Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2015 : un des colloques





Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
APPRENDRE ET S'ORIENTER DANS UN MONDE DE HASARDS

DU LUNDI 24 AOÛT (19 H) AU LUNDI 31 AOÛT (14 H) 2015

DIRECTION : Francis DANVERS

en partenariat avec l'Association "Apprendre et S'Orienter" de Montpellier

COMITÉ SCIENTIFIQUE : Christian BIALÈS, Obrillant DAMUS, Francis DANVERS, Richard ÉTIENNE, Maria PAGONI

ARGUMENT :

Jamais le champ des possibles n’a été en apparence aussi ouvert et le domaine des interactions sociales aussi multiple, en ce siècle de mobilité et d’apprentissage tout au long de la vie. Pourtant le sentiment de désorientation domine, des inégalités d’accès persistent, et les systèmes d’information de plus en plus performants à l’ère du numérique, ne sont pas nécessairement  à la hauteur des attentes des publics auxquels ils s’adressent. Peut-on apprendre et s’orienter dans toutes les configurations de l’existence? Quelle est la place du Conseil en orientation (ses outils, ses méthodes, ses démarches)? Va-t-on comme au Québec vers des Sciences de l’Orientation? Quelle serait la voie française dans ce domaine? L’orientation, au sens fort du terme, est un processus dynamique qui concerne tous les âges de la vie et englobe toutes les sphères de l’existence.

L’orientation sera conçue dans le sens le plus large possible, à commencer par le sens étymologique: "chercher son Orient", et dans un cadre transdisciplinaire en rupture avec une conception dominante, volontiers techniciste et utilitariste. Ainsi du point de vue d’une pédagogie de l’orientation, comment l’apprenant peut-il exercer son droit à l’erreur et apprendre à cultiver un rapport positif à l’incertitude? Comment envisager la possibilité pour chacun(e) de développer les capacités nécessaires à la conduite de sa propre orientation?

L’originalité du colloque sera d’appréhender dans sa globalité et sa complexité la problématique de l’orientation, du point de vue des politiques publiques, de la société civile en général et des besoins particuliers du monde professionnel confronté à la mondialisation de l’économie et à la globalisation des échanges. On le voit, il s’agira de croiser les regards, de jauger les savoirs et de confronter les expériences dans un esprit de rencontre dialogique.

CALENDRIER DÉFINITIF :

Lundi 24 août
Après-midi:
ACCUEIL DES PARTICIPANTS

Soirée:
Présentation du Centre, des colloques et des participants


Mardi 25 août
La problématique générale de l'orientation
Matin:
Francis DANVERS: Introduction - La problématique générale de l'orientation
Obrillant DAMUS: Les pratiques d'orientation de la grossesse et de la naissance en Haïti (texte lu par Francis DANVERS)
Jean GUICHARD: Finalités et objectifs de l’accompagnement à l’orientation à l’ère anthropocène [conférence en ligne sur la Forge Numérique de la MRSH de Caen et sur le site France Culture Plus]

Après-midi:
Patrice KRZYZANIAK: Éléments de phrénologie: l’orientation dans le contexte des arts divinatoires

Atelier "Psychologie et orientation scolaire et professionnelle: l’approche muséale", avec Rémi GUERRIER et Dominique HOCQUARD

Vernissage de l'exposition de Sylvain STARK: "Image(iner) le travail éducatif", avec Julie DEVILLE et Sylvain OBAJTEK

Soirée:
Groupe de pratiques "Le Bouc émissaire comme processus d'orientation", par Rémi CASANOVA


Mercredi 26 août
L'orientation scolaire et professionnelle du primaire à l'entrée à l'université
Matin:
Christian BIALÈS: L'orientation scolaire et professionnelle en France, évolution et évaluation
Table ronde organisée par Christian BIALÈS et l'Association "Apprendre et s'orienter" (AESO), avec Emmanuelle ANNOOT, Richard ÉTIENNE et Sylvain OBAJTEK

Après-midi:
Ludovic PINARD: Un dispositif pour l’orientation au collège: l’option de découverte professionnelle 3 heures (DP3), 6 ans après la généralisation
Jean MOUTOUH: Le choix d'orientation de l'élève de classe de seconde: une approche des sciences de l’information et de la communication

Soirée:
Grand témoin: Jacques SAUREL (ancien déporté), animée par Christine FOCQUENOY-SIMONNET


Jeudi 27 août
Peut-on orienter autrement?
Matin:
Christine FOCQUENOY-SIMONNET: Rendre l’élève acteur de son projet de vie. Un enjeu au cœur de la division du travail éducatif, dans les Établissements secondaires français
Bertrand BERGIER: Penser l’improbable: super-redoublants, relégués devenus super-diplômés

Après-midi:
DÉTENTE

Soirée:
Projection commentée du film "Abécédaire pédagogique: l'orientation une idée en mouvement" de Francis DANVERS, avec Sylvain OBAJTEK


Vendredi 28 août
L'orientation des adultes
Matin:
Francis DANVERS: L’orientation professionnelle des adultes: une tâche interminable
Marie PAGONI: L'orientation tout au long de la vie: quel accompagnement pour quel processus de développement?

Après-midi:
L'accompagnement des parcours professionnels en contexte de mutations économiques et sociales, table ronde animée par Maria PAGONI & Olivier SUPIOT, avec Sylvie BOURSIER, Anne BRABANT et Philippe VAVASSEUR


Samedi 29 août
Orientation et enseignement supérieur
Matin:
Richard ÉTIENNE:
Introduction - Orientation et enseignement supérieur en France, une nouvelle donne
Emmanuelle ANNOOT & Richard ÉTIENNE:
Hasard ou génie? Le temps d’une orientation dans l’enseignement supérieur

Après-midi:
Julie DEVILLE: Les stages à l'université: entre orientation et professionnalisation?
Sylvain OBAJTEK: Penser l'orientation et ses dimensions pédagogiques et éducatives à l'université (texte lu par Richard ÉTIENNE)
Charlyne MILLET: Itinéraires de chercheur(e)s: sens et histoires de vie. À la croisée des parcours

Soirée:
"Corps-Conscience-Explicitation de l'action", atelier-échange avec Jacques GAILLARD et Olivier SUPIOT


Dimanche 30 août
Pour une philosophie de l'existence
Matin:
Joseph SAINT-FLEUR: Introduction - Le parasite comme métaphore de la vie
Alain DUBOIS: S’approprier sa vie en donnant sens à l’existence: la situation des personnes en réadaptation
Joseph SAINT-FLEUR: Est-on libre dans un monde d’incertitudes?

Après-midi:
Liette GOYER: Apprendre à s'orienter au travers de la vie: mutation des dispositifs d'orientation auprès des adultes
Francis DANVERS: Petit manifeste pour des sciences pédagogiques de l’orientation

Soirée:
"Corps-Conscience-Orientation de soi", atelier-échange avec Jacques GAILLARD et Olivier SUPIOT


Lundi 31 août
Matin:
Évaluation collective. Échanges et bilan

Après-midi:
DÉPARTS

RÉSUMÉS :

Emmanuelle ANNOOT & Richard ÉTIENNE: Hasard ou génie? Le temps d’une orientation dans l’enseignement supérieur
La transformation pédagogique de l'offre de formation supérieure selon le processus de Bologne s'appuie sur une conception de l'apprentissage qui mise sur la participation active de l'étudiant à la construction de ses connaissances et de ses compétences en lien avec l'environnement (Rege Colet & Lanares, 2013). En rupture avec une pédagogie de la transmission héritée de la tradition universitaire, le constructivisme constitue la théorie de référence pour penser les parcours d'études. Le projet pédagogique de Bologne introduit une dimension professionnelle aux formations universitaires posant d'emblée des liens entre savoirs pratiques et théoriques, compétences techniques et générales (Rose, 2008). Utilisé dans différents contextes et souvent considéré comme la condition d'une orientation réussie, "le projet de l'étudiant" est mentionné dans les textes institutionnels et est analysé par les scientifiques. Or, le terme de projet n'est pas sans ambiguïtés. Nous poserons la question de la motivation des étudiants à effectuer leur parcours d'études à l'université et nous étudierons les dimensions du ou des projets qui les animent tout comme les causes, pour certains d'entre eux, de leur absence de projet. Nous proposerons une grille de lecture de ce terme en mettant en perspective l'analyse de textes institutionnels et de textes scientifiques sur ce concept et nous analyserons les tensions entre ces approches.

Emmanuelle Annoot est professeur en sciences de l'éducation à l'Université de Rouen au laboratoire CIVIIC. Ses recherches portent sur l'articulation entre les politiques publiques d'enseignement supérieur, les formations universitaires, le tutorat puis le développement de pratiques d'accompagnement à l'attention des étudiants initié dans les universités par le processus de Bologne. Ces trois dernières années et dans le prolongement des thématiques citées, ses travaux se sont orientés sur la professionnalisation et le développement professionnel des enseignants-chercheurs, en particulier, dans les pratiques d'accompagnement à distance des étudiants.
Publication
Annoot, E., La réussite à l'université: du tutorat au plan licence, Bruxelles, De Boeck, 2012.

Richard Étienne est actuellement professeur émérite de l'Université Paul Valéry Montpellier. Après avoir travaillé pour la formation continue, il a dirigé le site de Montpellier de l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM) où il était chargé de la formation des formateurs. Il poursuit ses recherches sur le changement, le projet, la formation initiale et continue des personnels ainsi que sur l'éducation prioritaire. Il utilise l'approche clinique et l'analyse des situations éducatives aussi bien en recherche qu'en formation.
Publications
Étienne, R., Fumat, Y., Comment analyser les situations éducatives pour se former et agir, Bruxelles, De Boeck, collection "Guides pratiques, Former & Se former", 2014.
Paquay, L., Perrenoud, P., Altet, M., Étienne, R., Desjardins, J., Travail réel des enseignats et formation: quelle référence au travail des enseignats dans les objectifs, dispositifs et pratiques?, Bruxelles, De Boeck, 2014.


Bertrand BERGIER: Penser l’improbable: super-redoublants, relégués devenus super-diplômés
À quelles conditions des jeunes qui ont redoublé au moins deux fois avant le baccalauréat et/ou qui ont été orientés par défaut vers des filières courtes (CAP, BEP) parviennent-ils à accéder à l’enseignement supérieur et à y valider au minimum un second cycle (Master)? Nous aborderons notamment le rôle des rapports sociaux de sexe et d’âge, celui des dispositifs de seconde chance, les premiers comme les seconds étant travaillés, contrariés par l’histoire singulière de ces jeunes dont les parcours semblent faire rougir les statistiques.

Bertrand Bergier est professeur à l’UCO, professeur associé à l’Université de Sherbrooke, directeur de recherche à l’Université de Nantes. Par ses publications, il tente de dégager les virtualités heuristiques des études du négligeable et de construire une sociologie de l’improbable.
Publications
Les Affranchis, Bergier, 1996.
La Revanche scolaire, Bergier et Francequin, 2005/2011.
"Pas très cathodique", Bergier, 2010.


Christian BIALÈS: L'orientation scolaire et professionnelle en France, évolution et évaluation
L’orientation scolaire et professionnelle existe en France depuis au moins un siècle. Mais ses objectifs, ses dispositifs, sa gouvernance, et donc ses résultats, ont changé au gré de l’évolution du système productif et de celle du système éducatif. D’autres facteurs déterminent également les changements dans les théories et les pratiques de l’orientation: les mutations sociales, la montée des incertitudes, les ruptures macroéconomiques, l’émergence et le développement des sciences de l’éducation. Malgré les transformations du processus d’orientation afin de le mettre davantage en phase avec les attentes à la fois du système et de ses acteurs, un certain consensus se dégage pour en montrer les insuffisances et pour en pointer même les effets pervers: on se pose, par exemple, les questions de savoir si l’orientation n’est pas une mécanique d’exclusion et si elle ne valide pas les inégalités socioculturelles.

Christian Bialès, professeur honoraire de chaire supérieure en économie et gestion, est président de l’association "Apprendre et s’orienter", ancien membre du Conseil d’administration de l’Association pour le développement de l’enseignement technique (AFDET) et ancien Président de l’Association des professeurs d’économie et gestion (APEG). Auteur de nombreux manuels d’économie et d’ouvrages universitaires.
Site internet personnel: www.christian-biales.net


Obrillant DAMUS: Les pratiques d'orientation de la grossesse et de la naissance en Haïti
La grossesse et l’accouchement sont des traits fondamentaux de la condition de la femme. La naissance est un événement biologique qui impute aux femmes une supériorité originelle au détriment des hommes parce  la reproduction de l’espèce humaine en dépend. Les pratiques d’orientation de la grossesse et de la naissance font de celles-ci des phénomènes socio-culturels dont la représentation varie d’une culture à l’autre. Elles participent non seulement à la lutte contre la vulnérabilité de la femme enceinte et du bébé, mais encore au renforcement du lien social. Sans le développement des capacités et des réflexes d’orientation, la lutte pour la réussite de la grossesse et de la naissance serait impossible (le terme d’orientation doit être pris dans toute son acception). Les femmes enceintes sont à la fois orientées et auto-orienteuses. L’orientation de la grossesse et de l’accouchement nécessite la mise en œuvre d’un ensemble de savoirs, savoir-agir et savoir-être non rigides du point de vue gnoséopoïétique. Comment les femmes enceintes s’orientent-elles dans les communautés rurales d’Haïti? Qui est-ce qui les oriente pendant la grossesse et la naissance? Vers qui et quoi? Comment sont-elles orientées et s’orientent-elles après la naissance de l’enfant? Quels sont les limites et les obstacles de l’orientation de la grossesse et de la naissance dans la communauté sociolinguistique et épistémique?

Obrillant Damus est professeur en sciences de l’éducation à l’Université Quisqueya (UniQ) et à l’Université d’État d’Haïti (UEH). Il dirige le centre de recherche et le programme de formation doctorale en éducation de l’UniQ. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Les rites de naissance en Haïti.

Francis DANVERS: Petit manifeste pour des sciences pédagogiques de l’orientation
Issues des "sciences de l’éducation" en France (G. Mialaret et alii, 1967) et des "sciences de l’orientation" à l’Université Laval du Québec (L. Goyer et J. Ratté, 2012), les "sciences pédagogiques de l’orientation" sont appelées à se développer dans l’espace francophone au XXIe siècle. Son objet de recherche est le processus d’orientation dans tous ses états et à tous les âges de la vie. Son champ d’application concerne l’apprentissage et la formation tout au long de la vie dans toutes les situations de l’existence. Les diverses disciplines actuelles et futures sont appelées à apporter leur contribution, à égale dignité de valeur, pour appréhender un phénomène humain complexe de nature anthropologique. Les "sciences pédagogiques de l’orientation" ont vocation à se professionnaliser pour accompagner l’orientation de vie dans toutes les phases de l’existence personnelle, sociale et communautaire (au sens de "ancrer sur un territoire"). Les "sciences pédagogiques de l’orientation" proches des sciences de l’action et de la complexité valorisent les approches plurielles et contextualisées. Leurs démarches s’inspirent de la Charte de la Transdisciplinarité (B. Nicolescu & E. Morin, 1994) et du Manifeste convivialiste (coord. A. Caillé, MAUSS, 2013).

Francis Danvers, professeur émérite à Lille 3, Laboratoire PROFEOR-CIREL et vice-président de l’Université populaire de Lille, a consacré trente années de sa vie professionnelle au problème de l’orientation scolaire et professionnelle. Par une activité de lexicographe il a opéré un travail de synthèse sur les savoirs  experts dans le champ de l’orientation des jeunes et des adultes. En soulignant la structure anthropologique de l’orientation, il cherche à promouvoir dans l’espace international francophone l’émergence de "sciences pédagogiques de l’orientation" pour le XXIe siècle.
Publications
Danvers, Francis (2009), S’orienter dans la vie: une valeur suprême? 500 Considérations sur l’Orientation Scolaire et Professionnelle, Tome 1, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.
Danvers, Francis (2012), S’orienter dans la vie: la sérendipité au travail? De la 501e à la 600e Considération sur l’Orientation des jeunes et des adultes, Tome 2, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.
Danvers, Francis (2016), S’orienter dans la vie: un défi éducatif? De la 601e à la 900e Considération sur l’Orientation humaine, Tome 3, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.


Julie DEVILLE: Les stages à l'université: entre orientation et professionnalisation?
Les stages sont aujourd’hui prônés par les représentants des pouvoirs publics comme par ceux du monde économique comme une étape importante de la démarche d’orientation, qui permettrait de "vérifier" son attrait pour un métier ou un secteur professionnel. Ils sont en parallèle également conçus comme un passage quasi obligé pour la professionnalisation. À l’université notamment, où les stages sont devenus monnaie courant, selon les stades du cursus, ces deux dimensions coexistent. Cependant, cette conception du stage n’a-t-elle pas quelques limites (nécessaire limitation du nombre de ceux-ci, ne permettant pas de tester toutes les possibilités, aperçu éventuellement partiel de l’activité professionnelle)? Comment les étudiants appréhendent-ils les multiples potentialités des stages? Cette communication rendra compte d’une enquête exploratoire auprès d’étudiants inscrits en M2 professionnel en sciences de l’éducation à l’Université Lille 3, visant notamment à déterminer comment s’articulent les différents stages vécus durant leur cursus.

Julie Deville est docteure en sociologie, maître de conférences en sciences de l’éducation à l’Université Lille 3 Sciences Humaines et Sociales. Elle a travaillé sur les questions de genre et d’éducation, et se focalise sur les relations entre école et monde du travail. Dans ce cadre, elle mène actuellement des recherches sur la question des stages.

Alain DUBOIS: S’approprier sa vie en donnant sens à l’existence: la situation des personnes en réadaptation
Vivre une situation de handicap dans sa vie professionnelle est un bouleversement majeur de l’existence d’une personne ayant subi un accident dont résultent des incapacités permanentes. Le processus de réadaptation socioprofessionnelle la confronte en effet à la nécessité de se redéfinir au plan identitaire et d’intégrer ses limitations afin d’envisager des alternatives réalistes d’insertion, tout en étant plongée dans une situation de perte de repères qui donnaient précédemment un sens à sa vie. Notre communication propose une perspective qui prend en considération les fluctuations de l’expérience qui apparaissent souvent contradictoires selon le sens commun ou des modèles qui suggèrent une vision linéaire de l’adaptation. Ces fluctuations dévoilent des dimensions paradoxales de l’existence (finitude/infinitude, petitesse/grandeur, absence de sens/donner sens, etc.) dont nous pouvons tenir compte dans notre compréhension pour accompagner ces personnes non seulement dans la démarche pour reprendre leur place dans la société, mais aussi dans le processus de redonner un sens à leur vie.

Alain Dubois est conseiller d’orientation et psychothérapeute. Il est professeur à l’Université Laval après plus de 25 ans de pratique dans le secteur de la réadaptation. Sa thèse de doctorat portait sur les dimensions paradoxales de l’existence qui se manifeste chez des personnes ayant des limitations fonctionnelles persistantes à la suite d'un événement traumatique. Ses intérêts en recherche et en enseignement l'amènent à explorer les apports de la pensée existentielle pour l'orientation.

Christine FOCQUENOY-SIMONNET: Rendre l’élève acteur de son projet de vie. Un enjeu au cœur de la division du travail éducatif, dans les Établissements secondaires français
"Rendre l’élève acteur de son projet de vie" est ambitieux et condense la mission première de tout éducateur. Cet objectif ne peut être atteint que par une authentique collaboration pluri-catégorielle, dans les établissements scolaires. L’enseignement secondaire français pâtit d’un "vice originel" de scission éducation versus pédagogie. Cette dichotomie, ébranlée par la massification, est source de tensions en établissement et altère l’identité professionnelle des Conseillers d’Orientation Psychologues (COP) et des Conseillers Principaux d’Éducation (CPE), acteurs scolaires qui promeuvent une approche de l’individu responsable, dépassant l’artefact de l’élève. Nous remonterons à la source historique et montrerons comment cet héritage originel freine la coopération dans les établissements scolaires. Nous développerons l’exemple du CPE, acteur spécifique du système français, dont la naissance, en 1970, s’inscrit dans cet idéal collaboratif. Nous terminerons en dessinant des pistes pragmatiques et ouvrirons les débats permettant de partager le fruit de l’inventivité des chercheurs et des acteurs de terrain, soucieux de "rendre l’élève acteur, auteur et interprète de son projet de vie".

Christine Focquenoy-Simonnet, CPE, Formatrice DAFOP et PFA à l’ESPE Lille Nord de France. Doctorante, laboratoires CREHS (Université d’Artois) / CIREL, (Université Lille3). Élue au CA de l’AECSE.
Publications
Focquenoy, C., 2013, Du surveillant général au conseiller principal d’éducation: l’évolution d’une fonction éducative entre tensions et dynamismes. Déconstruction d’un mythe, Communication présentée au congrès international d’Actualité de la Recherche en Éducation et en Formation (AREF), Montpellier, France. (Actes en ligne).
Focquenoy, C., 2013, "Le CPE, acteur scolaire original au cœur de la division du travail éducatif", in G. Mialaret (dir.), Pour des états généraux de l’éducation, Paris, L’Harmattan.
Focquenoy, C., 2014, "Entre figures littéraires et données archivistiques: l’image mythique du surveillant général, "ancêtre" du CPE, à l’épreuve des traces historiques", Recherches et Éducations, 11, 39-50.


Jean GUICHARD: Finalités et objectifs de l’accompagnement à l’orientation à l’ère anthropocène
Au début du XXe siècle, lorsque des travailleurs sociaux et des théoriciens créérent la profession de conseiller d’orientation professionnelle, ils débattirent de sa finalité. Tous considéraient que son objectif immédiat était d’aider les personnes à trouver des professions ou des métiers qui leur convenaient. Mais, quelle en était la finalité? Certains spécialistes pensaient que l’orientation professionnelle devait simplement accroître l’efficacité économique des sociétés industrielles. La plupart des commentateurs affirmèrent cependant que sa finalité était de contribuer au mouvement progressiste en favorisant la construction de sociétés, non seulement plus productives, mais à la fois plus riches et socialement plus justes. Les interventions d’aide à l’orientation évoluèrent au cours du XXe siècle en relation avec les transformations des organisations du travail et des approches scientifiques des sujets humains. Elles visent désormais à accompagner les réflexions que les personnes — travaillant dans des organisations flexibles et vivant dans des sociétés "liquides" d’individus — doivent conduire pour orienter leur leur vie professionnelle. Mais ces interventions ont-elles toujours pour finalité d’améliorer le bien commun de l'humanité? Si oui, comment peuvent-elles contribuer au développement d'un travail décent dans une économie mondiale durable et équitable?

Jean Guichard, professeur émérite au CNAM (Paris), est titulaire de la Chaire UNESCO "Orientation et Conseil tout au long de la vie" de l’Université de Wroclaw (Pologne). Il a élaboré un modèle général relatif aux processus et facteurs de la construction de soi et a développé des interventions "constructionnistes" d’accompagnement en orientation (dialogues de conseil et ateliers d’éducation à l’orientation). Il a notamment cosigné avec Michel Huteau: Psychologie de l’orientation. Ses travaux lui ont valu de recevoir plusieurs titres de Docteur Honoris Causa et des "awards" de plusieurs sociétés savantes.

Patrice KRZYZANIAK: Éléments de phrénologie: l’orientation dans le contexte des arts divinatoires
La phrénologie dont François-Joseph Gall (1758-1828) fut l'inspirateur est l'exemple même d'une science qui n'a pas abouti, se transformant en une pseudo-science apparentée aux arts divinatoires pour enfin, après avoir été détournée de son objet initial, tomber dans l'oubli. Cependant cette démarche, dans un contexte historique et épistémologique donné, ne fut pas vaine, car elle a permis de questionner une pensée qui a voulu, scientifiquement et dans la controverse, déterminer de façon prémonitoire certaines des orientations que pouvait prendre la destinée humaine dans un monde qui serait de moins en moins celui du hasard.

Charlyne MILLET: Itinéraires de chercheur(e)s: sens et histoires de vie. À la croisée des parcours
À partir d’une recherche sur les parcours professionnels de femmes et d’hommes, enseignant(e)s- chercheur(e)s, nous proposons une analyse du sens que donnent les universitaires à leurs cheminements professionnels. La multiplicité des biographies professionnelles révèle que les itinéraires sont des processus dynamiques qui se construisent selon une "combinaison sociale". Ils se façonnent, se transforment, dans l’imbrication des histoires personnelles, familiales, conjugales, sociales, économiques et professionnelles. En "miroir", cette communication sera l’occasion d’une réflexion autour du cheminement d’une jeune chercheure en sciences de l’éducation dont l’objet d’étude porte sur les chercheurs eux(elles)-mêmes. Dans une telle mise en perspective, quel est le rapport que la jeune chercheure entretient et développe vis-à-vis de son propre parcours?

Charlyne Millet est docteure en sciences de l’éducation de l’Université de Strasbourg et Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche (ATER) à l’IUT du Havre. Ses  recherches portent sur les enseignants-chercheurs, les parcours professionnels, les développements de carrières, notamment selon une perspective de genre.
Elle a notamment publié "Parcours professionnels et genre: les carrières des enseignants-chercheurs" dans l’ouvrage dirigé par Anne-Marie Vonthron, et al., Développement des identités, des compétences et des pratiques professionnelles, paru aux Éditions L’Harmattan en 2011.


Jean MOUTOUH: Le choix d'orientation de l'élève de classe de seconde: une approche des sciences de l’information et de la communication
Cette communication s’appuie sur un travail de recherche mené dans un établissement du secondaire et a fait l’objet d’une soutenance de thèse en 2011. Il s’agit d’une analyse compréhensive du choix d’orientation des élèves de classe de seconde par une approche scientifique novatrice: celle d’un chercheur en sciences de l’information et de la communication. La communication vise à montrer que le choix d’orientation d’un élève peut être observé comme un fait de communication se déroulant dans un système composé d’acteurs humains et non humains. Les formes des échanges entre les acteurs au sein de ce système prennent une signification et mettent en exergue la règle du jeu qui s’instaure. Le regard des sciences de l’information et de la communication sur le choix d’orientation de l’élève permet de comprendre autrement la manière dont ce dernier construit son choix.

Jean Moutouh, professeur agrégé d’économie et gestion, docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, diplômé de l’Université Paul Valéry (Montpellier III) et de l’Université Panthéon-Sorbonne (Paris I), membre de l’équipe de recherche Organicom (Laboratoire du Lerass, EA 827, Toulouse), trésorier de l’association "Apprendre et s’Orienter".
Publications
Moutouh J., 2014, "L’orientation: un objet de recherche pour les sciences de l’information et de la communication", Cahiers économie et gestion, Revue de l’association des professeurs d’économie et gestion, n°124, p. 21-25.
Szafrajzen B., Moutouh J., 2013, "Prise en compte de la construction du sens dans les systèmes d’aide à la décision", Revue Internationale d’Intelligence Economique, Systèmes d’aide à la décision et Big Data: comprendre la stratégie aujourd’hui, n°5, p. 167-177.
Szafrajzen B., Moutouh J., 2013, "Regard croisé sur la contribution des sciences de l’information et de la communication et des sciences de l’économie et de la gestion aux débats publics communicationnels", in  Vacher B., Le Moënne C., Kiyindou A., Communication et débat public: les réseaux numériques au service de la démocratie?, Paris, L’Harmattan, p. 463-471.
Moutouh J., 2010, "A sistémica aplicada ao mercado do trabalho: (re)leitura das diferentes teorias do mercado do trabalho", A sistémica qualitativa Una reflexao nos açores, CES/UA, p. 137-169.
Moutouh J., 2008, "Les parcours d’orientation en 2de: des transactions à tiroirs", Cahiers pédagogiques, n°463, p. 18-19.


Ludovic PINARD: Un dispositif pour l’orientation au collège: l’option de découverte professionnelle 3 heures (DP3), 6 ans après la généralisation
De sa mise en place en 2005 jusqu’en 2010 (limite de notre étude), l’option découverte professionnelle 3 heures (DP3) dans l’Académie de Montpellier (pour l’enseignement public hors ministère de l’agriculture) a évité l’écueil de se spécialiser en accueillant un public spécifique. La DP3 s’adresse à tous les collégien-ne-s du niveau 3ème, à l’opposé de la DP6. Ainsi, la DP3 se compose d’un public, en terme d’origine socioprofessionnelle du premier responsable, de plus en plus proche de l’ensemble de la cohorte. En ce qui concerne la répartition filles-garçons, elle est favorable aux garçons dans une proportion contenue (F= 46,6%; G=53,4% en 2010). L’image de la DP3 est très positive pour les élèves qui l’ont fréquentée et elle n’a pas globalement une image négative pour les autres. D’autre part, elle est considérée  majoritairement comme étant destinée autant aux garçons qu’aux filles, aux "élèves de tous niveaux" par les élèves ayant fréquenté la DP3 et à parité aux "élèves en difficulté" et à "tous les élèves" par l’ensemble des questionné-e-s. C’est aussi pour certains parents une façon de se rassurer et pour les élèves de prendre confiance, de mieux se connaître ou de prendre des informations. On peut supposer que, pour les élèves (ou leur parents) n’ayant suivi aucune option depuis l’entrée au collège, la DP3 est le dernier moyen scolaire de se singulariser avant le passage au lycée. De plus, l’influence de cet enseignement perdurerait jusqu’aux choix d’orientation de fin de terminale pour 40% des élèves d’après les interréssé-e-s. Enfin, la DP3 permet une ouverture sur les métiers favorisant un choix par l’élève plus indépendant des métiers des parents. Les statistiques d’affectations utilisées dans ce travail exploratoire ne permettent pas de montrer que l’option modifie la répartition des affectations des élèves ayant suivi l’option DP3 par rapport à l’ensemble de la cohorte.

Bibliographie
Crindal, A., Ouvrier Bonnaz, R., La découverte professionnelle, Delagrave, 2005.
Danvers, F., S'orienter dans la vie: une valeur suprême?, Villeneuve d'ascq, France, Presses Universitaires du Septentrion, 2009.
Dubet, F., Martucelli, D., "Sociologie de l'expérience scolaire", L'orientation scolaire et professionnelle, n°2, pp. 169-187, 1998.
Duru-Bellat, M., Van Zanten, A., Sociologie de l'école, Paris, Armand Colin, 2006.
Ferré, D., Quiesse, J.-M., Professeur d'orientation c'est aussi votre affaire, Paris, L'Hartmattan, 2002.
Guichard, J., L'école et les représentations d'avenir des adolescents, Paris, PUF, 1993.
Guichard, J., Huteau, M., Psychologie de l'orientation, Paris, Dunod, 2006.
Lacoste, S., Esparbès-Pistre, S., Tap, P., "L’orientation scolaire et professionnelle comme source de stress chez les collégiens et les lycéens", L'orientation scolaire et professionnelle, n°34/3, pp. 295-322, 2005.
Mosconi, N., Biljana, S., Genre et avenir: Les représentation des métiers chez les adolescentes et adolescents, Paris, L'Harmattan, 2007.
Quiesse, J.-M., Ferré, D., Rufino, A., L'approche orientante: une nécessité. T.1: Oser l'approche orientante, pourquoi? T.2: Oser l'approche orientante, comment?, Paris, Editions Qui plus est, 2007.
Vouillot, F. "L'orientation aux prise avec le genre", Travail, genre et sociétés, n°18, pp. 87-108, 2007.




L'accompagnement des parcours professionnels en contexte de mutations économiques et sociales, table ronde animée par Maria PAGONI & Olivier SUPIOT, avec Anne BRABANT, Sylvie BOURSIER, Maria PAGONI et Philippe VAVASSEUR

Cette table ronde se donne comme objectif d’interroger l’impact des mutations économiques et politiques sur le travail du conseiller dans l’accompagnement des parcours professionnels. Il s’agit plus précisément:
- de caractériser ces mutations en termes de politique d’emploi, d’évolution des métiers et des besoins de formation, de modification des modalités d’accompagnement des parcours professionnels, notamment par la nouvelle loi sur la formation professionnelle;
- d’analyser l’impact de ces mutations sur le travail du conseiller: nouveaux besoins des salariés et des publics qui se trouvent en orientation professionnelle, responsabilisation du salarié face à son projet professionnel, sécurisation des parcours professionnels, modification des outils et des conditions d’accompagnement (temps des prestations, outils informatiques, etc.).
Elle vise à croiser les regards des professionnels de différentes structures (entreprise, centre de bilan de compétences...) et des enseignants-chercheurs pour répondre à ces questions.

Sylvie BOURSIER
La complexité du marche du travail s’intensifie; on observe la coexistence d’une raréfaction des emplois pérennes (multiplication des CDD, diminution des offres notamment sur certains emplois de la hiérarchie intermédiaire, de cadres) avec des pénuries sur certaines filières en matière de personnes à recruter (exemple actuel du déploiement de la fibre optique avec des métiers très peu connus).
Autre complexité repérée, celle concernant l’accès à la formation qui est conditionné par la compréhension de son ingénierie financière. Le rôle des conseillers aujourd’hui c’est notamment de permettre à chacun d’activer ses droits en la matière, de passer du droit théorique général au droit effectif mobilisable.
Pour les conseillers, il s’agit de passer de la prestation au service en guidant les personnes dans leur recherche d’informations, de réseaux à mobiliser et en les accompagnant dans le traitement de ces informations.
Le modèle prédictif basé sur la fameuse "connaissance de soi" déconnectée du territoire est encore très présent, alors même que la recherche d’une place, d’un rôle, d’un collectif sont  souvent  plus décisifs dans les transitions professionnelles que la recherche de "ce qui nous correspond".
Ce qui remet au premier plan cette fonction centrale du conseil professionnel: l’exploration du champ des possibles, dans un espace social, économique, sociétal donné.

Bibliographie
L’orientation éducative des adultes, Editions Entente, 1989 (épuisé).
L’orientation a-t-elle un sens?, Editions Entente, 1993 (épuisé).
Divers articles dans des revues spécialisées (Revue Binet-Simon, L’orientation scolaire et professionnelle…).
Contribution à un ouvrage collectif: L’orientation professionnelle des adultes, Editions L’Harmattan, 2000.
Actualité de la formation permanente (centre inffo) janvier 2006: "Le conseil en VAE, une opportunité de renouvellement du conseil professionnel", "la VAE intégrée aux politiques d’emploi".




Atelier "Psychologie et orientation scolaire et professionnelle: l’approche muséale", avec Rémi GUERRIER et Dominique HOCQUARD

Elaborées dans la filiation historique de la psychologie, les pratiques d’orientation connaissent aujourd’hui de profondes transformations.
 Avec la généralisation du numérique et des nouvelles technologies, l’ambition renouvelée d’une efficacité opératoire de l’orientation s’impose et avec elle la possibilité d’un nouveau genre de représentations et de connaissances délibérément tournées vers l’avenir et fondées sur la mise en relation virtuelle d’une infinité de sources hétérogènes sur les professions, les formations, les débouchés, l’entreprise...
Plus précisément, en cette deuxième décennie du XXIe siècle, l’orientation "augmentée" s’institue prioritairement autour de l’accès à l’information et aux nouvelles technologies numériques. Prendre une décision, faire un choix scolaire ou professionnel, aider une personne à s’orienter exige de plus en plus de recourir à des protocoles connectés. Dans un domaine fortement soumis au principe de "l’innovation", et à ses règles, le praticien de l’orientation est aujourd’hui confronté à de nouvelles procédures: informatisation des données liées à l’orientation, "orientation augmentée", applications intelligentes et interactives d'aide à l'orientation, système automatisé d’auto-évaluation...
Cette avancée des technologies de l’information préfigure une redéfinition de la forme éducative du conseil, de l’exercice de la psychologie et au-delà de la façon dont les jeunes sont sollicités pour imaginer leur avenir personnel et professionnel et leur rapport au monde.
C’est, en tout cas, dans ce contexte "innovant" particulièrement marqué par la volonté affichée de s’affranchir du passé, que la démarche muséale faisant sienne la visée de comprendre le présent en se représentant le passé, peut s’avérer d’un apport fructueux.
Après une brève présentation de cette démarche, nous nous efforcerons, dans un premier temps de mieux saisir de quels questionnements, de quels enjeux, de quels rapports de forces, les pratiques d’orientation sont historiquement issues et de quelles constructions éducatives et sociétales elles sont le résultat.
Pour ce faire, nous nous appuierons sur la présentation d’archives papiers, de documents audio-visuels, d’objets, de photos attestant de l’histoire et de l’évolution d’une profession, puis nous essayerons de préciser ce que l’on entend par démarche muséale et ce qu’elle autorise (revisiter l’expérience accumulée au fil du temps, retrouver un sentiment d’appartenance à une communauté culturelle, méthodologique et scientifique structurée par la psychologie, donner un sens à des actes professionnels en devenir...).
Nous montrerons pourquoi, dans une époque qui a institué l’innovation comme sa valeur ajoutée, recourir à la démarche muséale est un geste éthique, fondamentalement éducatif, lié à l’idée de transmission et de recomposition en valeur d’un pratique comme l’orientation.

Rémi Guerrier - Groupe de Recherches sur l’Evolution de l’Orientation (GREO)
Dominique Hocquard - Association des Conseillers d’Orientation-Psychologues de France (ACOP-F) - 
avec la collaboration de Pierre Roche (GREO)



"Corps-Conscience-Explicitation de l'action", atelier-échange avec Jacques GAILLARD et Olivier SUPIOT

Jacques Gaillard, praticien certifié en Technique Alexander et Olivier Supiot, formateur certifié en Explicitation, vous invitent à explorer les grands principes des techniques d'aide à l'explicitation.

"Corps-Conscience-Orientation de soi", atelier-échange avec Jacques GAILLARD et Olivier SUPIOT

Au cours de cet atelier, Jacques Gaillard et Olivier Supiot vous proposerons d'apprendre à libérer le corps de ce qui le retient et le tend, dans le but d'accéder à une orientation dans l'espace plus authentique du corps.

En faisant dialoguer langages verbal et corporel, l'ensemble des deux ateliers permettra progressivement de répondre aux questions suivantes:
Qu'est-ce que nous nous faisons à nous même pour que le corps soit tendu?
Est-il possible de défaire les tensions?
Comment procéder?
Cette activité s'adresse à tous ceux qui souhaitent explorer la dialogique de la conscience de l'orientation.

BIBLIOGRAPHIE :

"Si les hommes avaient le pouvoir d’organiser les circonstances de leur vie au gré de leurs intentions, ou si le hasard leur était toujours favorable, ils ne seraient pas en proie à la superstition", Spinoza, Traité des autorités théologique et politique, Préface, Paris, Gallimard, Folio (1954: 20).
Agulhon, C., Convert, B., Jakubowski, S. & Gugenheim, F. (2012), La professionnalisation: pour une université "utile"?, Paris, L’Harmattan.
André, C. (2006), Imparfaits, libres et heureux: pratiques de l’estime de soi, Paris, O. Jacob.
André, G. (2012), L’orientation scolaire. Héritages sociaux et jugements professoraux, Paris, PUF.
Andréani, F. & Lartigue, P. (2006), L’orientation des élèves: comment concilier son caractère individuel et sa dimension sociale, Paris, Armand Colin.
Annoot, E. & Fave-Bonnet, M.-F. (2004), Pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur: enseigner, apprendre, évaluer, Paris, L’Harmattan.
Ascher, F. (2005), La société hypermoderne ou Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs, La Tour d’Aigues, L'Aube.
Atlan, H. (1999, 2003), Les étincelles du hasard, Paris, Seuil, Tomes 1 et 2.
Aubret, J. & Gilbert, P. & Pigeyre, F. (1993), Savoir et pouvoir. Les compétences en questions, Paris, PUF.
Beck, U. (2001), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.
Bergier, B. & Francequin, G. (2011), La revanche scolaire. Des élèves multiredoublants devenus surdiplômés, Toulouse, Erès.
Bauman, Z., (2006), La vie liquide, Ed. du Rouergue-J. Chambon.
Benasayag, M. et alii, (1997), Peut-on penser le monde? Hasard et incertitude, Paris, Félin.
Berthelot, J.-M. (1993), Ecole, orientation, société, Paris, PUF.
Berthoz, A. (2013), La vicariance. Le cerveau créateur de mondes, Paris, O. Jacob.
Bideaud, J., Houdé, O. & Pedinielli, J.-L. (2008), L’homme en développement, Paris, PUF.
Boltanski, L. & Chiapello, E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.
Bourdieu, P. & Passeron, J.-C. (1964), Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Les Editions de Minuit.
Bourgeois, E. & Chapelle, G. (2006), Apprendre et faire apprendre, Paris, PUF.
Boutinet, J.-P. (1990), Anthropologie du projet, Paris, PUF.
Brunel, O. (2001), L’éducation à l’orientation, Languedoc-Roussillon, Broché.
Bujold, C. & Gingras, M. (2000), Choix professionnel et développement de carrière: théorie et recherche, Boucherville, G. Morin.
Caillé, A., Dupuy, J.-P. & de Foucauld, J.-B. et alii. (2013), Manifeste d’interdépendance, Lormont, Le Bord De L’eau.
Callon, M., Lascoumes P. & Barthe, Y. (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.
Caroff, A. (1987), L’organisation de l’orientation des jeunes en France. Evolution, des origines à nos jours, Issy-les-Moulineaux, EAP.
Carré, P. & Caspar, P. (2004), Traité des sciences et des techniques de la formation, Paris, Dunod.

Catellin, S. (2014), Sérendipité. Du conte au concept, Paris, Seuil.
Champy-Remoussenard, P. (coord.) (2014), En quête du travail caché: enjeux scientifiques, sociaux, pédagogiques, Toulouse, Octarès.
Cotteret, M.-A. (2008), Mesurez-vous ! de la métrologie à l’autonomie, Nice, Ovadia.
Coulon, A. (1997), Le métier d’étudiant: l’entrée dans la vie universitaire, Paris, Economica-Anthropos.
Crindal, A. & Ouvriez-Bonnaz, R. (2006), La découverte professionnelle. Guide pour les enseignants, les conseillers d’orientation-psychologues et les formateurs, Paris, Delagrave.
Cnudde, J. (1998), La mesure de l’homme. 150 ans d’histoire racontée par les instruments, Vidéogramme + livret pédagogique, Ville de Lille & Lille 3.
Cyrulnik, B.  & Morin, E. (2010), Dialogue sur la nature humaine, La Tour d’Aigues, L’Aube.
Damus, O. & Hubert, L. (2014), Richesse et Pauvreté. Dialogue entre un Caribéen et une Européenne [Préface de F. Danvers], Paris, Les Impliqués.
Danvers, F. (dir.) (2006), Modèles, concepts et pratiques en orientation des adultes, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
Deschavanne, E. & Tavoillot, P.-H. (2007), Philosophie des âges de la vie, Paris, Grasset.
Diderot, D. (1796), Jacques le fataliste et son maître, Paris, Buisson.
Dubar, C. (2007), La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF.
Dubet, F. (2010), Les Places et les Chances. Repenser la justice sociale, Paris, Le Seuil.
Duru-Bellat, M. (2004), L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux?, Paris, L’Harmattan.
Eckert, H. (1993), L’orientation professionnelle en Allemagne et en France, Paris, L’Harmattan.
Fabre, M. (2011), Eduquer pour un monde problématique. La carte et la boussole, Paris, PUF.
Fenouillet, F. (2003), La motivation, Paris, Dunod.
Ferry, L. (2002), Qu’est-ce qu’une vie réussie?, Paris, Grasset.
Giddens, A. (1994), Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.
Grozdanovitch, D. (2014), La puissance discrète du hasard, Paris, Folio.
Guichard, J. & Huteau, M. (2006), Psychologie de l’orientation, Paris, Dunod.
Guichard, J. & Huteau, M. (2007), Orientation et insertion professionnelle: 75 concepts clés, Paris, Dunod.
Guigue, M. (dir.) (2001), Le point de vue des jeunes sur l’orientation en milieu scolaire, Paris, L’Harmattan.
Guyot, D. & Simonnet, R. (2008), Un siècle de psychométrie et de psychologie, AIPTLF, Paris, L’Harmattan.
Hadot, P. (2001), La philosophie comme manière de vivre, Paris, A. Michel.
Hahn, C. (2013), Pour nous la vie va commencer. Du chômage à la reconversion des cadres, Paris, Les Arènes.
Henry, M. (2001), L’épreuve de la vie, Paris, Le Cerf.
Illich, I. (1977), Le chômage créateur, Paris, PUF.
Koeltz, B. (2008), Comment ne pas tout remettre au lendemain, Paris, O. Jacob.
Kridis, N. (2010), Psychologie de l’artiste créateur, Paris, L’Harmattan.
Laborit, H. (1987), Dieu ne joue pas aux Dés, Paris, Grasset.
Lahire, B. (2013), Dans les plis singuliers du social. Individus, Institutions, Socialisations, Paris, La Découverte.
Lapassade, G. (1997), L’entrée dans la vie. Essai sur l’inachèvement de l’homme, Paris, Anthropos.

Latreille, G. (1984), Les chemins de l’orientation professionnelle, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.
Lautrey, J. (1995), Classe sociale, milieu familial, intelligence, Paris, PUF.
Leclerc-Olive, M. (1997), Le dire de l’événement (biographique), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
Lemoine, C. (2014), Se former au bilan de compétences, Paris, Dunod.
Léon, A. & Roche, P. (2012), "Histoire de l’enseignement en France", Que sais-je?, n°393, Paris, PUF.
Lhotellier, A. (2001), Tenir conseil. Délibérer pour agir, Paris, Seli Arslan.
Maniez, J.-P. & Pernin, C. (1988), Un métier moderne. Conseiller d’orientation, Paris, L’ Harmattan.
Martuccelli, D. (2006), Forgé par l’épreuve. L’individu dans la France contemporaine, Paris, A. Colin.
Méda, D. (2013), Réinventer le travail, Paris, PUF.
Mialaret, G. (2010), Le nouvel esprit scientifique et les sciences de l’éducation, Paris, PUF.
Michon, C. & Moreau, D. (2013), Dictionnaire des monothéismes: Judaïsme, Christianisme, Islam, Paris, Seuil.
Montagnier, S. (2012), Orientation: repères pour situer et orienter sa pratique, Paris, Qui Plus Est.
Naville, P. (1972), Théorie de l’orientation professionnelle, Paris, Gallimard.
Négroni, C. (2007), Reconversion professionnelle volontaire. Changer d’emploi, changer de vie: un regard sociologique sur des bifurcations, Paris, A. Colin.
Neyrat, F. (dir.) (2007), La validation des acquis de l’expérience. La reconnaissance d’un nouveau droit, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant.
Niewiadomski, C. & Delory-Momberger, C. (dir.) (2013), La mise en récit de soi, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion.
Olry-Louis, I., Guillon, V. & Loarer, E. (2013), Psychologie du conseil en orientation, Bruxelles, De Boeck.
Pagoni, M. (éd.) (2014), École(s) et culture(s). Savoirs scolaires, pratiques sociales et significations, Bruxelles, Peter Lang.
Paul, M. (2004), L’accompagnement: une posture professionnelle spécifique, Paris, L’Harmattan.
Pelletier, D. (2001), S’orienter dans un monde incertain. Pour une approche orientante de l’école québécoise, Québec, Septembre éditeur.
Perrenoud, P. (2011), Quand l’école prétend préparer à la vie... Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs?, Paris, ESF.
Peugny, C. (2009), Le déclassement, Paris, Grasset.
Piketty, T. (2013), Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil.
Piéron, H. (1969), Examens et docimologie, Paris, PUF.

Quiesse, J.-M., Ferré, D. & Rufino, A, (2007), Osez l’approche orientante: une nécessité. Tome 1: Pourquoi?; Tome 2: Comment?, Paris, Qui Plus Est.
Queval, I. (2004), S’accomplir ou se dépasser. Essai sur le sport contemporain, Paris, Gallimard.
Ratté, J. (2011), Psychologie de la désadaptation, Lyon, Chronique sociale / Les Presses de l’Université Laval (Québec).
Rémy, Y. (1988), Les jeunes et l’orientation, Paris, Syros-Alternatives.
Reuchlin, M. (1971), L’orientation scolaire et professionnelle, Paris, PUF.
Ricœur, P. (2004), Parcours de la reconnaissance, Paris, Stock.
Rosnay, J. de (2012), Surfer la vie. Comment  sur-vivre  dans la société fluide, Les Liens qui Libèrent.
Schlanger, J. (1997), La vocation, Paris, Seuil.
Sennett, R. (2006), La culture du nouveau capitalisme, Paris, A. Michel.
Solazzi, R. (1989), Evolution des pratiques des conseillers d’orientation. Risques et perspectives de l’avenir, Bulletin de l’ACOF.
Stiegler, B. (1996), La technique et le temps. Tome 2: La désorientation, Paris, Galilée.
Taleb, N. (2008), Le cygne noir. La puissance  de l’imprévisible, Paris, Les Belles Lettres.
Vandenplas-Holper, C. (1998), Le développement psychologique à l’âge adulte et pendant la vieillesse, Paris, PUF.
Van de Velde, C. (2008), Devenir adulte. Sociologie comparée de la jeunesse en Europe, Paris, PUF.
Vauloup, J. (2014), 1001 pratiques réflexives en orientation [Préface A. Jellab], Académie de Nantes.
Vimont, C. (2001), Le nouveau Troisième âge. Une société active en devenir, Paris, Economica.
Vouillot, F. et alii (2011), Orientation scolaire et discrimination. Quand les différences de sexe masquent les inégalités, Paris, La Documentation française.
Winnicott, D. (1975), Jeu et réalité: l’espace potentiel, Paris, Gallimard.
Younès, C. (dir.), Henri Maldiney: philosophie, art et existence, Paris, Cerf.
Zaoui, P. (2013), La Traversée des catastrophes, Paris, Points.
Zay, D. (2012), L’éducation inclusive. Une réponse à l’échec scolaire?, Paris, L’Harmattan.

Avec le soutien
de l'Association "Apprendre et S’Orienter" de Montpellier,
du CUIP (Centre Universitaire et d'Information Pédagogique de Paris),
du Département des sciences de l’éducation
et du Laboratoire CIREL (Centre interuniversitaire de Lille)