et regards sur l'évolution de 50 ans de sports et loisirs équestres (texte lu)


Mardi 20 mai
La médiation équine dans une économie du lien (président: Boris ALBRECHT, Fondation A. et P. Sommer [http://www.fondation-apsommer.org/fr/])
Matin:
Claire NEVEUX: Approche éthologique des chevaux: relation homme-cheval (conférence en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de Caen)

La médiation équine dans une économie du lien, table ronde animée par Boris ALBRECHT (Présentation de la Fondation A. et P. Sommer), avec Claire-Marine CÁCERES (De l'équithérapie à l'équitation adaptée: pratiques et nouveaux publics) et Fanny DELAVAL (Sur les jeux paralympiques)

Après-midi:
À SAINT-LÔ, AU CENTRE DE PROMOTION DE L'ÉLEVAGE POUR LES SPORTS ÉQUESTRES ET LE DÉVELOPPEMENT DE L'ÉLEVAGE ÉQUIN NORMAND
Le pôle équin de Saint-Lô pour le développement économique de la région normande
(accueil: Yann ADAM (directeur du pôle hippique de Saint-Lô), animation: Céline VIAL)
Alain TALON (Dir. Patrimoine et Musées du CG50): L'histoire des Haras, la relation entre le(s) patrimoine(s) et l'économie du cheval de sport
Yann ADAM (CPE): Présentation du pôle hippique: objectifs stratégiques, gouvernance, financement
Olivier BROHIER (Ass. Cheval Normandie): Comment les éleveurs de chevaux de selle de la région participent au développement du site
Frédéric CHAUVEL (CG50)

Visite complète du site en attelage


Mercredi 21 mai
Matin:
Les enjeux prospectifs pour un développement durable des territoires (animation: Edith HEURGON)
Céline VIAL: Le développement des activités équestres dans les campagnes françaises: enjeux et conséquences liés à la présence de chevaux dans les territoires ruraux et périurbains
Gwenaëlle GREFE & Sylvine PICKEL CHEVALIER: Les nouvelles économies équines: adaptation et innovations du commerce et de services équins, entrés dans le marché des biens de consommation
Olivier LINOT: La commission des chevaux territoriaux en France: de l'innovation à la réalité

Après-midi:
Les enjeux prospectifs économiques et de gouvernance (animation: Céline VIAL)
Christine JEZ & Florence MÉA: Les résultats de la prospective sur la filière équine et des comparaisons entre territoires du point de vue des enjeux de gouvernance

La place des chevaux dans le projet territorial de la Normandie (animation: Céline VIAL)
François DUFOUR: Le cheval, un enjeu de développement territorial pour la Normandie
Luc AVRIL & Fabien CLIPET: Impact des JEM 2014 et du projet territorial associé pour la Basse-Normandie

Soirée:
Table ronde animée par Pascal BULÉON, avec Luc AVRIL (CR Basse-Normandie), Frédéric CHAUVEL (CG50), Jean-Jacques LEROSIER (Ouest-France), Olivier LINOT (DGS Trouville) et Jacques THOUVENOT (CG50)


Jeudi 22 mai
JOURNÉE CONCLUSIVE AUX HARAS DU PIN
Matin:
La recherche et la prospective: quelle est la place et l’avenir des chevaux dans la société de demain?
Table ronde recherche animée par Sophie DANVY, avec William MARTIN-ROSSET (Les enjeux de la recherche en sciences équines en France), Bernard HUBERT (Quelles recherches pour un monde aux attentes aussi diverses?) et Nicoletta MIRAGLIA (Enjeux liés à la recherche / filière équine en Europe)

Table ronde prospective animée par Edith HEURGON, avec les jeunes chercheurs (Sophie BRARD, Fabien CLIPET, Servane LE CLINCHE, Claire OLIVIER): Quelles réponses aux questions prospectives formulées au départ? quelles reformulations? quelles nouvelles questions?

Après-midi:
Visite des Haras du Pin

DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Chloé ABELLAN: Emplois, métiers et formations dans la filière équine: état des lieux et perspectives d’avenir
La filière "cheval" représente aujourd’hui environ 180 000 emplois. Au regard des 26 millions de personnes actives en France, il s’agit d’une niche dont l’importance numérique reste relative. Toutefois, ce marché du travail dispose d’atouts et de caractéristiques qui lui confèrent un intérêt particulier. Il est dynamique dans un contexte global particulièrement morose. Constitués de métiers très divers, il permet à des populations provenant d’horizons variés d’y trouver leur place. Le nombres importants de postes ouverts à des candidats très jeunes, disposant d’un faible niveau de formation en fait un instrument d’intégration particulièrement efficace. Son avenir est lié au développement des utilisations du cheval et à la place qui sera faite à cet animal en milieu agricole et dans les territoires.

Luc AVRIL:
Impact des JEM 2014 et du projet territorial associé pour la Basse-Normandie
Un grand événement n’est pas une fin en soi. Il doit être inscrit dans une stratégie. Il est à la fois le résultat d’une ambition partagée et d’une organisation de longue haleine, et le point de départ de nouveaux développements qu’il rend possibles. Le Comité d’organisation des Jeux et ses fondateurs publics ont conçu un projet territorial associé aux Jeux Equestres Mondiaux FEI Alltech 2014 en Normandie, dénommé l’Elan des Jeux, autour de trois objectifs: la promotion de l’excellence normande à l’international, l’appropriation des pratiques équestres et des Jeux par tous les publics, et l’organisation d’un événement éco-responsable et innovant. Ils ont constitué une équipe intercollectivités et organisé leur action autour des trois temporalités: 15 jours de compétition et de fête, 15 mois de mobilisation pour 15 ans d’héritage.

Luc Avril est Directeur Jeunesse et Sports, de la Région Basse-Normandie, coordonnateur du Projet territorial associé aux JEM FEI Alltech 2014 en Normandie.

Eric BARATAY: Le vécu des chevaux dans la Grande Guerre
C'est au moins dix millions de chevaux qui ont été enrôlés, dans tous les camps, pour servir durant la Grande Guerre. Plus la guerre dure et s'intensifie, plus elle mobilise ces bêtes pour répondre aux besoins dans la cavalerie, l'artillerie, le train, mais aussi l'infanterie. Ce n'est qu'en 1918 que le nombre de chevaux commence à diminuer sensiblement face à la montée de la motorisation. On peut se demander comment les chevaux ont vécu ce service militaire, de leur réquisition à leur réforme ou leur mort, en abordant les questions de leurs transports, apprentissages, émotions, fatigues, privations, stress, adaptations, coopérations ou résistances, maladies et blessures. Des aspects que l'on peut approcher grâce aux écrits des vétérinaires, aux témoignages des combattants et aux photographies.

Eric Baratay, professeur à l'Université Lyon 3, est spécialiste de l'histoire des animaux. À étudié des représentations (L'Eglise et l'animal, France, XVIIe-XXe siècle, 1996) et des pratiques humaines (La Corrida, 1995; Zoos, histoire des jardins zoologiques, 1998), puis la condition des animaux (Et l'homme créa l'animal, histoire d'une condition, 2003) et leur présence dans la société (Bêtes de somme, des animaux au service des hommes, 2011). Travaille maintenant sur leurs vécus pour bâtir une véritable histoire animale (Le point de vue animal, une autre version de l'histoire, Seuil, 2012; Bêtes des tranchées, des vécus oubliés, CNRS éditions, 2013).

Geneviève BIGOT: Parcours d'une cavalière et regards sur l'évolution de 50 ans de sports et loisirs équestres
Née à la fin des années 1950, dans un milieu où le cheval avait disparu de la vie quotidienne, l’auteur feuillette son album souvenirs sur sa pratique de l’équitation des années 1970 jusqu’à ce jour, pour apporter des éclairages sur l’évolution sociétale de ce sport et de son organisation. À travers ses souvenirs de cavalier amateur, propriétaire de chevaux, (éclairés par une expérience professionnelle dans la filière),  elle retrace certains points qui ont caractérisé les changements dans la pratique équestre sur la période: types de chevaux, conditions d’utilisation, encadrement (enseignements, structures) ou sa place dans les loisirs: (manifestations, média, etc.). Sans prétendre à l'exhaustivité, tous ces éléments ont contribué d’une manière ou d’une autre au développement de ce sport dans un contexte national changeant au niveau social et culturel.

Cavalière depuis 1971, puis propriétaire de chevaux jusqu’à maintenant, Geneviève Bigot a été juge de dressage pendant près de 20 ans. Ses clins d’œil sur l’évolution des conditions de sa pratique équestre s’appuient sur une connaissance professionnelle. Directeur-Adjoint dans les Haras Nationaux de Champagne Ardenne, puis du Limousin (1992-2000), elle a aussi conduite des recherches sur l’alimentation et l’élevage du cheval (1985-1992) ainsi que sur son impact dans le développement agricole (2009-2014).

Philiep BOSSIER: Le traité de Cesare Fiaschi (XVIe siècle) et sa postérité en France
Le Traité de bien embrider, manier et ferrer les chevaux du gentilhomme de Ferrare et célèbre écuyer de la première modernité en Europe connut plusieurs traductions françaises peu après la publication de l’édition originale italienne en 1556 à Bologne (Trattato dell’imbrigliare, atteggiare & ferrare cavalli). À première vue, il s’agit d’un succès éditorial évident pour celui qui fonda en 1534, à la prestigieuse cour de la famille d’Este de Ferrare, - par ailleurs premier berceau européen de la littérature chevaleresque avec l’Arioste et le Tasse -, une école d’équitation qui allait former à travers son élève napolitain Jean-Baptiste Pignatelli les fondateurs français de la discipline, à savoir Antoine de Pluvinel et Salomon de la Broue. Malgré ce succès historique, la renommée de Cesare Fiaschi (1523-1558) a aujourd’hui quasiment disparu, si ce n’est pour les quelques rares spécialistes des premières théories de l’art du cheval au XVIe et XVIIe siècles. Par ailleurs, le nombre très limité d’études approfondies concernant ce maître de l’équitation démontre le même contraste entre une évidence historique et un quasi-oubli aujourd’hui. D’où vient cet oubli et comment expliquer ce paradoxe?
Un premier élément de réponse nous est fourni justement par le questionnaire central autour duquel s’organise ce colloque: qu’en est-il de l’imaginaire du cheval et quelle est sa prétendue portée universelle? Force est de constater que "l’universalité de l’imaginaire du cheval" constitue la base même des premiers traités italiens (chez Cesare Fiaschi mais aussi chez son contemporain Federico Grisone, auteur du traité Gli ordini del cavalcare, Naples, 1550), alors que ses homologues français quittent assez vite ce principe humaniste de l’universalité pour inscrire l’exercice de la cavalerie dans un contexte de concrétisations et d’actualisations des valeurs éternelles défendues par la renaissance italienne. Autrement dit, ce qui relève encore en Italie du domaine de l’éthique, voire de la métaphysique (exploitant aussi bien Platon qu’Aristote), se traduira à peine quelques décennies plus tard en France en termes de privilèges de la royauté et de la noblesse, de son pouvoir (la guerre et la paix) et de sa géopolitique militant pour une domination française en Europe. À ce sujet, il est intéressant de comparer Fiaschi et Grisone à La Broue (Le cavalerice francois, Paris, 1602) et à Pluvinel (Maneige royal, Paris, 1623). Un autre élément de réponse concerne l’existence même d’une discipline autonome et indépendante de l’équitation et du "monde des chevaux", chose évidente au XXIe siècle. Or, au moment de la naissance de cet universalisme, la discipline n’existe pas encore en tant que telle et reste donc indissociable d’autres domaines du savoir et de la pratique quotidienne où l’homme cultivé s’exerce avec son corps au contact de la nature et de l’univers tout entier: la danse, la promenade dans le jardin, la conversation entre pairs, la contemplation des étoiles et le mouvement en ville. D’où la fréquence déterminante des concepts tels la vertu (et son dérivé immédiat, la virtuosité), la divine harmonie, l’ordre et la régularité, le rythme du cosmos, la mesure et la juste proportion: il n’est donc pas surprenant de constater qu’il s’agit bien là des mêmes fondamentaux qui régissent l’histoire de l’art au moins jusqu’à l’art baroque, à laquelle justement les premiers traités de l’art du cheval nous donnent un apport intéressant qui mérite d’être remis en valeur.

Philiep Bossier dirige la Chaire des Littératures Romanes de la Première Modernité à l'Université de Groningue (Pays-Bas). Ses recherches portent essentiellement sur la dynamique des genres littéraires de la Renaissance et du Baroque. Il est l'auteur de plusieurs articles concernant l'histoire du théâtre, la littérature comparée, la traduction et la littérature italienne en Europe. Il a présenté une communication à Cerisy en 2012, sur "Les jardins de la Renaissance: espace utopique de conversation, d'enseignement et de poésie", dans le colloque Renouveau des Jardins: clés pour un monde durable? (Editions Hermann, avril 2014).

Emmanuelle BOUR-POITRINAL: La transition du XXe siècle: 25 ans d'observation des acteurs. Des faits éclairés par des anecdotes

Acteurs institutionnels, professionnels, bénévoles, amateurs s’observent, se défient, s’associent dans ce monde du cheval où l’on sait que la dimension affective est très présente. Les institutions elles-mêmes n’échappent pas à l’influence de l’imaginaire du cheval qu’elles nourrissent alors qu'elles tentent de le dompter dans la poursuite d’un intérêt général plus objectif.
Cinq siècles de pouvoir régalien sur la filière, prolongés par un accord gagnant-gagnant avec les courses, ou plus précisément avec le jeu, ont donné au paysage institutionnel une stabilité frappante jusqu’à la fin du XXe siècle. En marge des courses dont il n’assurait plus que la tutelle mais distribuait les revenus du jeu à l’ensemble de la filière, le Service des haras, des courses et de l’équitation a exercé dans la seconde moitié du siècle, un pouvoir règlementaire et économique, assez paternaliste, éclairé par le progrès technique, encouragé par les bons résultats obtenus dans le développement des activités hippiques.
Face à l’Etat, où, à l’époque, l’Agriculture avait le dernier mot sur le Budget et une expérience écrasante sur la Jeunesse et les Sports, la société civile était essentiellement associative, agréée, subventionnée et "reçue" dans les Haras nationaux. Le lien social était fort et bien réparti dans les territoires très attachés à "leur Haras". À partir des années 80, avec les fruits du développement des marchés de l’équitation et de l’innovation technique comme l’insémination artificielle, commence à souffler un vent de liberté entrepreneuriale. Les associations, souvent à la demande des Haras Nationaux, réagissent en créant des collèges professionnels en leur sein et conservent ainsi leur légitimité pour représenter le secteur. Mais le monde évolue aussi en cette fin du XXe siècle sous l’influence du marché commun, de la fin des monopoles, d’une vigilance accrue des comptes publics. Le modèle "historique" attaqué de l’intérieur et de l’extérieur est contraint de trouver des voies d’évolution: création de l’Etablissement public des Haras nationaux ouvert aux professionnels, partenariats avec les collectivités territoriales, avec les associations, engagements devant le conseil de la concurrence... Un mouvement qui fait hésiter le "partenaire" associatif: n’est-ce pas l’occasion de devenir "majeur"? À chacun, sa vision de l’avenir, probablement celle où il dominerait l’autre. En pleine crise économique, ces tentatives n’ont pas convaincu l’Etat qui, en 2010, décide de se retirer de l’étalonnage, transférer son patrimoine aux collectivités, fusionner et recentrer ses deux établissements publics sur des missions administratives et de formation. Le modèle "historique" a vécu. Les courses restent le dernier bastion d’une tutelle très budgétaire de l’Etat; la puissante Fédération française d’équitation veille sur les activités équestres alors que l’élevage cherche à se restructurer; les chevaux de trait se tournent vers les dynamiques territoriales, et de nombreuses nouvelles activités échappent au contexte institutionnel. Les uns se sentent orphelins privés d’une puissance protectrice, les autres libérés. Les usages connaissent finalement une évolution, progressive, répondant à une demande toujours présente de nos concitoyens, alors que, sur le plan des institutions, c’est un scénario de rupture qui se joue actuellement.

Emmanuelle Bour-Poitrinal: 25 ans dans les Haras Nationaux, sur le terrain (sous directrice à Saint-Lô, directrice aux  Bréviaires et à Compiègne) et en service central, puis directrice générale de l’Etablissement Public de 2002 à 2007 et directrice générale  de France Galop. Ingénieur général du Génie Rural, des Eaux et des Forêts, actuellement  déléguée générale de la Fédération des industries du bois, en charge du Comité stratégique de la filière Bois au Conseil national de l’industrie. Membre du collège de l’Autorité de régulation des jeux en lignes (ARJEL).

Sylvie BRUNEL: Les nouveaux cavaliers de loisirs: tous des fils (et surtout des filles) de Crin Blanc?
Cette communication s’attache à comprendre dans quel contexte l’équitation de loisir a pu se développer en France, au point de devenir le premier sport féminin et le troisième sport national, le cheval devenant le troisième animal préféré des Français avec près de trois millions de cavaliers réguliers ou occasionnels. Deux éléments structurants expliquent cette évolution: l’abandon des chevaux outils dans les transports et la guerre d’abord, mais surtout dans les campagnes, au tournant des années soixante. C’est en 1953 que le film Crin Blanc obtient le prix Jean Vigo et diffuse dans l’imaginaire français l’image du cheval ami, celui avec lequel se noue une relation exclusive et passionnée. Imaginé par Denys Colomb de Daunant, qui fut le premier à offrir, dans ce territoire emblématique qu’est la Camargue, l’accès à une équitation de loisir qui ne présupposait pas que l’on fut cavalier, Crin Blanc a durablement influencé la relation que les nouveaux cavaliers "sentimentaux" entretiennent avec leurs chevaux. Mais cette nouvelle orientation de la filière équestre soulève un certain nombre de questions: perte de savoir équin, problèmes posés par le vieillissement des chevaux, difficulté pour la filière équestre à appréhender les implications de cet engouement et de ses conséquences pour l’usage des territoires.

Sylvie Brunel est professeur des Universités à Paris-Sorbonne, où elle dirige le master pro Mondialisation, pays du Sud et développement durable. Géographe, écrivain... et cavalière, elle est membre du conseil scientifique de l’IFCE (Institut Français du cheval et de l’Equitation). Elle a notamment obtenu, en 2009, le Prix Pégase, décerné par l’Ecole Nationale d’Equitation (Cadre noir de Saumur), pour son roman Cavalcades et dérobades (éditions Jean-Claude Lattès).

Claire-Marine CÁCERES: De l'équithérapie à l'équitation adaptée: pratiques et nouveaux publics
L’utilisation du cheval auprès de personnes handicapées se démocratise de plus en plus. Une de ces pratiques a des objectifs thérapeutiques, l’apprentissage de la technique équestre venant alors au second plan. Le cheval devient alors un médiateur pour le thérapeute. Animal noble, puissant, mythique, légendaire, il est aussi doux, chaud, vivant; et c’est en apprenant chaque jour un peu plus à le connaitre qu’il devient un élément fondamental dans les prises en charge en équithérapie auprès d’enfants, d’adolescents ou d’adultes atteints de handicaps variés. Les bienfaits de cette pratique sont nombreux au niveau mental, moteur et psychique. Il est fondamental de connaître le handicap bien-sûr, mais le cheval également pour pouvoir apporter un mieux-être aux personnes en souffrance. Une triade s’installe dans les séances et la relation du thérapeute avec le cheval est primordiale pour assurer un bon déroulement de la séance en toute sécurité.

Fanny DELAVAL: Sur les jeux paralympiques
La discipline du Para Dressage de haut niveau peut, de prime abord, paraître similaire à celle du dressage pour valides. Et pourtant, si les chevaux partenaires des "cavaliers handi sportifs" doivent avoir d’indéniables qualités sportives, ils n’en sont pas moins également  les réels complices, d’une valorisation sociale indéniable. Mais en réalité, les chevaux ayant en théorie le potentiel athlétique ne vont pas tous "accepter" de se prêter au jeu de la compétition de Para Dressage. Il est actuellement difficile de  trouver ce type d’équidés entre autres sur notre territoire français, car le cahier de charges est novateur. La question que nous pourrons nous poser dans cette table ronde sur "la médiation équine dans une économie du lien" est bien celle de commen la filière équine serait-elle en mesure de répondre à cette attente d’un tout nouveau type...

Fanny Delaval, cadre de l’état du Ministère des Sports, placée auprès du Comité Régional d’Equitation de Normandie, est chargée d’une mission nationale sur le Para équestre. À ce titre, elle a dirigé les équipes de France de Para Dressage lors des Jeux Paralympiques d’Athènes, Pékin et Londres ainsi que pour les jeux équestres Mondiaux de Lexington. Dans le cadre de l’organisation des prochains jeux équestres Mondiaux qui se dérouleront prochainement à Caen, elle a pour mission pour le comité d’organisation, d’organiser la compétition pour le Para Dressage.

Hélène DUBOIS-AUBIN: Le cheval, compagnon ou avatar des dieux?
Lorsque l’homme rencontre l’espèce équine il y a quelques millénaires, cette dernière est déjà marquée par une nette spécialisation de ses activités locomotrices et possède une stratégie efficace de survie en milieu ouvert et sauvage. De ce fait le cheval est dès les premiers contacts fortement remarqué pour ses capacités extraordinaires à déceler et à éviter les dangers. Classé parmi les êtres d’exception, il est rapidement  associé aux premiers rituels sacrés, puis placé aux côtés des divinités qui peuplent les divers panthéons. S’il n’existe pas de témoignages clairs d’une croyance primitive en un cheval divin, l’animal peut cependant être envisagé comme un prolongement, voire un avatar, des puissances supérieures auxquelles il est lié. Bâto Kannon, Sleipnir, Al Buraq, sont autant d’exemples représentatifs de ces figures mythiques qui pourront être évoquées lors de cette présentation.

Bibliographie
Hélène Dubois Aubin, Légendaire cheval, Mens sana, 2011.
Marc-André Wagner, Le cheval dans les croyances germaniques, Honoré Champion, Paris, 2005.
D. J. Conway, Magickal, Mystical Creatures, Llewellyn Worldwide, 2001.
Salomon Reinach, Cultes, Mythes et Religions, Robert Laffont, 1996.
Michel Praneuf, Bestiaire ethno-linguistique des peuples d’Europe, L’Harmattan, 2001.
Christophe Degueurce, Le cheval, un animal contraint, Le cheval et ses patrimoines, 2012.


Armand FRÉMONT: Le cheval en Normandie - Une esquisse territoriale
Il s'agit d'introduire un débat évolutif sur des faits entre histoire et territoire par deux esquisses: un bref rappel sur les grands traits de l'élevage du cheval en Normandie, première région d'élevage en France; une réflexion dans un cadre local et familial: le pays d'Ouche, l'évolution au cours des cinquante dernières années sur trois générations d'une famille d'éleveurs; l'évolution d'une petite course locale; le petit monde du cheval; une invitation à la prospective...

Professeur à l'Université de Caen Basse-Normandie de 1960 à 1984, Armand Frémont a exercé ensuite diverses fonctions de direction ou de conseil au CNRS et à la DATAR, ainsi que celle de recteur dans les académies de Grenoble et de Versailles avant sa retraite en 2002. Il est l'auteur de plusieurs livres sur l'agriculture et l'élevage en Normandie comprenant l'élevage du cheval.
Publications
L'élevage en Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1968.
Paysans de Normandie, Flammarion, 2007.

Normandie sensible, Editions du Cercle d'Art, 2009.
(Ouvrages collectifs)
L'aménagement du territoire; changement de temps, changement d'espace, Colloque de Cerisy, Presses Universitaires de Caen, 2008.

Normandie sensible: regards croisés de géographes et de plasticiens, Colloque de Cerisy, Presses Univesitaires de Caen, 2012.

Jean-Louis GOURAUD: Le cheval dans les arts
Comment expliquer cette étrange fascination que le cheval exerce sur l’homme, depuis toujours? Depuis les temps les plus anciens, en effet, puisque le cheval occupe une place centrale dans l’art (?) préhistorique (grotte Chauvet: moins 35 000 ans !). Peinture, sculpture, littérature - et même musique: tous les moyens d’expression ont été bons à l’homme pour tenter de dire son admiration pour cet animal en effet plus grand que lui, plus rapide (et peut-être même plus beau !). Le phénomène ne s’est pas atténué avec le temps. De nos jours encore, et alors que le cheval n’a plus d’"utilité", il continue à inspirer poètes, photographes et chorégraphes.

Jean-Louis Gouraud a réalisé un voyage à cheval de Paris à Moscou (3333 km) en 75 jours. L’édition d’une centaine d’ouvrages consacrés au cheval. Une bibliographie personnelle abondante (dernier opus: Le Pérégrin émerveillé, qui a obtenu le Prix Renaudot 2013 du Livre de Poche). Il a fait plusieurs fois le tour du monde à la rencontre des chevaux, d’où le titre d’un de ses livres: La Terre vue de ma selle.

Gwenaëlle GREFE & Sylvine PICKEL CHEVALIER: Représentation et symbolisme du cheval: la révolution contemporaine interprétée à travers les arts
Le cheval marque l’histoire occidentale depuis l’Antiquité jusqu’à l’aube de l’époque contemporaine (Digard, 2009) au travers d’une symbolique élitiste: il est le compagnon des classes dominantes, prolongation du corps élégant et armé de la noblesse. Néanmoins, la Révolution sociale qui embrase la France et l’Europe au soir du XVIIIe siècle, renforcée par la Révolution industrielle du XIXe, va profondément bouleverser cette mythologie ancestrale. Alors que les prouesses technologiques rendent progressivement obsolètes les forces motrices équines (Roche, 2008), la civilisation des loisirs émergente dans un monde devenant urbain, réinvente ses schèmes, dans le prisme des arts. Deux siècles suffiront à remettre en question deux millénaires de représentations, depuis le symbole de la force aristocratique et virile, vers une recodification affective dominée par les femmes et les enfants... Quels furent les processus d’une telle évolution, dans la conscience collective métamorphosant ce qui fut une allégorie de la noblesse guerrière, pendant plus de 2000 ans, pour devenir un symbole quasi-féminin à l’aube du XXIe siècle? Peut-on parler d’une révolution silencieuse et quels en furent les agents? L’évolution de la relation au cheval est-elle le reflet d’une société de loisirs, réinventant son rapport global à la nature, entre sublimation, hédonisme et anthropomorphisme? Est-elle enfin le support pour une reconsidération des places du féminin et du masculin, de l’enfant et de l’adulte, au sein d’une société plus diversifiée, où des luttes de reconnaissance (Honneth, 2000) ont fini par déboucher sur une redéfinition des figures des dominants/dominés?

Gwenaëlle GREFE & Sylvine PICKEL CHEVALIER: Les nouvelles économies équines: adaptation et innovations du commerce et de services équins, entrés dans le marché des biens de consommation
Le cheval et l’équitation intègrent, à partir des années 1960 et 1970, la société de consommation, en devenant un produit marchand. Aux logiques d’apprentissage, presque d’initiation d’un art parachevant la culture des élites, succèdent celles de bien de consommation, contribuant à l’épanouissement des classes plus populaires par l’accès aux loisirs et au tourisme. Cette évolution est orchestrée en France par la fédération française d’équitation, favorisant l’essor des poneys clubs, quittant le statut associatif non lucratif pour acquérir celui d’entreprises privées, en quête de rentabilité (Tourre-Malen, 2009). Cette mutation de l’équitation engendre une transformation du commerce et des services équins, répondant à des exigences de confort, de sécurité, de plaisir, d’esthétisme et même de mode, auprès d’un public diversifié, depuis les professionnels en quête de technicité, jusqu’aux enfants en recherche d’amusement. Une variété amplifiée par la floraison des pratiques - obstacles, dressage, cross, mais aussi voltige, tourisme équestre, Trec, polygames, western, horseball -, mais aussi les critères déterminants dans la filière du jeunisme et de la féminisation. Loin de déstructurer le marché, cette acquiescence de la demande éperonne l’offre qui entre dans des logiques de maturation et de professionnalisation passant par la formation et l’innovation, encore peu connues en dépit de leur ampleur - aujourd’hui 45% des emplois dans la filière équine en France (soit 32800 sur 71700 emplois équivalents temps plein) sont non agricoles dans les services, les institutions et le commerce–IFCE, Panorama économique de la filière équine, 2011).

Gwenaëlle Grefe est maître de Conférences en Gestion, chercheur au Granem, laboratoire d'économie-gestion de l'Université d'Angers où elle enseigne depuis 2010. D'une part, ses recherches portent sur la révolution du secteur équestre: l'étude des nouvelles organisations équestres, l'impact sur le développement local à travers les phénomènes de clusterisation ou d'expansion d'attractivité touristique, la représentation des pratiques en lien avec la féminisation et le rajeunissement des cavaliers. D'autre part, elle explore la thématique du développement et de la préservation du capital immatériel à travers deux axes de réflexion : celui des compétences des salariés et de leurs capacités à intégrer le travail émotionnel; celui du développement et de la création de connaissances au sein des communautés. Le dernier point est conduit en association avec la Chaire Européenne du Management de l'Immatériel (Paris-Sud 11).

Sylvine Pickel Chevalier est docteur en géographie, spécialisée dans les enjeux du tourisme en tant que vecteur de développement durable. Maître de Conférence à l'Université d'Angers, elle étudie l'évolution des relations entre tourisme, nature et sociétés, depuis le XVIIIe siècle en France et le XIXe en Indonésie. Analysant le développement touristique durable, elle s'intéresse aussi aux sports de pleine nature et à l'équitation, important phénomène de société. Dans ce cadre, elle étudie: l'évolution des représentations et de l'imaginaire du cheval dans la civilisation occidentale; la capacité de l'équitation et du cheval à générer du développement touristique durable, plus particulière dans les espaces ruraux fragilisés en France et dans le monde; les nouvelles économies équines, éperonnées par l'essor de l'équitation et la diversification de ses pratiques et pratiquants. Elle a organisé en partenariat avec l'IFCE en 2012 le premier colloque international "Cheval, tourisme et mondialisation" dont les actes paraîtront en 2014. Elle dirige aussi une équipe de recherche européenne sur la thématique: "Horse, agent of transmission of European natural and cultural heritage".

Christine JEZ & Florence MÉA: Les résultats de la prospective sur la filière équine et des comparaisons entre territoires du point de vue des enjeux de gouvernance
L’exploration des différents futurs possibles de la filière équine française à travers des scénarios contrastés à l’horizon 2030 apporte un regard nouveau et original dans un contexte où s’opposent, d'une part, une dynamique de développement liée à l’engouement des français pour les activités équestres et hippiques et, d'autre part, une forme de fragilité des entreprises équestres et de l’élevage. L’analyse des scénarios met en évidence des questions de prospective transversales qui s’expriment différemment dans les territoires selon les dynamiques du marché des services équestres, le patrimoine que représente le cheval dans la culture, les enjeux fonciers ou encore l’environnement touristique. Cette lecture, au croisement entre scénarios, enseignements transversaux et approches locales, illustre la nécessité d’une adaptation des politiques publiques et des orientations stratégiques de la filière aux spécificités des territoires. Il en découle des enjeux en matière de gouvernance, de professionnalisation et de formation, déterminants pour une rencontre entre projet territorial et développement des activités équestres et hippiques.

Ingénieur agronome, Christine Jez a coordonné des prospectives au sein de la Délégation à l’expertise collective, à la prospective et aux études de l’Inra, dans le cadre de démarches participatives associant chercheurs, acteurs économiques, politiques et socio-professionnels. Depuis 2006, elle y a conduit successivement les prospectives "Agriculture 2013" et "Filière avicole à l’horizon 2025", puis celle relative à l'avenir de la "Filière équine française à l’horizon 2030". Depuis 2014, elle est responsable du service communication du centre de recherche de l’Inra de Jouy-en-Josas.

Florence Méa dirige à l'IFCE l'appui à la filière et à l'animation territoriale.

Olivier LINOT: La commission des chevaux territoriaux en France: de l'innovation à la réalité
Depuis maintenant 15 ans, et après des débuts erratiques et anecdotiques, le cheval territorial s’impose en France. En effet, des décideurs territoriaux ont compris que de très nombreuses missions de nettoiement et de fleurissement de nos communes passaient par une action de cabotage (petits déplacements de mobilier urbain à mobilier urbain) ou de récupération des ordures ménagères au regard du développement du tri sélectif. La première intention du développement durable étant d’utiliser le moyen de transport le plus efficient pour effectuer ces missions, il a semblé utile de calibrer le moteur et d’étudier l’énergie cheval. Plusieurs études ont démontré et démontrent au quotidien que le cheval territorial propose un impact économique (tant en investissement qu’en fonctionnement), écologique, social (valorisation des agents territoriaux et mobilisation de la population) et dans la communication (promotion de la commune). L’exposé tentera donc de retracer 15 années d’actions au service du développement du cheval territorial en rappelant les différents impacts, les textes et procédures nécessaires à sa mise en œuvre, les limites et les freins au développement, et les différents parcours tant des hommes que des chevaux pour obtenir une action efficiente. On démontrera ainsi combien le cheval territorial participe à la pacification urbaine visant à maîtriser les rythmes de travail et de vie de façon écologique dans nos communes.

Olivier Linot est directeur général des services de Trouville-sur-Mer et président de la Commission Nationale des Chevaux Territoriaux.
Publication
Le cheval au service de la ville (avec Daniel Simon), Rue de l'Echiquier, 2014.


William MARTIN-ROSSET: Les enjeux de la recherche en sciences équines en France (communication préparée avec Jean-Luc CADORÉ)
La filière équine est en développement continu en France depuis les années 1970. L’Etat a décidé de soutenir, comme chez les autres espèces de rente, cette évolution socio-économique en décidant un programme stratégique de recherche et de développement à long terme. Ce programme a été élaboré et  mis en place par IFCE et INRA avec le concours des Etablissements d’Enseignement supérieur rejoints progressivement par d’autres organismes de recherche ou de développement tels que CNRS - IRTSEA et IDELE. et, ces dernières années; avec l’appui du Pôle Equin de compétitivité. Des priorités de recherche sont discutées et arrêtées par rapport aux demandes de la filière dans le cadre de deux instances coordonnées entre elles par des participations croisées: d’une part, le conseil d’orientation de l’IFCE qui implique fortement les acteurs professionnels; d’autre part, la commission équine de l‘INRA qui mobilise essentiellement les chercheurs et cadres du développement. Les programmes de recherche ont pour objectifs d’apporter des réponses scientifiques, techniques et technologiques aux grands défis de la filière: produire et utiliser des chevaux de compétition performants et sains; produire des chevaux de loisirs adaptés aux utilisations diverses et à coût limité, dans le respect du bien être et de la diversité animale comme  de l’environnement, sans négliger certaines productions annexes. La recherche a produit de nombreux objets applicables par les utilisateurs mais qui ne sont pas toujours appliqués en raison d’un transfert insuffisant et/ou inadapté. Ce volet essentiel du processus de R&D&T devrait être reconsidéré.

William Martin-Rosset est le chercheur historique responsable de la Nutrition équine à l’INRA. Il a conduit à la tête de son équipe de 1972 à 2010 les recherches pour concevoir les premiers systèmes nutritionnels spécifiques aux équins en Europe depuis le début du 20ème  siècle. Ces systèmes ont permis d’établir les apports alimentaires recommandés pour les différents types d’équins publiés successivement dans différents ouvrages INRA de référence. Très impliqué dans le transfert de connaissances auprès des acteurs de la filière équine en matière de Nutrition et Elevage des chevaux, il a été président de la Commission spécialisée équine de l’INRA (2002-2009), membre du conseil scientifique de l’Institut Français du Cheval et de l’Equitation (IFCE), expert auprès du Ministère de l’agriculture à maintes reprises. Au niveau européen, il a présidé la Commission spécialisée équine (2002-2009) de la Fédération Européenne de Sciences Animales  (FESA).
Publications
Nutrition et alimentation des chevaux: nouvelles recommandations alimentaires, INRA, 2012, Ed. QUAE, Editions Versailles-France (www.quae.com).
Alimentation des chevaux: tables des apports alimentaires, INRA, 2012, Ed. QUAE, Editions Versailles-France (www.quae.com).


Nicoletta MIRAGLIA: Enjeux liés à la recherche / filière équine en Europe
L’élevage du cheval représente aujourd’hui une activité très importante qui est reconnue pour contribuer à la conservation de l’environnement comme à la préservation et à l’entretien du paysage. Les équidés sont des animaux d'élevage qui contribuent à la production animale comme les autres animaux de ferme et, en même temps, ils sont de bons contributeurs aux activités récréatives. Ces deux aspects constituent un avantage original et important dans le cadre du nouveau défi pour la gestion des territoires. Dans un contexte général, historique et contextuel, les activités de la Commission équine de la FEZ ont pour objectifs de dynamiser la recherche européenne en sciences équines en faisant un point annuel des avancées scientifiques en élevage, sélection, somportement, sutrition du cheval et plus récemment la reproduction, l’éducation et la socio-économie. Cette démarche a permis, d'une part de faire émerger des nouveaux concepts scientifiques, tels que les index de sélection, les systèmes nutritionnels portés par des équipes de recherche de différents pays, d'autre part de donner de la lisibilité aux recherches en sciences équines européennes avec des perspectives d’applications et de transfert, enfin d’induire une animation de ces recherches au niveau européen, ce qui a permis progressivement, grâce à la participation des scientifiques des différentes disciplines, de développer une culture zootechnique commune déterminant ainsi  une approche intégrée et finalisée de l’élevage équin. Ce mode de fonctionnement de la Commission permet maintenant d’attirer à la fois des scientifiques de haut niveau et des représentants de la filière équine comme de l’industrie, motivés par les nouvelles connaissances et technologies.

Nicoletta Miraglia est présidente de la Commission Chevaline de la Fédération Européenne de Zootechnie (FEZ-EAAP), Département d’Agriculture, Environnement, Aliments - Université du Molise, Via De Sanctis, 86100 Campobasso, Italie.
Publications
Miraglia N., 2014, Equids contribution to sustainable development in Europe: modern aspects and transfer of knowledge, Equine Symposium ASAS-EAAP. JOINT ANNUAL MEETING ADSA®-ASAS-CSAS, Kansas City, Missouri, July 24th.
Miraglia N., 2014, The horse as key player of rural development in Europe, EAAP Annual Meeting 2014, Copenhagen, Denmark, August 25th -29th.
Miraglia N., Martin-Rosset W., 2013, Utilisation du territoire par le cheval au niveau européen: acquis et perspectives dans le cadre des activités de la Commission Equine de la Fédération Européenne de Zootechnie, 39ème Journée de la Recherche Equine (JRE), Paris, 28 Février.
Miraglia, N., 2012, "Equids contribution to sustainable development in rural areas: a new challenge for the third millennium", in Forages and grazing in horse nutrition, Editors: Saastamoinen, M., Fradinho, M.J., Santos, A.S., Miraglia, N., EAAP Scientific Series, 132, 439-452, Wageningen: Wageningen Academic publishers.
Miraglia, N., Saastamoinen, M., Martin-Rosset, W., 2010, "The role and potential of equines in a sustainable rural development in Europe - Social Aspects", in Role of Equids in socio economy and on human wellbeing, EAAP Conference, Heraklion (Crete), August 23-27, 339.
Miraglia, N., Constantini, M., Polidori, M., Meirneri, G., Peiretti, G., 2008, "Exploitation of a natural pasture by wild horses: comparison between nutritive characteristics of the land and the nutrient requirements of the herds over 2-year period", Animal. 2, 410-418.
Miraglia, N., Burger, D., Kapron, M., Flanagan, J., Langlois, B., Martin-Rosset, W., 2006, "Local animal resources and products in sustainable development: role and potential of equids", in Product quality based on local resources leading to improve sustainability, Editors: Rubino, R., Sepe, L., Dimitriadou, A., Gibon, A., EAAP Scientific Series 118, 217-233, Wageningen: Wageningen academic publishers.
Miraglia, N., Saastamoinen, M., Martin-Rosset, W., 2006, "Role of pastures in mares and foals management in Europe", in Nutrition and Feeding of the broodmare, Editors: Miraglia N., Martin-Rosset, W., EAAP Scientific Series, 120, 279-297, Wageningen: Wageningen academic publishers.


Claire NEVEUX: Approche éthologique des chevaux: relation homme-cheval
L’éthologie est la science qui étudie le comportement animal. Elle s'intéresse non seulement au fonctionnement du comportement propre à l'individu, mais aussi à ses relations avec ses congénères et son environnement. Au cours de leur vie, les chevaux domestiques sont soumis à de nombreuses périodes de stress: la naissance, le sevrage, les changements d’écurie, les transports, les compétitions, les périodes de confinement... Or, ces périodes stressantes peuvent engendrer l’apparition de comportements non désirés comme des stéréotypies (ou vices d’écurie), des comportements de défense (comme ruer ou se cabrer), des comportements agressifs (comme des morsures entre congénères ou envers l’homme). Etudier et mieux comprendre le comportement du cheval domestique et son lien avec l’homme permet d’améliorer ses conditions de vie (modes d’hébergement, changements d’écurie) et les pratiques d’élevage ou de compétition (modes de sevrage, conditions de transport...), et par là-même son bien-être.

Après avoir travaillé plusieurs années dans l’élevage du cheval en France et à l’étranger, Claire Neveux s’est dirigée vers l’étude du comportement. Diplômée d’un Master d’Ethologie Appliquée au cours duquel elle a collaboré avec l’IFCE (Haras Nationaux) et l’INRA, elle a créé en 2011 un cabinet de conseil en comportement équin, Ethonova (www.ethonova.fr), qui fait le lien entre les équipes de recherche en éthologie et les acteurs de la filière équine.
Publication
2013, Cheval: connaître le cheval, aimer l’équitation, Editions Ouest France.


Christian Bank PEDERSEN: "Incurablement vivant", ou le cheval mort de l'histoire. Sur La chute du roi (1900-1901) de Johannes V. Jensen (1873-1950)
Kongens Fald (1900-1901), La Chute du roi, de l’auteur danois Johannes V. Jensen (1873-1950) compte parmi les romans historiques les plus importants de la littérature scandinave, traitant d’une époque charnière dans l’histoire du monde nordique, le règne du roi danois Christian II (1513-1523), responsable, en novembre 1520, du "Bain de sang de Stockholm" qui entraîna la dissolution de l’Union de Kalmar, en 1523. Aspect important de sa vision romanesque de la fin de la "grandeur historique danoise", Jensen fait du cheval, et de sa "dissection" anatomique symbolique, une figure de l’interprétation même de l’histoire, interprétation qui dévoile, dans cette œuvre, l’incapacité de "l’être danois" à agir sur le monde, et à se frayer un chemin dans celui-ci. En analysant cette figure, nous étudierons la réflexion sur la "fin de l’histoire" que propose La Chute du roi.

Christian Bank Pedersen, né en 1969, est docteur en littérature de l’Université d’Aarhus et maître de conférences au Département d’études nordiques de l’Université de Caen Basse-Normandie (EA 4254 ERLIS, F-14032, Caen, France). Ses travaux portent principalement sur la littérature de langue allemande de la première moitié du XXe siècle et sur la littérature danoise, de 1800 à nos jours. Il a publié des articles sur, entre autres, Denis Diderot, St. St. Blicher, Herman Bang, Jens Christian Grøndahl et Georg Brandes.
Publications
Formens erindringer. Om Thomas Manns Der Tod in Venedig, Aarhus, 2001.
Le suicide de Don Quichotte. Récits de Franz Kafka, Berne, 2009.

Il est coéditeur, avec H. A. Bakke, du volume La Norvège et l’or de la mer, Presses universitaires de Caen, 2013.

Marie-Louise von PLESSEN: L'histoire du carrousel, ballets et jeux équestres aux cours européennes du Baroque
Des tournois à thèmes aux jeux et ballets équestres du XVIIe au XIXe siècles: à Florence en 1616 et 1637, à Modena en 1650, à Copenhague 1634, Paris 1662, Vienne 1667, Dresde 1709 et Stockholm 1650 à 1785/à Berlin 1750 et, finalement, à Saint Petersbourg 1766 et 1842.
La survie du Carrousel à la cour, épopée de l’ère baroque, se trouve garantie par sa transition avec les foires foraines du présent. C’est sous la forme de carrousels de foires que, suite au déclin de la tradition chevaleresque et du manque de l’entraînement des cavaliers, survit l’histoire très riche des jeux équestres issus des fêtes de cours en Europe. L'usage du terme carrousel vient de la tradition de festivités ern vigueur dans les cours européennes du XVIe au XIXe siècles. De nos jours, nous le référons exclusivement aux chevaux de bois, tournant mélancoliquement selon une cadence ralentie autour d’un pivot fixe, des manèges des fêtes foraines de notre enfance, triste destin d’oubli d’un remarquable héritage de l’histoire culturelle qui, depuis le temps le plus ancien, a relié les arts équestres aux illusions théâtrales et musicales. Aux souverains de l’Ancien Régime, cette évocation en public des cortèges les plus impressionnants du vocabulaire mythique et allégorique de l’antiquité a servi à passer les messages de propagande politique. Par de tels spectacles publics, ces divertissements représentés en quadrilles ont mis à l’épreuve: leur maitrise du pouvoir et leur’art de gouverner.

Dr. phil. Marie-Louise Gräfin von Plessen est née à Neustadt/Holstein, RFA. Commissaire d’expositions Internationales (Transfert Culturel, Identités nationales), Autrice, Conférencière, Cavalière diplômée. Doctorat en Histoire, Histoire de l’Art, Sociologie en 1974 à l’Université Ludwig-Maximilien de Munich.
Expositions récentes
2009-2010: Prince Eugène de Savoye: Général, philosophe et amateur d’art, Belvédère Vienne, 12 Février 2010 - 12 Juin 2010.
2007-2012: The Victoria&Albert-Museum. Art and Design for all. Evolution et Concept initial (1837-1909), Centre d’Art et d’Exposition Bonn, en coopération avec le Victoria&Albert Museum, Londres, Novembre 2011-Février 2012; Musée des Arts Décoratifs, Budapest Juin à Septembre 2012.
Depuis 2012: Père Rhin - une biographie européenne, Centre d’Art et d’Exposition Bonn 2016/17.
En cours: (idée, concept et d’exposition et du catalogue): "L’art de danser avec les chevaux. Ballets et Jeux Equestres aux cours européennes du Baroque".


Céline VIAL: Le développement des activités équestres dans les campagnes françaises: enjeux et conséquences liés à la présence de chevaux dans les territoires ruraux et périurbains
Depuis une trentaine d’année, les activités équestres, qui subissent des transformations et réorganisations profondes, se développent dans des espaces ruraux et périurbains eux-mêmes en pleine mutation. Dans ce contexte, nous nous intéressons, d’une part, à la façon dont ces activités sont intégrées au sein des territoires et, d’autre part, à leurs impacts sur le développement régional. Les résultats des recherche démontrent que les équidés ont désormais un rôle grandissant dans le dynamisme des territoires français à travers les retombées économiques qu’ils génèrent, l’attraction de touristes, la création d’emplois, le maintien d’une culture locale et d’échanges sociaux, l’entretien de chemins de randonnées, l’occupation et la valorisation du territoire... Ainsi, le cheval peut apparaître comme un bon révélateur et un marqueur des recompositions à l’œuvre dans l’usage, les fonctions et les transformations des campagnes françaises au sein d’une société urbanisée accordant de plus en plus de place à l’environnement naturel, résidentiel et surtout récréatif.

Céline Vial est chercheur en économie à l'IFCE, mise à disposition de l'INRA de Montpellier, UMR MOISA. Depuis 2006, ses recherches portent sur l'organisation des activités équestres et leurs impacts sur le développement des territoires. Elle est par ailleurs cavalière passionnée depuis ses 10 ans et propriétaire d’un cheval de loisir.

BIBLIOGRAPHIE :

Ackermann-Arlt, B., Das Pferd Und Seine Epische Funktion Im Mittelhochdeutschen "Prosa-Lancelot", Walter de Gruyter, 1990.
Ammon, K. W., Chevaux des Arabes et chevaux arabes (Nachrichten von der Pferdezucht der Araber und den arabischen Pferden (1834), traduit de l'allemand par J.-P. Portmann), Actes Sud Nature (Arts équestres), 300 p., 2008.
Artner, T., Le cheval et le chevalier dans l’art, Budapest, Kiado, 1982.
Bacot, P., L’animal en politique, Paris, L’Harmattan, 2003.
Baldin, D., "De la contiguïté anthropologique entre le combattant et le cheval. Le cheval et son image dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale", in Revue historique des armées: le Cheval dans l’histoire militaire, n°249, p. 75-87, 2007.
Baratay, E., Bêtes de somme - Des animaux au service des hommes, Paris, Seuil, 2011.
Baratay, E., Bêtes de tranchées, des vécus oubliés, Paris, CNS éditions, 2013.
Bastides-Coste, C., "Le cheval, fils de pub", Cheval magazine, n°397, décembre 2004.
Baum, M., Das Pferd als Symbol: Zur kulturellen Bedeutung einer Symbiose, Fischer, Frankfurt am Main, 1991.
Baumet, M., L'élevage du cheval de selle français dans le sud de la Manche, Mémoire de maîtrise de Géographie, Bordeaux III, 271 p., 1985.
Beudant, E., Franchet d'Espèrey, P., Extérieur et haute école, Actes Sud Nature (Arts équestres), (1923) 2008.
Bideault, G., Le haras de Saint-Lô à la fin du XXe siècle. Éléments d’une politique publique pour l’élevage du cheval de sport en France, Le Molay-Littry, Yves Bernard, 297 p., 2000.
Billy, J., Le pur sang en Normandie, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, 70 p., 1982.
Blémus, L., L'élevage du cheval de selle français dans la Manche septentrionale, Mémoire de maîtrise de Géographie, Caen, 120 p., 1976.
Blomac, N. de, La gloire et le jeu. Des hommes et des chevaux (1766-1866), Paris, Fayard, 1991.
Blomac, N. de, "Le cheval dans la représentation politique du pouvoir", in L'animal en politique (éds. Paul Bacot, Eric Baratay et al.), Éditions L'Harmattan, coll. "Logiques politiques", 2003.
Blomac, N. de, Voyeur d’Argenson et le cheval des Lumières, Paris, Belin, 2004.
Bogros, D., Des hommes, des chevaux, des équitations. Petite histoire des équitations pour aider à comprendre l'équitation, Lausanne, 1989.

Bouchet, G., Le cheval à Paris de 1850 à 1914, Paris, Droz, 1993.
Bougie, J., Le cheval de sport en Normandie, tome 1, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, 179 p., 2000; tome 2, "Album de famille", 176 p., 2005.
Bouhaouala, M., "Il n’y a pas une, mais des clientèles de l’équitation de loisirs...", Revue Espaces, n°291, p. 30-32, 2011.
Boussely, L. M., Etude bibliographique du bien-être chez le cheval, Thèse pour le doctorat vétérinaire, faculté de médecine de Créteil, 22 mai 2003.
Bouvier, D. et al., "Les activités équestres deviennent agricoles", Chambre d’agriculture, juin-juillet, n°954, Dossier, 38 p., 2006.
Brunel, S., Cavalcades et dérobades, roman, JC Lattès, 386 p., 2008.
Carlo, D., Per le vie dell’altro mondo. L’animale-guida e i misteri del viaggio, Rubbettino (Soveria Mannelli), 2003.
Cerovina, D., Das Glück der Erde lesend erleben. Mädchen-Pferdebuchserien - eine genderorientierte, strukturelle und inhaltliche Untersuchung, Königshausen & Neumann, Würzburg, 2009.
Champion, P., La figure romanesque du cheval: l'exemple de deux hobereaux écrivains: Barbey d'Aurevilly et La Varende, Mémoire de DEA Lettres, Tours, 93 p., 1987.
Charpy, J., "Les haras de Bretagne sous l'Ancien Régime (1666-1790)", Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, tome 43, p. 85-154, 1963.
Chauviré, F., Historie de la cavalerie, Paris, Perrin, 2013.
Chebrou de Lespinats, O., Histoire des Haras sous le Premier Empire, Editions Mémoire et Documents (ISBN 2.914611-40-4), 250 p.
Chebrou de Lespinats, O., Hommes de Chevaux sous le Premier Empire, Editions All-Square Publication, Annecy, 440 p., 2009.
Chebrou de Lespinats, O., Hommes de Chevaux sous le Second Empire, tome 1, Editions Mémoire et Documents, 427 p., 2012.
Chevalier, V., Dussart, B., "De l’amateur au professionnel: le cas des pratiquants de l’équitation", L’Année Sociologique, volume 52, p. 451-468, 2002.
Conseil régional de Basse-Normandie, Le cheval: la guerre, la parade, la mondanité, Musée des beaux-arts de Caen, Exposition (26 sept.-20 nov. 1997), Caen, 71 p., 1997.
Couzy, C., Capitain, M., Le marché du cheval: atomisé, opaque, peu rationnel... mais bien réel. Premières analyses dans une perspective de sociologie économique. Les Haras nationaux, Actes de colloque, 35e Journée de la Recherche Équine, les Haras nationaux, Paris, 26 février 2009, p. 17-25, 2009.
Degueurce, C., Honoré Fragonard et ses écorchés: un anatomiste au siècle des lumières, Paris, Réunion des musées nationaux, 157 p., 2010.
Desquesnes, R., Le cheval en Basse-Normandie, hier et aujourd'hui, Caen, Conseil régional de Basse-Normandie, 91 p., 1997.

Despret, V., Hans, le cheval qui savait compter, Paris, Le Seuil / Les Empêcheurs de penser en rond, 2004.
Despret, V., Bêtes et Hommes, Paris, Gallimard, 2007.
Despret, V., Que diraient les animaux si... on leur posait les bonnes questions?, Paris, La découverte / Les Empêcheurs de penser en rond, 2012.
Digard, J.-P. (dir.), Des chevaux et des hommes, équitation et société, Actes du 1er colloque Sciences sociales de l'équitation (Avignon 21-22 janvier 1988), Lausanne, Caracole, 214 p., 1988.
Digard, J.-P., Le cheval, force de l'homme, Gallimard, 160 p., 1994.
Digard, J.-P., Le cheval: romans et nouvelles, Omnibus, XII-1096 p., 1995.
Digard, J.-P., Une histoire du cheval: art, techniques, société, Arles, Actes Sud, 2e éd., 296 p., 2007.
Digard, J.-P., Du travail au plaisir, du respect à la compassion: fonctions et statuts du cheval de selle dans la France du XXe siècle, Colloque "Le cheval et les loisirs (XVe-XXe siècle)", Fondation Singer-Polignac et Collège de France, Paris, 24-26 septembre 2003, 24 p., 2003.
Di Marco, L. A., War Horse, A History of the Military Horse and Rider, Westholme, 2008.
Drévillon, H., "Le roi-cavalier. Les savoirs du corps dans l’éducation de Louis XIII", in Ran Halévi (dir.), Les savoirs du prince du Moyen Age aux Lumières, Paris, Fayard, p. 147-173, 2002.
Drévillon, H., "Existe-t-il un art équestre de la guerre à l’époque de Pluvinel?", in Patrice Franchet d’Esperey (dir.), Les arts de l’équitation dans l’Europe de la Renaissance, Arles, Actes Sud, 2009.
Dugast, J.-L., Sur les traces du cheval percheron, Verrières, Étraves, 119 p., 1987.
Duquesne, J., L'évolution de l'élevage du cheval Selle français dans la Manche de la fin de la seconde guerre mondiale au début du XXIe siècle, Mémoire de master recherche 1ere année, Histoire contemporaine, Caen, 126 p., 2007.
Durand, P., L'Équitation française. Mon choix de cœur et de raison, Actes Sud Nature (Arts équestres), 2008.
El-Kader, A., Daumas, E. et Pouillon, F., Dialogues sur l'hippologie arabe, Actes Sud Nature (Arts équestres), 2008.
Fafin, B., Le cheval en Basse-Normandie: une approche de la filière trotteur, Rapport de stage de DEA, Environnement-Sociétés, Caen, 75 p., 2000.
Fondation A. et P. Sommer, Un cheval pour VIVRE, 22 p.
Franchet D’espèrey, P. (dir.), François Robichon de la Guérinière, Ecuyer du roi et d’aujourd’hui, Colloque du 14 juillet 2000, Ecole nationale d’équitation, Paris, Belin, 2000.
Franchet D’espèrey, P., La main du maître: réflexions sur l'héritage équestre, Odile Jacob, 395 p., 2007.
Franchet D’espèrey, P. (collectif), Les Arts de l'équitation dans l'Europe de la Renaissance, Actes Sud Nature (chevaux et cavaliers), 464 p., 2009.
Fusenig, A., "Wie man ein‚ Weltfest des Pferdesports’ erfindet - Das Aachener Spring-, Reit- und Fahrturnier von 1924 bis 1939", Dissertation, Universität RWTH Aachen, 2004.
Galland, B. (dir.), Les sources de l’histoire du cheval dans les archives publiques françaises, Paris, Archives nationales, 1993.

Garcin, J., La Chute de cheval, Ed. Gallimard, Prix Roger-Nimier, 1998.
Garcin, J., Cavalier seul: journal équestre, Ed. Gallimard, 2006.
Garcin, J., L'Écuyer mirobolant, Ed. Gallimard, 2010.
Garcin, J., préfacier de la nouvelle édition de Paul Morand, Anthologie de la littérature équestre, Arles, Actes Sud, 2010.
Gouraud, J.-L., Russie, des chevaux, des hommes & des saints, Belin, 159 p., 2001.
Gouraud, J.-L., L'Afrique par monts et par chevaux, Belin, 175 p., 2002.
Gouraud, J.-L., L'Orient: enfer & paradis du cheval, Belin, 269 p., 2007.
Gouraud, J.-L., La Terre vue de ma selle, Un tour du monde du cheval, Belin, 220 p., 2009.
Grange, Y., Le cheval oublié, 1981.
Hausman, L., The mythology of horses: horse legend and lore throughout the ages, Three Rivers Press, 2003.
Henriquet, M., Prévost, A., L’équitation, un art, une passion, Paris, Seuil, 1972.
Heulin, C., Le cheval en Basse-Normandie: exemple du Selle français dans la Manche, Mémoire de master recherche 1ere année, Histoire contemporaine, Caen, 125 p., 2006.
Homeric, Dictionnaire amoureux du Cheval, Plon, 794 p., 2012.
Hyland, A., The Warhorse, 1200-1600, Sutton, 1998.
Jez, C., Coudurier, B., Cressent, M., Méa, F., Perrier-Cornet, P., Rossier, E., La filière équine française à l’horizon 2030. Rapport du groupe de travail de la prospective équine, INRA-IFCE, 98 p., 2012.
Joubert, A., Chevaux de châteaux, chevaux d'industries: le cheval en Normandie, Exposition (1er juin 2002-26 juin 2003), Musée industriel de la corderie Vallois, Notre-Dame-de-Bondeville; Musée des traditions et arts normands, Château de Martainville, Rouen, Conseil général de Seine-Maritime, 80 p., 2002.
Kaenel, P., Vallotton, F., "Le général et son cheval: figures du pouvoir militaire en démocratie, à l’exemple de la Suisse", Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles (http://crcv.revues.org/114), 2005.
Kafka, F., Zum Nachdenken für Herrenreiter, in: Drucke zu Lebzeiten. Herausgegeben von Wolf Kittler, Hans-Gerd Koch und Gerhard Neumann, Frankfurt/Main, Fischer Verlag, p. 30/31, 1996.
Kropp, R., Konstanz und Wandel der Pferdedarstellung in der neueren deutschen Literatur, Ein Beitrag zur Motivgeschichte des Pferdes, Collection: Studien zur deutschen und europäischen Literatur des 19. und 20. Jahrhunderts - volume 47, 2002.
Lamboley, C., Le miroir de Sleipnir, contribution à l'étude de la place du cheval dans la société médiévale alsacienne, 346 p., 1985.
La Varende, J., Le Cheval Roi (textes choisis et présentés par Arnaud Dhermy), Actes Sud Nature (Arts équestres), 2009.
Leconnétable, C., L'élevage du cheval dans le département de la Manche du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, Mémoire de maîtrise, Histoire contemporaine, Caen, 2000, 2000.
Lemaire, S., "Economie et avenir de la filière chevaline", INRA Productions Animales, n°16, p. 357-364, 2003.

Leprévost, T., "Le cob normand: renaissance d'une race", Patrimoine normand, n°44, p. 25-29, 2002.
Le Souvenir napoléonien (délégation du Lyonnais), Le cheval sous l'Empire et dans les armées napoléoniennes, Actes du Colloque du 6 oct. 2012, École vétérinaire de Lyon, [Gleizé], Éd. du Poutan, 176-VIII p., 2013.
Libourel, J.-L., Le haras national du Pin: Versailles du cheval, Monum, Éd. du Patrimoine, 71 p., 2006.
Libourel, J.-L., Voitures hippomobiles: Orne, Haras national du Pin, Caen, Service régional de l'Inventaire, 16 p., 1991.
Libourel, J.-L., Voitures hippomobiles: vocabulaire typologique et technique, Monum, Éd. du Patrimoine, 411 p., 2005.
Liévaux, P., Franchet D’espèrey, P. (dir.), Architecture équestre: hauts lieux dédiés au cheval en Europe, Actes du 9e Congrès de l'École nationale d'équitation (Saumur, 21-23 juin 2006), Arles, Actes Sud, 377 p., 2010.
Liévaux, P., Les écuries des châteaux français, Monum, Éd. du Patrimoine, 303 p., 2005.
Loumand, U., The Horse and its Role in Icelandic Burial Practices, Mythology, and Society: Old Norse Religion in Long Term Perspectives: Origins, Changes and Interactions, an International Conference in Lund, Sweden, June 3-7, 2004, Nordic Academic Press, 2006.
Mancel, A, L’élevage du cheval en Basse-Normandie occidentale, Mémoire de DES de Géographie, Caen, 166 p., 1966.
Manneville, P., Gennes, J.-P. de (dir.), Le Cheval en Normandie, Actes du 28e Congrès des Sociétés historiques de Normandie (Mortagne-au-Perche, 21-24 octobre 1993), Caen, Musée de Normandie, 208 p., 1996.
Marchand, P., Le maître de poste et le messager - Une histoire du transport public en France au temps du cheval 1700-1850, Paris, Belin, 2006.
Marie, A., Le cheval ouvrier, film de 2007.
Miraglia, N., Martin-Rosset, W., Utilisation du territoire par le cheval au niveau européen: acquis et perspectives dans le cadre des activités de la Commission Equine de la Fédération Européenne de Zootechnie, 39e Journée de la Recherche Équine, 28 février 2013, Paris, France, p. 65-74, 2013.
Monteilhet, A., Les maîtres de l'œuvre équestre suivi des Mémorables du cheval, Actes Sud (Arts équestres), 500 p., (1979) 2009.
Morand, P., Anthologie de la littérature équestre, présentation par Jérôme Garcin, Actes Sud (Arts équestres), 480 p., 2010.
Mugnier, S., Bigot, G., Perret, E., Gaillard, C., Turpin, N., Ingrand, S., Elevage de traits Comtois en système laitier de zone AOP et plus généralement stratégies d’équilibre entre équins et autres productions agricoles dans des exploitations professionnelles, Actes de colloque, 39e Journée de la Recherche Équine, 28 février 2013, Paris, France, p. 95-104, 2013.
Mulliez, J., Les chevaux du royaume. Aux origines des haras nationaux, Paris, Belin, 2004.
Musset, R., L'élevage du cheval en France. Précédé d'une bibliographie de l'élevage du cheval en France du XVIIe siècle à nos jours, suivi d'études sur l'élevage du cheval dans le Perche, le Boulonnais et la Basse-Normandie, La Maison Rustique, XXIV-232 p., 1917.
Nauleau, S., La plus noble conquête du cheval, c'est la femme: une anthologie de la littérature équestre féminine, Monaco, éd. du Rocher, 251 p., 2007.

Neveux, C., Adaptation des chevaux à l’essor du loisir: comment caractériser le tempérament du cheval de loisir, Equi-meeting tourisme, Saumur, 9 au 11 mai 2012, actes de colloque, Institut Français du Cheval et de l’Equitation, p. 59-65.
Phillips, G., ""Of nimble service"": technology, equestrianism and the cavalry arm or early modern Western European armies", War and Society, volume 20, n°2, 2002.
Phillips, G., "Who shall say that the days of cavalry are over? The revival of the mounted arm in europe 1853-1914", War in History, volume 18, n°1, 2011.
Pickel-Chevalier, S., L’équitation, un sport de pleine nature, s’inscrivant dans les enjeux du développement durable, Equi-meeting tourisme, Saumur, 9 au 11 mai 2012, Actes de colloque, Institut Français du Cheval et de l’Equitation, p. 43-48, 2012.
Pigeaud, R., "Dans l'Europe préhistorique: Réalité et symbolisme du cheval", Archeologia, Dijon, Faton, n°379, p. 16-22, 2001.
Post, S., Les Chevaux de mine retrouvés, Editions du Lion Couronné, 2007.
Poucet, S., Renault, R., Vial, C., Cordilhac, C., Lhote, M., Ardaens, G., Utilisation du cheval attelé en territoire, Institut Français du Cheval et de l’Equitation, Le pin au Haras, 116 p., 2012.
Poulain, J., Les axes de développement de la filière équine dans le Bessin: l'exemple du tourisme équestre, Rapport de stage master 2, administration locale, Caen, 125 p., 2006.
Prévot, B., Ribémont, B., "Le cheval en France au Moyen Age: sa place dans le monde médiéval", Medievalia, volume 10, Caen, Paradigme, 522 p., 1994.
Quignard, P., Les désarçonnés (Dernier Royaume VII), Grasset, 2012.
Robert-Gauchet, M., Le cheval, un potentiel de développement régional: l'exemple du tourisme équestre en Basse-Normandie, Thèse de doctorat en géographie, Caen, 512 p., 2000.
Robert-Gauchet, M., L'élevage du cheval en Basse-Normandie, Mémoire de maîtrise de Géographie, Caen, 201 p., 1993.
Roche D., Les Écuries royales (XVIe-XVIIIe siècles), Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles, Paris, 320 p., 1998.
Roche D. (dir.), Voitures, chevaux et attelages: du XVIe au XIXe siècle, Association pour l'académie d'art équestre de Versailles, Paris, 366 p., 2000.
Roche D. (dir.), Le cheval et la guerre: du XVe au XXe siècle, Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles, Paris, 399 p., 2002.
Roche, D., Reyter, D. (dir.), À cheval ! Écuyers, amazones et cavaliers du XIVe au XXIe siècle, Association pour l'Académie d'art équestre de Versailles, Paris, 399 p., 2007.
Roche D., La culture équestre de l'Occident XVIe-XIXe siècle. L'Ombre du cheval. Tome 1: Le cheval moteur, Essai sur l'utilité équestre, volume 1, Fayard, 479 p., 2008.
Roche, D., "Les chevaux de Gouberville: élevage et usages dans la Normandie du XVIe siècle", Les Cahiers goubervilliens, n°14, 24 p., 2010.
Roche D., Histoire de la culture équestre, XVIe-XIXe siècle. L'ombre du cheval. Tome 2: La gloire et la puissance, Fayard, 488 p., 2011.

Roche D., Humeurs vagabondes: de la circulation des hommes et de l'utilité des voyages, Paris, Fayard, 1031 p., 2003; réédité sous le titre: Les circulations dans l'Europe moderne, Paris, Hachette, "Pluriel", 1040 p., 2011.
Roth, M.-L., "Kann ein Pferd lachen? Musils Ironie, eine perspektivische Verschiebung?", in Robert Musil, Essayismus und Ironie. Hrsg. von Gudrun Brokoph-Mauch, Tübingen, S. 123-135, 1992.
Saurel, E., Histoire de l'Équitation: des origines à nos jours, Paris, 1990.
Société des Études euro-asiatiques, Le cheval en Eurasie: pratiques quotidiennes et déploiements mythologiques, L'Harmattan, 218 p., 1999.
Sokoll, D. A. R., Den Baum reiten: Die neun Welten der germanischen Mythologie, Wuppertal, 1999.
Tourre-Malen, C., Femmes à cheval, Paris, éditions Belin, 299 p., 2006.
Vial, C., Perrier-Cornet, P., Soulard, C., "Le développement des équidés de loisir en France: quels impacts sur les espaces ruraux et périurbains?", Numéro spécial de la revue Fourrage sur "L’utilisation des ressources prairiales et du territoire par le cheval", n°207, p. 165-172, 2011.
Vial, C., Impact économique de manifestations équestres: exemples de l’Equirando et du Grand Complet du Pin 2012, Communication au 7e congrès international de la société de sociologie du sport de langue française, 29-31 mai 2013, Strasbourg, France, p. 158, 2013.
Wagner, M.-A., Dictionnaire historique et mythologique du cheval, Editions du Rocher (Cheval Chevaux), 2003.
Wagner, M.-A., Le cheval dans les croyances germaniques: paganisme, christianisme et traditions, Paris, Champion (Volume 73 de Nouvelle bibliothèque du moyen âge), 2005.
Yver, R., L'élevage du cheval trotteur dans la Manche septentrionale, Mémoire de maîtrise de Géographie, Caen, 94-XV p., 1972.
"Le cheval en Normandie", Annales de Normandie, série des Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandue, volume 1, Caen, Musée de Normandie, 208 p., 1996.
CUERMA, n°32 1992
"Le cheval dans le monde médiéval", CUERMA, n°32, Université de Provence, 1992.
"Le cheval et ses patrimoines", In Situ, Revue des patrimoines, n°18 (http://insitu.revues.org/9542), 2012.


Avec le soutien
de l’Université de Caen Basse-Normandie (ERLIS EA 4254),
de la Région Basse-Normandie,
du Conseil général de la Manche,
de Trouville-sur-Mer
et de la Fondation A. et P. Sommer

Univeristé de Caen   ERLIS

Région Basse-Normandie   Conseil général de la Manche   Ville de Trouville-sur-Mer   Fondation A. et P. Sommer