Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2002 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
REMY DE GOURMONT

DU MERCREDI 2 OCTOBRE (19 H) AU DIMANCHE 6 OCTOBRE (14 H) 2002

DIRECTION : Thierry GILLYBŒUF, Gérard POULOUIN

Avec la participation de Karl D. UITTI

ARGUMENT :

Pourquoi un colloque Remy de Gourmont à Cerisy? D'abord parce que Gourmont (1858-1915) a des attaches avec la Normandie: il est né dans l'Orne, il a fait ses études à Coutances avant d'être étudiant à Caen; il a célébré les paysages normands, dans des romans et un poème champêtre; il a dit son attachement à Coutances la petite ville... Ensuite et surtout parce que Gourmont, écrivain symboliste, promoteur de la Collection des plus belles pages au Mercure de France, critique littéraire célèbre bien au-delà des frontières nationales, après avoir connu une éclipse certaine (en particulier en raison des invectives lancées contre lui par André Gide le héraut de la NRF), a été l'objet, au cours de cette dernière décennie, et de rééditions, et de nombreuses études aussi bien en France qu'à l'étranger.

Divers points seront abordés: la place de Gourmont dans le paysage intellectuel de son temps par un jeu de confrontations avec Jarry, Apollinaire, Gide; le positionnement intellectuel et idéologique de Gourmont par rapport au symbolisme, à l'anarchie, à la pensée contre-révolutionnaire; l'apport de Gourmont dans des champs aussi divers que le roman, l'art, le langage, la philosophie, la critique littéraire...; les curiosités multiples de Gourmont, vis-à-vis des littératures étrangères.

Une exposition d'ouvrages de Gourmont illustrés par lui-même et par des artistes, contemporains ou non, sera présentée parallèlement au colloque. Cette exposition devrait permettre d'apprécier combien Gourmont s'est préoccupé du livre d'artiste.

CALENDRIER DÉFINITIF :

Mercredi 2 octobre
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, du colloque et des participants


Jeudi 3 octobre
Matin:
Gérard POULOUIN: Ouverture
Thierry GILLYBŒUF: "Le frisson esthétique"
Alain GOULET: Gourmont vu par Gide
Christian BUAT: Gourmont et l'idée de gloire

Après-midi:
Anne BOYER: Gourmont et la dissociation des idées
Paul GORCEIX: Gourmont, un pionnier des lettres françaises de Belgique

Promenade littéraire dans Coutances sur les pas de Gourmont

Soirée:
Table ronde: Gourmont et le monde hispanique


Vendredi 4 octobre
Matin:
Bernard JAHIER: Gourmont, auteur de livres didactiques pour la jeunesse
Anne-Marie FIXOT: Gourmont, lieux et paysages
Karl D. UITTI: Remarques sur le "latin mystique"

Après-midi:
Visite de l'exposition "Remy de Gourmont" présentée aux Archives Départementales de la Manche à Saint-Lô
Valérie MICHELET: Gourmont et le roman
Sophie LUCET: Gourmont et le théâtre
Thomas CARINO: Les éditions de Gourmont illustrées
Françoise et Philippe NOTTIN: Remy de Gourmont à livre ouvert (Lecture à deux voix)


Samedi 5 octobre
Matin:
Gérard FOUCHER: Gourmont et le monde anglo-saxon
Tiziana GORUPPI: Maître à penser, maître à dissocier, Gourmont dans la culture italienne du début vingtième

Après-midi:
Francesco VIRIAT: Remy de Gourmont et l’anarchie
Gérard POULOUIN: Gourmont et la pensée sceptique
Gilles SUSONG: Gourmont avec les philosophes

Soirée:
Représentation théâtrale: L'Ombre d'une femme (pièce en acte), avec Milène GALLAIS, Jean-Christophe TOURNIÈRE, Sonia BOULEY et Luc NICOLLE (élèves du lycée Lebrun de Coutances), sous la direction de Christian BAUDIER (Estrad' Théâtre)


Dimanche 6 octobre
Matin:
Olivier BOILLEAU: Gourmont et Segalen
Jean-Claude LARRAT: Malraux lecteur de Gourmont: la question de Lautréamont

Conclusions du colloque

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Anne BOYER: Gourmont et la dissociation des idées
La formule de "dissociation des idées" reste attachée au nom de Gourmont. Sur quoi se fonde cette méthode dont Gourmont fait parfois la forme emblématique de son œuvre? Nous nous intéresserons au mécanisme dissociatif, aux cibles qu'il se donne mais aussi et surtout à la métaphorique par laquelle Gourmont évoque cette quête de sens. Nous verrons ainsi comment la dissociation prend place dans la tension entre le sentiment et l'intelligence qui traverse l'œuvre gourmontienne.

Christian BUAT: Gourmont et l'idée de gloire
"Les grenouilles chantent dans les roseaux du soir. On n'entend plus la douce nuit qui marche. Les grenouilles sont devenues la seule gloire et la tyrannie de la terre: l'âme des morts illustres a passé dans le ventre des grenouilles".
La gloire a hanté Gourmont. Quelles sont les différentes manifestations de cette hantise? la récurrence par exemple, dans ses épilogues, de réflexions sur les érections de bustes ou de statues? Quelle est sa conception de la gloire? A-t-il connu, connaît-il, connaîtra-t-il la gloire?

Thomas CARINO: Les éditions de Gourmont illustrées
Outre les huit livraisons de l'Ymagier (oct. 1895 - déc. 1896), présentant nombre d'estampes de maîtres anciens et contemporains, tels que Whistler ou Gauguin, Remy de Gourmont a, en vingt-trois ans (de 1892 à 1915) publié quelque vingt-sept livres illustrés de bois gravés, de lithographies ou de pointes-sèches (sans parler des nombreux livres où l'ornementation purement typographique fut de sa part l'objet de beaucoup de recherches). Tel fut son intérêt pour l'illustration du livre qu'il grava lui-même sur bois la couverture et les trois vignettes de son Phocas, en 1895. Parmi les peintres et graveurs qui ont collaboré avec l'écrivain les noms de F. Vallotton, M. Denis, Filiger ou R. Dufy montrent la clairvoyance de ses choix, et ceux de G. d'Espagnat, d'A. Séguin ou de H. de Groux, l'étendue de sa curiosité et l'indépendance de ses goûts. Quel auteur français a manifesté pareil intérêt pour la création plastique de son temps, sinon Stéphane Mallarmé, que Gourmont admirait et auquel il doit ses relations avec les peintres de Pont-Aven? Comme celles de Mallarmé à ses amis peintres, les lettres de Gourmont à Maurice Denis (inédites) et à Georges d'Espagnat peuvent nous dire comment s'articulent le goût de l'écrivain et sa réflexion sur la peinture. Ce dont témoignera d'une autre façon le catalogue chronologique des livres de Gourmont illustrés par des artistes, tandis que le regroupement des livres ornés par le même illustrateur rendra perceptible la nature de son dialogue avec l'écrivain, qu'il s'agisse du peintre G. d'Espagnat qui, à lui seul, a illustré six œuvres, du dessinateur A. Rouveyre (trois), ou encore du graveur P. E. Vibert (trois), dont Gourmont dit grand bien dans ses Lettres intimes à l'Amazone.

Gérard FOUCHER: Gourmont et le monde anglo-saxon
À partir de la conclusion de La littérature anglaise en France, première livraison des Promenades littéraires, parue en 1904, on examinera le jeu des influences réciproques qui lient Remy de Gourmont et le monde anglo-saxon dans la première moitié du XXe siècle. La communication s'intéressera plus particulièrement à l'apport des thèmes gourmontiens à des personnalités littéraires ou non: poètes de différents ordres: E. Pound, T. S. Eliot. E. E. Cummings, A. Lowell, F. S. Flint, T. E. Hulme et R. Aldington, critiques littéraires: K. Burke par exemple, traducteur: A. Huxley et sociologue: H. Ellis.

Thierry GILLYBŒUF: "Le frisson esthétique"
Le petit "frisson esthétique" ressenti à la lecture du premier numéro de La Vogue, par une journée d'avril 1886, aura un effet cathartique déterminant sur toute l'œuvre de Gourmont, aussi bien que sur le développement de sa vision artistique, esthétique et philosophique. Refusant les dogmatismes et les outrances du Symbolisme, il en exploite les possibilités d'écriture tout en éprouvant les opimes limites. Et la distance que ses études sur l'esthétique de la langue française théorie de la liberté et une affirmation de l'individu esthétique.

Paul GORCEIX: Gourmont, un pionnier des lettres françaises de Belgique
Dans les deux séries du Livre des Masques, publiées respectivement en 1896 et en 1898, Remy de Gourmont, guidé par un véritable flair pour les vraies valeurs littéraires autant que par une vive curiosité pour les littératures hors de France, a accordé une place de premier plan aux écrivains belges. Y figurent Maurice Maeterlink, Emile Verhaeren, Georges Eekhoud, Max Elskamp et René Ghil. L'invasion de la Belgique par les troupes allemandes en 1914 fut pour lui l'occasion de faire découvrir en France la richesse de la littérature et de l'art en Belgique, dont le public français ne soupçonnait même pas l'existence, à quelques heures de Paris. En 1915, paraît La Belgique littéraire, une histoire de la littérature des lettres françaises de Belgique — des origines à Maurice Maeterlinck — qui continue de surprendre par l'intuition, par la qualité des jugements littéraires de Remy de Gourmont et par la fraîcheur de ses portraits d'écrivains.

Tiziana GORUPPI: Maître à penser, maître à dissocier, Gourmont dans la culture italienne du début vingtième
G. Papini commentant la nouvelle de la mort de Gourmont le définissait comme "l'homme le plus intelligent de France". En effet il s'agissait d'un auteur très apprécié par l'élite culturelle italienne pour avoir su libérer son écriture des carcans du courant naturaliste et imposer avant tout la liberté intellectuelle. La preuve de son succès en Italie furent l'attention de la presse à sa production littéraire et les nombreuses traductions de ses œuvres en Italie.

Alain GOULET: Gourmont vu par Gide
Le dialogue entre Remy de Gourmont et André Gide — "le reclus et le retors", selon André Rouveyre — a été rude et orageux, et il s'est rapidement tari. Pour Gide, qui a cultivé tant d'amitiés, il y a eu dès le départ incompatibilité d'humeurs. La communication exposera les pièces de ce dossier.

Bernard JAHIER: Gourmont, auteur de livres didactiques pour la jeunesse
Si la publication de Sixtine en 1890 marque officiellement les débuts littéraires de Remy de Gourmont, on ignore généralement que, la même année, le jeune écrivain a publié un ouvrage de vulgarisation, comme on en fait tant à l'époque, intitulé Chez les lapons, mœurs, coutumes et légendes de la Laponie norvégienne. La surprise que peut provoquer cette publication pour le moins inattendue est encore renforcée lorsque l'on découvre que, de 1882 à 1890, le futur chantre du symbolisme a publié sept autres ouvrages de ce type, généralement destinés à la jeunesse, depuis Un Volcan en éruption jusqu'à Français au Canada et en Acadie, prolongé par Les Canadiens de France en 1893. Il y a donc un Gourmont avant Gourmont dont la production coïncide très précisément avec la période où le jeune homme est employé à la Bibliothèque Nationale. C'est ce Gourmont ignoré des biographies et des histoires littéraires, qui semble sacrifier (pour quelles raisons?) au goût du temps pour la compilation et la vulgarisation scientifiques, qu'on se proposera de découvrir.

Jean-Claude LARRAT: Malraux lecteur de Gourmont: la question de Lautréamont
Dans les quelques pages qu'il consacre à Lautréamont, sous le titre La littérature Maldoror, Rémy de Gourmont pose, à sa façon, le problème dont les surréalistes allaient s'emparer: celui des rapports entre la poésie et la folie. Rémy de Gourmont instruit ainsi le procès qui, avant que ne triomphe l'extraordinaire entreprise de canonisation lancée par Breton, Aragon et Soupault, donna lieu à de violentes controverses — dont témoigne par exemple, en 1925, le numéro du Disque Vert.

Valérie MICHELET: Gourmont et le roman
En 1893, à l'occasion d'un article sur d'Annunzio paru dans le Mercure de France, Remy de Gourmont fixait les principes majeurs de sa poétique en matière de roman: "Le roman ne relève pas d'une autre esthétique que le poème. Le roman est un poème; tout roman qui n'est pas un poème n'existe pas". Le roman-poème est pressenti par Gourmont comme l'alternative la plus féconde afin d'extraire le genre de l'impasse naturaliste. Pourtant, l'auteur de Sixtine ne livre pas de théorie "toute faite" du roman-poème. Celle-ci est à reconstituer à travers la lecture croisée de plusieurs écrits théoriques et des principales œuvres romanesques de la fin du siècle. De cette analyse émerge une formidable utopie esthétique qui, si elle ne s'épanouira que dans le premier quart du XXe siècle, trouve son origine dans la réflexion poétique entamée par les romanciers du symbolisme.

Gilles SUSONG: Gourmont avec les philosophes
La Physique de l'amour, les Promenades philosophiques, Le Chemin de velours en attestent: l'œuvre de Remy de Gourmont déploie une relation multiple et complexe avec plusieurs grandes figures de la philosophie. L'auteur s'y montre tour à tour disciple fidèle, voire "textuel", de Schopenhauer, via Bourdeau et Ribot, admirateur et diffuseur précoce de Nietzsche (son rôle dans la réception du penseur est essentiel pour la première génération de lecteurs français), mais aussi commentateur — très — critique de Pascal, comme l'a heureusement relevé G. Poulouin. Parmi les divers aspects de la référence philosophique de Remy de Gourmont on envisagera ici plus particulièrement sa proximité d'avec la référence épistémologique (Berthelot, Darwin...).

Karl D. UITTI: Remarques sur le "latin mystique"
Le Latin mystique constitue probablement le livre-clé de l'imagination littéraire de Remy de Gourmont. Il y établit des liens reliant les poètes de son temps à ceux d'une vieille latinite chrétienne à ses yeux trop souvent méprisée par "ceux-qui-ne-comprennent-pas", et, en le faisant, il se donne certes comme le nouveau Sainte-Beuve des "décadents" et des "symbolistes" de sa propre époque. Mais en même temps Gourmont y entre dans la pleine possession de sa propre voix poétique. C'est une voix qui peut paraitre souvent contradictoire alors qu'elle est plutôt consacrée à l'expression de la plus vigoureuse authenticité spirituelle, qu'elle incarne la liberté la plus absolue et qu'elle opère une véritable révolution linguistico-poétique.

Francesco VIRIAT: Remy de Gourmont et l’anarchie
Quand le "Joujou patriotisme" paraît en avril 1891 dans le Mercure de France, la presse chauviniste jette l’anathème sur un "dangereux anarchiste" qui n’hésite pas à renier l’idée de patrie. Dès lors, l’affaire du "Joujou patriotisme" va contribuer à enfermer l’anarchisme gourmontien dans une image réductrice dont l’histoire littéraire se satisfera aisément. Or, même si Gourmont, comme d’autres écrivains de l’époque, n’a pas été indifférent aux charmes des idées véhiculées par les cercles anarchistes à la fin du XIXe siècle, on ne peut pas réduire la question de ses rapports avec l’anarchie à un article provocateur. C’est pourquoi, nous nous proposons de mettre en question ce lieu commun et de cerner avec plus de précisions les caractéristiques de l’esthétique anarchiste de Remy de Gourmont à travers son évolution intellectuelle.
l'amèneront à prendre avec le Symbolisme ne traduit pas une palinodie mais lui permet au contraire de s'en improviser le théoricien farouchement libre de toute appartenance à un mouvement littéraire. Chercheur de formes davantage que forgeur de son verbe, Gourmont s'est ainsi créé une esthétique personnelle, fondée sur la langue où les mots par leur rareté, leur musicalité, leur "corps" se font le véhicule des idées. Pendant artistique de l'Idéalisme imprégné de la philosophie de Schopenhauer et de Nietzsche, le Symbolisme se veut avant tout une intitulé "Le Cas Lautréamont". Alors qu'André Gide voyait en Isidore Ducasse "le maître des écluses pour la littérature de demain", André Malraux, dans la revue anarchiste Action, s'appuyant (sans le dire) sur l'étude de Gourmont, avait nettement pris parti, en 1920, contre cette "littérature Maldoror"...

Avec le concours
des Archives Départementales de la Manche
et du Cercle des Amateurs de Remy de Gourmont du Lycée Lebrun de Coutances
et avec le soutien
du Conseil Général de la Manche,
de la DRAC de Basse-Normandie,
de l'Université de Caen Basse-Normandie,
de l'Association Tourisme et Culture en Pays de Coutances,
de la Ville de Coutances
et de la Communauté de Communes du Canton de Cerisy-La-Salle