Logo CCIC
CCIC
CENTRE CULTUREL INTERNATIONAL DE CERISY

Programme 2018 : un des colloques


Page officielle Facebook de Cerisy Chaîne officielle YouTube de Cerisy
La Forge Numérique - MRSH - Université Caen Normandie Archives départementales - Maison de l'histoire de la Manche






Mot exact
Choix du nombre
de résultats par
page:
LES SUPERHÉROS :
UNE MYTHOLOGIE POUR AUJOURD'HUI
Mise à jour
20/11/2017


DU VENDREDI 13 JUILLET (19 H) AU VENDREDI 20 JUILLET (14 H) 2018

( colloque de 7 jours )

DIRECTION : Christian CHELEBOURG, Lauric GUILLAUD

ARGUMENT :

Nés entre les deux Guerres Mondiales, au carrefour des principales littératures de l’imaginaire, superhéros et superhéroïnes apparaissent comme un concentré des rêveries occidentales sur l’héroïsme et la Force. Ils réactivent alors la veine mythologique pour mieux refléter les ambivalences de la culture américaine, déchirée entre sauvagerie primitive et modernité technologique. Leur succès depuis près d’un siècle doit désormais interroger sur le sens qu’a pris leur geste dans la culture de jeunesse.

S’il convient de revenir sur leur genèse, voire sur leur définition, il est surtout important d’étudier leur fortune intermédiatique et l’étonnante malléabilité qui a favorisé tout à la fois leur prolifération et les hybridations génériques auxquelles ils se prêtent. Il faut examiner l’abondante descendance qui est la leur dans tous les registres, jusqu’à la parodie, et la manière dont ils ont renouvelé les figures de Sauveurs. Les superhéros n’étant rien sans les supervilains qu’ils affrontent, la dialectique qui les oppose mérite aussi toute l’attention, de même que les chronotopes allégoriques dans lesquels ils évoluent. Enfin les modes de production et de diffusion de ces personnages interrogent le statut de l’auteur dans le contexte de l’industrie culturelle, tout comme ils mettent en avant la part grandissante des produits dérivés sur le marché de la fiction.

Les communications devront être accessibles à un public non spécialiste. Le public sera le bienvenu; les auditeurs pourront prendre part aux débats, éclairer les discussions de leurs propres connaissances et contribuer à la réflexion collective.

COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Marie-Hélène BAUER: Fantômette, une superhéroïne franco-française?
* Christophe BECKER: MarXist ! De la dissémination des théories "alt left" dans les comic books anglo- saxons
* Sébastien BERTRAND: Les "Super sentai" ou le triomphe du soft power japonais
* Mélanie BOISSONNEAU & Camille ZIMMERMANN: Quel(s) futur(s) pour les superhéroïnes au cinéma et à la télévision?
* Yann CALVET: Les superhéros sont-ils des hommes?
* Élodie CHAZALON: Mystique et mystification de la femme engagée à l’heure du "global feminism"
* Christian CHELEBOURG: Les Grandes Oreilles des superhéros
* Florence CHERON: L’Affliction d’être particulier: retour sur les superhéros de David Cronenberg, Tim Burton et M. Night Shyamalan
* Lauric GUILLAUD: Généalogie des superhéros
* Isabelle LABROUILLERE: La Réécriture du corps héroïque ou le "devenir image" du superhéros dans Darkman de Sam Raimi
* Stella LOUIS: Les Vampires du XXIe siècle: demi-dieux et superhéros, entre héritage et transgression
* Guillaume LABRUDE: Batman: Arkham, caractérisation et contre-pouvoir des supervilains dans le domaine vidéoludique
* Gilles MENEGALDO: Hybridité des genres et des figures, intertextualité et variations plastiques dans Batman et Batman Returns de Tim Burton
* Jean-Paul MEYER: The Phantom: ascendances et filiations d’un super-justicier
* Dominique MEYER-BOLZINGER: L’Enquêteur extraordinaire et le superhéros
* Vu Vong MINH: Logan (2017) ou la finitude des superhéros
* Anne-Marie PAQUET-DEYRIS: Jessica Jones: entre privée de film noir et anti-Superwoman?
* Maryse PETIT: L’Habit fait-il le super Héros?
* Victor-Artrhur PIEGAY: Naissance et renaissances des Watchmen, de Charlton Comics à DC Rebirth
* Kevin POEZEVARA: Superman ou l’invention de l’adolescence
* Chloé QUESNEL: Les Résonances Gothiques dans le monde des superhéros
* Dennis TREDY: Adaptation, transmédialité et kitschificatio: la percée des superhéros lors des âges d’or de la radio et de la télévision américaines
* Hélène VALMARY: Hulk, un superhéros en colère
* Clotilde THOURET: Normalité du superhéros

RÉSUMÉS :

Guillaume LABRUDE: Batman: Arkham, caractérisation et contre-pouvoir des supervilains dans le domaine vidéoludique
La naissance d’un superhéros entraîne bien souvent celle de supervilains: ces ennemis hauts en couleur forment un contre-pouvoir de taille à la justice superhéroïque et à sa capacité discutable à être juge, juré et bourreau. Lorsqu’un joueur incarne un superhéros, comme c’est le cas dans la quadrilogie Batman: Arkham des studios Rocksteady, il se confronte aux antagonistes qui peuplent l’univers qu’il parcourt. Le medium vidéoludique va alors permettre vis-à-vis de ces supervilains deux processus: une caractérisation des personnages à travers le gameplay, la façon de les vaincre et leur environnement;  mais également la mise en lumière de leur fonction première de contre-pouvoir, induisant ainsi une question morale dans le jeu vidéo. Le joueur peut échouer et ainsi ne plus progresser au sein de l’intrigue, le phénomène accentuant l’antagonisme avec ces criminels de fiction et induisant chez celui ou celle qui incarne le héros une volonté de confrontation. Pourtant, depuis l’Âge de Bronze des comics, les ennemis du Chevalier Noir de Gotham City se trouvent davantage approfondis en terme de background, induisant une certaine empathie de la part du lecteur qui, des années plus tard, devra les affronter. Cette communication se propose d’analyser la construction des supervilains dans les jeux vidéo Batman: Arkham Asylum, Arkham City et Arkham Knight afin de mettre en lumière les techniques vidéoludiques de caractérisation des personnages.

Diplômé de l’Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel (Nancy), Guillaume Labrude est doctorant au sein du laboratoire LIS (Littératures, imaginaire, sociétés) à l’Université de Lorraine, sous la direction de Christian Chelebourg. Ses travaux de thèse ont pour thème les représentations de la famille dans la licence Batman et ses différentes adaptations depuis 1939. En 2016 et 2017, il communique lors des colloques de Cerisy, Secrets, complots, conspirations et Spectres de Poe dans la littérature et les arts, sur les sociétés secrètes vues par Christopher Nolan dans sa trilogie dédiée au Batman et à l’influence d’Edgar Allan Poe sur la licence initiée par Bob Kane et Bill Finger. Il contribue régulièrement à la revue The Conversation avec des articles traitant de cinéma et de télévision et a publié De Robin à Batman: le complexe du rouge-gorge à l’Université de Caen Normandie.

Avec le soutien
du Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés de l'Université de Lorraine
et de la Région Lorraine