Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2019 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
ENTREPRISE, RESPONSABILITÉ ET CIVILISATION :
UN NOUVEAU CYCLE EST-IL POSSIBLE ?
Mise à jour
12/02/2019

DU LUNDI 27 MAI (19 H) AU LUNDI 3 JUIN (14 H) 2019

[ colloque de 7 jours ]

DIRECTION : Kevin LEVILLAIN, Blanche SEGRESTIN, Stéphane VERNAC

ARGUMENT :

L'entreprise était jusqu'à récemment un "point aveugle du savoir"(1), réduite à un acteur économique ou à un lieu de production et de confrontation entre capital et travail. Or, plusieurs travaux récents et le contexte contemporain conduisent à reconnaître aujourd'hui la capacité qu'a l'entreprise de transformer le monde.

Cette capacité de transformation a des conséquences multiples. Ce sont le plus souvent les conséquences "négatives" qui sont discutées: pollutions, consommations excessives des ressources naturelles, inégalités sociales. Pour autant, depuis 150 ans, l'entreprise contribue aussi à construire notre culture en introduisant de nouvelles technologies, de nouvelles médecines et de nouveaux arts... Ainsi, l'activité des entreprises n'a pas seulement un impact sur les rapports sociaux ou sur l'environnement. Elle participe aussi de la dynamique des connaissances, de la détermination des modes de vie, des cultures ou des écosystèmes.

Il faut donc considérer la responsabilité "civilisationnelle" de l'entreprise dans toute sa complexité. La notion de civilisation est ici envisagée dans son acception la plus dynamique et la plus opératoire, comme l'ensemble des pratiques, savoirs et valeurs qui conditionnent le fonctionnement des sociétés humaines. Face aux déstabilisateurs de civilisation que sont la menace climatique, la mondialisation, la digitalisation, les mutations financières, les inégalités ou les atteintes aux droits humains, l'entreprise ne peut se dérober. Un tel élargissement de sa responsabilité impose d'analyser les entreprises multinationales comme des puissances d'une nature nouvelle qui impose de repenser l'architecture du politique et la mission des États eux-mêmes. Il exige symétriquement de ne pas sous-estimer les capacités d'innovation de l'entreprise, qui se révèlent critiques pour faire face aux défis contemporains.

Le colloque portera sur les liens entre entreprise et civilisation et sur les nouvelles responsabilités de l'entreprise. Il cherchera d’abord à mieux comprendre comment l'entreprise a été, depuis son émergence et tout au long du XXe siècle, à la fois un objet, un vecteur ou un destructeur de civilisation. Il s'attachera ensuite à faire le point sur les réformes de l'entreprise engagées en France et à l'étranger, qui comme la loi PACTE, reconnaissent la responsabilité civilisationnelle de l'entreprise. Mais il reste à tirer toutes les implications pratiques et conceptuelles de ces réformes pour comprendre ce qu'elles apportent ou ce qu'elles désignent comme terrains de réformes futures. In fine, un nouveau cycle est-il possible? Et quels sont les cadres de pensée qui permettraient de construire des rapports plus soutenables et plus souhaitables entre entreprise et civilisation?

Le colloque réunira des chercheurs, des acteurs du monde de l'entreprise, et au-delà, des acteurs économiques, sociaux et politiques soucieux de comprendre les transformations contemporaines et de contribuer à l'émergence de ces nouveaux cadres de pensée.

(1) Segrestin B., Roger B., & Vernac S. (Eds.), L'entreprise. Point aveugle du savoir, Colloque de Cerisy, Éditions Sciences Humaines, 2014.

COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

Repères et ouvertures: l'entreprise, point aveugle de la civilisation?
* Cynthia FLEURY: Civilisation et responsabilité
* Armand HATCHUEL: Entreprise et civilisation: un couplage à repenser

L'entreprise, retour sur un moteur de civilisation
* Hamid BOUCHIKHI & Joël RUET: L'entreprise dans le monde
* Patrick FRIDENSON: L'éducation au management comme marqueur de civilisation
* Pascal LE MASSON & Benoît WEIL: Histoire de l'entreprise et révolutions scientifiques: inventer des formes de liberté et de responsabilité face à l'inconnu

L'entreprise, le risque et la construction du social
* Jean-Louis BANCEL: Coopérativisme et mouvements alternatifs
* Jean-Baptiste BARFÉTY & Jean-Baptiste de FOUCAULD: Entreprise et État
* Marie-Laure DJELIC: Entreprises et mouvements sociaux
* François EWALD: Entreprise et société assurantielle
* L'entreprise dans l'histoire syndicale, table ronde avec Jean-Paul BOUCHET, Claude CAMBUS, Vincent GAUTHERON et Nicolas HATZFELD

Chocs contemporains, nouvelles responsabilités, nouvelles entreprises
* Gilles BÉRHAULT: Transitions et nouvelles entreprises
* Elsa BERTHET: Écologique et civilisation
* Christophe CLERC: L'avenir de la codétermination
* François FAURE: Nouveaux modèles en finance
* Francis JUTAND: Nouvelles technologies et nouvelles entreprises
* Arnaud STIMEC & Pierre VICTORIA: Entreprises et territoires
* Les pionniers de l'Entreprise à Mission, table ronde avec Muriel BARNÉOUD, Isabelle LESCANNE, Laurence MÉHAIGNERIE et Pierre-Dominique VITOUX

Un nouveau cycle est-il possible? Conditions, dangers et perspectives
* Paul ALLIBERT & Bernard RAMANANTSOA: Quelles perspectives pour l'enseignement?
* Errol COHEN & Kevin LEVILLAIN: Les entreprises à mission
* Antoine LYON-CAEN: Quelles nouvelles réformes pour l'entreprise?
* Mathilde MESNARD: L'avenir des normes internationales
* Quelles perspectives après la loi PACTE?, table ronde avec Antoine FRÉROT et Philippe ZAOUATI

RÉSUMÉS & BIO-BIBLIOGRAPHIES :

Pascal LE MASSON & Benoît WEIL: Histoire de l'entreprise et révolutions scientifiques: inventer des formes de liberté et de responsabilité face à l'inconnu
On peut difficilement faire l'histoire des entreprises sans noter ce que ces dernières doivent à la science — depuis les mathématiques et l'astronomie si nécessaires pour la navigation commerciale à la physique la plus pointue pour les semi-conducteurs contemporains. Il est moins évident, et pourtant tout aussi vrai, que les entreprises ont contribué aux avancées de la science, en fournissant les instruments, les organisations, voire les phénomènes et les questions nécessaires. Les interactions fortes entre science et entreprise sont au cœur de nos civilisations contemporaines — et il importe donc d'en comprendre la variété, la fécondité mais aussi les risques, voire les limites intrinsèques. Car on est surpris de voir que, si les rapports entre science et entreprise ont pu conduire à des réussites remarquables, ils prennent aussi parfois la forme d'un asservissement dramatique ou d'une déresponsabilisation mutuelle. Lors de la présentation, on reviendra sur ces formes d'interdépendance. On s'interrogera ensuite sur le fait que science et entreprise réclament toutes deux, face à l'inconnu, une forme de liberté (liberté du chercheur, liberté d'entreprendre) doublée d'une responsabilité limitée. La similitude est d'autant plus troublante qu'elles en sont parfois mutuellement garantes, ce qui pourrait être la clé des formes d'interdépendance entre science et entreprise pour explorer l'inconnu.

Pascal Le Masson et Benoît Weil sont professeurs à MINES ParisTech - PSL, chaire de théorie et méthodes de la conception innovante. Leurs travaux sur la conception, et notamment l'histoire des bureaux d'études et des laboratoires de recherche, ont contribué à mettre en lumière le rôle crucial de la conception dans le développement de la grande entreprise et l'importance des inconnus communs non-appropriables dans l'invention des formes nouvelles de l'action collective.

Arnaud STIMEC
L'intervention consiste à présenter une étude de cas, l'entreprise Legallais, installée à Caen. Cette entreprise se distingue par son engagement social et sociétal et sa capacité à s'adapter dans un contexte difficile. En outre, cette entreprise a défini sa "raison d'être", témoignant ainsi d'un intérêt marqué pour la thématique de ce colloque. L'étude de cas est menée avec des étudiants de l'IEP avec bienveillance mais sans complaisance. Quatre thématiques particulières sont étudiées: la gouvernance; l'engagement sociétal et territorial; l'économie circulaire et l'environnemen; le management, la gestion des ressources humaines et la qualité de vie au travail. Les données du cas seront confrontées aux acquis des études de cas antérieures et aux concepts issus des travaux sur les entreprises à mission.

Arnaud Stimec est professeur à l'Institut d'Études Politiques de Rennes et responsable du campus de Caen (consacré à la transition écologique). Ses travaux portent principalement sur le dialogue dans les organisations (mais aussi les conflits et les négociations), les conditions de sa pérennité et ses effets, notamment en termes de responsabilité sociétale des organisations (en particulier santé au travail et impact environnemental).

Organisé dans le cadre du Cercle des partenaires de Cerisy,
avec le soutien de la Chaire Théorie de l'entreprise [Mines ParisTech],
du Centre de droit privé et de sciences criminelles d'Amiens (Laboratoire CEPRISCA)
[Université de Picardie Jules Verne]
et de Veolia