Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2016 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
SECRETS, COMPLOTS, CONSPIRATIONS
( XVIIIe - XXIe SIÈCLES )
Mise à jour
09/09/2016


DU VENDREDI 22 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 29 JUILLET (14 H) 2016

DIRECTION : Christian CHELEBOURG, Antoine FAIVRE

ARGUMENT :

À partir de la fin du XVIIIe siècle, les sociétés occidentales ont vu conjointement proliférer les organes de presse et se développer les interprétations conspirationnistes de leur histoire. La Révolution française et les Lumières furent les premières à en faire les frais, à travers la dénonciation de complots antichrétiens par l’abbé Baruel et l’Écossais John Robinson. La progressive mise en place d’un quatrième pouvoir, œuvrant dans les démocraties à une transparence croissante de la vie publique, s’est ainsi accompagnée d’une conviction profonde que l’essentiel restait secret, caché, inaccessible au profane; que la marche du progrès était tantôt favorisée, tantôt entravée par des pouvoirs occultes poursuivant dans l’ombre un dessein inavoué. Abreuvée d’informations, l’imagination veut croire que "La Vérité est ailleurs", comme l’affirmait le générique de la série X-Files.

Aussi les fictions se sont-elles largement nourries de la sombre poésie des sociétés secrètes, des sectes ou des lobbies capables de mener le monde en sous-main, de perpétuer clandestinement quelques puissants savoirs ancestraux ou de dissimuler à tous des connaissances jugées trop déstabilisantes. On songe aux Treize de Balzac, aux Invisibles chers à Dumas et George Sand, aux Illuminati de Dan Brown ou encore à la lutte des Assassins contre les Templiers dans les jeux de la licence Assassin’s Creed; mais ce personnel énigmatique et inquiétant se presse aussi bien dans les récits inspirés par les événements de Roswell comme dans les romanesques hypothèses sur l’identité de Jack The Ripper, l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, l’origine du VIH ou les attentats du 11 septembre 2001. À chaque fois, l’imagination fictionnelle vole au secours d’une vérité qui échappe. À la faveur de ce mouvement, l’ésotérisme, dont la vocation est d’être réservé à quelques initiés, devient un phénomène de masse et l’histoire se déplace dans la sphère de la pop culture, au point que des personnages de fiction peuvent s’y voir attribuer un rôle actif.

Le colloque étudiera les ressorts, les effets et les enjeux de ce brouillage de l’enquête et de l’invention du XVIIIe siècle à l’époque contemporaine, et les mettra en relation avec l’histoire de la transmission des doctrines sacrées.

CALENDRIER DÉFINITIF :

Vendredi 22 juillet
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Samedi 23 juillet
Matin:
Antoine FAIVRE: Exemple d’imaginaire complotiste jésuitico-maçonnique à la veille de la Révolution: le factum (Weimar, 1782) de Johann J. Chr. Bode: Examen impartial du livre intitulé des Erreurs et de la Vérité. Par un Frère laïque en fait de sciences
Jean-Pierre LAURANT: Le secret au cœur de la communication ou de quelques pratiques propres à la démocratie en marche au XIXe siècle

Après-midi:
Reinhard MARKNER:
La Première Guerre Mondiale vue comme l’œuvre des francs-maçons: Friedrich Wichtl et son livre Weltfreimaurerei. Weltrevolution. Weltrepublik (1919)
Ana Maria BINET: Les "associations secrètes" pourraient-elles comploter contre l’État? Le cas du Portugal salazariste (1928-1968)

Soirée:
Autour de Les enquêtes de Murdoch: Voyage dans l'au-delà (Saison 5, épisode 10, 2012)


Dimanche 24 juillet
Matin:
Anne-Marie BARON: Spécificité des sociétés secrètes balzaciennes
Rebecca SUGDEN: Balzac et les espaces ténébreux du complot. Paysage, pouvoir et narration dans Une ténébreuse affaire [enregistrement audio en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de l'Université de Caen Normandie et sur le site France Culture]

Après-midi:
Emmanuel KREIS: "Conspirationnisme" et "ésotérisme": construction contemporaine et réalité historique
Jean-Marie SECA:
Épistémologie du conspirationnisme: genèse et typologie contemporaine

Ceci n'est pas un attentat, documentaire réalisé par Clémentine Vagne, projection suivi d'un débat

Soirée:
Autour de The Adventures of Tintin: The Secret of the Unicorn de Steven Spielberg (2011)


Lundi 25 juillet
Matin:
Bertrand MÉHEUST: Un des plus profonds tabous des temps modernes: les sciences psychiques
Apolline LEHMANN: Les thanatonaufictions et le "Grand Interdit" des recherches sur la vie après la mort (1990-2015)

Après-midi:
DÉTENTE

Soirée:
Autour de Thunderball de Térence Young (1965)


Mardi 26 juillet
Matin:
Serge MEITINGER: Le Manuscrit trouvé à Saragosse ou qu’est-ce qu’une conjuration des Lumières?
Patrizia D’ANDREA: Initiés, Invisibles et Immortels: complot romanesque et conspiration fictionnelle dans La Maison des Hommes Vivants de Claude Farrère (1910)

Après-midi:
Laurent DÉOM: Chevaleries secrètes (et autres conspirations) dans l’œuvre de Jean-Louis Foncine (1938-1994)
Marie-Hélène BAUER: Mystification et complot dans Fantômette de Georges Chaulet (1961-2011)

Soirée:
Autour de The Dark Knight Rises de Christopher Nolan (2012)


Mercredi 27 juillet
Matin:
Sébastien BERTRAND: James Bond face au SPECTRE. Le mythe de la conspiration mondiale pendant la Guerre Froide
Gilles MENEGALDO: Univers dystopique, paranoïa et conspiration dans deux séries britanniques: Le Prisonnier (Patrick McGoohan, ATV, 1967-68) et Utopia (Dennis Kelly, Channel 4, 2013)

Après-midi:
Lauric GUILLAUD: Imaginaire et réalité du complot en Amérique du Nord. De la croyance à la paranoïa dans l’histoire, la littérature et l’image
Jean-Paul MEYER: Du message secret au récit caché. Déchiffrement et dévoilement dans les Aventures de Tintin

Soirée:
Autour de X-Files, 09x19, The Truth de Chris Carter (2002)


Jeudi 28 juillet
Matin:
Guillaume LABRUDE: The Dark Knight: l’ennemi intérieur par Christopher Nolan (2005-2012)
Christian CHELEBOURG: "The Truth Is Out There": surnaturel et théorie du complot dans The X-Files (1993-2016)

Après-midi:
Élise BENCHIMOL: Inferno de Dan Brown (2013): le complot du semeur de peste
Dominique MEYER-BOLZINGER: L’imaginaire de l’enquête et du complot dans les romans de Fred Vargas

Soirée:
Bernardo SCHIAVETTA: Mon hétéronyme occulte, un poète ésotérique du XXe siècle


Vendredi 29 juillet
Matin:
Maryse PETIT: Le secret dans le Noir, à travers le roman policier et le récit noir contemporains

Table ronde conclusive

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Anne-Marie BARON: Spécificité des sociétés secrètes balzaciennes
N’ayant vécu en famille que très peu, Balzac a acquis la conviction que l'homme seul est condamné à l'échec et rêve de groupes, de clans, de bandes. Il insiste tout particulièrement sur la valeur affective et morale de la confiance et de la protection inhérentes aux sociétés secrètes — microcosmes à l’intérieur du macrocosme de La Comédie humaine —, que leur secret définisse la société elle-même et non ses membres, comme pour les Treize, ou que la qualité de membre ou les dispositions particulières de la société soient des secrets comme c’est le cas des Frères de la Consolation. Très sensible à la fonction affiliatrice du secret, qui — de façon aussi technique que symbolique — trace la limite entre initiés et exclus, Balzac y voit clairement l’élément à la fois discriminant et structurant qui permet la réunion des forces, mais aussi le privilège d’une élite de l’élite.

Anne-Marie Baron est agrégée de lettres, docteur d’état, présidente de la société des Amis d’Honoré de Balzac et de la Maison de Balzac, critique de cinéma, a publié sept essais sur Balzac et quatre sur le cinéma.
Publications
Balzac et la Bible, une herméneutique du romanesque, H. Champion, 2007.
Balzac occulte, Alchimie, magnétisme, sociétés secrètes, L’Âge d’homme, 2012.
Romans français du XIXe siècle à l’écran. Problèmes de l’adaptation, Presses de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2008.
La Bible à l’écran, CinémAction, Éditions Corlet (
à paraître).
Participe au Dictionnaire de la Bible dans la littérature (à paraître aux Éditions du Cerf,) au Dictionnaire George Sand (Honoré Champion, 2015) et au Dictionnaire Balzac (à paraître aux Éditions Garnier).

Marie-Hélène BAUER: Mystification et complot dans Fantômette de Georges Chaulet (1961-2011)
La mystification et le complot partagent la même démarche, celle de manigancer secrètement dans le but de nuire. Une nuance toutefois, le mystificateur le fait sur le mode plaisant, pour rire aux dépens de quelqu’un. Chaulet met en scène nombre de tentatives de coup d’état et de sociétés mafieuses et occultes mais toujours de manière bouffonne. De telle sorte que toute la série peut être vue comme le récit d'une mystification, qu'elle soit représentée ou  qu'elle procède de la représentation.

Marie-Hélène Bauer, doctorante à l'Université de Lorraine, se spécialise en littérature de jeunesse et en culture de masse. Elle prépare une thèse intitulée "Poétique du simulacre dans la série Fantômette de Georges Chadet", sous la direction de Christian Chelebourg.

Élise BENCHIMOL: Inferno de Dan Brown: le complot du semeur de peste
Les Illuminati dans Anges et Démons, le Prieuré de Sion et l'Opus Dei dans Da Vinci Code, la franc-maçonnerie dans Le Symbole perdu... Dans ses romans policiers ésotériques, Dan Brown se passionne pour les archétypes du secret, du complot et de la conspiration. Dans Inferno, le dernier volet de la tétralogie de Robert Langdon, l'auteur à succès mélange allègrement Dante, Machiavel et Malthus pour bâtir une intrigue conspirationniste et apocalyptique. Partant du principe que la terre est au bord de l'explosion démographique, un savant fou, génial, masqué et fasciné par la Peste noire, crée un virus menaçant pour réduire d'un tiers la population mondiale. Les épidémies de peste ont à travers l'histoire été liées à des théories du complot; frappés par une maladie qu'ils ne comprenaient pas, les groupes désignaient régulièrement des boucs émissaires, des semeurs de peste supposés. À travers sa fiction infernale, Dan Brown réactive la figure du semeur de peste, mais, signe de la peur d'une apocalypse écologique, en fait non plus un meurtrier démoniaque mais un philanthrope de l'extrême.

Ancienne élève de l'École Normale Supérieure de Lyon, agrégée de Lettres Modernes, Élise Benchimol est actuellement doctorante contractuelle à l'Université Paris Diderot. Elle prépare, sous la direction de Catherine Coquio, une thèse sur la littérature de la peste de Defoe à nos jours. Elle s'intéresse aux contextes catastrophiques et apocalyptiques, ainsi qu'aux phénomènes de réécriture littéraire, qui font resurgir de l'ancien, voire de l'archaïque, au cœur du contemporain.

Sébastien BERTRAND: James Bond face au SPECTRE. Le mythe de la conspiration mondiale pendant la guerre froide
Né de la guerre froide, l’espion créé par Ian Fleming en 1953 est le héros littéraire et cinématographique d’un monde où secrets et complots menacent une paix internationale fragilisée par la confrontation Est-Ouest. Véritable Némésis de Bond des années soixante aux années quatre-vingt, l’organisation criminelle internationale SPECTRE (Section Permanente Exécutive de Contre-espionnage, Terrorisme, Rétorsion et Extorsion) est l’archétype de l’hydre conspirationniste omniprésente et manipulatrice, créant et attisant des crises mondiales pour servir ses desseins criminels. En replaçant films et romans dans leur contexte historique, l’intervention posera trois degrés d’analyse du SPECTRE dans le monde de James Bond: le processus de création et ses sources d’inspiration, le mythe de la pieuvre (symbole de l’organisation) et, enfin, sa mise en scène littéraire et cinématographique.

Sébastien Bertrand, professeur agrégé et docteur en histoire contemporaine, enseigne en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles au Lycée Janson de Sailly (Paris XVIe). Ses recherches portent sur l’inscription des cultures de jeunesse et du cinéma dans l’histoire contemporaine et la géopolitique. Il a participé aux colloques de Cerisy sur Walt Disney (2011) et  Littérature de jeunesse (2013).
Dernière publication
"Adolescence et mythologie: Saint Seiya, manga et anime éducatifs", in Christian Chelebourg et Francis Marcoin (dir.), "Civiliser la jeunesse", Cahiers Robinson n°38, colloque de Cerisy, 2015.


Ana Maria BINET: Les "associations secrètes" pourraient-elles comploter contre l’État? Le cas du Portugal salazariste (1928-1968)
L’"État nouveau" portugais se met en place en 1933 en s’appuyant sur une nouvelle constitution qui limite considérablement les libertés publiques par rapport à la précédente constitution de 1911, qui a suivi la proclamation de la République en 1910. Les "associations secrètes", selon la terminologie de l’époque, sont parmi les victimes de cette politique liberticide qui se met en place sous la férule du Premier Ministre de l’époque, Antonio de Oliveira Salazar, et du parti qu’il a créé, l’Union Nationale. Nous nous proposons d’étudier les conséquences de cette politique sur la Maçonnerie portugaise, tout comme sur la Société théosophique au Portugal.

Ana Maria Binet est professeur des universités, responsable de la Section d’Etudes Lusophones et du groupe de recherches G.I.R.L.U.F.I. (Groupe Interuniversitaire de Recherches Luso-Françaises sur l’Imaginaire) dans l’EA AMERIBER, responsable de l’Axe prioritaire de recherche "Écrire, Représenter, Traduire". Ses recherches portent sur la littérature portugaise contemporaine, principalement les mouvements d’avant-garde, le poète Fernando Pessoa et le postmodernisme. Dans le domaine de l’histoire des idées, elle travaille sur les rapports entre littérature et ésotérisme, les mouvements messianiques, l’utopie, dans la culture lusophone.
Ouvrages en rapport avec le sujet
"La poétique du secret chez Fernando Pessoa", in Dire le Secret, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. "Modernités" n°14, 2001, p. 261-277.
Article sur Fernando Pessoa in Dictionary of Gnosis and Western Esotericism, Leiden, Brill Academic Publishers, 2005, p. 942-944.
"A obra de Fernando Pessoa, uma galáxia de esoterismos?", in Steffen DIX, Jeronimo PIZARRO (org.), A Arca de Pessoa, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 2007, p. 173-186.


Christian CHELEBOURG: "The Truth Is Out There": surnaturel et théorie du complot dans The X-Files
Entre 1993 et 2002, The X-Files a préparé le complotisme du XXIe siècle en synthétisant celui de l’après-guerre. La série fait ressortir la dimension romanesque de la conspiration. Si elle passe inaperçue, c’est que la cohérence du monde repose non sur le vrai, mais sur la vraisemblance. Le conspirationnisme postmoderne s’inscrit dans une double crise de la réalité et du positivisme, qui débouche sur une mise en question de notre aptitude à engendrer des vérités neuves. C’est à la justice et non plus à la science que notre époque se fie pour cela, exigeant ainsi la conjonction d’un récit et d’une preuve matérielle. Mais le complot fait apparaître les menaces de manipulation qui planent sur cette heuristique. Il fragilise le dernier bastion de la vérité: il est le cauchemar d’une société incapable de produire autre chose que des discours concurrents.

Patrizia D’ANDREA: Initiés, Invisibles et Immortels: complot romanesque et conspiration fictionnelle dans La Maison des Hommes Vivants de Claude Farrère (1910)
Les Supérieurs Inconnus et le Comte de Saint-Germain nourrissent l’imaginaire romanesque dès le début du XIXe siècle (George Sand, Dumas, Balzac). La figure de l’Initié immortel se décline sous diverses facettes dans la réalité fictionnelle, selon les théories de référence. Or, avec l’essor et la vulgarisation des sciences occultes, notamment avec la Société Théosophique de Mme Blavatsky, les pouvoirs surnaturels des "Grands Initiés" (Schuré) sont investis d’une accréditation magique et scientifique. Nous proposons de souligner la présence et l’importance de la quête de l’immortalité dans les fictions romanesques à une époque charnière (le tournant du XXe siècle) pour une mythologie devenue à la fois un produit de consommation et une spéculation sur les lois de la physique. Le récit de Claude Farrère, La Maison des Hommes Vivants (1910), peut se lire comme une anticipation symbolique et critique qui permet de cerner les dérives idéologiques d’une telle volonté de conquête.

Patrizia D'Andrea, docteur en Littératures comparées de l'Université Paris IV-Sorbonne, sous le titre Le Spiritisme dans la littérature de 1865 à 1913: perspectives européennes sur un imaginaire fin-de-siècle, a publié sa. thèse en 2014 aux Éditions Honoré Champion. Spécialisée sur les questions de fantastique, ésotérisme, magie et anticipation dans la littérature du tournant de siècle (XIXe - XXe), elle a publié des articles et des chapitres d'ouvrages sur Remy de Gourmont, Catulle Mendès, Victorien Sardou et Malcolm de Chazal.

Laurent DÉOM: Chevaleries secrètes (et autres conspirations) dans l’œuvre de Jean-Louis Foncine (1938-1994)
Les groupes vivant en marge de la société sont récurrents chez l’auteur pour la jeunesse Jean-Louis Foncine: apparaissant dans son premier roman, La Bande des Ayacks, ils adoptent la forme spécifique de l’ordre chevaleresque secret dans Le Foulard de sang, prenant ensuite d’autres visages au fil du déploiement de l’œuvre. Exaltant à la fois, sur le plan esthétique, un mystère qui porte la trace d’influences romanesques et romantiques, et, sur le plan éthique, les vertus des cénacles d’élus, ils constituent un lieu d’observation idéal de la "conversion esthétique" qui permet à l’auteur de se faire la source des valeurs qu’il promeut.

Laurent Déom, maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université Lille 3, enseigne la littérature de jeunesse. Il est membre du laboratoire Analyses littéraires et histoire de la langue (Alithila) de Lille 3, ainsi que du Centre de Recherche sur l’Imaginaire (C.R.I.) et du Groupe de recherche sur l’image et le texte (GRIT) de Louvain-la-Neuve. Ses recherches, qui reposent sur une conception de la littérature comme expérience ontologique, se situent à l'interface de la poétique de l’imaginaire, de l’analyse du discours et de l’anthropologie de la réception.
Publication
L’Imaginaire en œuvre: romans scouts et expérience littéraire, P.I.E.-Peter Lang, 2014.


Antoine FAIVRE: Exemple d’imaginaire complotiste jésuitico-maçonnique à la veille de la Révolution: le factum (Weimar, 1782) de Johann J. Chr. Bode: Examen impartial du livre intitulé des Erreurs et de la Vérité. Par un Frère laïque en fait de sciences
Le factum de Johann Joachim Christoph Bode, homme de lettres weimarien bien connu dans l’Allemagne de son époque, s’inscrit dans le contexte de la querelle du crypto-catholicisme — en l’occurrence, du crypto-jésuitisme —, orchestrée par de nombreux publicistes allemands, surtout protestants. Elle repose sur l’accusation portée par ceux-ci selon laquelle des catholiques, particulièrement des jésuites, s’efforceraient, dans les pays germaniques, de miner de l’intérieur le protestantisme par des moyens secrets et détournés, notamment en infiltrant les loges maçonniques. De ces craintes qui, très largement, relèvent d’un imaginaire complotiste, le texte de 1782 est une des expressions les plus extrêmes. Bode s’y livre à un décodage systématique — quasi obsessionnel — des pages du livre Des Erreurs et de la Vérité (1775, de Louis-Claude de Saint-Martin), alors que le contenu et le propos de celui-ci, qui relèvent entièrement du courant théosophique, n’ont aucun rapport avec ce que Bode s’efforce d’y voir. Des lecteurs d’aujourd’hui pourraient être tentés d’affecter Bode à la catégorie des fous littéraires, mais ce serait ne pas tenir compte de la virulence de l’épidémie complotiste au cœur de laquelle fut écrit son factum.

Lauric GUILLAUD: Imaginaire et réalité du complot en Amérique du Nord. De la croyance à la paranoïa dans l’histoire, la littérature et l’image
Il est légitime de s'interroger sur l'obsession du complot qui mine la société américaine depuis ses commencements. Les Puritains croyaient que la Terre entière et les Cieux avaient noué quelque alliance secrète pour précipiter leur fin. Comme l’a montré Richard Hofstadter (The Paranoid Style in American Politics, 1966), l'Amérique est aux griffes d'un vaste complot qui, dans l'ombre, travaille à sa destruction. La liste est longue, depuis l'affaire de Salem, "un horrible complot de sorcellerie contre ce pays" (Mather), le "complot" des Illuminés, celui des francs-maçons et des jésuites, la "cabale de l'or" des Greenbackers, jusqu'aux Rouges qui se seraient infiltrés dans les places-fortes de Washington. La paranoïa du complot, ou la peur américaine de la désintégration, atteindra son paroxysme avec l’attaque terroriste du 11 septembre. Notre communication propose une approche anthropologique du complotisme américain fondée à la fois sur l’histoire, les croyances et les productions culturelles (littérature et cinéma). Elle s’attachera à cerner la paranoïa du complot pour interroger les raisons de sa permanence dans l’histoire des USA.

Bibliographie
L. de Haven-Smith, Conspiracy Theory in America, University of Texas Press, 2014.
L. Guillaud, Amériques secrètes, Paris, Grancher, 2014.
R. Hofstadter, The Paranoid Style in American Politics (1964), New York, Vintage, 2008.
P. Knight, Conspiracy Culture: From Kennedy to The X Files, New York, Routledge, 2001.
J. E. Uscinski, J. M. Parent, American Conspiracy Theories, New York, OUP, 2014.


Emmanuel KREIS: "Conspirationnisme" et "ésotérisme": construction contemporaine et réalité historique
L’amalgame est communément effectué, de nos jours, entre "ésotérisme" et "conspirationnisme". Les rayons "ésotérisme" des librairies, les articles de presse sur les "théories du complot" ou encore les nombreuses productions scientifiques — notamment en sciences politiques et psychologie sociale — en témoignent. Cette association mérite d’être interrogée à la fois au travers d’un exposé historique croisé des phénomènes visant à mettre au jour les emprunts mutuels, les interrelations et les violentes oppositions entre ces deux courants, mais également en rendant compte des évolutions récentes qui favorisent indubitablement la confusion.

Emmanuel Kreis est historien, docteur de l’École pratique des hautes études (section sciences religieuses). Ses travaux portent sur l’antijudéo-maçonnisme et le conspirationnisme.
Publication
Les Puissances de l’ombre, Paris, CNRS éditions, 2009 [éd. "poche" 2012].

Guillaume LABRUDE: The Dark Knight: l’ennemi intérieur par Christopher Nolan
Elle a provoqué la chute de Rome et le grand incendie de Londres. Maintenant, c'est à Gotham City qu'elle a décidé de s'en prendre. The League Of Shadow s'est juré de rétablir la justice selon ses propres principes, en détruisant toute ville, tout empire qu'elle aura jugé corrompu par le vice. En développant sa trilogie sur le Chevalier Noir, Christopher Nolan a su donner sa vision de la société secrète et de la peur viscérale du complot et du terrorisme au visage masqué, dans une Amérique encore sous le choc des attentats du 11 Septembre 2001. De l'initiation du personnage de Bruce Wayne dans Batman Begins (2005) à son retour en sauveur dans The Dark Knight Rises (2012), en passant par l'effondrement des systèmes de pensée et de justice face à l'anarchisme dans The Dark Knight (2008), il sera ici question d'étudier les représentations des méthodes conspirationnistes et leurs symboles au sein de la trilogie. Au-delà des films de Nolan, cette communication s'appuiera également sur certains récits de la saga Batman, notamment No Man's Land, Bride Of The Demon, Son Of The Demon et Birth Of The Demon mais aussi sur les travaux de Frank Miller (Batman: Year One, The Dark Knight Returns) et de Jeff Loeb (The Long Halloween, Dark Victory). Le corpus critique comportera certains grands classiques comme The Hero With A Thousand Faces de Joseph Campbell ou encore Il Superuomo De Massa d'Umberto Eco.

Jean-Pierre LAURANT: Le secret au cœur de la communication ou de quelques pratiques propres à la démocratie en marche au XIXe siècle
À l’image de leurs ancêtres confrontés à la recommandation des apôtres de "crier sur les toits ce qu’ils avaient entendu dans le creux de l’oreille" (Lc, 12, 3) tout en évitant de jeter "leurs perles devant les porcs" (Mt.7, 6), "les hommes de désir" de la "prémodernité", considérant la profondeur du fossé creusé entre les aspirations des Lumières et les désastres de la guerre, s’attachèrent à de nouveaux modèles. La science occulte conservée dans le secret des sanctuaires préparait le temps de l’esprit et de la transformation des sociétés une fois réalisée l’éducation du peuple. Cette ébauche d’épistémologie, reprise lointaine de la "discipline de l’arcane", était le propre d’une élite, une minorité initiée, appelée à faire l’histoire. On la retrouve aussi bien chez le fondateur de l'occultisme, Eliphas Lévi (1810-1875), que dans les écrits de théoriciens de la maçonnerie comme F.T.B. Clavel (1789-1852) ou du savant bibliothécaire de Sainte-Geneviève Ferdinand Denis (1798-1890), voire sous la plume d'adversaires résolus de la Révolution française comme le cardinal Pitra (1812-1889).

Jean-Pierre Laurant, né en 1935 à Paris, après des études d'histoire à la Faculté des Lettres de Paris-Sorbonne a fait un mémoire à l'École pratique des Hautes Études sur "l'argumentation historique dans l'œuvre de René Guénon", sous la direction de François Secret qui lui a ouvert les portes de cette institution où il fut chargé de conférences de 1975 à 2000 sur le thème: "Recherches sur les courants ésotériques aux XIXe et XXe siècles". Titulaire d'un Doctorat d'État, il appartient au Groupe "Sociétés, religions, laïcités" du CNRS. Cofondateur et codirecteur scientifique de la revue annuelle interuniversitaire Politica Hermetica, ses publications se sont concentrées autour de l'ésotérisme chrétien et du traditionalisme guénonien.

Apolline LEHMANN: Les thanatonaufictions et le "Grand Interdit" des recherches sur la vie après la mort (1990-2015)
Les recherches sur la vie après la mort s’inscrivent parmi les "Grands Interdits" de la science moderne. Les thanatonaufictions qui ont fleuri depuis la théorisation des Expériences de Mort Imminente par Raymond Moody en 1975, interrogent la situation des médecins, contraints de mener en secret des investigations condamnées par le serment d’Hippocrate, réduits à adopter une démarche transgressive contre la conspiration tacite des autorités scientifiques. Nous étudierons le lien entre leur quête initiatique et l’imaginaire du complot dans quelques œuvres contemporaines comme Flatliners de Joel Schumacher (1990), Les Thanatonautes de Bernard Werber (1994), Hereafter de Clint Eastwood (2010) ou Proof de Rob Bragin (2015).

Apolline Lehmann, doctorante contractuelle rattachée au laboratoire LIS (Littératures, Imaginaire et Sociétés) de l’école doctorale Stanislas, fait une thèse intitulée "Récit d’Expérience de mort imminente et renouvellement de l’imaginaire thanatologique dans les productions culturelles grand public de 1975 à nos jours". Chargée d’enseignement à la faculté de Lettres et sciences  humaines à Nancy, elle est secrétaire du Centre d'Études et de Recherches sur les Littératures de l'Imaginaire (CERLI).
Bibliographie
Beyond: Two Souls, Sony, Quantic Dream, 2013.
Gérald Bronner, L’empire des croyances, Paris, PUF, 2003.
Pierre Brunel, L’imaginaire du secret, Grenoble, Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble, "Ateliers de l’Imaginaire", 1998.
Clint Eastwood (réal.), Hereafter [Au-delà], États-Unis, 2010.
Fredric Jameson, La totalité comme complot: Conspiration et paranoïa dans l'imaginaire contemporain, Paris, Les Prairies Ordinaires, "Penser/croiser", 2007.
Pascal Laugier (réal.), Martyrs, France, Canada, 2008.
Evelyne-Sarah Mercier (dir.), La Mort Transfigurée, Paris, L’Âge du Verseau, 1992.
Raymond Moody, La Vie après la vie, Paris, Robert Laffont, 1977[1975].
Marie-Aude Murail et Lorris Murail, L’Expérienceur, Paris, L’École des Loisirs, 2003.
Loïc Nicolas et Emmanuelle Danblon (dir.), Les rhétoriques de la conspiration, Paris, CNRS éditions, 2010.
Joel Schumacher (réal.), Flatliners [L’Expérience Interdite], États-Unis, 1990.
Pierre-André Taguieff, La Foire aux illuminés: Esotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits, "Essai", 2005.
Pierre-André Taguieff, Court traité de complotologie, Paris, Mille et une nuits, 2013.
Bernard Werber, Les Thanatonautes, Paris, éd. Le livre de poche, 2007[1994].


Reinhard MARKNER: La Première Guerre Mondiale vue comme l’œuvre des francs-maçons: Friedrich Wichtl et son livre Weltfreimaurerei. Weltrevolution. Weltrepublik (1919)
L’effondrement de l’Autriche-Hongrie libéra, d’une part, la voie pour la création de la Grande Loge de Vienne et aussi pour la résurgence de la Franc-Maçonnerie dans d’autres parties de la Cisleithanie. Mais on assista, d'autre part, simultanément à un fort essor de l’anti-maçonnisme. Le Dr Friedrich Wichtl, juriste viennois et ancien représentant d’une circonscription électorale de la Bohème du sud, connut un succès particulièrement grand avec son livre Weltfreimaurerei. Weltrevolution. Weltrepublik ("Franc-Maçonnerie mondiale. Révolution mondiale. République mondiale", 1919) que, lui-même, promouvait en Allemagne également en se livrant à une activité étendue de conférencier. De maintes façons, ce politicien d’orientation "radicale allemande" rejetait sur la Franc-Maçonnerie internationale la culpabilité de l’assassinat de l’héritier du trône François Ferdinand, ainsi que celle du déclenchement de la Guerre Mondiale et celle de la décadence de la monarchie danubienne. Après la mort de Wichtl, survenue en 1921, son œuvre relevant de la théorie du complot ne connut pas seulement de nombreuses rééditions. Ironiquement, elle devint elle-même l’objet d’une légende complotiste, en ce sens que l’on attribua son apparition à des suggestions incitatrices fomentées par la propagande allemande pendant la guerre.

Reinhard Markner (né en 1967 à Essen) est chercheur à l’Institut d’Histoire et d’Ethnologie Européenne de l’université d’Innsbruck; membre du Centre de Recherches Gotha (Université d’Erfurt).
Publications
Rechtschreibreform und Nationalsozialismus. Ein Kapitel aus der politischen Geschichte der deutschen Sprache (2000).
Die Korrespondenz des Illuminatenordens, 2 vol. (2005/2013).
The Secret School of Wisdom: The Authentic Rituals and Doctrines of the Illuminati (2015, édition française en préparation).


Bertrand MÉHEUST: Un des plus profonds tabous des temps modernes: les sciences psychiques
Débusquer les tabous est une des activités les plus prestigieuses des intellectuels contemporains. En se livrant à cette tâche de démystification, l’homme moderne entend affirmer son autonomie à l’égard de tous les systèmes de normes et de conditionnement, qu’ils soient sociaux, philosophiques ou religieux. Dans les années qui ont suivi les événements de mai 68, cette activité a même pris des proportions extraordinaires. Cette tendance de la société moderne présente l’avantage de faire ressortir les véritables tabous: ce sont ceux qui ont échappé aux chasseurs de tabous eux-mêmes. Une fois ce principe posé, il ressort clairement que le plus profond interdit des temps modernes est celui qui pèse sur les sciences psychiques, c’est-à-dire sur les programmes de recherche qui, depuis le marquis de Puységur, s’efforcent de comprendre la nature des phénomènes dits paranormaux. L’interdit sur le sexe débusqué par Freud n’a pas tenu longtemps, mais un siècle plus tard la parapsychologie n’a toujours pas d’existence officielle en France. Nous nous efforcerons de restituer l’histoire et les modalités de cette occultation.

Professeur de philosophie, Bertrand Méheust, né en 1947, s’est spécialisé dans l’histoire de la parapsychologie et, de livre en livre, s’est efforcé de réfléchir à ses implications sociologiques, épistémologiques et philosophiques.
Publications
Somnambulisme et médiumnité, 2 tomes, Le Seuil, 1999 (
histoire du conflit qui a opposé l’Académie de médecine aux théoriciens du magnétisme animal).
Alexis Didier, un voyant prodigieux, Le Seuil, 2003.
Devenez savants, découvrez les sorciers, Dervy, 2005
(lettre ouverte à Georges Charpak).
La Politique de l’oxymore, La Découverte, 2009.
Les Miracles de l’esprit, la Découverte, 2011.
Jésus thaumaturge, Dunod, 2015.

Serge MEITINGER: Le Manuscrit trouvé à Saragosse ou qu’est-ce qu’une conjuration des Lumières?
L’on considère généralement la conjuration des Gomelez comme une explication suffisante des diverses péripéties "fantastiques" vécues par le jeune Alphonse Van Worden à travers la Sierra Morena. Ce serait surtout une machination destinée à éduquer le jeune homme dans le sens du "Sapere aude" kantien et du cosmopolitisme. Mais l’établissement récent (édition de François Rosset et Dominique Triaire, Peeters, Louvain, 2006) de deux versions successives et différentes du roman (1804 et 1810) contraint à revoir cette "leçon" trop simple et à questionner l’entreprise même des Gomelez tout comme celle de Potocki tant dans leurs moyens que dans leurs finalités: les Lumières ne seraient-elles pas à conjurer, elles aussi?

Serge Meitinger, professeur de littérature française et francophone à l’Université de La Réunion de 1997 à 2015, a séjourné huit ans à Tananarive où il a enseigné à l’École Normale Supérieure (1980-1988). Il a fait de nombreux travaux sur la poésie française moderne, de Baudelaire à nos jours, sur la littérature et la poésie francophones (éditions de Jean-Joseph Rabearivelo réalisées et en cours). Il écrit et publie aussi des poèmes et des proses.
Ouvrages universitaires
Stéphane Mallarmé, Collection "Portraits littéraires", Hachette, Paris, 1995.
Océan Indien, Madagascar — La Réunion — Maurice, anthologie de récits de voyages et de fictions, choix et présentation), Omnibus, Paris, 1998.
Henri Maldiney, une phénoménologie à l’impossible, direction et présentation d’un ouvrage collectif, Le Cercle herméneutique, collection "Phéno", Paris, 2002.
Espaces et paysages, Représentations et inventions du paysage de l’Antiquité à nos jours, direction et présentation d’un ouvrage collectif, Cahiers du C.R.L.H., n°14, L’Harmattan/Université de La Réunion, 2006.
Écritures de la ville, direction et présentation d’un ouvrage collectif, en collaboration avec C. Chelebourg, Cahiers de Recherches sur l’Écriture et l’Espace, Crée ! n°1, Éditions Kimé, Paris, 2006.
Coordinateur scientifique de l’édition des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo, tome I (Le diariste, L’épistolier, Le moraliste) paru en 2010, tome II (Le poète, Le narrateur, Le dramaturge, Le critique, Le passeur de langues, L’historien) paru en 2012, Collection "Planète Libre", éditions du CNRS, n°2 et 3.
Chants d’Iarive, précédé de Snoboland de J.-J. Rabearivelo, texte établi et présenté par S. M., éditions Passage(s), 2015.
De fait, cette incursion du côté des Lumières et du XVIIIème siècle est un peu un extra !


Gilles MENEGALDO: Univers dystopique, paranoïa et conspiration dans deux séries britanniques: Le Prisonnier (Patrick McGoohan, ATV, 1967-68) et Utopia (Dennis Kelly, Channel 4, 2013)
Ces deux séries britanniques ont en commun, outre l’imaginaire dystopique et la thématique du secret et de la conspiration, l’originalité et la qualité du scénario et le soin attaché à l’esthétique et la mise en scène. Elles ont par contre un statut différent. Le Prisonnier, feuilleton en 17 épisodes, admiré, mais aussi controversé à l’époque de sa diffusion, et très en avance sur son temps, est devenu une œuvre culte et a donné lieu à un remake américain en 2009. Utopia, série très soignée et exigeante, a connu un certain succès critique, mais s’est arrêté à la fin de la deuxième saison en raison d’une audience mitigée et aussi de controverses liées en particulier à la violence de certaines scènes. Ces deux séries sont structurées autour des notions de secret et de complot inscrites dans l’histoire récente (la guerre froide en particulier). Elle présentent un univers franchement dystopique tout en contenant des aspects utopiques (le Village dans Le Prisonnier, le projet du savant dans Utopia). Les questions d’espionnage, de surveillance et de vidéo-surveillance sont essentielles, tout comme diverses formes de manipulation et machination. Les différences sont aussi flagrantes et seront examinées dans le cadre de cette présentation. Le Prisonnier est essentiellement un huis clos dans un monde artificiel (à la fois futuriste et rétro), qui concerne un individu, le n°6, luttant contre un système auquel il cherche à échapper. Utopia (au titre paradoxal) a lieu dans notre monde contemporain, avec des décors froids et hightech, concerne quatre personnages très dissemblables, plongés au cœur d’un monde paranoïaque chaotique et ultra-violent, en raison de leur passion pour le roman graphique Utopia, recherché par une mystérieuse organisation car il évoque des secrets dangereux risquant de nuire à ses intérêts. La série relève davantage des codes du thriller, même si elle bouscule les stéréotypes. Les questions formelles seront aussi prises en compte, en particulier le travail sur les décors, les objets et les couleurs, mais aussi les cadrages, le montage et la musique. Ces choix esthétiques contribuent dans les deux cas à créer une ambiance insolite, étrangement inquiétante, à la limite parfois du fantastique.

Jean-Paul MEYER: Du message secret au récit caché. Déchiffrement et dévoilement dans les Aventures de Tintin
Les Aventures de Tintin sont émaillées de messages mystérieux, tour à tour inquiétants ou exaltants, annonciateurs de voyages ou révélateurs de complots. En ce sens, elles ne dérogent pas aux canons du genre, dans la filiation de Poe, Stevenson ou Verne. Plusieurs épisodes de la série sont construits à partir d’un message initial et des étapes de son déchiffrement. Ces albums, à l’instar des Enfants du Capitaine Grant (Verne) ou du Scarabée d’Or (Poe), font de la lecture erratique et des interprétations successives du message princeps la trame narrative et les péripéties de la quête. Dans Tintin cependant, grâce à la nature iconotextuelle du récit, la dimension cryptographique du message se double d’une facture sémiographique ayant pour fonction de matérialiser le support (papier déchiré, parchemin enroulé, etc.) et de surcoder son contenu (écriture manuscrite, idéographie, etc.). Le message secret semble reproduire, comme en abyme, la mixité du récit dessiné qui se déroule sous nos yeux. C’est alors un autre récit que ce message secret raconte, un récit caché dont le lecteur encore moins que le héros ne soupçonne l’existence, et qui se dévoile au fil de l’œuvre à la manière d’un horizon imaginaire de l’aventure. On verra le phénomène dans quelques albums, principalement dans le cycle du trésor (Le Secret de La Licorne / Le Trésor de Rackham le Rouge). Dans cet épisode, y compris dans la transposition réalisée par Spielberg pour le cinéma (Les Aventures de Tintin: Le Secret de La Licorne, 2011), la quête du trésor occulte un combat de forces titanesques.

Jean-Paul Meyer est maître de conférences en sciences du langage à l’Université de Strasbourg. Affilié à l’unité de recherche "Linguistique, Langues, Parole", ses recherches portent sur les questions de littéracies textuelle et visuelle, notamment à travers la notion d’iconotexte. Ses publications étudient principalement les relations texte-image et en particulier l’adaptation des romans en bande dessinée; plusieurs de ses travaux s’intéressent également aux problèmes de grammaire de texte et de didactique de l’écrit chez les adultes, notamment dans la formation universitaire.
Articles en lien avec Cerisy
Meyer, J.-P., 2015, "Aspects idéographiques de l’écriture enfantine. L’empreinte du corps dans le signifiant graphique", in Abel, F., Delbraccio, M., Petit, M., Écriture(s) et psychanalyse: Quels récits?, Paris: Hermann, 79-96.
Meyer, J.-P., 2015, "Les Aventures de Blueberry en BD. Une sémiographie du Western", in Menegaldo, G., Guillaud, L., Le Western et les mythes de l’Ouest. Littérature et arts de l’image, Rennes: PUR, 529-546.
Articles en lien avec le thème du colloque
Meyer, J.-P., 2013, "Représenter la pensée. L’exemple de l’idéographie dans la bande dessinée", in Gudurić S., Valčić Bulić, T. (dir.), De la pensée à son expression, Novi Sad, Revue annuelle de la Faculté de Philosophie, XXXVIII/3, 19-30.
Meyer, J.-P., 2012, "Tintin et le futur antérieur: de la conjecture à l’anaphore", in Neveu, F., et al. (dir.), Actes du 3e Congrès Mondial de Linguistique Française, Paris: EDP-Sciences, 1877-1891.
En ligne: http://dx.doi.org/10.1051/shsconf/20120100278
Meyer, J.-P., 2007, "Les lapsus de Dupont et Dupond dans les Aventures de Tintin (Hergé): Étude d’un corpus particulier de perturbation langagière", in Vaxelaire, B., et al. (dir.), Perturbations et réajustements. Langue et langage, Strasbourg: Éditions de l’Université Marc-Bloch, 297-310.
Meyer, J.-P., 2005, "Reflets et écrans dans les Aventures de Tintin: le récit au miroir déformant de l’image", Creliana, 4-5, 93-102.
Meyer, J.-P., 2002, "Tintin et le prototype, ou Quand les singes auront des ailes", in Kleiber, G, Le Querler, N. (dir.), Traits d’union, Caen: PUC, 193-207.


Dominique MEYER-BOLZINGER: L’imaginaire de l’enquête et du complot dans les romans de Fred Vargas
Les récits d’investigation, fondés sur le paradigme indiciel, fournissent des représentations de la vérité, dissimulée et invisible, que l’imaginaire de l’enquête actualise sous la forme de configurations spatiales. Les romans de Fred Vargas conjuguent l’enquête procédurale menée par une équipe policière avec l’irrationnel et le mystérieux des conspirations, des traditions occultes et des secrets de famille. Cette transformation de l’univers policier va de pair avec l’infléchissement de la méthode d’investigation du commissaire Adamsberg par rapport aux canons du genre, ce qui provoque des conflits méthodologiques au sein de son équipe. On étudiera, dans ces romans que l’auteur considère comme des contes pour adultes, comment l’imaginaire de l’enquête rencontre celui du complot, à travers notamment les configurations imaginaires de l’énigme et du secret.

Dominique Meyer-Bolzinger est maitre de Conférences Littérature française XXe siècle, Vice-présidente Formation initiale et continue, Université de Haute-Alsace (Mulhouse), Institut des Langues et Littératures Européennes ILLE EA 4363.
Publications
"Ce qui se cache dans la boite", Sigila, n°31, L’Énigme, 2013, p. 139-147.
"Adamsberg fils de Maigret", Temps Noir, n°15, mai 2012, p. 84-99.
"Pour une poétique du seuil", in P. Schnyder (dir.), Seuils et rites. Littérature et culture, Orizons "Université-Domaine littéraire", 2009, p. 299-307.


Maryse PETIT: Le secret dans le Noir
Toute enquête s’enquiert d’un secret, à plus forte raison quand elle a l’explication d’une mort à donner. Fouiller, aller au fond des choses, dévoiler, tels sont l’objectif et l’obsession de l’enquêteur: faire dire au mort, aux traces laissées, aux enchaînements logiques, à l’autre, soupçonné, accusé, ce qui s’est passé, qui a agi, pourquoi... Au bout de l’enquête, il y a un nom, un coupable, un motif, parfois un complot révélé... Une réponse est donnée. Mais d’où vient alors que souvent le dévoilement du coupable, qui devrait clore l’affaire dans la satisfaction de l’ordre rétabli, laisse une sorte de déception? Le secret traqué résidait-il uniquement dans une identité? Ou, derrière le leurre de ce dévoilement, y a-t-il encore quelque chose qui ne s’est pas livré? Le roman noir, grand pourchasseur de secrets, mise en œuvre de stratégies de dévoilement, est peut-être l’occasion de vérifier que l’identification n’est pas repliable sur la compréhension. À travers plusieurs œuvres exemplaires des modes de fonctionnement du roman policier et du récit noir contemporain, du "sérial killer" qui bénéficie d'un réseau au-delà même des barreaux à la résurgence des croyances rituelles au-delà du crime (CHAMBERS: "Le Roi jaune" / la saison 1 de la série True Detectives), en passant par le complot politique à l'œuvre sous le fait divers (H. Mankell, J. Leroy), nous envisagerons d’apercevoir ce qui ne se livre pas quand tout est découvert.

Jean-Marie SECA: Épistémologie du conspirationnisme: genèse et typologie contemporaine
On parlera des évolutions contemporaines en insistant sur leur caractéristique de "confusion épistémologique". Les conspirationnismes sont alors générés durant divers moments socio-historiques et sociologiques requérant "de l’explication" face à des situations insensées. En tant que formes de pensée sociale (Moscovici, Renard, Rouquette), ils impliquent une systématisation et une superposition d'inspirations idéologiques, contradictoires et hybrides. On évoquera enfin une classification en quatre tendances des contenus conspirationnistes (d’extrême droite, fictionnel, antimoderniste de gauche, antisioniste d’origine tiermondiste). Nous donnerons divers exemples de ces quatre tendances ou postures, correspondant cependant à des formes diffuses de colère ou de frustration dans les sociétés contemporaines. Une interprétation en termes de "possession" ou de recherche de réalité virtuelle dans les théories dérivantes conspirationnistes est-elle possible?

Jean-Marie Seca est professeur à l’Université de Lorraine, au département de sociologie de Nancy et au 2L2S (Laboratoire Lorrain de Sciences Sociales). Il a surtout réalisé des travaux sur les cultures émergentes (productions et reproductions dans les musiques populaires électro-amplifiées). Il a parallèlement travaillé sur les représentations sociales de la pauvreté et de la culture. C’est dans le cadre de ses recherches sur les systèmes de représentations et les savoirs de sens commun qu’il proposera sa communication.
Publications
Seca Jean-Marie, 2012, "Colères et ordo amoris dans les styles rock", Sociétés, n°117/3, (septembre-décembre), pp. 15-33.
Seca Jean-Marie, 2011, "Colère et enragement: la scène publique et le processus", Sociétés, n°114/4 (octobre-décembre), pp. 195-106.
Seca Jean-Marie, 2010 (2e édition), Les Représentations sociales, Paris, Armand Colin.
Seca Jean-Marie, 2009, "Étudier les représentations de la transe: réflexions sur les basculements de la pensée sociale", in Michel-Louis Rouquette (éd.), La Pensée sociale. Perspectives fondamentales et recherches appliquées, Toulouse, érès, pp. 211-226 (trad. roumaine: 2009: Iasi, Polirom).
Seca Jean-Marie, 2007, "Rebellions et pratiques musicales émergentes", in Jean-Marie Seca (éd), Musiques populaires underground et représentations du politique, Cortil-Wodon, InterCommunications éditeur, pp. 16-40.


Rebecca SUGDEN: Balzac et les espaces ténébreux du complot. Paysage, pouvoir et narration dans Une ténébreuse affaire

Du Paris "réceptacle de monstruosités" (Ferragus) et refuge des Dévorants aux vertigineuses corniches bretonnes des Chouans, le roman de Balzac s’intéresse systématiquement au rapport entre le paysage et les machinations factieuses de sociétés secrètes. Bien plus qu’une simple toile de fond à ces histoires de mystification et d’intrigues, la topographie balzacienne est dotée d’une "sombre et mystérieuse poésie" (Fer.) qui lui est propre. Cette communication en appellera au "paradigme cynégétique" de Carlo Ginzburg pour proposer une lecture du paysage romanesque du complot dans Une Ténébreuse affaire, récit qui s’articule autour d’une dialectique de la révélation et de la dissimulation où le parc de Gondreville s’avère à la fois ami et ennemi. Nous chercherons ainsi à démontrer que la valeur du modèle ginzburgien pour cette "histoire secrète de ce temps" va bien au-delà de sa conceptualisation en termes cynégétiques omniprésents dans le détail narratif du texte balzacien.

Doctorante à l’Université de Cambridge, Rebecca Sugden prépare une thèse sur les représentations du secret et du mensonge dans la littérature française du XIXe siècle, sous la direction du professeur Nicholas White. Ses travaux portent notamment sur la théorie du complot dans l’œuvre de Balzac, Sand, Sue et Zola, ainsi que sur les dimensions narratologiques de celles-ci.

Avec le soutien
du Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés
( Université de Lorraine )