Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2014 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
PURIFIER, SOIGNER OU GUÉRIR ?
MALADIES ET LIEUX RELIGIEUX
DE LA MÉDITERRANÉE ANTIQUE
À LA NORMANDIE MÉDIÉVALE
REGARDS CROISÉS
Mise à jour
13/02/2017


DU MERCREDI 1er OCTOBRE (12 H) AU DIMANCHE 5 OCTOBRE (14 H) 2014

DIRECTION : Cécile CHAPELAIN DE SERÉVILLE-NIEL, Damien JEANNE, Pierre SINEUX

Organisé avec le Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales (CRAHAM) de l'Université de Caen Basse-Normandie

ARGUMENT :

Des biologistes américains ont noté l’existence d’une corrélation entre la présence récurrente d’épidémies infectieuses et l’apparition des religions comme facteurs d’entraide et de regroupement humains. Cette hypothèse invite à réévaluer la place et le rôle des comportements religieux en lien avec les maladies. Il existe toujours une ambiguïté du comportement de la divinité ou du saint qui, à la fois, apporte la maladie et sauve le malade. Ce principe empreint de sacré - maudit et bénit - est rarement abordé dans les travaux historiques. Or, l’attitude des hommes n’est jamais neutre à l’égard des malades. Compassion et dérision semblent recouvrir les deux faces d’une même médaille. Si le corps humain sain est un objet de désir, le corps déformé par la maladie fascine autant qu’il repousse. Aussi, en quête de guérison, le malade s’éloigne dans un sanctuaire pour faire venir le dieu à lui ou solliciter la présence de "morts très spéciaux", les saints.

Quelle est la place du soin des malades, des infirmes en situation de handicap au sein des sociétés anciennes et médiévales, dont la force et le courage du guerrier constituent les valeurs dominantes? Quelles ruptures, continuités ou transformations/transmissions, des pratiques de soin, des rites de guérison/purification ou d’éloignement des malades peut-on déceler?

Doté d’une documentation exceptionnelle et d’études neuves, le monde anglo-normand forme un point d’ancrage majeur pour conduire une réflexion sur le soin des malades dans l’Occident chrétien. Poser un "regard éloigné" et croisé sur les cultures polythéistes et chrétiennes nécessite l’emploi d’un arsenal maximal de sources, puisé des rives de la Méditerranée à celles de la Manche.

CALENDRIER DÉFINITIF :

Mercredi 1er octobre
À partir de 12 heures:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Après-midi:
François-Olivier TOUATI: Introduction

Entre punition et élection: les maladies sont-elles sacrées?
Damien JEANNE: La double chair du lépreux: une accusée piteuse et une humiliée glorieuse. Une question de renommée?

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Jeudi 2 octobre
Matin:
Mathieu VIVAS: Corps polluant et espace consacré: le rite liturgique de réconciliation comme purification des églises et des cimetières souillés (Xe-XIVe siècles) [enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l'Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

Thérapeutes et mortifères: dieux, saints et rois
Alessandra FOSCATI: Ignis sacer/ignis infernalis. Les saints taumaturges et la maladie qui brûle les corps

Après-midi:
Christine DELAPLACE: Des sanctuaires de guérison païens aux miracles de guérison des saints et des reliques dans l'antiquité tardive: l'exemple de la Gaule (IVe-VIe siècles)

Typologie, topographie et fonctions des lieux religieux
Edina BOZOKY: Lieux sacrés, lieux de guérison dans la nature au Moyen Age
Denis BOUGAULT: Un cas de tentative nécropsique au XVe siècle (avec la collaboration de François BLARY)

Soirée:
À Saint Thomas d’Aizier, la vie et la mort dans une léproserie médiévale normande, avec Joël BLONDIAUX, Cécile CHAPELAIN DE SERÉVILLE-NIEL, Raphaëlle LEFEBVRE et Marie-Cécile TRUC


Vendredi 3 octobre
Matin:
Marie-Anne MOULIN: Reliques, images et médications: les voies de la guérison dans le duché d’Alençon au XVe siècle
Hélène RÉVEILLAS: Prise en charge des malades et hôpitaux à la période médiévale: l’exemple des cimetières de l’hôtel-Dieu à Troyes et de l’hospice Saint-Ladre à Reims
Béatrice CHEVALLIER-CASEAU: Iatrosophistes et saints guérisseurs: la concurrence entre médecine grecque et médecine religieuse au sein du monde Byzantin [texte lu par Cécile CHAPELAIN DE SERÉVILLE-NIEL]

Après-midi:
Katie TUCKER: A Blessed Punishment: Evidence for leprosy at St Mary Magdalen, Winchester
Bénédicte GUILLOT: Une zone funéraire spécifique aux enfants atteints de carences sévères sur le parvis de l'église Saint-Sauveur de Caen à l'époque moderne [avec la collaboration d'Olivier DUTOUR et d'Aminte THOMANN]
François-Olivier TOUATI: Apparitions, conversions et guérisons: l'incubation en Orient et en Occident du VIe au XVIe siècles


Samedi 4 octobre
Matin:
Dominique CASTEX & Sacha KACKI: Les épidémies médiévales et modernes: évolutions des savoirs  médicaux et des expressions sépulcrales

Savoirs médicaux, rites et pratiques de guérison / purification / exorcisme
Joël CHANDELIER: Pratiques rituelles de guérison et médecine savante à l’époque salernitaine (XIe-XIIe siècles)
Thomas GALOPPIN: Animaux réels, animaux figurés: soigner par le symbole ou soigner par la nature dans la magie de l’époque romaine

Après-midi:
Emilie PIGUET: Pourquoi faire parler et agir un dieu comme un technicien? Etude des interactions entre technè médicale et guérisons miraculeuses dans les sanctuaires d’Asclépios
Julien VÉRONÈSE: Guérir et rendre malade: un exemple de l’ambivalence de la magie savante médiévale (XIIe-XVe siècle)
Magali de HARO SANCHEZ: Médecine en magie et magie en médecine: antagonisme et complémentarité entre médecine rationnelle et médecine magique d'après les sources papyrologiques et littéraires gréco-latines

Soirée:
Musique


Dimanche 5 octobre
Matin:
François COMTE: Médecins, barbiers, apothicaires et établissements religieux à Angers (fin XIIIe-début XVIe siècles)
Evelyne SAMAMA: Purifier et soigner par le bain de vapeur. Pourquoi fréquenter les thermes dans l'Antiquité?

Christine DELAPLACE: Conclusions

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Denis BOUGAULT: Un cas de tentative nécropsique au XVe siècle (avec la collaboration de François BLARY)
Le site de la Charité de Château Thierry a été fouillé en 1989. Ce site semble n'avoir été occupé sous forme d'une maladrerie qu'à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Les deux tiers du cimetière ont été mis à jour. Quatre phases d'inhumations ont été distinguées et qui s'échelonneraient du XVe au XVIIe siècle.
Un squelette provenant de la sépulture 36 et appartenant à la phase trois des inhumations, présente des traces de sciage au niveau des membres inférieurs droit et gauche.
L'analyse taphonomique et paléopathologique est en faveur d'un geste post-mortem. L'hypothèse d'une tentative nécropsique semble confortée par d'autres constatations paléopathologiques sur d'autres individus du cimetière ainsi que par l'existence de sources écrites attestant la présence d'un praticien local à la fin du XVe siècle.

Edina BOZOKY: Lieux sacrés, lieux de guérison dans la nature au Moyen Age
Dans cette communication, il s’agira de présenter les traces du passage des saints ou de leurs reliques dans la nature qui deviennent lieux miraculeux, lieux de guérison. En effet, au témoignage des récits hagiographiques (vies, récits d’invention et de translation de reliques, récits de miracles), les malades trouvent soulagement à leurs affections non seulement dans les sanctuaires, auprès des reliques, mais aussi dans quelques lieux qui se trouvent dans la nature: sources, grottes, traces diverses dans le paysage, lieux du dépôt provisoire de reliques, ou lieux originels de l’inhumation des saints. La fréquentation de ces lieux sacralisés subsiste d’ailleurs souvent au-delà du Moyen Age. La présentation s’articulera autour de trois thèmes: la typologie des lieux; la révélation du pouvoir thaumaturge; la permanence du pouvoir guérisseur.

Edina Bozoky est maître de conférences en histoire médiévale, habilitée à diriger les recherches à l’Université de Poitiers, et membre du Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale. Elle est spécialiste des croyances religieuses et légendes médiévales. Elle dirige la collection "Culture et société médiévales" aux éditions Brepols.
Publications
Le livre secret des Cathares. Interrogatio Iohannis. Edition, traduction, commentaire, Paris, Beauchesne, 1980; rééd. 1990; nouvelle édition revue et augmentée, 2009.
Charmes et prières apotropaïques, Turnhout, Brepols, 2003 (Typologie des sources du Moyen Age occidental 86).
La politique des reliques de Constantin à Saint Louis. Protection collective et légitimation du pouvoir, Paris, Beauchesne, 2006.
Le Moyen Age miraculeux. Etudes sur les légendes et les croyances médiévales, Paris, Riveneuve, 2010.
Attila et les Huns. Vérités et légendes, Paris, Perrin, 2012.
Miracle ! Récits merveilleux des martyrs et des saints, Paris, Librairie Vuibert, 2013.
Direction d'ouvrages collectifs:
Les reliques. Objets, cultes, symboles, Actes du colloque international de l’Université du Littoral-Côté d’Opale (Boulogne-sur-Mer), 4-6 septembre 1997 (éd. avec A.-M. Helvétius), Turnhout, Brepols, 1999 (Hagiologia 1).
Saints d’Aquitaine. Missionnaires et pèlerins du haut Moyen Age, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
Hagiographie, idéologie et politique au Moyen Age en Occident, Actes du colloque international du Centre d’Etudes supérieures de Civilisation médiévale de Poitiers, 11-14 septembre 2008, Turnhout, Brepols, 2012 (Hagiologia 8).


Dominique CASTEX & Sacha KACKI: Les épidémies médiévales et modernes: évolution des savoirs  médicaux et des expressions sépulcrales
Les épidémies du passé ont de longue date fait l’objet de travaux de la part des historiens, qui disposent pour les périodes médiévale et moderne d’une riche documentation textuelle et iconographique. Ces sources, inestimables pour appréhender les conséquences démographiques, sociales et économiques des crises de mortalité, sont peu explicites sur la question du traitement sépulcral adopté dans de tels contextes. Les rares témoignages aaccessibles pourraient laisser croire que ces vagues meurtrières ont systématiquement entraîné l’abandon des pratiques funéraires en vigueur au profit de mises en terre hâtives, pratiquées hors des lieux d’inhumation consacrés. Mais qu’en est-il réellement? Les sites funéraires en relation avec des crises de mortalité de nature épidémique, longtemps négligés dans ce questionnement, sont susceptibles d’apporter de précieux éléments de réponse. Ces témoins archéologiques, dont l’effectif n’a cessé de croitre, permettent aujourd’hui d’apprécier la variabilité des expressions sépulcrales en temps d’épidémie et d’esquisser leur évolution au fil des siècles. À travers plusieurs exemples, nous illustrerons cette diversité, en nous attachant à mettre en exergue d’éventuelles spécificités géographiques et temporelles du traitement des défunts. In fine, les modifications progressives des modalités d’ensevelissement des victimes d’épidémies seront mises en perspective avec l’évolution des savoirs médicaux concernant le mode de propagation des maladies.

Publications
Castex D., Kacki S. (2013), "Funérailles en temps d'épidémies: croyances et réalité archéologique", Les Nouvelles de l’Archéologie - Une archéologie des temps funéraires? Hommage à Jean Leclerc, 132: 23-29.
Bianucci R., Kacki S. (2012), "The Archaeology of the Second Plague Pandemic: An overview of French Funerary Contexts", in Harbeck M., von Heyking K., Schwarzberg H. (éd.), Sickness, Hunger, War, and Religion: Multidisciplinary Perspectives (RCC Perspectives 2012-3), p. 71-74.
Kacki S., Castex D. avec la collaboration de Cabezuelo U., Donat R., Duchesne S., Gaillard A. (2012), "Réflexions sur la variété des modalités funéraires en temps d’épidémie. L’exemple de la Peste noire en contextes urbain et rural", Archéologie Médiévale, 42: 1-21.
Kacki S., Rahalison L., Rajerison M., Ferroglio E., Bianucci R. (2011), "Black Death in the rural cemetery of Saint-Laurent-de-la-Cabrerisse, Aude-Languedoc, southern France, 14th century: immunological evidence", Journal of Archaeological Science, 38 (3): 581-587. DOI: 10.1016/j.jas.2010.10.012.


Joël CHANDELIER: Pratiques rituelles de guérison et médecine savante à l’époque salernitaine (XIe-XIIe siècles)
Les pratiques rituelles (gestes, incantations, prières) peuvent-elles aider à soigner les malades et, si oui, comment? Cette question, qui se pose aux médecins lettrés depuis l’Antiquité, acquiert au XIe siècle une importance particulière, alors que la médecine savante est peu à peu redécouverte du fait des traductions de textes médicaux arabes et grecs en Italie et en Espagne. Depuis plusieurs années, les recherches en histoire de la médecine se sont intéressées à ce problème, montrant que les médecins justifiaient, notamment à l’époque scolastique (XIIIe-XVe siècles), l’utilité de ces pratiques non par une action surnaturelle, mais par l’effet psychophysiologique de la confiance du patient dans leur efficacité. Cette communication s’intéressera à la façon dont les médecins ont affronté le problème avant l’arrivée en Occident de la philosophie naturelle aristotélicienne, soit à l’époque qualifiée de "salernitaine" (XIe-XIIe). Le problème, qui a fait l’objet de quelques recherches récentes, mérite d’être repris de (açon systématique, en s’interrogeant sur les conséquences de l’essor d’une médecine rationnelle face aux pratiques rituelles de guérison qui lui préexistent. Pour cela, on s’intéressera aux rituels décrits dans les textes traduits de l’arabe, comme dans le De physicis ligaturis de Qusṭā ibn Lūqā (IXe siècle) ou le Kitāb al-Malakī d’al-Mağūsī (Xe siècle): l’analyse des traductions de ces ouvrages, notamment le Pantegni de Constantin l’Africain (XIe siècle) librement adapté du traité d’al-Mağūsī, permettra de comparer les textes arabe et latin pour en faire ressortir les variations ou les adaptations. De même, en s’appuyant sur les œuvres des maîtres salernitains (notamment Urso de Salerne ou Maurus, au XIIe siècle), il sera possible d’évaluer dans son ensemble la façon dont les médecins lettrés percevaient, justifiaient ou condamnaient ces pratiques.

Joël Chandelier est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Paris 8. Ancien élève de l’Ecole des Chartes, il a consacré son doctorat à l’étude de la réception latine du Canon d’Avicenne. Actuellement, il prépare l’édition du Colliget, le principal ouvrage médical d’un autre médecin et philosophe arabe, Averroès.
Publications récentes
"Théorie et définition des poisons à la fin du Moyen Age", dans Cahiers de Recherches Médiévales, 17 (2009), Le Poison et ses usages au Moyen Age, p. 23-38.
"Expérience, expérimentation et connaissance dans la médecine scolastique italienne du XIVe siècle", dans Expertus sum. L’expérience par les sens dans la philosophie naturelle médiévale, éd. Thomas Bénatouïl et Isabelle Draelants, Florence, SISMEL, 2011, p. 385-403.
"Rhétorique scolastique et enseignement médical (Italie, XIVe-XVe siècles)", dans La rhétorique médicale à travers les siècles, éd. Joël Coste, Danielle Jacquart et Jackie Pigeaud, Genève, Droz, 2012, p. 209-228.
[avec Aurélien ROBERT] "Nature humaine et complexion du corps chez les médecins italiens de la fin du Moyen Age", dans Revue de Synthèse, 134-4 (2013), p. 473-510.


François COMTE: Médecins, barbiers, apothicaires et établissements religieux à Angers (fin XIIIe-début XVIe siècles)
La médicalisation qui s’opère à la fin du Moyen Age est marquée entre autres par la multiplication des résidences de praticiens dans la ville. Les barbiers et apothicaires s’implantent dans les quartiers excentrés ou dans les faubourgs, tout en restant proches des nouveaux établissements hospitaliers consacrés aux pauvres passants et aux malades spécifiques (aveugles, hydropiques...). Les médecins quant à eux, se rapprochent des lieux d’enseignement de la faculté de médecine ouverte officiellement en 1432. La localisation précise de leurs maisons explique les liens avec les collégiales Saint-Jean-Baptiste, Saint-Martin et Saint-Pierre où se réunissent les médecins régents de la faculté. On connaît également quelques médecins clercs cumulant des bénéfices religieux. Enfin, à l’occasion de leur sépulture, des donations permettent d’entrevoir les rapports privilégiés qu’ils entretiennent avec certaines paroisses, collégiales et même à l’hôpital Saint-Jean où certains d’entre eux se font enterrer au début du XIVe siècle.

François Comte, conservateur du patrimoine, est archéologue et responsable des collections archéologiques, historiques et iconographiques de l’Anjou aux musées d’Angers. Membre de l’UMR 7324 CITERES-LAT (Tours), chargé de cours à l’Université d’Angers, il a consacré une partie de ses recherches à l’archéologie des hôpitaux lors des fouilles de l’hôpital Saint-Jean et de la chapelle Saint-Lazare d’Angers. Il a, par ailleurs, participé à plusieurs colloques sur l’histoire de la médecine et des hôpitaux.
Publications
"Hygiène hospitalière à Saint-Jean d’Angers: adduction et évacuation des eaux du XIIe au XVIIIe siècle", in L. Pressouyre et P. Benoît (dir.), L’hydraulique monastique, milieux, réseaux, usages, Grâne, Créaphis (Rencontre à Royaumont), 1996, p. 437-453.
"Le site, la chapelle et l’enclos aux lépreux", in Saint-Lazare, histoire d’une léproserie et d’un faubourg d’Angers, Angers, ARDA, 1997, p. 8-15.
"Reconstitution de quatre types de bâtiments hospitaliers à Angers (XIIe - XVIIIe siècles)", in V. Juhel (dir.), Hôtels-Dieu et pèlerins sur les chemins de saint Michel, Actes des 3e rencontres d’Ardevon 8 mai 2006, Vire, Les chemins du Mont-Saint-Michel, 2008, p. 67-94.
"Topographie hospitalière et médicale à Angers (XIe-XVIIIe siècles)", in J.-G. Petit et J.-P. Saint-André (dir.), Médecine et hôpitaux en Anjou du Moyen Age à nos jours, Actes du colloque du bicentenaire de l’École de médecine d’Angers 5-7 décembre 2007, Rennes, PUR, 2009, p. 43-79.


Christine DELAPLACE: Des sanctuaires de guérison païens aux miracles de guérison des saints et des reliques dans l'antiquité tardive: l'exemple de la Gaule (IVe-VIe siècles)
On a longtemps présenté le culte des saints et des reliques comme une survivance du paganisme. L'Eglise aurait cessé de lutter contre ce dernier en christianisant les anciens lieux de culte. Les recherches historiques et archéologiques récentes tendent à nuancer ce schématisme hérité du positivisme. Elles introduisent désormais dans le débat la réflexion sur la nature et l'évolution des pathologies et des symptômes connus par nos sources littéraires et archéologiques et ce qu'elles révèlent des mutations dans la relation des Gallo-Romains aux lieux de guérison et aux intercesseurs choisis pour les guérir.

Christine Delaplace est historienne de la christianisation des campagnes et de la transformation des élites de l'Occident durant le passage de l'Antiquité tardive au Haut-Moyen-Age. Après une thèse consacrée à l'image de la société et du monde rural dans l'occident chrétien aux IV-VIe siècles, elle a diversifié ses intérêts en direction des phénomènes de christianisation des campagnes et de contrôle de l'infrastructure ecclésiastique rurale. Ces recherches aboutissent à l'organisation et à la publication du colloque "Aux origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IV-IXe siècle" tenu à Toulouse en  2003.
Publications
"Ermites et ascètes à la fin de l'Antiquité et leur fonction dans la société rurale. L'exemple de la Gaule", Mélanges de l'Ecole Française de Rome, n°104, 2, 1992, p. 981-1024.
"Géographie de l'érémitisme en Gaule: marches et marges de la christianisation (IVe-VIe siècles)", Frontières terrestres, frontières célestes dans l'Antiquité, Paris, Editions De Boccard et Presses Universitaires de Perpignan, collection "Etudes", 1995, p. 409-434.
Aux Origines de la paroisse rurale en Gaule méridionale, IV-IXe siècles, Colloque International de Toulouse (21-23 mars 2003), Delaplace CH. éd., Editions Errance, Paris, 256 p., 2005.
"Les premiers temps chrétiens dans le Sud-Ouest de la France. Bilan d'une synthèse archéologique régionale récente sur la christianisation des campagnes et réflexions sur les méthodes de recherches", Les premiers temps chrétiens dans les territoires de la France actuelle. Hagiographie, épigraphie et archéologie: nouvelles approches et perspectives de recherche, Colloque d'Amiens (18-20 janvier 2007), Paris-Poulain (D.), Nardi Combescure (S.), Istria (D.) (eds.), Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 229-234.


Alessandra FOSCATI: Ignis sacer/ignis infernalis. Les saints taumaturges et la maladie qui brûle les corps
Dans le contexte de la multiplicité des significations attribuées aux maladies durant le Moyen Age, entendues comme actes de punition, moments d'expiation des péchés, mais aussi comme actes d'amour de Dieu, dans la pédagogie élaborée par la théologie chrétienne, une partie significative en est constituée par l'histoire de l'ignis sacer. Une telle maladie, qui conduisait à la dissolution de la chair noircie, de ce qui était perçu comme un "occulto igne" à l'intérieur du corps, a été interprétée, au Haut Moyen Age, comme un avant-goût des peines de l'enfer. Des analogies et des métaphores liées au feu de l'enfer se sont ensuite construites alors que les épidémies étaient considérées par les auteurs médiévaux comme le résultat d’un acte de punition divine, se réfèrant toujours à un péché précis. Les épidémies de brûlure ont agi comme un événement catalyseur pour la création ou le développement du culte de plusieurs saints dans les sanctuaires sur le territoire de Gaule. Cette communication mettra en évidence la façon dont la maladie en question fut perçue durant le haut Moyen Age et illustrera les caractéristiques miraculeuses des saints dont le culte était étroitement lié à la maladie.

Alessandra Foscati est chercheure à l'Università di Bologna, Dipartimento dei Beni Culturali. Ses travaux s'inscrivent dans le domaine de l'hagiographie, en particulier les études des miracles de guérison et  l'histoire de la médecine au Moyen Age. Sur le sujet de la présente communication, elle a publié: Ignis sacer. Una storia culturale del ‘fuoco sacro’ dall’antichità al Settecento (Micrologus' Library), Firenze 2013; "La Vergine degli ‘Ardenti’. Aspetti di un culto taumaturgico nelle fonti mariane tra XII e XIII secolo", in Hagiographica, XVIII (2011); "I tre corpi del santo. Le leggende di traslazione delle spoglie di sant'Antonio abate in Occidente", in Hagiographica, XX (2013).

Thomas GALOPPIN: Animaux réels, animaux figurés: soigner par le symbole ou soigner par la nature dans la magie de l'époque romaine
La nature ou physis est une notion importante pour comprendre l’histoire de la "magie", ses rapports avec la médecine savante et le ritualisme religieux. Aux premiers siècles de notre ère, dans le bassin méditerranéen, des textes de type "bestiaire" comme les Cyranides, organisent et transmettent un savoir à fonction thérapeutique où les animaux retenus sont "par nature" dotés de propriétés médicales. Parallèlement à ces matières animales, existent des représentations d’animaux, sur des gemmes dites "magiques", qui ont à leur tour un pouvoir thérapeutique. Or, ces gemmes ont une dimension religieuse, laquelle trouve un écho dans des papyrus grecs magiques. En envisageant ces pratiques guérisseuses comme un lieu d’exercice du pouvoir rituel, on essaiera de comprendre par quelle "nature" les animaux réels ou figurés participent à ce pouvoir.

Doctorant à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, Section des sciences religieuses, et membre du laboratoire Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques (AnHiMA - UMR 8210) à Paris, Thomas Galoppin prépare une thèse sur les animaux et le pouvoir rituel dans les pratiques "magiques" du monde romain antique, en tentant d’intégrer une approche anthropozoologique à l’histoire des religions du monde gréco-romain.

Bénédicte GUILLOT: Une zone funéraire spécifique aux enfants atteints de carences sévères sur le parvis de l'église Saint-Sauveur de Caen à l'époque moderne (avec la collaboration d'Olivier DUTOUR et d'Aminte THOMANN)
En 2011, la fouille de la place Saint-Sauveur de Caen a mis au jour une partie du cimetière de l’église Saint-Sauveur. Cette zone funéraire, d’une surface de 300 m2 et datée des XVIe-XVIIe siècles, regroupe une centaine d’inhumations d’enfants de tous âges, mais dont la majorité a moins de 10 ans. L’analyse paléopathologique indique que plus d’un individu sur deux est atteint de lésions osseuses liées à des carences alimentaires chroniques. Le fort taux de ces maladies carencielles dans l’échantillon indique sans nul doute une période pendant laquelle les conditions nutritionnelles et sanitaires sont particulièrement difficiles. Pour autant, le regroupement de ces jeunes malades dans un espace clos témoigne d’un recrutement spécifique d’enfants fortement carencés. En outre, le caractère évolué des lésions osseuses, particulièrement chez les plus jeunes, laisse présager une survie des individus atteints pendant un certain temps et ainsi, une résistance face à la maladie. Cette résistance est sans doute le témoignage de soins apportés à ces individus, par la famille ou par un institut spécialisé, de type hospice. Le patronyme de Saint-Sauveur, le saint protecteur des enfants, témoigne d’une considération toute particulière dans l’au-delà de ces jeunes individus. Il permet ainsi de discuter d’un relais apporté par l’Eglise concernant la protection spirituelle d’une partie particulièrement fragile de la population quand les soins prodigués lors du vivant par les institutions en place n’ont pas permis la survie des jeunes individus.

Aminte Thomann est membre de l'Inrap, Centre de Grand Quevilly et du CRAHAM, UMR 6273, Université de Caen Basse-Normandie.
Publication
Thomann A., Martin G., Guillot B., "Cas sévères de carence et un cas probable de syphilis congénitale chez des enfants morts en bas-âge à l’époque Moderne, inhumés sous le parvis de l’église Saint-Sauveur de Caen (Calvados)", XIXe congrès du Groupe des Paléopathologistes de Langue Française, Toulon, 11-12 mars 2012. Actes du colloque du GPLF, p. 14 [http://www.asso-gplf.fr/downloads/pre-actes/GPLF_pre-acte_2011.pdf].


Magali de HARO SANCHEZ: Médecine en magie et magie en médecine: antagonisme et complémentarité entre médecine rationnelle et médecine magique d'après les sources papyrologiques et littéraires gréco-latines
Au croisement des savoirs médicaux et des savoirs magiques, les pratiques iatromagiques sont attestées tant dans les papyrus grecs d’Egypte (Ier siècle avant, VIIe siècle après J.-C.) que dans les traités médicaux de l'époque romaine. On présentera les résultats de recherches consacrées aux marqueurs médicaux (vocabulaire de la pathologie, de la thérapeutique et de la pharmacopée) attestés dans les papyrus tablettes et lamelles iatromagiques, confrontés aux marqueurs magiques que l’on peut déceler dans les textes médicaux d’époque romaine. Se fondant sur les résultats de cette analyse pluridisciplinaire, on tentera en conclusion d’affiner le profil de ceux qui pratiquaient la médecine magique dans le bassin méditerranéen antique.

Après une thèse de doctorat en Langues et Lettres à l’Université de Liège, consacrée aux Recherches sur les papyrus iatromagiques grecs et latin d’Egypte. Contribution de la papyrologie à la typologie des écrits de magie dans l’Antiquité, Magali de Haro Sanchez a poursuivi à l’Université de Paris-Sorbonne des recherches sur la médecine grecque dans le LABEX RESMED "Médecine et magie: la littérature iatromagique dans l’Antiquité gréco-latine".
Publications
"Catalogue des papyrus iatromagiques grecs", dans PapLup 13 (2004), pp. 39-60 (accessible en ligne sur le site du CeDoPaL: http://www2.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/pages/medecineEgyptGrecRom.htm).
"Les papyrus iatromagiques grecs de Kellis", dans Lucida Intervalla 37 (2008a), pp. 79-98.
"Le vocabulaire de la pathologie et de la thérapeutique attesté dans les papyrus iatromagiques grecs: l’exemple des fièvres, des traumatismes et de l’"épilepsie"", dans BASP 47 (2010), pp. 131-153.
"Texte et contexte des papyrus iatromagiques grecs: recherches sur les conditions matérielles de réalisation des formulaires et des amulettes", dans SCHUBERT P. (éd.), Actes du 26e Congrès International de Papyrologie (Genève, 16-21 août 2010), Genève, 2012, pp. 159-169.
(éd.), Ecrire la magie dans l’Antiquité - Scrivere la magia nell’antichità. Actes du colloque international organisé à Liège, 13-15 octobre 2011, Liège (Religions. Comparatisme - Histoire - Anthropologie), à paraître.


Damien JEANNE: La double chair du lépreux: une accusée piteuse et une humiliée glorieuse. Une question de renommée?
Les mots de la lèpre sont ambigus. Ils relèvent du champ lexical du pur et de l’impur. La lèpre perçue par les clercs balance entre punition et élection divine. Le comportement de la population à l’égard des lépreux est double: redoutable et charitable. Les premiers conciles qui s’occupent du sort des lépreux veillent à ce qu’ils ne vagabondent pas. Simple mesure prophylactique? Volonté de stabiliser une population a priori inquiétante? Comment expliquer que la lèpre soit la seule maladie dont l’individu hypothétiquement atteint est déclaré "suspectus" après 1250? Qui décide qui est lépreux? Symbole d’élection divine, la lèpre est survalorisée au XIIe siècle. Elle appelle à la conversion. Salaire du péché, la lèpre est imputable à un comportement hors des normes fixées par l’Église. Le lépreux traîne en effet avec lui un cortège de lieux communs qui le rend odieux à la population. La tâche du clergé doit corriger ces comportements déviants par une série de rituels. Fondé sur le soin, le gouvernement pastoral de l’Église ne consiste-t-il pas aussi à veiller en permanence à ce que les lépreux des léproseries ne manquent de rien et ne soient objet d’opprobre? En somme, l’identification du lépreux comme un être double - à la fois pur et impur - ne serait-elle pas la marque du sacré qui pourrait expliquer l’attitude équivoque des gens du Moyen Âge?

Damien Jeanne est docteur en histoire et archéologie des mondes médiévaux (thèse soutenue en 2010 à l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense). Chargé de cours à l’Université de Caen Basse-Normandie et membre associé au Centre Michel-de-Boüard, CRAHAM - UMR 6273 du CNRS, ses travaux portent sur l’histoire et l’anthropologie des maladies au Moyen Âge.
Publications
""Condempné et desclaré estre ladre": Simon Lecourt un "riche marchant tanneur" qui perd la face: essai d’anthropologie historique sur le bouc émissaire", in Être reconnu de son temps: personnalité et notables aux Temps modernes, M. Hamon et A. Rovere (dir.), édition électronique du CTHS, 2012, p. 189-202.
"Une "machina memorialis". Les cartulaires des léproseries de la province ecclésiastique de Rouen", Tabularia "Études", n°12, 2012, p. 29-72.
"Le roi charitable. Les politiques royales envers les établissements d’assistance de la Normandie centrale et occidentale, XIIIe–XVe siècle", in Une histoire pour un royaume (XIIe–XVe siècle), A.-H. Allirot, M. Gaude-Ferragu, G. Lecuppre, É. Lequain, L. Scordia et J. Véronèse (éd.,) Paris, Perrin, 2010, p. 102-123.


Marie-Anne MOULIN: Reliques, images et médications: les voies de la guérison dans le duché d’Alençon au XVe siècle
Un catalogue de reliques de l’hôtel-Dieu d’Argentan prouve l’existence, au sein des établissements hospitaliers du duché, de pratiques religieuses concourant aux soins des malades. Les programmes iconographiques des salles des malades et des bâtiments charitables renforcent l’idée d’une intercession divine requise et nécessaire dans la guérison. Cependant, les seuls soins de l’âme ne suffisent pas et les comptes hospitaliers livrent quant à eux des informations relatives aux remèdes mis en œuvre pour soigner. Les sources écrites de l’espace alençonnais permettent d’aborder la question, inédite en Normandie, des pratiques à la fois votives et curatives à la fin du Moyen Age.

Marie-Anne Moulin est Docteur en Histoire et Civilisations de l’EHESS (Paris). Sa thèse a porté sur "Argentan au Moyen Âge, aspects urbains et sociaux, économiques", sous la direction de Philippe Braunstein, Paris, 2007. Chargée de TD à l'Université du Havre, elle est membre associé, CRAHAM, UMR 6273 UCBN/CNRS.

Emilie PIGUET: Pourquoi faire parler et agir un dieu comme un technicien? Etude des interactions entre technè médicale et guérisons miraculeuses dans les sanctuaires d’Asclépios
La communication portera sur l’étude des interactions entre savoirs et techniques scientifiques, croyances religieuses et quête de santé des individus dans l’Antiquité, et s’interrogera sur les mécanismes d’élaboration du (faire-) croire en la science d’une divinité. L’objectif sera de comprendre pourquoi un dieu par définition tout puissant, étranger aux lois naturelles, est présenté comme parlant et agissant comme un expert technique. Pourquoi introduire un savoir médical dans le discours d’un dieu? Jusqu’où est poussée la ressemblance avec la figure du médecin? À cet égard, Asclépios fournit un exemple caractéristique de dieu guérisseur parlant et agissant à la manière d’un technicien. L’analyse des sources nombreuses et variées, et entre autres les "stèles de guérisons" d’Epidaure et de Lébèna (iamata), conduira à une double interrogation portant sur les rédacteurs des récits et sur les similitudes entre la technè des médecins et les moyens utilisés par le dieu pour guérir les fidèles. La question des représentations de la divinité et de son "image" sera également posée.

Emilie Piguet est docteur en histoire. Chercheur associé au laboratoire ISTA (Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité - EA 4011), Université de Franche-Comté. Elle a soutenue en 2012 une thèse sur "Le culte et les sanctuaires d’Asclépios dans les îles de l’Egée et sur les côtes occidentales de l’Asie Mineure (IVe siècle av J.-C.; IIIe siècle ap. J.-C.)" sous la direction de Guy Labarre.
Bibliographie
"Les péans à Asclépios: innovations et continuités", Dialogues d’Histoire Ancienne, 38/1, 2012, p. 53-86.
"La diffusion du culte d’Asclépios en Egée et en Asie Mineure", in revue électronique Sciences Humaines combinées, n°12, Dijon, 2013 (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/lisit491/).
"Qu'est-ce qu'un dieu guérisseur? Réflexions à propos du dieu anatolien Mèn", in R. Lebrun (éd.), Dieux guérisseurs en Anatolie et régions voisines du deuxième millénaire av. J.-C. au 5e s. ap. J.-C. (Actes du colloque de Louvain la Neuve - Université Catholique de Louvain la Neuve - 15/16 juin 2012), Brepols, sous presse.


Hélène RÉVEILLAS: Prise en charge des malades et hôpitaux à la période médiévale: l’exemple des cimetières de l’hôtel-Dieu à Troyes et de l’hospice Saint-Ladre à Reims
C’est avec la fameuse "révolution de charité" des XIIe et XIIIe s. (Vauchez 1994) que se multiplient les fondations d’établissements hospitaliers sous l’égide des puissants mais également de simples bourgeois ou de corporations. Le but est alors de retrouver la solidarité fraternelle des premiers disciples du Christ, les "pauvres souffrants" sont des "pauperes christi", des pauvres à l’image du Christ. Les établissements hospitaliers les plus importants fonctionnent comme de véritables communautés, avec une chapelle et un cimetière qui leur sont propres ou du moins un espace funéraire réservé dans le cimetière paroissial. Leur vocation est de prendre en charge les plus pauvres mais tous ne sont pas acceptés: d’après les sources textuelles, les incurables, les malades contagieux et les enfants sont souvent exclus pour des raisons financières, sanitaires ou morales. Elles indiquent aussi que les tombes sont individuelles et l’utilisation du linceul fréquente, les cercueils étant plus spécifiquement réservés au personnel hospitalier et aux donateurs. La multiplication des fouilles archéologiques préventives a permis la mise au jour de plusieurs cimetières d’établissements hospitaliers. Deux ont retenu notre attention pour la période médiévale, celui de l’hôtel-Dieu le Comte à Troyes et celui de l’hospice Saint-Ladre à Reims. Notre étude archéo- anthropologique a porté à la fois sur les gestes funéraires pratiqués envers les sujets inhumés, mais également sur le "recrutement" biologique de l’échantillon découvert. Dans cette communication, nous discuterons des résultats obtenus et de la manière dont ceux-ci nous dévoilent un pan de la société médiévale. Des comparaisons seront proposées avec des établissements récents afin de réfléchir sur l’évolution des pratiques au cours des siècles.

Publication
Souquet-Leroy I., Réveillas H., Castex D., "Burial practices in Post-Medieval France during epidemic times", in S. Tarlow (éd.), Death and Burial in post-medieval Europe, Londres: Versita (en ligne), Sous presse.
Réveillas H. (2013), "Contribution of archaeo-anthropology for the understanding of the health status of past populations: the example of medieval and modern hospital cemeteries in France", 19th annual meeting of European Association of Archaeologists, Pilsen (République Tchèque), 4-8 septembre 2013.
Réveillas H., Souquet-Leroy I., Castex D. (2012), "Health and hospitals in France: from the late Middle Ages to modern times", 18th annual meeting of European Association of Archaeologists, Helsinki, 30 août-1er septembre 2012.
Réveillas H. (2011), "Les cimetières d’hôpitaux. Des archives au terrain", in D. Castex, P. Courtaud, H. Duday, F. Le Mort et A.-M. Tillier (éds), Aux origines du regroupement des morts. Du fait singulier à la coutume, Pessac, Thanat’os, pp. 219-230.
Réveillas H., Castex D. (2010), "Biologie et coutumes funéraires. Les établissements hospitaliers du Moyen Age et de l’époque moderne: état d’une recherche en cours, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Volume 22, 1-2, pp. 74-83.
Réveillas H., Castex D. (2009), "La gestion des cimetières d’hôpitaux en période de crise épidémique: apports des données bio-archéologiques, in S. Le Clech (éd.), Espaces, objets, populations dans les établissements hospitaliers du Moyen Age au XXe siècle, Dijon: Presses Universitaires de Dijon, pp. 343-364.
Castex D., Réveillas H. (2007), "Investigation sur une crise de mortalité à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais, XVIIIe s.). Hypothèses d’interprétation", Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Volume 19 n.s., 1-2, pp. 21-38.


Katie TUCKER: A Blessed Punishment: Evidence for leprosy at St Mary Magdalen, Winchester
In medieval England, over a quarter of all hospital foundations were dedicated to the care of people with leprosy. It is therefore surprising that, in contrast to a number of important historical works on leprosy, comparatively little archaeological work has been conducted on medieval leprosy hospitals. Excavations since 2008 by the University of Winchester at the site of the hospital of St. Mary Magdalen, Winchester, have achieved the most extensive excavation of a British leprosy hospital to date, with buildings and two cemeteries having been found. Radiocarbon dating confirms that the hospital is one of, if not the, earliest excavated examples from Britain (c AD 1070-90). Analysis of the individuals from the cemetery indicates skeletal evidence for leprosy in over 85% of the excavated individuals, a much larger percentage than has previously been recorded in British material. The demographic profile of the skeletal assemblage is also very unusual with around 50% of individuals being under the age of 25 years at the time of death. A number of these younger individuals also show skeletal evidence for leprosy, something else that has rarely been recorded in British archaeological material. The evidence suggests that, not only was leprosy being successfully identified and individuals institutionalised at a relatively young age but the hospital was providing a good level of care for individuals, both in life and death. This paper, presented by the project osteologist, will present these important findings in the context of wider research on the osteoarchaeological evidence for leprosy at other medieval hospitals.

Katie Tucker is a Post-Doctoral Fellow in Human Bioarchaeology at the University of Winchester. Her research interests include leprosy and peri-mortem trauma in skeletal remains and non-normative burial practices. She is currently involved in research projects in the UK, Germany, Romania and Ethiopia.
Publications
Montgomery, J., Knüsel, C., and Tucker, K., 2011, Identifying the Origins of Decapitated Male Skeletons from 3 Driffield Terrace, York Through Isotope Analysis: Reflections of the Cosmopolitan Nature of Roman York in the Time of Caracalla, in Bonogofsky, M (ed.) The Bioarchaeology of the Human Head: Decapitation, Decoration and Deformation. University of Florida University Press: Gainesville p.141-178.
Roffey, S. and Tucker, K., 2012, A Contextual Study of the Medieval Hospital and Cemetery of St. Mary Magdalen, Winchester, England. International Journal of Paleopathology 2 (4): 170-180.
Taylor, G.M., Tucker, K., Butler, R.E., Pike, A.W.G., Lewis, J., Roffey, S., Marter, P., Lee, O.Y-C., Wu, H.H., Minnikin, D.E., Besra, G.S., Singh, P., Cole, S.T., Stewart, G.R., 2013, Detection and strain typing of ancient Mycobacterium leprae from a medieval leprosy hospital. PLoS ONE 8(4): e62406. doi:10.1371/journal.pone.0062406.
Tucker, K., 2013, The Osteology of Decapitation Burials from Roman Britain: A Post-Mortem Burial Rite?, in Smith, MJ and Knüsel, C (eds.) The Routledge Handbook of the Bioarchaeology of Human Conflict. Routledge: London p.213-236.
Albert, E. and Tucker, K., 2014, In Search of Alfred the Great: The King, The Grave, The Legend. Amberley: Stroud.


Julien VÉRONÈSE: Guérir et rendre malade: un exemple de l’ambivalence de la magie savante médiévale (XIIe-XVe siècle)
À partir du XIIe siècle, l’Occident latin connaît, du fait des traductions, un renouvellement profond des savoirs que l’on peut qualifier de magiques dans la mesure où, à l’aide d’un certain nombre de rites et de procédés techniques qui mobilisent les forces de la nature et/ou des intelligences supérieures, ils prétendent produire des effets de manière instantanée. Cette littérature, diffusée principalement dans les milieux cléricaux et universitaires, propose une grande variété des pratiques plus ou moins ritualisées visant la protection ou la guérison du corps et de l’esprit, ou, à l’inverse, la propagation de maux physiques et psychologiques. Les traditions de magie rituelle, dont l’efficacité repose principalement sur l’invocation d’esprits, offrent notamment, sous une forme plus ou moins christianisée, des "remèdes" et des aides au diagnostic conçus comme efficaces et miraculeux, ou, au contraire, des experimenta visant à générer des maladies; elles font en outre, dans certains cas, de l’acquisition de la médecine scolastique un enjeu de premier plan. Cette communication propose donc une synthèse sur les rapports entre magie "savante" et médecine (au sens large) aux derniers siècles du Moyen Age, en insistant sur le caractère profondément ambivalent des artes magice.

Agrégé et docteur en histoire, spécialiste de la magie rituelle médiévale, Julien Véronèse a soutenu en 2004 une thèse consacrée à l’Ars notoria (Université Paris X - Nanterre), et il est maître de conférences à l’Université d’Orléans (Laboratoire POLEN-CESFiMA) depuis 2005.
Principales publications
L’Ars notoria au Moyen Age. Introduction et édition critique, Florence, 2007.
L’Almandal et l’Almadel latins au Moyen Age. Introduction et éditions critiques, Florence, 2012.


Mathieu VIVAS: Corps polluant et espace consacré: le rite liturgique de réconciliation comme purification des églises et des cimetières souillés (Xe-XIVe siècles)
Le rite liturgique de consécration octroie à l’église et au cimetière un statut sacré, ritualisé et institutionnalisé. Cette pratique de définition de l’espace les purifie et les place sous la protection de Dieu: retranchés du monde profane, ils sont, pour l’une, la maison de Dieu et, pour l’autre, la dernière demeure des "bons chrétiens". Les sources écrites rapportent cependant que les espaces ecclésiaux peuvent subir une pollutio, en particulier par le cadavre des païens et des "mauvais chrétiens". Afin d’éviter la contaminatio et de "soigner" l’espace, il est alors nécessaire de procéder à une exhumation. Des actes, entraînant ou non des effusions de sang, peuvent également entraîner une souillure de l’espace ecclésial ou cimétérial. Lorsque la pollutio est avérée, le rite liturgique et solennel de réconciliation, prérogative épiscopale, permet de laver, de purifier et de reconsacrer (purgare, mundare, consecrare denuo): les aspersions d’eau bénite, les encensements et les chants liturgiques sont alors les moyens de recouvrer la pureté. Si la documentation textuelle permet d’appréhender la pollution des espaces (sources liturgiques, normatives, actes de la pratique, documents de gestion, etc.), la réconciliation des espaces ecclésiaux fait aussi l’objet de représentations figurées. L'on montrera que la création du rituel de réconciliation répond à de nouvelles représentations et pratiques à la fois sociales et spatiales, elles-mêmes empreintes de nouvelles exigences normatives relatives à la pureté des lieux ecclésiaux. L'on mettra en avant les rapports que les hommes du Moyen Age entretenaient avec les espaces et le sacré, essentiellement dans le but de pouvoir discuter la notion médiévale de pollution et de contagion.

Mathieu Vivas est docteur en Histoire et Archéologie du Moyen Age. Menées de façon interdisciplinaire, ses recherches concernent la privation volontaire de sépulture et les inhumations atypiques (Xe - début du XIVe siècles), sujet d’une thèse soutenue à l’Université de Poitiers en 2012.
Publication
(avec Isabelle Cartron, Dominique Castex, Patrice Georges et Martine Charageat), De corps en corps. Traitement et devenir du cadavre, Actes des séminaires de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine mars-juin 2008, Pessac, 2010.
(avec Delphine Boyer-Gardner), Déplacer les morts. Voyages, funérailles, manipulations, exhumations et réinhumations de corps au Moyen Age, second volume de la collection "Thanat’Os", à paraître en 2014.



À Saint Thomas d’Aizier, la vie et la mort dans une léproserie médiévale normande, avec Joël BLONDIAUX, Cécile CHAPELAIN DE SERÉVILLE-NIEL, Raphaëlle LEFEBVRE et Marie-Cécile TRUC
Le site de la chapelle Saint-Thomas d’Aizier a été fouillée de 1998 à 2010 dans le cadre d’un programme de recherche sur les léproseries médiévales rurales dans le nord de la France.
Situé en pleine forêt, cet établissement compte parmi les propriétés de l’abbaye de Fécamp. Seule la chapelle romane, dédiée à Thomas Becket, subsiste aujourd’hui à l’état de ruines. La léproserie d’Aizier, petit édifice rural a priori sans importance notable, présente l’intérêt d’être intégralement conservée et d’offrir l’opportunité d’une fouille sinon exhaustive, du moins la plus complète possible. Mentionnée dès le XIIe s. et abandonnée au cours du XVIe siècle, le site est fréquenté ensuite de façon sporadique, le couvert forestier ayant permis une fossilisation de l’enclos et la sauvegarde des vestiges.
Une étude conjointe des sources historiques et archéologiques, alliée à la prise en compte de l’organisation de l’enclos et de son intégration dans son environnement, permet de mieux comprendre cet établissement, son origine, son mode de fonctionnement et son évolution dans le temps.
En outre, la fouille a apporté un éclairage sur les conditions de vie (logements communautaires ou maisonnettes individuelles), sur la structuration des différents espaces (bâtiments de vie, cimetière, passages, clôtures intérieures...) et sur la population inhumée dans les différents espaces funéraires identifiés (plus de 220 sépultures exhumées).
La population inhumée à Aizier est particulièrement intéressante pour l’étude de la lèpre au Moyen Age, pour connaître la perception de cette maladie et appréhender ses implications sociales. Une étude typo-chronologique des modes d’inhumation, une analyse de la répartition des tombes selon divers critères de sélection (âges, sexe ou statut social des défunts) a été entreprise. Les résultats de l’analyse anthropo-biologique de laboratoire confirment une spécialisation des aires funéraires en rapport avec la vocation hospitalière de l’établissement. Les études épidémiologiques ont d’ores et déjà confirmé la part très importante de la lèpre parmi les pathologies observées.

Raphaëlle LEFEBVRE
Raphaëlle Lefebvre est archéo-anthropologue à l’INRAP Haute et Basse-Normandie et chercheuse associée au CRAHAM, elle a réalisé un mémoire de Master Recherche sur "Les pratiques funéraires dans les léproseries médiévales en Normandie". Membre du groupe de recherche Historia leprosorum, elle participe, en plus de ses activités professionnelles, à l’étude de la léproserie d’Aizier en collaboration avec Cécile Chapelain de Séreville-Niel et Marie-Cécile Truc.
Publications
Lefebvre R, 2006, "Les pratiques funéraires dans les léproseries médiévales en normandie", Master recherche Histoire, Patrimoine, Arts, sous la direction d’Anne-Marie Flambard et de Piroska Nagy, Université de Rouen.
Lefebvre R., 2007, "Les pratiques funéraires dans les léproseries médiévales normandes à partir du cas concret de la léproserie saint-Thomas d’Aizier, premiers résultats", in Truc M.-C, Cardon Th., Lefebvre R., et. Al., Aizier, fouille programmée d’une léproserie médiévale, rapport 2007, rapport déposé au SRA de Haute-Normandie, p. 81-98.
Lefebvre R., 2007, "Les pratiques funéraires dans les léproseries médiévales normandes à partir du cas concret de la léproserie saint-Thomas d’Aizier", in Tabuteau B. (dir.), "Etude des lépreux et des léproseries au Moyen Age dans le Nord de la France. Histoire, Archéologie, Patrimoine", Histoire Médiévale et Archéologie, vol. 20, 2007, p. 109-110.
Thomann A., Lefebvre R., 2013, "Haute-Normandie, Eure, Gisors. La chapelle Saint-Luc de la léproserie Saint-Lazare", DFS déposé au SRA de Haute-Normandie, INRAP (étude anthropologique).


Marie-Cécile TRUC
Marie-Cécile Truc est Ingénieure de recherche à l'Inrap, membre associée au CRAHAM (UMR 6273) et membre du groupe Lazari au sein du CAHMER (université de Picardie). Elle est responsable de fouilles sur des sites ruraux du haut-Moyen Age et le Moyen Age et a notamment dirigé la fouille programmée de la léproserie médiévale d’Aizier (Eure) de 1998 à 2008, en collaboration avec Cécile Chapelain de Séreville-Niel.
Articles sur la léproserie d’Aizier
Niel C. et Truc M.-C., avec la collaboration de Penna B. (†) 2007, "La chapelle Saint-Thomas d'Aizier (Eure). Premiers résultats de six années de fouille programmée", Etude des lépreux et des léproseries au Moyen Age dans le nord de la France. Histoire, archéologie, patrimoine, B. Tabuteau dir., actes de la journée d'étude d'Aizier (9 avril 2005), Histoire Médiévale et Archéologie, vol. 20, 2007, p. 47-109.
Chapelain de Seréville-Niel C., Truc M.-C.  et al. 2012, "La chapelle Saint-Thomas d’Aizier (Eure): bilan de douze années de fouille programmée", Journées archéologiques de Haute-Normandie 2011, Publications des universités de Rouen et du Havre, p. 241-260.


BIBLIOGRAPHIE :

Historiographie

Dupront A., "La religion - Anthropologie religieuse", in Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets, J. Le Goff et P. Nora (dir.), Paris, Gallimard (Folio histoire; 188), 1974, p. 440-481.
Foa J., "Histoire du religieux", in Historiographies, I. Concepts et débats, C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Paris, Gallimard (Folio histoire; 179), 2010, p. 268-281.
Iogna-Prat D., "Le religieux et le sacré", in Les historiens français à l’œuvre, 1995-2010, J.-F. Sirinelli, P. Cauchy et C. Gauvard (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 2010, p. 143-159.
Julia D., "La religion - Histoire religieuse", in Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets, J. Le Goff et P. Nora (dir.), Paris, Gallimard (Folio histoire; 188), 1974, p. 482-522.
Le Goff J. et Truong N., Une histoire du corps au Moyen Âge, Paris, Liana Lévi, 2003.
Ory P., "Histoire du corps", in Historiographies, I. Concepts et débats, C. Delacroix, F. Dosse, P. Garcia et N. Offenstadt (dir.), Paris, Gallimard (Folio histoire; 179), 2010, p. 262-267.
Revel J. et Peter J.-P., "Le corps. L’homme malade et son histoire", in Faire de l’histoire. Nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets, J. Le Goff et P. Nora (dir.), Paris, Gallimard (Folio histoire; 188), 1974, p. 848-878.
Sineux P., "La guérison dans les sanctuaires du monde grec antique: de Meibom aux Edelstein, remarques historiographiques", Anabases, n°13, 2011, p. 11-25.
Touati F.-O., "Histoire des maladies, histoire totale? L'exemple de la lèpre et de la société au Moyen Âge", Sources. Travaux historiques, n°13, 1988, p. 3-14.


Anthropologie, anthropologie historique, biologie

Anspach M. R., "Mort des dieux, naissance des dieux: témoignage d’un insensé", La Revue du MAUSS, t. 22, n°2, 2003, p. 222-234.
Burkert W., Homo Necans. Rites sacrificiels et mythes de la Grèce ancienne, Paris, Les Belles Lettres (Vérité des mythes), 2005.
Derrida J., La pharmacie de Platon in La dissémination, 3e éd., Paris, Éditions du Seuil (Points Essais; 265), 1993, p. 77-213.
Douglas M., De la souillure. Essai sur les notions de rituels et de tabou, Paris, La Découverte (Textes à l’appui), 1992.
Duby G., "Réflexions sur la douleur physique au Moyen Âge", in Mâle Moyen Âge. De l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1988 (Champs; 216), p. 203-209.
Fincher C. L., Thornhill R., Murray, R. D. R., Schaller, M., "Pathogen prevalence predicts human cross-cultural variability in individualism/collectivism", Proceedings of the Royal Society, t. 275, 2008, p. 1279-2585.
Fincher C. L., Thornhill, R., "Assortive sociability, limited dispersal, infectious disease and the genesis of the global pattern of religion diversity", Proceedings of the Royal Society, t. 275, 2008, p. 2587-2594.
Goffman E., Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, 2e éd., Paris, Les Éditions de Minuit (Le sens commun), 2001.
Hamonet C., Les personnes en situation de handicap, 7e éd., Paris, PU de France (Que sais-je?; n° 2556), 2012.
Jouanna J., "La maladie sauvage dans la Collection Hippocratique et la tragédie grecque", Mètis. Anthropologie des mondes grecs et anciens, t. 3, n° 1-2, 1988, p. 343-360.
Laplantine F., Anthropologie de la maladie. Étude ethnologique des systèmes de représentations étiologiques et thérapeutiques dans la société occidentale contemporaine, 2e éd., Paris, Payot 1992.
Le Breton D., La chair à vif. Usages médicaux et mondains du corps humain, Paris, Éditions Metailié (Traversées), 1993.
Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, Presses Universitaires de France (Quadrige), 1990.
Le Breton D., Anthropologie de la douleur, 2e éd., Paris, Éditions Métailié (Sciences humaines; 12), 2006.
Le Goff J., "Corps et idéologie dans l’Occident médiéval", in L’imaginaire médiéval. Essais, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1991, repris dans Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard (Quarto), 1999, p. 555-578.
Rey R., Histoire de la douleur, Paris, La Découverte (Sciences humaines et sociales; 84), 2000.
Ruffié J. et Sournia J.-C., Les épidémies dans l'histoire de l'homme. De la Peste au Sida. Essai d'anthropologie médicale, 2e éd., Paris, Flammarion (Champs; 320), 1995.
Schmitt J.-C., Le Corps, les rites, les rêves, le temps. Essais d’anthropologie médiévale, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 2001.
Le sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la maladie, Augé M. et Herzlich C. (dir.), Paris, Éditions des archives contemporaines (Ordres sociaux), 1984.
Scubla L., "Les hommes peuvent-ils se passer de toute religion? Coup d’œil sur les tribulations du religieux en Occident depuis trois siècles", in Qu’est-ce que le religieux? Religion et politique, A. Caillé (dir.), Paris, La Découverte (Sciences humaines et sociales; 360) p. 86-113.
Scubla L., "Roi sacré, victime sacrificielle et bouc émissaire", in Qu’est-ce que le religieux? Religion et politique, A. Caillé (dir.), Paris, La Découverte (Sciences humaines et sociales; 360) p. 193-217.
Sournia J.-C., Histoire de la médecine, 2e éd., Paris, La Découverte (Histoire des sciences; 41), 2004.
Stiker H.-J., Corps infirmes et sociétés. Essais d’anthropologie historique, 3e éd., Paris, Dunod, 2005.
Tarot C., Le symbolique et le sacré. Théories de la religion, Paris, La Découverte (Textes à l’appui, Bibliothèque du MAUSS), 2008.


Thèmes du colloque

1. Entre punition et élection: les maladies sont-elles sacrées?
Jeanne D., "Condempné et desclaré estre ladre": Simon Lecourt un "riche marchant tanneur" qui perd la face: essai d’anthropologie historique sur le bouc émissaire", in Être reconnu de son temps: personnalité et notables aux Temps modernes, M. Hamon et A. Rovere, (dir.), édition électronique du CTHS, 2012, p. 189-202.
Jouanna J., "Hippocrate de Cos et le sacré", Journal des savants, 1989, n°1-2, p. 3-22.
Touati F.-O., Maladie et société au Moyen Âge. La lèpre, les lépreux et les léproseries dans la province ecclésiastique de Sens, jusqu’au milieu du XIVe siècle, Paris, Bruxelles, De Boeck Université (Bibliothèque du Moyen Âge; 11), 1998.


2. Thérapeutes et mortifères: dieux, saints et rois
Dulin-Aladjidi P., "L’image des rois des premiers siècles au service de la grandeur de la dynastie française à la fin du Moyen Âge: l’exemple de la pratique de la vertu de la charité", in Images du Moyen Âge, I. Durand Le Guen (éd.), Rennes, PU de Rennes (Histoire), 2006, p. 35-44.
Dulin-Aladjidi P., Le Roi père des pauvres. France, XIIIe–XVe siècle, Rennes, PU de Rennes (Histoire), 2008.
Dulin-Aladjidi P., "L’idéal politique du roi "père des pauvres"", in Une histoire pour un royaume (XIIe–XVe siècle), Actes du colloque Corpus Regni organisé en hommage à Colette Beaune, A.-H. Allirot, M. Gaude-Ferragu, G. Lecuppre, É. Lequain, L. Scordia et J. Véronèse (éd.), Paris, Perrin, 2010, p. 88-101.
Barlow F., "The King’s Evil", in The Norman Conquest and Beyond, Londres, Hambledon Press, 1983, p. 23-47.
Bloch M., Les rois thaumaturges. Étude sur le caractère surnaturel attribué à la puissance royale particulièrement en France et en Angleterre, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1983.
Boureau A., Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français, XVe–XVIIe siècles, Paris, Les Éditions de Paris, 2000.
Dulaey M., Symboles des Évangiles (Ier-VIe siècles). "Le Christ médecin et thaumaturge", Paris, Librairie Générale Française (Références), 2007.
Foscati A., "La Vergine degli "ardenti". Aspetti un culto taumatrugico nelle fonti Mariane tra XIIe XIIIe secolo", Hagiographica, n°XVIII, 2011, p. 263-295.
Giesey R. E., "Modèles de pouvoirs dans les rites royaux en France", Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n°3, 1986, p. 579-599.
Jeanne D., "Le roi charitable. Les politiques royales envers les établissements d’assistance de la Normandie centrale et occidentale, XIIIe–XVe siècle", in Une histoire pour un royaume (XIIe–XVe siècle), Actes du colloque "Corpus Regni" organisé en hommage à Colette Beaune, A.-H. Allirot, M. Gaude-Ferragu, G. Lecuppre, É. Lequain, L. Scordia et J. Véronèse (éd.), Paris, Perrin, 2010, p. 102-123.
Le Goff J., "Un roi souffrant: saint Louis", Les Cahiers de Varsovie, 1988, p. 51-71.
Poly J.-P., "Le capétien thaumaturge: genèse populaire d’un miracle royal", in La France de l’an Mil, R. Delort (dir.), Paris, Les Éditions du Seuil, 1990, p. 282-308.
Les saints et leurs sanctuaires. Textes, images et monuments, C. Jolivet-Lévy, M. Kaplan, J.-P. Sodini (éd.), Paris, 1993.
Sineux P., Amphiaraos, guerrier, devin et guérisseur, Paris, Les Belles Lettres, 2007.


3. Typologie, topographie et fonctions des lieux religieux
Bowersock G. W., "Parabalani: A Terrorist Charity in Late Antiquity", Anabases, n°12, 2010, p. 45-54.
Caseau B., "Sacred Landscapes", in Late Antiquity. A Guide to a Post Classical World, G.W. Bowersock, P. Brown, O. Grabar (éd.), Cambridge, Harvard University Press, 1999, p. 21-59.
Caseau B., "Les hôpitaux byzantins: modernité et flexibilité", in Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle. Espace, objets et populations, S. Le Clech-Charton (dir.), Dijon, Éditions Univ. de Dijon, 2010, p. 221-234.
Clay R. M., The Mediaeval Hospital of England, 2e éd., Londres, Frank Cass, 1966.
Dupront A., "Pèlerinages et lieux sacrés", in Histoire économique du monde Méditerranéen, 1450-1650, Mélanges Fernand Braudel, t. 1, Toulouse, Privat, 1972, p. 189-206.
Dupront A., Du sacré: croisades et pèlerinages: images et langage, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1987.
Jeanne D., "Les léproseries du diocèse de Bayeux: essai d'inventaire archéologique et architectural", in Archéologie et architecture hospitalière de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps modernes, p. 325-389.
Le Blévec D., "Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge", in Fondations et œuvres charitables au Moyen Age, p. 7-22.
Le Blévec D., La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du XIIe au milieu du XVe siècle, Rome, École Française de Rome (Collection de l’École française de Rome; 265), 2000, 2 vol.
Miller T. S., The Birth of the Hospital in the Byzantine Empire, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 1997.
Montaubin P., "Origine et mise en place des hôpitaux cathédraux dans la province ecclésiastique de Reims, IVe-XIIIe siècle", in M.-C. Dinet-Lecomte (éd.), Les hôpitaux, enjeux de pouvoir. France du Nord et Belgique (Actes du colloque international d’Amiens 30 et 31 mars 2006), Revue du Nord, n°22, 2008, p. 13-46.
Simon A.-D., "Géographie et topographie hospitalières XIIe-XVe siècles: bases de données, cartographie SIG, synthèses sur la Bourgogne", in Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle. Espace, objets et populations, p.
Sineux P., "Le sanctuaire d’Asklépios à Lébèna: l’ombre de Gortyne", Revue historique, n°609/3, 2006, p. 589-608.
Touati F.-O., Archives de la lèpre. Atlas des léproseries entre Loire et Marne au Moyen Âge, Paris, CTHS, 1996.
Touati F.-O., "La géographie hospitalière médiévale (Orient-Occident, IVe–XVIe siècles): des modèles aux réalités", in Hôpitaux et maladreries au Moyen Âge: espace et environnement, p. 7-20.
Touati F.-O., "Un dossier à rouvrir: l’assistance au Moyen Âge", in Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge, p. 23-38.
Vincent C., "Pour un inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinages en France", Revue d'Histoire de l'Église de France, t. 91, 2005, p. 381-402.


4. Savoirs médicaux, rites et pratiques de guérison/purification/exorcisme
Benveniste É., "La doctrine médicale des Indo-européens", Revue de l’histoire des religions, n°130, 1945, p. 5-12.
Bénézet J.-P., Pharmacie et médicament en Méditerranée occidentale (XIIIe-XVIe siècles), Paris, Honoré Champion, (Sciences techniques et civilisations du moyen Âge à l’aube des Lumières; 3), 1999.
Byl S., De la médecine magique et religieuse à la médecine rationnelle. Hippocrate, Paris, L’Harmattan (Sciences et Société), 2011.
Caseau B., "Ordinary Objects in Christian Healing Sanctuaries", in Late Antique Archaeology: Objects in Use, L. Lavan (éd.), Leyde, Brill, 2008, p. 625-654.
Caseau B., "Sealing practices in the Byzantine Administration", in Seals and Sealing Practices in the Near East. Developments in Administration and Magic from Prehistory to the Islamic Period (Proceedings of the International Workshop in Cairo, 2-3 December 2009), B. Caseau, J.-Cl. Cheynet, I. Regulski, K. Duistermaat, P. Verkinderen (dir.), Louvain, Peeters, OLA, 2012, p. 139-155.
Casper G., "A doctor in the house? The context for Anselm of Canterbury’s interets in médicine with reference to a probable case of malaria", Journal of Medieval History, n°30, 2004, p. 245-261.
Dunand F., "La guérison dans les temples", Archiv für Religionsgechichte, 8, 2006, p. 4-24.
Grmek M. D., "Le médecin au service de l’hôpital médiéval en Europe occidentale", History and philosophy of Life science, t. IV, 1982, p. 26-64.
Grmek M. D., "Préliminaires d'une étude historique des maladies", Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, numéro spécial "Histoire biologique et société", n° 6, 1969, p. 1473-1483.
Grmek M. D., Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale. Recherches sur la réalité pathologique dans le monde grec préhistorique archaïque et classique, Paris, Payot, 1983, 527 p.
Histoire de la pensée médicale, t. I, Antiquité et Moyen Âge, M. D. Grmek (dir.), Paris, Les Éditions du Seuil, 1995.

Hansen W. et Freney J., Des bactéries et des hommes. Histoire des grandes maladies infectieuses et de leur diagnostic, Toulouse, Privat (Mémoire vive), 2002.
De Haro Sanchez M., "Catalogue des papyrus iatromagiques grecs", Papyrologica Lupiensa, n°13, 2004, p. 39-60.
De Haro Sanchez M., "Les papyrus iatromagiques grecs et la région thébaine", in "Et maintenant ce ne sont plus que des villages..." Thèbes et sa région aux époques hellénistique, romaine et byzantine, Actes du colloque tenu à Bruxelles (2 et 3 décembre 2005), A. Delattre et P. Heilporn (éd.), Bruxelles, Association Égyptologique Reine Élisabeth (Papyrologica Bruxellensia; 34), 2008, p. 97-102.
De Haro Sanchez M., "Les papyrus iatromagiques grecs de Kellis", Lucida Intervalla, n°37, 2008, p. 79-98.
De Haro Sanchez M., "Le vocabulaire de la pathologie et de la thérapeutique attesté dans les papyrus iatromagiques grecs: l’exemple des fièvres, des traumatismes et de l’"épilepsie"", Bulletin of the American Society of Papyrologists, n°47, 2010, p. 131-153.
De Haro Sanchez M., "Texte et contexte des papyrus iatromagiques grecs: recherches sur les conditions matérielles de réalisation des formulaires et des amulettes", in Actes du 26e Congrès International de Papyrologie (Genève, 16-21 août 2010), P. Schubert (ed.), Genève, Droz, 2012, p. 159-169.
Jacquart D., Le milieu médical en France du XIIe au XVe siècle, Genève, Droz, 1981.
Jacquart D., La médecine médiévale dans le cadre parisien, XIVe-XVe siècle, Paris, Fayard (Penser la médecine), 1998.
Jacquart D. et Thomasset C., Sexualité et savoir médical au Moyen Âge, Paris, Presses universités de France (Les chemins de l’histoire), 1985.
Jouanna J., "Médecine rationnelle et magie: le statut des amulettes et des incantations chez Galien", Revue des Études Grecques, n°124, 2011, p. 47-77.
Kealey E. J., Medieval Medicus. A Social History of Anglo-Norman Medicine, Baltimore-Londres, The Johns Hopkins University Press, 1981.
Labey P., "L’histoire du malade. Croisement de deux anthropologies", in Faire l’anthropologie historique du Moyen Âge, E. Brilli, B. Dufal, P.-O. Dittmar (éd.), Atelier du Centre de recherches historiques, n°6, 2010 [en ligne].

Labey P., "Garde et cure des corps. Discours anthropologiques et pratiques sociales régulières autour du malade (XIIe-XVIIIe siècle)", L’Atelier du Centre de recherches historiques [en ligne], 2012.
Le Blévec D., "Maladie et soin du corps dans les monastères cisterciens", in Horizons marins. Itinéraires spirituels. I. Mentalités et sociétés, H. Dubois, J.-C. Hocquet et A. Vauchez (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1987, p. 171-182.
Le Goff J., "Le christianisme et les rêves IIe-VIIe siècle", in L’imaginaire médiéval. Essais, Paris, Gallimard (Bibliothèque des histoires), 1991, repris dans Un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard (Quarto), 1999, p. 689-737.
Magic and Rationality in Ancient Near Eastern and Graeco-Roman Medicine, H. F. J. Horstmanshoff et M. Stol (éd.), Leyde, Brill, 2004.
Moulinier–Brogi L., "Un flacon en point de mire. La science des urines, un enjeu culturel dans la société médiévale (XIIIe-XVe siècles)", Annales. Histoire Sciences Sociales, n°1, 2010, p. 11-37.
Nicoud M., "Hygiène, pathologies et médicalisation du petit peuple: discours et pratiques à la fin du Moyen Âge", in Le petit peuple dans la société de l’Occident médiéval, P. Boglioni, R. Delort et C. Gauvard (dir.), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2003, p. 659-672.
Nissen C., "Interprétations divines et naturelles des monstres dans l’Antiquité classique", New Yperman, n°8, 2007, p. 18-28.
Nissen C., Entre Asclépios et Hippocrate. Étude des cultes guérisseurs et des médecins en Carie, Liège, CIERGA (Kernos, Supplément; 22), 2009.
Patzelt E., "Moines-médecins", in Études de civilisation médiévale (IXe-XIIe siècles). Mélanges offerts à R.-E Labande, par ses amis, ses collègues, ses élèves, Poitiers, CESCM, 1974, p. 577-588.
Pouchelle M.-C., Corps et chirurgie à l'apogée du Moyen Âge. Savoir et imaginaire du corps chez Henri de Mondeville, chirurgien de Philippe le Bel, Paris, Flammarion (Nouvelle bibliothèque scientifique), 1983.
Pouchelle M.-C., "Le sang et ses pouvoirs au Moyen Âge", in Mentalités. Histoire des cultures et des sociétés, R. Muchembled (dir.), 1, Paris, Imago, 1988, p. 17-41.
Rousselle A., Croire et guérir. La foi en Gaule dans l’Antiquité tardive, Paris, Fayard, 1990.
Sineux P., "Les récits de rêve dans les sanctuaires guérisseurs du monde grec: des textes sous contrôle", Sociétés et Représentations, t. 1, n°23, 2007, p. 45-65.

Touati F.-O., "Historiciser la notion de contagion: l’exemple de la lèpre dans les sociétés médiévales", in Air, miasme et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, p. 157-187.
Touati F.-O., "La Terre sainte: un laboratoire hospitalier au Moyen Âge?", in Sozialgeschichte mittelalterlicher Hospitäler, Colloque de la Reichenau (2002), "Konstanzer Arbeitskreis für Mittelalterliche Geschichte", N. Bults et K. Spiess (dir.), Munich, J. Thorbecke (Vorträge und Forschungen; 65), 2004, p. 9-46.
Touati F.-O., "De l’infirmerie monastique à l’hôpital moderne: lieux, édifices et formes de l’assistance dans la France du Centre et de l’Ouest", in Archéologie et Architecture Hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des temps modernes, p. 391-437.
Tubiana M., Histoire de la pensée médicale. Les chemins d’Esculape, Paris, Flammarion (Champs; 384), 1995.
Vigarello G., Histoire des pratiques de santé. Le sain et le malsain depuis le Moyen Âge, Paris, Les Éditions du Seuil (Points Histoire; 259), 1999.
Weiss Adamson M., Medieval Dietetics: Foods and Drink in the Regimen Sanitatis Literature from 800 to 1400, Frankfurt-sur-Le Main et New York, Peter Lang (German Studies in Canada; 5), 1995.
Wickersheimer E., Dictionnaire biographique des médecins en France au Moyen Âge, Genève, Droz, 1936-1979, 4 vol.


Paléoanthropologie et archéologie

Blanchard P., "Le cimetière médiéval des pauvres à Bourges (Cher, France): une zone spécifique pour les épisodes de surmortalité?", Epidémies et société dans le monde occidental XIVe-XXIe siècle, Actes du colloque (16 juin 2005), Revue sociologie santé, les études hospitalières, 2005, n°22, p. 210-217.
Castex D. (éd.), Epidémies et crises de mortalité du passé, Actes des séminaires, année 2005, Maison des sciences de l'homme, Ausonius, 2007, 243 p.
Dominique Castex, Patrice Georges et Philippe Blanchard, "Complémentarité et discordances entre sources textuelles et sources archéo-anthropologiques en contexte de crises de mortalité par épidémie. Études de cas", Revue archéologique du Centre de la France [En ligne], Tome 47 .
Colard T., Blondiaux J., Demondion X., Alduc-Le Bagousse A., Niel C., "Evolution of skeletal lesions severity in leprosy", 18th European Meeting of the Paleopathology Association, Vienne, 23-26 août 2010. Supplement to the Paleopathology Newsletter, 2011, p. 115.
De Seréville-Niel C., Truc M.-C. et al., "La chapelle Saint-Thomas d’Aizier (Eure): bilan de douze années de fouille programmée, Journées archéologiques de Haute-Normandie", Évreux 6-7 mai 2011, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2012, p. 241-260.
Jeanne D., Grégoire V., Guillon M., "Histoire, archéologie et anthropologie d’une léproserie et de ses morts : la léproserie de Putot-en-Bessin", in Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des Temps Modernes, p. 45-101.
Réveillas H., Castex D., "Biologie et coutumes funéraires. Les établissements hospitaliers du Moyen Âge et de l’époque moderne: état d’une recherche en cours", Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, vol. 22, n°1-2, 2010, p. 74-83.
Réveillas H. et Bergeret A., "Un sujet atteint de la maladie de Paget dans le caveau du couvent des Franciscains à Carcassonne (XIIIe-XVIe siècle)", in Décrypter la différence: lecture archéo-anthropologique et historique de la place de la personne handicapée au sein des communautés du passé, V. Delattre et R. Sallem (éd.), Paris, CQFD, INRAP, 2009, p. 181-183.
Réveillas H., Castex D., "Quels espaces d’inhumation pour les malades? Traitement funéraire des décès en milieu hospitalier au Moyen Âge et à l’époque moderne", 7ème Journée de la Géographie "Les espaces de la mort et la mort dans l’espace", Pessac, ADES, 2009, p. 15-28 (Cahiers ADES; 5).
Reveillas H., Castex D. (2009), "La gestion des cimetières d’hôpitaux en période de crise épidémique: apports des données bio-archéologiques", in Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle. Espace, objets et populations, p.
Roffey S., "Medieval leper hospitals in England: an archaeological perspective from St Mary Magdalen, Winchester", Medieval Archaeology, n°56, 2012, p. 203-34.
Roffey S. et Marter P., "Treating leprosy St Mary Magdalen, Winchester", Current Archaeology, n°267, 2012, p. 12-18.
Roffey, S et Marter, P., "Excavations at St Mary Magdalen Winchester 2008-2012", Hampshire Field Club Newsletter, n°57, 2012, p. 3-4.
Roffey, S. et Marter, P., "St Mary Magdalen Hospital Winchester", British Archaeology, n°117, 2011, p. 22-27.
Roffey, S., "Excavations at St Mary Magdalen, Winchester", Monastic Research Bulletin, n°16, 2010, p. 43-49.
Ruffin L., Palich R., Demondion X., Blondiaux Joël., Colard T., Alduc-Le Bagousse A., Niel C., Flipo R.-M., "X-Rays as a sensitive method for the studies of long bones of leg periosteal lesions in leprosy", 18th European Meeting of the Paleopathology Association, Vienne, 23-26 août 2010. Supplement to the Paleopathology Newsletter, 2011, p. 40.
Simon A.-D., "Implantations, activités et relations des établissements d’assistance en Bourgogne à la fin du Moyen Âge", Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre | BUCEMA [En ligne], 17.1 | 2013.
Simon A.-D., "Les établissements d’assistance dans la ville de Beaune et ses environs entre les XIIe et XVe siècles", Recueil des travaux du Centre beaunois d’études historiques, t. 26, 2008, p. 17-35.
Truc M.-C., Niel C., Penna B., "La chapelle Saint-Thomas d’Aizier, premiers résultats de six années de fouille programmée", in, Études des lépreux et léproseries au Moyen Âge dans le nord de la France, Histoire, Archéologie, patrimoine, B. Tabuteau (dir.), Histoire Médiévale et Archéologie, vol. 20, CAHMER, Laboratoire d’Archéologie et d’Histoire de l’Université de Picardie Jules-Verne, 2007, p. 47-109.


Colloques et tables rondes

Air, miasme et contagion. Les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, Actes de la Table-ronde organisée à Reims (17 janvier 1997), S. Bazin-Tacchella, D. Quéruel et É. Samama, (dir.), Langres, Dominique Guéniot Éditeur, (Hommes et textes en Champagne) 2001.
Archéologie et Architecture Hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des temps modernes, Actes du Colloque international organisé par l’université de Paris XII-Val-de-Marne (Centre pour la Recherche, l’Enseignement et la Publication dans le domaine de l’Histoire de l’Europe), 7-8 octobre 1999, F.-O. Touati (dir.), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2004.
Contagion: Perspectives from Pre-Modern Societies, L. Conrad et D. Wujastyk (dir.), Londres, Wellcome Institute for the History of Medicine, 2000.
Le monstre et sa lignée. Filiations et générations monstrueuses dans la littérature latine et sa postérité, J.-P. de Giorgio et F. Galtier (éd.), Mazoyer (dir.), Paris, L’Harmattan (Kubaba), 2012.
La dérision au Moyen Âge. De la pratique sociale au rituel politique (Actes de la journée d’études "Pratiques de la Dérision au Moyen Âge", Paris-Sorbonne, 29 novembre 2003), Crouzet-Pavan et J. Verger (dir.), Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne (Cultures et civilisations médiévales), 2007.
Les établissements hospitaliers en France du Moyen Âge au XIXe siècle. Espace, objets et populations, S. Le Clech-Charton (dir.), Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, BUCEMA 14, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2010.
Étude des lépreux et des léproseries au Moyen Âge dans le nord de la France. Histoire, archéologie, patrimoine, Laboratoire d’Archéologie et d’Histoire de l’université de Picardie Jules Verne, Tabuteau B. (dir.), Amiens, Publications du C.A.H.M.E.R., 20, 2007.
Fondations et œuvres charitables au Moyen Âge, 121e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nice 26-31 octobre 1996, sect. d’histoire médiévale et de philologie, J. Dufour et H. Platelle, (éd.), Paris, CTHS, 1999.
Guérisons du corps et de l’âme: approches pluridisciplinaires, P. Boulhol, F. Gaide, M. Loubet (dir.), Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2006.
Handicaps et sociétés dans l’histoire. L’estropié, l’aveugle et le paralytique de l’Antiquité aux temps modernes, F. Collard et É. Samama (dir.), Paris, L’Harmattan, 2010.
Hôpitaux et maladreries au Moyen Âge : espace et environnement, colloque international organisé par le Laboratoire d’Archéologie et d’Histoire de l’Université de Picardie-Jules Verne (Amiens 22-24 novembre 2002), P. Montaubin (dir.), Amiens, Histoire médiévale et archéologie, 17, 2004.
Pèlerinages et lieux saints dans l'Antiquité et le Moyen Âge. Mélanges offerts à Pierre Maraval, B. Caseau, J.-C. Cheynet, et V. Déroche (éd.), Paris, ACHByz, 2006.
The Past and Present of Leprosy. Archaeological, Historical, Palaeopathological and Clinical Approaches. Proceedings of the International Congress on the Evolution and Palaeoepidemiology of the Infectious Diseases 3 (ICEPID), M. E. Lewis, K. Manchester et C. A. Roberts (dir.), University of Bradford, University Press of Bradford (BAR international series 1054, Archeopress, Oxford), 2002.
Les Pères de l’Église face à la science médicale de leur temps, V. Boudon-Millot et B. Pouderon (dir.), Paris, Beauchesne, 2005.
Les Pères de l’Eglise et la chair: entre incarnation et diabolisation, les premiers chrétiens au risque du corps, Actes du Ve colloque de La Rochelle (9-11 septembre 2011), Royan, Caritaspatrum, 2012.


Avec le soutien
du Centre de Recherches Archéologiques et Historiques Anciennes et Médiévales (CRAHAM),
de l'Office Universitaire d'Études Normandes (OUEN),
de l'Université de Caen Basse-Normandie,
du CNRS,
de la ville de Caen,
du Ministère de la Culture,
de la Région Basse-Normandie
et du Centre d'Études Paléopathologiques du Nord (CEPN)

CRAHAM   CNRS   OUEN

UCBN   Ville de Caen